Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 08:59

Le Pape François a dit : «Je n'aime pas parler de violence islamique, parce qu'en feuilletant les journaux je ne vois tous les jours que des violences, même en Italie: celui-là qui tue sa fiancée, tel autre qui tue sa belle-mère, et un autre… et ce sont des catholiques baptisés! Ce sont des catholiques violents. Si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique. Non, les musulmans ne sont pas tous violents, les catholiques ne sont pas tous violents. C'est comme dans la macédoine, il y a de tout… Il y a des violents de cette religion…»

Nonobstant le respect que l’on doit au saint Père on ne peut s’abstenir de qualifier sa réponse non seulement d’absurde mais aussi de totalement irresponsable eu égard à ce qui se passe aujourd’hui en Europe (et surtout en France). Prétendre à l’équivalence entre la « violence domestique » et les assassinats immondes perpétrés au nom de l’islam c’est accepter une forme de soumission résignée. De plus, quand il s’agit -dernier en date- de l’égorgement d’un prêtre pendant qu’il officiait la messe, on reste pantois devant l’inconscience du propos papal. Mais s’agit-il vraiment d’inconscience ?

Commençons par ce qui crève les yeux d’un aveugle : nous assistons à la reconquête de l’Europe par l’islam. Et face aux moyens, surtout démographiques, utilisés par « les minorités agissantes » qui, tout en prêchant la « religion de paix et d’amour » tuent, égorgent, massacrent, on devrait voir, normalement, se soulever les peuples d’Europe pour défendre leurs valeurs judéo-chrétiennes comme ils l’ont fait à Poitiers (732) ou devant les murs de Vienne (en 1529 et 1683).

Mais on ne le voit pas. L’islam va conquérir l’Europe parce que l’Europe a décidé que la paix (espérée) en tant que dhimmi vaut mieux qu’une guerre « de religion ». Et pour cela, à commencer par le Pape et jusqu’au dernier acteur des media, on montre que la « collaboration » est non seulement possible mais souhaitable. Et c’est ainsi qu’à chaque attentat on commence par instiller l’idée que l’auteur est un déséquilibré avec des antécédents psychiatriques mais qui, néanmoins, était un bon garçon, sur la foi de ses amis et de sa famille. Nice : dès premiers jours, avec 84 personnes assassinées et 200 blessées, ce qui a constitué les premiers « éléments de langage » résonnait sur tous les média « ce fut un acte d’un déséquilibré, « loup solitaire » sans liaison avec Al-Qaida ou l’état islamique ». On essaye d’amener les gens à ne pas voir la réalité à un tel point que la police allemande, au moment d’un des cinq attentats commis en une semaine, a déclaré « aucune liaison avec des groupes terroristes n’est soupçonnée » La police allemande doit avoir raison : un musulman avec une machette qui crie Allahu Akbar en tuant un « infidèle », on n’a jamais vu cela … 

Voilà qu’au nom d’une religion « de paix et d’amour » on a apporté au monde du 20ème et 21ème siècle le bonheur du détournement des avions, les attentats suicides, l’éradication de communautés chrétiennes en Orient, la destruction de plusieurs états, la mort de plus de 450.000 personnes en Syrie et Irak et, en tout, 40 pays musulmans sur un total de 57 qui sont en guerre, entre eux ou avec des voisins. Vous avez dit « religion de paix » ? Avez-vous pensé, quand vous passez des heures dans un aéroport avec des contrôles divers et multiples que cela est dû à la contribution des soldats de l’islam au bonheur de l’humanité ? Avez-vous pensé que cela coûte des milliards et des milliards au monde qui n’a pas les moyens d’en faire disparaître la faim ou les maladies les plus graves ?

Le fait que l’Europe ait décidé de ne pas se battre contre l’envahisseur donne la possibilité à ce dernier de conquérir sans coup férir … C’est ce qui fait dire à Victor Orban (premier ministre hongrois, vilipendé par une bonne partie de l’Europe, car ce n’est pas un parangon de la démocratie) que « la cause du problème de la repopulation de l’Europe par des musulmans ne se trouve pas à Mecque mais à Bruxelles » C’est le moment où il faut dire « tous les musulmans ne sont pas des terroristes » Certes, mais la dernière enquête d’opinion de PEW indique que dans une population musulmane quelconque (en Asie, au Proche Orient, en Europe) on peut compter que 5 à 7% soutiennent les « thèses » de Al-Qaida ou de l’Etat Islamique. Dans cette proportion tous les individus ne passent pas à l’acte. Mais cela crée un terreau sur lequel prospèrent les cohortes disposées à détruire le monde dans lequel ils vivent et dont ils ont profité (éducation, santé, logement, etc.,).

On devrait aussi réfléchir à ce que d’aucuns appellent « la règle des nombres de l’islam » - plus le nombre de personnes d’une communauté augmente, le % de ceux qui constituent le « terreau » augmente et, statistiquement, le nombre d’actes de folie ne peut qu’augmenter. Le drame c’est que même si l’on arrête l’immigration de musulmans dans un territoire donné, la croissance naturelle d’une population existante conduit aux mêmes effets. Surtout parce que le taux de fécondité en Europe (moyenne) est 1,6 enfants par femme « indigène » tandis qu’il est de plus de 3 pour les femmes musulmanes. Souvenons-nous de la prophétie apocalyptique de feu M. Boumediene qui en 1974 déclarait à la tribune de l’ONU « Un jour, des millions d’hommes quitteront l’hémisphère sud pour aller dans l’hémisphère nord. Et ils n’iront pas là-bas en tant qu’amis. Parce qu’ils iront là-bas pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant avec leurs fils. C’est le ventre de nos femmes qui nous donnera la victoire » ou de celle de M. Kadhafi (grand ami de la France pendant un temps) qui en 2006 éructait « Sans épée, sans fusil, sans conquêtes, les 50 millions de musulmans en Europe la transformeront bientôt en continent musulman ! » Car, pour lui, il y avait déjà 50 millions de musulmans en Europe – sans compter l’éventuelle adhésion de la Turquie. La conclusion est écrite sur le mur : au fur et à mesure de la croissance des populations musulmanes en Europe le nombre d’attentats individuels ou massacres collectifs ne pourra qu’augmenter. Ce qui amène à un constat simple : l’islam ne terrorise pas l’Europe en raison de sa force mais parce que on le lui permet.

Mais, démographie aidant, viendra un jour où la population musulmane sera majoritaire en Europe : la démocratie -un homme, un vote- conduira sans doute à des gouvernements dominés par l’islam. Et la démocratie ? Souvenons-nous de la profession de foi de l’éminent démocrate turc, Monsieur Erdogan (2010) : « La démocratie est comme un tramway, il va jusqu'où vous voulez aller, et là vous descendez » Le reformatage en cours de l’état turc dont l’héritage laïc de Kemal Pacha est détruit méthodiquement pour être remplacé par la loi de l’islam est là pour préfigurer l’avenir de l’Europe. Monsieur Erdogan descend du tramway de la démocratie.

En attendant, en France plus que dans tout autre pays, des musulmans tuent au nom d’Allah des infidèles : des caricaturistes, des militaires, des enfants parce que juifs, des clients d’un hyper marché (ces deux catégories naturellement oubliées dans les messages de solidarité des représentants des musulmans de France), des spectateurs à des manifestations culturelles et/ou nationales. La violence, qui dans tout Etat de droit est son monopole exclusif, est confisquée par les épigones du prophète. Tandis que l’Etat se rend complice en essayant de laver les cerveaux des gens jusqu’à leur intimer de « vivre ensemble » le temps d’une manif, le temps d’une nuit à la République. En attendant le prochain attentat. « Vivre ensemble » ?  Le tout sur fond de déliquescences avancées. L’Etat ? Sérieusement ? Lisons François Kersaudy (le Point) : « François Hollande était fait pour être président comme DSK pour être archevêque ; le Premier ministre contrôle mal ses nerfs, ses ministres, sa majorité, sa politique, son ambition et sa communication ; la ministre de l'Éducation est aussi fâchée avec l'enseignement qu'avec les accords du participe ; le ministre des Affaires étrangères est très mal à l'aise dans ses nouvelles fonctions, au point de confondre Bachar el-Assad et Saddam Hussein ; la ministre du Travail connaît bien mal un Code du travail qu'elle va pourtant enrichir de 400 pages supplémentaires ; le ministre de l'Intérieur, piqué au vif, se met à porter plainte contre une policière placée sous ses ordres …. l'ancienne compagne du chef de l'État n'a pu devenir ministre de l'Écologie qu'à la faveur du remplacement de la deuxième maîtresse du souverain par une troisième maîtresse en titre ; le ministre délégué au Budget cachait son propre budget à l'étranger ; la ministre de la Justice avait autant d'antipathie pour les prisons que de sympathie pour les prisonniers ; une partie des députés socialistes étant idéologiquement hostile à l'autre partie, la majorité parlementaire s'est montrée hors d'état de légiférer rationnellement sur les questions essentielles de sécurité, du travail, de l'immigration et de l'incontinence budgétaire … »

Et on voudrait que l’Etat empêche les attentats …  Vivre ensemble ? Avec des morts vivants qui se font exploser au milieu de groupes d’infidèles pour tuer un maximum ? Ce qui est, de plus, affolant, c’est de voir que l’on ne veut pas admettre que les attentats d’Orlando, de San Bernardino, d’Istanbul, de Madrid, de Londres, de Tel Aviv, de Bombay, Paris ou Nice ont une racine commune qui s’appelle l’islam. On a beau vouloir ignorer la réalité, on a beau vouloir endormir les gens avec les fadaises des gouvernements qui ont abdiqué de leur tâche première (assurer la sécurité des populations), rien n’y fait. L’islam, avec la complicité des élites qui ont commencé par construire « l’Eurabia » (Bat Ye’or) avance en Europe d’une manière implacable.

L’Europe (la France) file un mauvais coton.

Youssef al-Qaradâwî, prééminent théoricien de l’islam ayant le droit d’émettre des fatwas en a publié une (2003) – « L'islam retournera en Europe en conquérant et en vainqueur après avoir été expulsé deux fois. ... L'avenir appartient à l'islam et la religion d'Allah vaincra toutes les autres religions. » En attendant que la nation musulmane soit victorieuse et conquière le monde entier. Jusque là (Manuel Valls) « on doit vivre avec le terrorisme islamiste »

 Et pour que l’on ne l’oublie pas, l’état islamique rappelle ses exploits récents : si vous ajoutez les attentats en Irak, en Syrie, vous trouverez plus de 2.000 personnes trucidés en moins d’un an. Au nom de la religion de paix et d’amour en route pour la conquête du monde.

Le pape a dit ...

Partager cet article

Repost 0
Published by martin
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens