Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 17:09

Tout d’abord ce qui s’est passé à l’ONU : en suivant leur mode opératoire habituel (obtenir un « état » sans rien négocier avec Israël -ni faire de concession aucune), les palestiniens se sont adressés au Conseil de Sécurité avec une résolution tellement partiale qu’ils n’ont pas pu obtenir les neuf voix nécessaires pour la faire passer.  Et cela quand le jour même le peuple palestinien exprimait son amour de la paix sur les médias sociaux, avec une dernière vidéo How to Stab a Jew ("Comment poignarder un Juif" et qui se termine par « qu’attends-tu ?). C’est au moment même où les Palestiniens sont allés au Conseil de Sécurité en essayant de faire passer en force  une « solution de paix » avec Israël. Qui pouvait voter pour cela ? La France – toujours à la pointe de l’aide pour les pauvres palestiniens (ou toujours cherchant une occasion pour s’opposer à Israël) et qui avait essayé de proposer un texte (bâti avec l’Angleterre et l’Allemagne) qui semblait suffisamment équilibré pour qu’il ne provoque pas un véto américain. Naturellement, les palestiniens n’en ont pas voulu. De plus, ils étaient prévenus que les Etats Unis s’opposeraient (véto). L’Angleterre a tiré une conclusion normale – elle s’est abstenue mais … la France a voté pour la résolution palestinienne avec la Russie et la Chine, contre les Etats Unis et l’Angleterre …

Cela est déjà suffisant pour comprendre que l’attitude de la France (ou de son Quai d’Orsay) est une constante dans le groupe des pays qui, pour une raison ou une autre, veulent faire rendre gorge à Israël et qui s’accommoderaient bien de sa disparition, pour tout dire. Mais ce qui dépasse l’entendement ce sont les explications du vote telles que données par l’Ambassadeur français en Israël :  « Oui, la résolution palestinienne n’était pas parfaite, la terminologie utilisée n’était pas bonne mais  le vote de la France visait précisément à éviter, premièrement, une division du Conseil de sécurité sur le sujet et  deuxièmement une initiative unilatérale des Palestiniens », -en référence à la menace palestinienne de l'adhésion à la Cour Pénale Internationale (CPI) en cas de rejet de leur projet de résolution. « Nous regrettons la situation actuelle » Le « nous regrettons » se réfère au fait que les palestiniens ont, quand même, demandé leur admission à la Cour Pénale Internationale … On ne peut pas ne pas se souvenir de Churchill « …. ils avaient le choix entre la guerre et le déshonneur, ils ont choisi le déshonneur et ils ont eu la guerre ... » et Laurent Fabius, interrogé sur le sens du vote de la France, répond « « La vraie question, c’est de savoir quel est l’objectif : déclencher un veto américain ? Réaffirmer telle attitude par rapport au gouvernement israélien ? Je ne sais pas » Il ne sait pas mais … la France a voté de manière à provoquer le véto des Etats Unis … Et pour tout bien comprendre, l’Agence France Presse (haut parleur du gouvernement français via le Quai d’Orsay) souligne « l’Australie et les Etats Unis, proches alliés d’Israël ont voté contre » ce qui en bonne logique veut dire que ceux qui ont voté pour sont des proches alliés des arabes …

Bon. Mais, cela n’est pas fortuit. Laissons de côté le livre de David Pryce-Jones[1] « Un siècle de trahison – la diplomatie française et les juifs » pour rappeler ce qui s’est passé depuis que le général à prononcé les paroles qui ont marqué de façon indélébile la politique « arabe » de la France : « peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur  »

 


 
France - Israël - quel avenir ?

Car le général en voulait à Israël de ne pas avoir suivi ce qu’il leur avait dit avant la guerre de 67 (« ne tirez pas les premiers »). Et a mis en place un embargo pour 50 Mirages déjà payés, propriété donc d’Israël. Ce qui lui a attiré, de la part de Romain Gary, Compagnon de la Libération et pourtant « adorateur » du Général,  la phrase « Mon Général, ils ont regardé dans la Bible et ils n’ont pas trouvé que vous êtes Moïse … »

Suit Pompidou : embargo sur les « vedettes de Cherbourg », elles aussi payées … et qui partent quand même, une nuit de Noël, en ridiculisant le gouvernement français …

Et arrive VGE. Il laisse son premier ministre (Chirac) vendre un réacteur nucléaire à Saddam Hussein, visite la Jordanie et regarde Israël avec des jumelles … et fait arriver à Téhéran le sinistre Khomeiny dans l’avion personnel de la présidence …

Et puis Mitterrand - berné (?) par Arafat auquel on a soufflé de dire « la charte OLP est caduque » pour qu’il puisse être reçu à l’Elysée (charte qui est toujours ce qu’elle était … nonobstant une mise en scène en présence de Bill Clinton, le comité central du Fatah faisant semblant de la déclarer annulée). Tandis que son ministre des affaires étrangères (Cheysson) déclarait « Ma condamnation du sionisme est catégorique; l’Etat d’Israël s’est créé contre la volonté du reste du monde »

Et Chirac - surnommé « d’Arabie » qui déjà, en tant que premier ministre de VGE, reçoit Saddam Hussein à Paris deux fois, « son ami de 20 ans » « son frère, son ami » - le réacteur OSIRAK appelé « ochirac » - pendant que la coopération « nucléaire » entre la France et Israël avait déjà été gelée par Couve de Murville … Il va en Israël, refuse de parler à la Knesset mais le fait au « parlement » palestinien à Ramallah …

Après Sarkozy - en 2008 quand, suite aux agressions du Hamas, Israël lança une opération militaire d’envergure à Gaza … NS est allé sur place et, en mettant, sur le même plan les deux protagonistes, a demandé « des efforts de chaque côté … » Qui invite Assad et puis Kadhafi aux parades de 14 juillet. Plus tard, à l’oreille de BHO « Netanyahu – c’est un menteur »

Pour arriver à Hollande – quand la guerre de Gaza commence il dit « Israël a le droit de se défendre » mais ensuite … « disproportionné » ce qui fait dire à A. Gluksman «il n’est pas disproportionné de vouloir survivre », laisse l’ineffable L. Fabius (ennemi d’Israël de longue date, cherchez les raisons …) éructer « c’est un carnage » et s’allier avec le Qatar (sponsor mondial du terrorisme mais premier investisseur étranger en France) et la Turquie du clown Erdogan (qui transforme un pays laïque en pays de l’islam …, antisémite notoire mais « meilleur ami » de BH0) conduire la politique « arabe » de la France jusqu’au soutien aux ennemis d’Israël à l’ONU en votant pour une résolution qui était le contraire du texte que la France elle-même voulait proposer …

Sic transit gloria mundi … Rien n’est fortuit, la continuité est parfaite et elle est garantie par le Quai d’Orsay, le plus antisémite organe de pouvoir de la république. Quai d’Orsay qui avait été « nettoyé » des amis d’Israël par Couve de Murville (ancien de l’Administration de Vichy) pour être ensuite rempli d’arabisants, avec ou sans particules, en parallèle ensuite avec le changement ethnique de la population française depuis les années 80/90. Non pas que la France soit antisémite, elle ne l’est pas. Mais, son désir de « paraître », sa conviction messianique (?) d’avoir à dire ce que le monde doit faire (pas elle …) se trouve à la confluence de son anti-américanisme structurel et de sa « politique arabe » qui n’est qu’une réminiscence de son passé colonial. Et il se trouve qu’Israël est une sorte de « nœud gordien » pour les deux. En clair, ce qui s’est passé à l’ONU avec la résolution anti-israélienne des palestiniens n’est rien d’autre que l’illustration d’une politique poursuivie depuis presque 50 ans et qui vise, autant que faire se peut et sous des couverts acceptables, faire tout ce qui est possible pour qu’Israël ne se trouve plus sur son chemin. Quitte à la voir disparaître.

ooooooooooooooooo

Après, le deuxième sujet : pourquoi des juifs de France partent-ils en Israël ?

Un des plus connus « refuzniks », Nathan Sharanski, de passage par Paris en juillet dernier, rencontrait Alain Finkielkraut, un des chantres de l’identité française et lui posait la question y a-t-il un futur possible pour la communauté juive en Europe ? La réponse de AF doit faire réfléchir plus d’un : Y a-t-il un avenir pour l'Europe en Europe ? Voilà plus de dix ans que Bat Ye’or annonçait l’avènement de l’Eurabia, avènement pour lequel le rôle de la France a été (est) primordial.

Pourquoi des juifs quittent la France ? Selon ce qui ressemble grandement à une progression géométrique depuis 2011 ? Voilà ce que dit le Président de l’Agence Juive : « Ils ont le choix, de rester en France, où il y a l’état providence le plus généreux, d’aller vers d'autres pays de l'Union européenne ou d’immigrer au Québec, où il y a très peu d’ajustements culturels à faire et qui était jusqu'à récemment leur destination primaire. L'écrasante majorité des émigrés juifs de France, peut-être jusqu'à 70 pour cent, choisissent d'aller en Israël. Précédemment, lorsque les Juifs avaient le choix, une écrasante majorité n’allait pas en Israël. Pendant les deuxième et troisième aliya en provenance de Russie, pour chaque Juif qui se rendait en Palestine, il y avait 20 Juifs qui allaient en Amérique. Mais … le problème juif de la France sera bientôt réglé. Et on s’apercevra que c’était, depuis le départ, un problème musulman.

Pendant que j’écrivais ce texte un attentat terroriste musulman tuait 12 personnes dans l’immeuble de Charlie Hebdo et en blessait d’autres. Pour une fois ce n’étaient pas des « déséquilibrés ». En utilisant leurs armes ils ont crié « Allahou Akhbar. On a vengé le Prophète ». Naturellement, pas de conclusions hâtives. Disons comme le Monde après Dijon (quelle ignominie …) « Doit-on qualifier de terroriste l'homme qui a fauché treize passants à Dijon sous prétexte qu'il l'a fait au cri d'Allahou Akbar ? »

Charlie Hebdo … L’honneur de la presse française, seul à avoir publié « les caricatures du prophète ». Entendre une pimbèche, ancienne ministre de la culture … dire que c’est Michel Houellebecq qui est responsable de ce qui arrivait … Comme, le ministre de l’intérieur (?!) après une manif (interdite) pendant laquelle, de la Bastille à la République, on a entendu « mort aux juifs » dire que « s’il n’avait pas eu les responsabilités qui étaient les siennes il aurait manifesté aussi … » car (dixit L. Fabius) on faisait un « massacre » à Gaza !

Alors ? Des juifs français quittent la France ? Souvenons-nous du Pasteur Niemöller

Quand ils sont venus chercher les communistes,
je n'ai rien dit.
je n'étais pas communiste
Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n'ai rien dit.
je n'étais pas syndicaliste
Quand ils sont venus chercher les juifs,
je n'ai rien dit.
je n'étais pas juif
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
je n'ai rien dit.
je n'étais pas catholique
Et, puis ils sont venus me chercher.
Et il ne restait plus personne pou
r protester.

Qu’il me soit permis de rappeler Huntington (Le choc des civilisations) : L’occident a un problème avec l’islam, non pas avec « l’islam extrémiste » Et, quant à la France je reprends un passage d’une lettre envoyée par le Général Martinez au président Hollande :

« … le problème que pose cette immigration n’est pas tant le pays d’origine que la culture qui la réunit. Cette dernière est modelée par l’islam qui est, il faut bien l’admettre, incompatible avec nos sociétés européennes démocratiques. D’ailleurs, ces immigrants et même leurs enfants nés dans notre pays et appelés à devenir français à 18 ans par le droit du sol (90.000 chaque année), restent viscéralement très attachés à la nationalité du pays d’origine et à leur religion à laquelle ils font allégeance pour la plupart. Et les premiers résultats d’une telle politique suicidaire menée par l’Éducation nationale se sont concrétisés avec les émeutes que le pays a connues en fin d’année 2005. Elles se reproduiront. Une dizaine d’années plus tard, les choses se sont aggravées avec les bombes à retardement que représentent les Merah, Nemmouche, Kelkhal, et autres djihadistes dans nos cités dont les rangs ne cessent de croître pour atteindre aujourd’hui, il faut être lucide, plusieurs milliers d’individus potentiellement dangereux. Comment interpréter le sondage d’ICM Research qui révèle que 27% des 18 à 24 ans et 22% des 25 à 34 ans dans notre pays ont une opinion favorable à l’État islamique ? Cela ne doit-il pas interpeller nos responsables politiques et les amener à en tirer les conséquences en révisant leur vision idyllique et angélique de cette « France rêvée de 2025 » qui risque de tourner au cauchemar ? Gouverner, n’est-ce pas prévoir ? »

Ils ont assassiné Cabu et Wolinski, ils sont déjà dans le 11ème arrondissement de Paris. Pour un Boubakeur, Recteur de la Mosquée de Paris, pour un imam à Drancy ou un autre à Marseille combien de milliers d’autres imams qui sèment la haine du juif, qui attendent avec espoir l’instauration (partielle ou totale) de la charia, qui vous expliquent comment battre sa femme pour qu’il ne reste pas de traces ?

Selon les statistiques quelques  20 à 25.000 français émigrent tout les ans :   environ  4 pour 10.000. En 2014, 7.000 juifs on quitté la France soit environ 1,5% de la communauté juive et 35 fois plus que les autres français.

Surpris ? Il n’y a vraiment pas de quoi …

Partager cet article

Repost 0
Published by martin
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens