Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 13:04

 

Une partie de l’histoire de France est en train de s’écrire pendant que le pays est mis « à feu et à sang » par des ennemis extérieurs et des forces réactionnaires de l’intérieur. Pour ce qui est des forces réactionnaires il est facile de les identifier et de comprendre leurs motivations : tous ceux qui s’opposent à toute réforme à caractère économique – des syndicats, aujourd’hui non représentatifs, comme la CGT mais risquant leur survie. Des visionnaires d’extrême gauche qui croient encore « au grand soir » mais en attendant veulent « prendre tout au riches » Bref, tous ceux qui risquent de perdre soit leurs rêves de gauchistes retardés soit leurs rentes de situation accumulées pendant les longues années de « l’état providence » Les ennemis extérieurs – « les minorités agissantes de l’islam » commodément appelées « islamistes radicaux » qui prospèrent dans un terreau propice fourni par une petite fraction de la population musulmane du pays (selon les statistiques non confirmées 1% de cette population, ce qui veut dire, quand même, quelque 60.000 individus). Leurs actions, aussi nocives sur le plan économique que celles des forces réactionnaires de l’intérieur, ajoutent la barbarie qui endeuille le pays tous les six ou douze mois.

 

Mais l’histoire présente du pays devrait prendre (prendra) en compte un autre acteur : un pays « confetti » situé à 5.000 km de Paris, peuplé de 2,2 millions d’habitants dont seulement 300.000 sont des nationaux, les autres -en très grande partie- des esclaves étrangers sans protection aucune. Il s’agit du Qatar, pays dont le PIB est de plus de 200 Milliards de $.

 

En 2007, ce « pays » s’est décidé de prendre comme « test pilote » sur la scène internationale, pour des raisons économiques, politiques et religieuses, un des « grands » européens : le choix de la France s’imposait, car bien que déjà en déclin économique, vu son rôle en Europe et sa place au Conseil de Sécurité de l’ONU. Le Qatar a commencé à « draguer » l'État français, s'achetant des consciences de politiciens de gauche et de droite : Dominique Villepin est le plus connu mais il ne faut pas oublier Sègolène, Jack Lang, Arnaud Montebourg et autres. Pour qu’ensuite il s'offre des clubs de foot, finance des « succursales » du Louvre et obtienne l’installation d’une annexe de Normal’Sup à Doha, se faisant accepter au club de la Francophonie (pas plus de quelques dizaines de milliers de francophones– Israël qui dispose de plus d’un million de gens connaissant notre langue n’a jamais pu en faire part …) le tout pour devenir populaire. Et, accessoirement racheter ou devenir actionnaire important  de l’essentiel des fleurons de l’industrie française: 12,8% de Lagardère qui contrôle EADS (premier actionnaire) Vivendi – 2% - Vinci  - 5,5% soit 2ème actionnaire du groupe, LVMH – 1% ORANGE 1% - Le Tanneur - Total 3%, premier actionnaire - Veolia 5% - GDI Informatique 51% (11.000 personnes) - Paris Saint Germain - Hôtels Royal Monceau + Peninsula + Evreux (place Vendôme) + du Louvre + Lambert (Ile Saint Louis) + Coislin – (Place de la Concorde) +Regency (Porte Maillot) +Siège HSBC (Champs Elysées) + Le Printemps Haussmann - Immeuble Virgin Mégastore Champs Elysées – Cannes,  Gray d’Albion et Majestic + Carlton + Martinez - Monaco – Société des Bains de Mer (actifs multiples hôtelleries) Course Hippiques – Prix de l’Arc de Triomphe

Le tout commencé sous l’œil bienveillant du Président de l’époque :

La France vassale, le Qatar suzérain.

Mais aussi du Président suivant qui, non seulement est allé quatre fois à Doha en deux ans  mais a invité l’émir propriétaire du Qatar à la tribune de la fête du 14 juillet 2008. Et qui a fait que le Qatar soit exempté de l’impôt sur les plus-values immobilières réalisées en France :

La France vassale, le Qatar suzérain.

Mais aussi du Président suivant, nonobstant le changement de l’émir  par une « révolution de palais » :

La France vassale, le Qatar suzérain.

France au Qatar  : M. Eric Chevallier et le Consul M. René Daher ont remis la nationalité française à  10 résidents lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à la Résidence de France le 19 avril. Personne ne sera surpris d’apprendre qu’il s’agit de proches de l’émir qui, ainsi, n’auront plus à demander des visas Schengen (www.ambafrance-qa.org).

Jusqu’en 2011 la France ne jurait que par l’Arabie Saoudite (contrats, armement, etc.,) mais à partir du « printemps arabe » le Qatar s’est engagé dans le soutien de tous les insurgés du monde arabe. Et d’abord en Libye – on connaît le rôle de la France dans l’aventure libyenne qui a transformé un territoire maitrisé par un dictateur fantasque en territoire où ont proliféré les cellules de Al-Qaïda, de l’Etat Islamique et de plein d’autres groupes islamiques, les uns faisant la guerre aux autres. La France a « gagné » dans cette pitoyable aventure le droit d’avoir à envoyer des troupes pour défendre le Mali et le Nigéria voisins …

Ensuite la France, bien que le Qatar soit soupçonné de financer le terrorisme, tout d’abord en Syrie, s’y est associé pour demander le départ de Assad en menaçant d’intervenir militairement.

Vu le « partenariat » de la France et du Qatar, on s’explique plus facilement ce qui s’est passé pendant la dernière guerre Israël – Hamas en 2014. Pour sauver le Hamas, (dont le Qatar est le plus important fournisseur d’aide) la France a essayé d’obtenir un  cessez-le-feu que ni Israël ni l’Egypte ( ?!) ne pouvaient accepter.

Et puis, la France, sur intervention décisive de M. Fabius, a vendu au Qatar le palais exceptionnel qui abrite l'Institut français de Vienne – Institut Culturel Français – Palais Clam-Gallas (3.000 m2 et 5Ha) le plus bel Institut Français à l’étranger pour 30M€ sans appel d’offres.

C’est ainsi que la France, dotée d’une « politique arabe » et d’un partenariat avec un des principaux sponsors du terrorisme islamique, est devenue le principal ennemi d’Israël en Europe. Tant et si bien qu’il n’a été que normal qu’elle vote en avril 2016 en faveur d’une résolution de l’UNESCO qui effaçait plus de trois milles ans d’histoire juive à Jérusalem, en déclarant que tout appartenait au « patrimoine palestinien ». Et en appelant le Mur de Lamentations « La place de Al-Burat » d’après le nom de la jument de Mohamed. Ce qui est pathétique c’est le spectacle offert par MM. Cazeneuve, Ayrault, Valls et Hollande (dans l’ordre d’entrée en scène) qui se sont « excusés » d’être allés à l’encontre du concept « Lieux Saints propres au trois religions monothéistes ». Sans condamner d’aucune manière le fait que l’histoire juive était ridiculement niée en faveur du négationnisme palestinien. Pour cet acte immonde la France s’est associée, bien sûr au Qatar (un des promoteurs de la résolution), mais aussi à l’Algérie, au Liban, au Maroc, au Pakistan et à d’autres ejusdem farinae. Plus le deuxième plus important ennemi d’Israël en Europe, la Suède.

« Ce qui vient de se passer à l'UNESCO tient du meurtre symbolique, ce qui n'est pas rien car c'est une fois qu'on a déshumanisé quelqu'un qu'on peut l'abattre en toute moralité, avec, ici, la garantie de la supposée «communauté internationale» et de l'agence chargée de prendre soin du «patrimoine de l'humanité»... » S. Trigano (Le Figaro, 02.05.16)

C’est ainsi que la France, via Laurent Fabius, a fait connaître au monde qu’elle entendait convoquer 20 pays pour qu’ils décident des paramètres d’un règlement du conflit Israël – palestinien.

La France vassale, le Qatar suzérain.

Sans qu’Israël soit présent. Et convoquer en suite une conférence avec les deux protagonistes : si elle n’était pas couronnée de succès, la France allait reconnaître « l’état palestinien ». Naturellement, le Qatar est associé à cette nouvelle manœuvre de la France visant la création d’un 27ème pays arabe tandis qu’au moins sept de ceux qui existent soient en train de disparaître après avoir fait un demi-million de morts (plus de 450.000 en Syrie seulement) …

Et c’est ainsi, alors que la France qui répète qu’il faut soutenir l’Autorité palestinienne, accepte que son partenaire, l’émir, de son côté, fasse des chèques au Hamas (la faction rivale de l’Autorité palestinienne, émanation des Frères Musulmans, « organisation terroriste » pour l’Union européenne).

Dans tout cela, en gros de trahir Israël chaque fois que cela a été possible, qu’a-t-elle gagné, la France ? Vendre 24 Rafales au Qatar plus d’autres contrats d’armement. Certes, un peu plus que les 30 pièces d’argent …

Partager cet article

Repost 0
Published by martin
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens