Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 janvier 2018 3 17 /01 /janvier /2018 18:18

Trois sujets, d’inégale importance pour l’avenir du monde, tiennent le « haut du pavé » pendant ces quinze premiers jours de la nouvelle année : la « brouille » des palestiniens avec les Etats Unis, le nouveau gambit Nord-Coréen et la pantalonnade « Notre Dame des Landes ». Abordons-les selon leur importance pour le monde.

Corée du Nord – on vient d’apprendre que ce pays a négocié l’envoi d’une délégation « culturelle » de 140 personnes en Corée du Sud pendant les Jeux Olympiques d’hiver (du 9 au 25 février). Tous ceux dont la haute mission est d’apaiser applaudissent déjà et considèrent la chose comme un premier pas vers une solution négociée pour la paix dans la péninsule coréenne. Et, pour qu’il n’y est pas de malentendu, on utilise le fameux adage « l’alternative c’est une guerre nucléaire » Le même utilisé il y a trois ans par l’administration américaine (de sinistre mémoire) pour justifier l’innommable accord avec l’Iran qui lui donne le droit d’avoir accès à l’arme nucléaire  dans moins de sept ans.

Souvenons nous: depuis 1993 -premier « accord » avec la Corée du Nord (Clinton) qui, pour sauver de la famine sa population, promettait l’arrêt et le démantèlement de son programme nucléaire militaire, chaque fois que ce pays se trouvait dans une situation économiquement inextricable il faisait des gestes « positifs» laissant croire aux « apaiseurs » du monde entier que cette fois-ci, ils allaient arrêter leur programme nucléaire. Trois fois pendant les 25 dernières années les nord-coréens, avec une outrecuidance qui dépassait l’entendement, ont joué avec les « jean-foutres » mondiaux la même pièce de théâtre. Mais, voilà que l’année dernière un « nouveau sheriff » venait chambouler le rituel « promesse vs aide économique ». Et au bout d’une année de menaces (chaque fois que la Corée du Nord montrait un nouveau progrès) et de trois résolutions fortes du Conseil de Sécurité instaurant des sanctions immédiates, sanctions que même la Chine et la Russie avalisaient, la Corée du Nord se trouve dans une situation inextricable : ses importations d’énergie (pétrole) arrêtées (en très grande partie), une partie (importante) de ses exports bloquée et ses ouvriers envoyés dans divers pays (dont les rémunérations constituent une partie importante des revenus du pays) obligés de retourner dans leur pays. Pas besoin d’une longue démonstration pour admettre que c’est la politique du « nouveau sheriff » qui se trouve à l’origine de la situation inextricable de la Corée du Nord. Qui fait quoi ? Un gambit, elle fait croire être disposée à entrer dans de nouvelles négociations pour obtenir, rapidement, les apaisements qu’elle a obtenu chaque fois par le passé. Il se pourrait que cette fois elle se trompe car le « nouveau sheriff » vient de démontrer pour trois sujets qu’il fait ce qu’il dit – ou ce qu’il a promis : démanteler le systèmes des « ordres exécutifs » instauré par l’Administration Obama (qui a constitué le principal frein pour l’économie américaine), sortir de l’escroquerie « COP 21 », transférer l’ambassade des Etats Unis de Tel Aviv à Jérusalem (décision datant de 1995 et qu’aucun président n’a mis en place après avoir été élu en faisant la promesse). Si la Corée du Nord veut jouer au plus bête avec le « nouveau sheriff » …

Ce qui nous amène au deuxième sujet.

Brouille palestiniens – Etats Unis – Le constat fait par les Etats Unis relatif à l’endroit où se trouve la capitale d’Israël, constat qui aurait du « enflammer les masses musulmanes » n’a produit, jusqu’ici, que des murmures dans le monde arabo-musulman, occupé comme il est avec la guerre en Syrie, les conflits irakien, soudanais, Arabie Saoudite-Iran, Yémen et les autres 51 conflits de par le monde. Le monde arabe sunnite découvrant, de plus en plus, qu’il a plus en commun avec Israël qu’avec le monde shiite de l’Iran ce qui, entre autres, l’amène à prendre ses distances vis-à-vis des frères palestiniens » qui avaient bénéficié de leur soutien  depuis 70 ans. En revanche, les palestiniens (surtout leurs dirigeants) se sont fâchés tout rouge et, puisqu’une nouvelle intifada n’est pas de mise (peu de chance pour qu’elle obtienne quoi que ce soit), ils viennent de déclarer une « guerre de paroles » aux Etats Unis : « que Dieu détruise votre maison » imprécation arabe, sort (il y a quelques jours) de la bouche du dirigeant élu pour quatre années il y a douze ans (2006) et est adressée au « nouveau sheriff ». Qui leur a pourtant dit que s’ils ne veulent pas négocier la paix avec Israël il allait commencer à réduire les subventions que l’Amérique leurs donnait : environ   700 millions de $ par an. Soit, depuis qu’ils « taxent » le monde en faveur des « réfugiés » (env. 700.000 en 1948, env. 5.000.000 actuellement, après quatre générations disposant ad vitam eternam de la qualité de réfugié de père en fils …) probablement le double de ce que l’Amérique a affecté au Plan Marshall (16,5 milliards de $) pour reconstruire l’Europe Occidentale après la deuxième guerre mondiale. Pas mal, non ? Aujourd’hui on apprend que l’Amérique retient, déjà, la moitié d’un versement qui aurait du être fait ces jours-cis. Et que font les palestiniens ? Ils veulent convaincre le monde que (a) ils sont les descendants des canaanites qui auraient vécu en terre sainte avant les juifs, (b) qu’Israël est un « projet colonial » qui n’a rien avoir avec les juifs, (c) juifs qui ont été envoyé en Palestine par l’Europe pour défendre des territoires qui leurs étaient nécessaires, (e) juifs qui  préféraient subir le « soi-disant » holocauste que d’aller en Palestine. Discours de M. Abbas le 15.01.18. Pas mal, non ? Le « dirigeant modéré ». Celui dont la thèse de doctorat (Moscou, 1982) faisait état de la « collusion » nazis-sionistes et mettait en doute l'étendue  de la Shoah. Digne représentant d’une Direction palestinienne qui de 1920 à 2014 a refusé, avec les pays arabes, 14 (quatorze) fois les offres pour une solution pacifique du conflit israélo-arabe (San Remo, Ligue des Nations 1922, Commission Peel 1937, 1947+1948 partage ONU, 1967 –trois NON de Khartoum, 1978 – Autonomie Traité de Paix Sadate-Begin, 1995 – Rabin, 2000-Barak/Clinton, 2005- Sharon retrait de Gaza, 2008- offre Olmert (100% Cisjordanie, Jérusalem partagé …), 2009- Netanyahou, 2014-John Kerry).

Comme on dit … « it’s mind boggling » … Ils rejettent ce qu’on leur offre et s’en prennent à qui ? Aux States et à Israël. Ils auraient accepté le partage en 1948, ils avaient une chance de faire ce qu’Israël a fait en 70 ans : en 2018 Israël affiche un GDP/capita supérieur à celui de trois pays se trouvant parmi les six premières économies mondiales

Israël

       39,126

Japon

       38,282

Royaume Uni

       37,813

France

       37,295

Italie

       29,747

International Monetary Fund – GDP per capita 2017, $

Et ils ne réalisent même pas que le classement va encore changer car le PNB/capita d’Israël continuera à croître tandis que celui de l’Angleterre, de la France ou de l’Italie se ressentira car la chute de la fertilité des « indigènes » ne sera compensée que par l’immigration continue de gens non formés et par le manque d’innovations marquantes. Aucun exemple en Europe analogue à celui d’Intel rachetant pour 15 milliards de $, cash, la société israélienne Mobile Eye.

Quant à s’en prendre aux Etats Unis … certes, pas mal de pays européens (de l’Ouest) font de même. Que dire du fait qu’ils votent à l’ONU contre Israël parce que ils votent contre les Etats Unis. Tous les prétextes sont bons : quand on « décide » que le Mur de Lamentations est « territoire occupé » qui devrait être nommé d’après le bourricot qui aurait amené de là jusqu’à la Médine le prophète ou quand on s’en prend au « nouveau sheriff » qui ne veut pas (trop) d’immigrants venant de « pays de m… ». Regardez comment on a jugé la chose. Demandez-leurs si Haïti, la Somalie, la Zambie ou tant d’autres ne sont pas des « pays de m… ». L'indice de développement humain de l'ONU, la mesure la plus largement acceptée pour savoir comment se classe un pays donné, classe la Norvège (le pays d’où Trump a mentionné qu'il voulait plus d'immigrants) comme le n°1 mondial. Haïti est 163ème (sur un total de 189), et chacun des 25 pays classés en dessous (à l'exception des jardins de repos,  l'Afghanistan et le Yémen) est en Afrique. Toutes choses égales par ailleurs, pourquoi ne voudrait-il pas que les immigrants soient plutôt issus de pays où les sociétés sont en bonne santé et se portent bien plutôt que ceux venant  des endroits les plus pauvres et les plus dysfonctionnels du monde?

S’ils ne sont pas des « pays de m… » pourquoi des gens partent de là et personne ne veut y revenir ou y aller ?

Bref, les Etats Unis sont en train de proposer un « plan de paix » pour lequel,    semble-t-il, ils auraient obtenu l’assentiment de l’Egypte et de l’Arabie Saoudite, principaux pays arabes sunnites. Que, d’avance, les palestiniens, rejettent. On se souvient de Abba Eban « les palestiniens ne perdent jamais une occasion de perdre une occasion » Quatre générations après le partage « ONU, (« état juif, état arabe ») après avoir inventé pour le bonheur du monde le détournement des avions, les attentats suicides et obligé les plus de 4.000 aéroports du monde à dépenser des milliards de $ en équipements de protection, ils voudraient non pas avoir un état mais détruire l’état juif. D’évidence, cela arrangerait pas mal de monde, en Europe (occidentale) surtout, que le « nouveau sheriff » ne fasse pas ce qu’il avait promis

Ce qui nous amène au troisième sujet.

Notre Dame des Landes La France aussi a un nouveau sheriff ; Il avait clairement indiqué, pendant sa campagne électorale qu’il était contre une limitation de la vitesse sur les routes à deux voies à    80 km/heure, qu’il était pour la construction de l’aéroport de Notre Dame des Landes et que les impôts allaient diminuer et que les augmentations (CSG, par exemple) allaient être compensées par des réductions (taxe habitation, entre autres). Mais, chez nous, « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent» (J. Chirac, 1988). Et, donc, tout augmente (pour l’instant) et on apprend aujourd’hui que la zone de non droit (ZAD de Notre Dames des Landes)  et les farfelus qui s’y trouvent ont gagné : l’aéroport  ne se fera pas ! Au fait, il y a 12 autres grands projets que la France voudrait réaliser mais … ceux qui s’opposent n’auront pas de mal à utiliser le précédent Notre Dames des Landes !

On vit une époque formidable !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens