Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

27 janvier 2018 6 27 /01 /janvier /2018 14:18

Avec une population de plus de 600 000 habitants, Oslo est divisée en deux parties par Akerselva, un petit ruisseau qui descend des montagnes au nord jusqu'au fjord d'Oslo. West Oslo est le quartier huppé, avec des maisons luxueuses près du centre-ville et, plus loin, des quartiers élégants pleins de grandes maisons et de vastes pelouses bien entretenues. East Oslo est plus grungy: au centre, vous trouverez des quartiers de type East Village avec des bars et des clubs sympas et beaucoup de graffitis, ainsi que quelques zones en grande partie musulmanes, Tøyen et Grønland; plus à l'est se trouve Groruddalen.

Groruddalen abrite plus d'un quart de la population d'Oslo. Pensez San Fernando Valley, et vous ne serez pas loin. Depuis quelques décennies, la vallée a été associée à l'Islam dans l'esprit norvégien. Le 28 août 2017, Rita Karlsen de Human Rights Service (HRS), un groupe de réflexion basé à Oslo, a noté que cela faisait 16 ans que Thorbjørn Berntsen, politicien du Parti travailliste, avait déclaré: « Il y a une limite au nombre d'immigrants Groruddalen peut accepter. Cette limite commence à être atteinte. Je connais des gens qui veulent déménager parce que la ville d'Oslo remplit des immeubles entiers avec des demandeurs d'asile et de réfugiés. . . . Nous devons simplement admettre que les conflits culturels commencent à être perceptibles. » D'autres politiciens ont rejeté les préoccupations de Berntsen. Le chef du Parti travailliste à Oslo, Bjørgulv Froyn, a insisté sur le fait que les problèmes de Groruddalen n'avaient "rien à voir avec les immigrés". Le chef des conservateurs d'Oslo, Per-Kristian Foss, a accusé Berntsen de "stigmatiser un quartier et un groupe de population". Foss, qui est ouvertement gay, a choisi de ne pas tenir compte du fait qu'il devenait déjà inconfortable pour les homosexuels de vivre dans certaines parties de Groruddalen.


L'avertissement de Berntsen, publié en 2001, s'est avéré prémonitoire. De 2008 à 2010, plus de 6 000 Norvégiens ont quitté Groruddalen, tandis que près de deux fois plus d'immigrants - principalement des musulmans - y ont emménagé. En 2009, 67% des enfants  nés à Stovner, un arrondissement situé à l'extrémité est de la vallée, avaient des mères non occidentales. En 2010, les immigrés représentaient plus de 40% de la population de Groruddalen, et Lars Østby, démographe en chef de Statistics Norway (SSB), l'agence de statistiques officielle du pays, a prédit que la population de la vallée allait être composée que de leurs enfants. Pourtant, Østby ne voyait pas cela comme un problème - malgré la sombre réalité de certaines zones urbaines de Suède voisine, comme Rinkeby à Stockholm et Rosengård à Malmö, qui étaient devenues des enclaves musulmanes: des sociétés parallèles où la charia l'emportait sur la loi suédoise et les dirigeants, les imams et les gangs avaient largement supplanté l'autorité du gouvernement, de la police et des tribunaux suédois.

En 2011, Aftenposten a brisé le silence médiatique dominant sur le sujet en rendant compte des expériences des Norvégiens de souche vivant à Groruddalen. «Il est difficile d'être un Norvégien de Groruddalen», a déclaré Patrick Åserud, un instituteur qui a vécu toute sa vie dans la vallée, au journal. "Il s'agit d'énormes problèmes de langue, plus une pression pour s'adapter à des normes qui sont totalement étrangères à ceux d'entre nous qui ont un mode de vie et un état d'esprit occidentaux." Åserud a déclaré que « dans certaines écoles de la vallée les enfants sont menacés d’être battus s’ils viennent avec du salami dans leurs  panier-repas. Les filles sont harcelées parce qu'elles sont blondes et se teignent les cheveux. Il est impossible d'être gay à l'école, ou athée, ou    juif. . . . Une famille indienne que je connais devrait vivre en tant que musulmane parce qu'elle a la peau brune.» Sur les 18 réunions parents-enseignants organisées récemment par Åserud, dix nécessitaient des traducteurs. Les conditions dans la vallée s'étaient détériorées au cours des trois dernières années et il avait décidé - à contre coeur - de décamper: «Je ne laisserai pas mes enfants grandir ici.» Le journaliste d'Aftenposten a suggéré qu'Åserud était «hypersensible» et qu’il était «déconnecté de la nouvelle Norvège». L'enseignant a répondu que si c'était le cas, il y avait beaucoup de Norvégiens de Groruddalen qui ressentaient la même chose.


Deux ans plus tard, en 2013, un rapport remarquablement honnête de la SSB a reconnu que 1 000 Norvégiens de souche quittaient Groruddalen chaque année, avec un nombre égal d'immigrants non occidentaux qui venaient les remplacer. Au cours de cette année seulement, les agressions à Groruddalen ont augmenté de près de 80%. La grande majorité des auteurs arrêtés étaient des adolescents d'origine immigrée avec des noms musulmans; presque aucun de leurs parents n'a pris la peine de se présenter à leurs comparutions. (Un père a pris des mesures: il a tenté d'intimider les victimes d'une agression en leur demandant de changer leurs témoignages.) Pourtant, la police et les politiciens ont continué à insister sur le fait que Groruddalen allait bien. Ils ont mis en épingle des statistiques sur les crimes autres que les agressions, qui semblaient, superficiellement, étayer leurs affirmations. Mais beaucoup - peut-être la plupart - des crimes dans la vallée n'ont pas été signalés. Les victimes musulmanes des crimes commis par d'autres musulmans savaient qu’ils ne devaient pas impliquer la police: leurs familles, les imams et d'autres musulmans locaux les considéreraient comme des traîtres et réagiraient en conséquence; ils savaient que ces questions devaient être traitées au sein de la communauté. Beaucoup de victimes non-musulmanes craignaient d'aller chez les flics, car elles savaient qu'elles risquaient des représailles (de la part de leurs voisins immigrés), plus forts que les transgressions originelles.


En 2015, le sociologue Halvor Fosli a publié Fremmed i eget land (Un étranger dans son propre pays), un livre basé sur des interviews de 20 résidents norvégiens de Groruddalen. Fosli a délibérément choisi des gens qui avaient un certain niveau de participation dans leur communauté - ceux qui avaient des enfants à l'école, par exemple, ou qui siégeaient à leurs conseils d'éducation coopérative. Comment était-il, leur demandait-il, de devenir une minorité dans son propre coin du monde? Leurs réponses étaient dérangeantes. Les garçons non musulmans du secondaire se méfiaient des provocations des gangs musulmans - mais ils ne savaient pas trop quoi éviter ou dire, car les camarades de classe musulmans jugeaient leur conduite selon un ensemble de codes complètement étrangers à la société norvégienne. Quant aux filles et aux femmes non musulmanes, sortir toute seule - au centre commercial, par exemple - leur  valait les regards furieux d'hommes musulmans à la longue barbe qui pensent qu'elles ne devaient pas quitter leur maison sans être escortés par des hommes ni avoir la tête découverte. Les Juifs sont particulièrement visés. Gays? N’y pensez pas. Bref, un endroit où les gens avaient vécu sans crainte et se traitaient avec respect et amitié, était devenu un territoire chargé de tension, d'effroi et de bigoterie, pas de fanatisme antimusulman, mais de sectarisme anti-norvégien.

Le livre de Fosli a déclenché un tsunami prévisible de condamnation dans les principaux médias norvégiens. Des multi-culturalistes de gauche vivant à Groruddalen ont appelé Fosli « menteur ». Dans un article d'Aftenposten intitulé «Non, je ne suis pas un étranger dans mon propre pays», Inger Sønderland a évoqué le fait d'avoir déménagé dans la vallée trois ans plus tôt et de se sentir immédiatement la bienvenue. "Je me sens chez moi ici!" Écrivait-elle. "Dans cet environnement où nous sommes tous si différents, je peux me sentir libre. Je peux me détendre, être moi-même. . . . » Øyvind Holen, qui avait travaillé dans la plupart des grands journaux norvégiens, a écrit plusieurs livres sur le hip-hop, et publié son propre compte de Groruddalen dix ans plus tôt, a également apporté sa contribution, chargeant dans Dagbladet que Fosli et ses interlocuteurs étaient «obsédés par l'islam» et se livraient à une «attaque monomaniaque contre les minorités pakistanaises et somaliennes». Avec toute l'attention positive des médias, le livre de Fosli aurait pu influencer les politiciens, la police et les agents d'immigration; au lieu de cela, les efforts déployés par les médias pour le discréditer ont fait en sorte que son livre n'ait aucun impact sur la politique nationale ou locale. La vie a continué comme avant: en 2016, les autorités scolaires ont reçu des rapports de près de 2 000 cas de violence contre des enseignants d'Oslo, mais ils n'en ont pas parlé à la police; un rapport de janvier 2017 indiquait que la criminalité chez les jeunes à Groruddalen avait fortement augmenté.


En février 2017, Forskning.no - un site qui prétend fournir des informations fiables sur la science et la recherche dans le monde - a soutenu que selon un nouveau rapport de NOVA, un institut de recherche norvégien, la plupart des jeunes de Groruddalen se portaient bien: prospéraient à l'école, avaient de bonnes relations avec leurs parents, êtaient satisfaits de leur environnement local, et buvaient moins d'alcool que les autres jeunes à Oslo. Mais quand Nina Hjerpset-Østlie de HRS regarda le rapport NOVA, elle trouva que pour la plupart des garçons musulmans, la vallée était, en effet, un véritable parc d'attractions. Le rapport de NOVA indiquait clairement que pour les filles musulmanes et pour les non-musulmans des deux sexes, vivre à Groruddalen n'était pas si passionnant. Ils se sentaient en danger en raison du comportement agressif et prédateur de beaucoup de ces garçons musulmans heureux et prospères. Un jeune sur cinq dans la vallée - principalement des garçons non musulmans - a été victime de violences ou de menaces de violence. Les filles musulmanes ont connu moins de violence, au moins en dehors de leurs propres maisons - probablement, a suggéré Hjerpset-Østlie, parce qu'elles avaient moins d'occasions d'être exposées à une telle violence, étant donné que leurs mouvements dans le monde extérieur, conformément aux règles de l'honneur islamique, étaient étroitement contrôlés et surveillés par leurs familles.

Le 11 mars 2017, à la surprise de nombreux téléspectateurs, le journal télévisé de la NRK, diffusé par le gouvernement, diffusait un reportage honnête sur l'augmentation dramatique de la criminalité à Oslo-Est, principalement sur Groruddalen, où, selon le journaliste Anders Magnus, environ 50% de la population avait maintenant des origines immigrées non occidentales. Des enfants de douze ans vendaient de la drogue; des jeunes de 15 ans portaient des fusils, des couteaux et des bâtons de baseball; des bandes de jeunes musulmans agressaient des adultes dans la rue; et les parents musulmans, à quelques exceptions près, montraient une totale indifférence aux activités de leurs fils criminels. Dans le même temps, conformément à la longue tradition norvégienne, la police a continué à patrouiller sans armes. Magnus a interviewé un entraîneur de hockey qui a dit que certains des membres de son équipe avaient démissionné parce qu'ils avaient peur d'être battus sur le chemin des terrains. Une jeune habitante a déclaré que les musulmans de la vallée avaient formé une «société parallèle», dans laquelle les enfants n'avaient tout simplement pas peur de la police. Fidèle à son habitude, Aftenposten a réfuté la relation de Magnus: Øystein E. Søreide et Mobashar Banaras, deux hommes politiques majeurs de Groruddalen, accusent NRK de «stigmatiser» les habitants de la vallée et d'accroître les divisions entre «nous» et «eux».

Puis, en mai, pendant trois nuits consécutives, des dizaines d'adolescents musulmans à Vestli, à l'extrémité est de Groruddalen, se sont révoltés en lançant des pierres, en incendiant et en commettant des attaques au couteau. Seuls trois maraudeurs ont été arrêtés, et ils ont été rapidement libérés. La réalité de la vie dans la vallée devenait de plus en plus difficile à nier - pourtant, comme l'écrivait Rita Karlsen de HRS, les grands médias et les porte-parole de la police ont dissimulé les nouvelles et dénoncé avec force l’idée que le  «modèle suédois»  n’existait plus à de Groruddalen : le niveau de criminalité devenu incontrôlable conduisant au transfert de l'autorité aux dirigeants de la communauté musulmane. Mais HRS avait ses propres sources dans la  police, qui ont révélé qu’elle connaissait la gravité des problèmes de la vallée. En très grand nombre, les jeunes musulmans menaçaient les enseignants, les agents de sécurité, les entreprises, la police, les pompiers, les ambulanciers et d'autres. De plus en plus de feux étaient allumés, comme dans les banlieues de Stockholm et de Paris.

Les efforts de la police pour maîtriser Groruddalen au cours des dernières années ont été un échec. Un des problèmes est la difficulté d'obtenir une autorisation officielle pour que la police porte des armes à feu - un changement furieusement opposé par les politiciens et les journalistes norvégiens. Un autre est l'incapacité des hauts responsables de la police d'Oslo à faire face à la situation dans la vallée. (Ils n’ont pas êté heureux quand un policier basé à Stovner, a admis dans une interview radiodiffusée, que les flics évitaient des parties de Groruddalen par peur, avec le sentiment qu'il serait «impensable» pour eux d'y entrer.) Mais le problème fondamental reste l'approche scandinave traditionnelle de la criminalité: rechercher les causes profondes, traiter les délinquants comme des victimes de la société et voir la compassion comme un remède contre la criminalité. Cette approche peut fonctionner avec des jeunes norvégiens indisciplinés, mais elle ne progresse pas avec leurs homologues musulmans, dont le conditionnement culturel les amène à considérer ce traitement comme un signe de faiblesse et à l'exploiter.


Août a marqué le début d'une nouvelle année scolaire. Le 28 septembre, VG, un journal norvégien, a rapporté que depuis le début du trimestre, plusieurs épisodes violents avaient eu lieu à l'école secondaire de Stovner – on y a trouvé une hache et un pied de biche - et le directeur, Terje Wold, a dit que il ne pouvait plus garantir la sécurité des enseignants et des étudiants. En réponse, le ministre de l'éducation par intérim, Henrik Asheim, a convoqué une réunion d'urgence; des policiers ont été rapidement postés à l'école tous les jours. VG a noté que Stovner était à peine unique: la violence dans d'autres écoles de Groruddalen s'était également intensifiée ces dernières années, conduisant au développement de ce qu'on appelle en norvégien un ukultur, littéralement, une "non-culture" - marquée par la violence, l’anarchie et la sauvagerie.

Et ça va. Les musulmans continuent d'affluer dans Groruddalen, et les Norvégiens continuent de partir. Le taux de reproduction des musulmans dépasse largement  celui  des Norvégiens indigènes. A l’école, dans certaines classes, seulement un ou deux enfants parlent norvégien. Des rapports sur le site de HRS et sur document.no (qui aborde également les questions liées à l'Islam avec une franchise rarement retrouvée dans les médias traditionnels) montrent clairement que la violence dans la vallée continue d'augmenter et s'intensifie, avec de plus en plus de gangs et des incendies de voiture comme ceux connus à Paris. Des rapports ont fait état de la constitution de groupes de défense norvégiens pour patrouiller et protéger leurs quartiers. Si Groruddalen n'est pas encore une zone de non-droit à part entière, à l'échelle de Rinkeby ou de Rosengård, c'est très proche. Avant longtemps, il sera normal de la décrire, sans guillemets, comme une colonie islamique au sein d'une politique laïque. Pourtant, les politiciens et les journalistes continuent de la représenter comme un paradis d'intégration et d'enrichissement multiculturel.


En août 2017, Hege Storhaug de HRS a pris note d'une affiche promotionnelle pour la nouvelle bibliothèque de Stovner. Elle représentait trois filles à la peau foncée, deux portant des hijabs, lisant heureusement des livres ensemble. "Ici," a commenté Storhaug, "c'est l'avenir". Thorbjørn Berntsen l'a vu arriver il y a 16 ans. D'autres l'ont fait aussi, mais la plupart sont restés silencieux. Même maintenant, alors que Groruddalen plonge dans l'anarchie et l'islamisation complète, peu osent s'exprimer. Pendant ce temps, au-delà des collines et des montagnes qui entourent Groruddalen, l'ombre qui est tombée sur la vallée obscurcit lentement le reste de la Norvège.

City Journal is a publication of Manhattan Institute

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens