Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 16:40

Regardez, en les comparant, les deux relations des média internationaux :

  1. La Syrie assumera la présidence de la Conférence du désarmement à Genève (organisme qui a préparé le traité interdisant les armes chimiques), réunissant  65 pays le 28 mai 2018 et ce pendant quatre semaines, jusqu'au 24 juin.
  2. …. de nombreuses voix s'élèvent pour réclamer les "preuves" de l'attaque présumée à l'arme chimique à Douma, légitimant les frappes françaises, britanniques et américaines contre des installations du régime de Bachar Al-Assad en Syrie, samedi 14 avril.

A quel jeu joue-t-on ?

Si l’on comprend bien, les Etats Unis, la France et l’Angleterre (et tant d’autres) ne trouvent rien à dire quand la Syrie est choisie pour assurer la présidence d’une conférence sur le désarmement  mais, d’un autre côté, ces trois pays tirent 123 missiles (Etats Unis 105, l’Angleterre 12 et la France 6) sur des sites censés contenir des armes, chimiques de surcroît !

Mais, honneur oblige, avant d’envoyer les missiles, les trois pays ont prévenu la Russie, puissance dominante en Syrie, de ce qui allait arriver : pendant une semaine M. Poutine et son vassal M. Assad ont pu ainsi évacuer les lieux afin d'éviter des victimes, déplacer en lieu sûr les produits chimiques visés, voire même démonter les installations de production.

A quel jeu joue-t-on ?

En 2013 Monsieur Obama (de triste mémoire…) a laissé aux russes la tâche de démanteler le programme d’armes chimiques de la Syrie. Cela a été fait, « sans qu’un obus soit tiré » selon BO qui en a tiré gloire après avoir lamentablement renoncé de défendre sa « ligne rouge » énoncée en 2012. Fait ?

Disons en partie … car en recommençant à partir des env. 10/15% que les russes leur ont laissé … les syriens (avec l’aide prouvée des nord-coréens et de l’Allemagne : En réponse à une question écrite des députés du parti de gauche radicale Die Linke, le ministère de l'Économie a reconnu que Berlin avait accordé son feu vert à l’exportation en Syrie de plusieurs dizaines de tonnes de produits chimiques comme du fluorure de sodium ou du fluorure d’hydrogène ; HuffPost, 06.10.2016) … ont pu utiliser des gaz dans au moins une centaine d’occasions depuis. Et on savait pertinemment que les stocks d’armes chimiques pouvaient être (ou ont été) déplacés vers des cachettes théoriquement inconnues aux occidentaux.

A quel jeu joue-t-on ?

Les missiles tirés par les trois pays ont été tirés sur des cibles vides, ne comportant aucune arme, aucun produit et, surtout, en l’absence de tous ceux qui étaient en charge de ces activités. Les 123 missiles tirés, à environ 700.000€/pièce (BGM-109 Tomahawk — Wikipédia), sans compter le coût de fonctionnement des avions et des navires les ayant lancées, ont couté, peu ou prou,100.000.000 €. Heureusement parmi les six missiles tirés par la France il y en avait quatre proches de leur date de péremption et deux assurant le premier essai en combat. C’est nous qui nous sommes sortis le mieux (au plan économique).

A quel jeu joue-t-on ?

Dès que les trois pays ont fait savoir ce qui s’est passé –tous nos missiles ont touché les cibles identifiées pour l’attaque » la Russie a claironné, en se ridiculisant, « la défense syrienne (assurée par des équipements russes…) à intercepté 71 missiles ». Tout en sachant pertinemment que les trois pays savaient non moins pertinemment qu’il s’agissait d’un mensonge. En effet, les missiles tirés étaient du type « furtif » ce qui fait que la défense syrienne (ou russe) a commencé à tirer des intercepteurs après que les cibles eurent été atteintes !

A quel jeu joue-t-on ?

Mais il y a mieux (ou pire). Tirer des missiles sur des stocks de produits chimiques et ne pas trouver des traces dans l’atmosphère du pays (ou plus loin…) cela peut paraître légèrement anormal. Comme c’était anormal se décider de le faire vu les éventuels dégâts collatéraux possibles. Alors ? Il n’est pas impossible qu’il n’y avait pas de produits toxiques là ou les missiles sont arrivés, non ? Et que pendant la semaine d’avertissement M. Poutine a dit à M. Asad qui a dit à ses troupes… « videz les cibles, laissez-les tirer et tout le monde sera content !» Reste à dire merci aux Syriens d’avoir recaché leurs stocks d’armes chimiques !

A quel jeu joue-t-on ?

L’attaque des trois pays contre les armes chimiques utilisées par M. Asad contre son peuple n’a en rien affecté sa capacité à continuer. Autant dire que les rodomontades de M. Trump (« Mission Accomplie ») ou de notre Président («Ces frappes en elles-mêmes ne règlent rien [...] elles rappellent les principes de la communauté internationale.» - Strasbourg, 17.04.18) laissent rêveur celui qui cherche à comprendre. Dépenser 100.000.000 €  pour rappeler des principes … c’est cher du principe !

Et nos concitoyens ont prononcé leur verdict POUR ou CONTRE les frappes (« Etes-vous favorables à une frappe française… » Le Figaro 09.04.18) :

A quel jeu joue-t-on ?

Voilà la conclusion d’un des spécialistes israéliens « Intelligence militaire » : La déclaration  « Mission Accomplished » et l'affirmation que la capacité d'Assad à utiliser des armes chimiques a été fatalement touchée n'a aucun fondement. (https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5232786,00.html). Autant dire que l'attaque menée par les Etats-Unis, l’Angleterre et la France sur les installations d'armes chimiques syriennes n'a pas atteint ses objectifs et ne découragera pas le sieur Assad, selon les évaluations des services secrets israéliens. Qui, presque toujours, savent de quoi ils parlent.

Chacun sait que les frappes anglo-franco-américaines ne changeront pas la réalité sur le terrain. Le pouvoir de Bachar al-Assad n'est en rien ébranlé. Russes et Iraniens demeurent les maîtres du jeu et d’une l'hypothétique solution politique pour arrêter les massacres en Syrie. A moins que …

Lundi 16 avril nouvelles déclarations (russes, Iran) : ils auraient intercepté    6 missiles tirés sur un base syrienne. Quelques heures après, l’armée syrienne démentait en justifiant le tout par une panne des installations radar provoquées par une cyber attaque de EU et Israël … Jugez-en la porté de ce démenti.

Dernière nouvelle : l’attaque israélienne sur la base T4 a détruit non seulement les drones stockés et leur poste de commande mais … aussi le dernier système de défense (TOR, fabrication russe) que les iraniens voulaient mettre en marche pour interdire dès lors l’accès de l’aviation israélienne en Syrie. Il semblerait qu’ils auront du mal …

https://static.timesofisrael.com/www/uploads/2018/04/9A331_Tor-M1_-_Engineering_technologies_2012_1-640x400.jpg

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens