Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

9 août 2019 5 09 /08 /août /2019 18:25

Bon, alors par quoi commencer ?

Pendant que chez nous rien ne se passe - la mort d’un maire, ici, l’aggravation exponentielle des finances de la ville de Paris (une dette de presque 6 Milliards d’euros, soit env. 2.835€/habitant versus 500€/habitant quand B. Delanoë est devenu maire et 1.636 quand Mme Hidalgo l’a remplacé, 52.000 agents vs 40.000 en 2000 avec une population qui se contracte - IFRAP, Capital, 08.08.19) là, le cas Neymar au PSG, ici, la mort du regretté Jean-Pierre Mocky, là, l’AVC d’Alain Delon, ici, le samedi noir dans les deux sens, demain, bref, rien ne se passe. En même temps le monde frétille et comme il n’y a plus de sheriff on ne sait pas exactement vers où on est en train d’aller.

L’Europe, pas encore totalement sortie du raté des élections européennes ne sait pas ce qu’elle devrait faire : accepter le nouveau chantage du sultan d’Ankara et/ou sauver l’Iran du gouffre économique où il a été plongé par les sanctions américaines. Ou les deux ? En attendant que les pays récalcitrants aux injonctions des gnomes de Bruxelles quant au partage des immigrants mettent de l’eau dans leur vin, menacés comme ils sont de se voir réduire les fonds qu’on leur attribue.

Pour sauver l’Iran on a inventé l’INSTEX à la tête duquel on a nommé le 1er août un diplomate allemand. Patatras :  une semaine après on apprend que l’impétrant est fondamentalement anti-israélien («il n'y aurait pas de problème palestinien si l'Etat juif était fondé en Prusse Orientale») et, à l’occasion, antisémite («L’industrie de l’Holocauste gonfle le nombre de victimes» - avait-il déclaré à Ken Jebsen du You Tube Channel). Il est demis de suite car cela la fiche mal de charger un tel personnage d’une aide à l’Iran tout en sachant qu’il abhorre Israël et les juifs… Pas grave, on en trouvera un autre.

Il faudra bien car l’Allemagne qui est le premier exportateur européen est aussi le troisième fournisseur de l’Iran et que ses ventes à ce pays augmentent de plus de 20% l’an depuis le fameux JCPOA qui avait suspendu les sanctions imposées pour convaincre l’Iran d’abandonner sa marche vers la bombe :


 

Remarquez, pendant la même période, la France à triplé le volume de ses ventes (de 563 millions € à 1,5Milliards €) et a multiplié par 23 (!) ses importations (de 66 millions à env. 1,5 Milliards) pour le bonheur de mollahs (Le Point 11.05.18). Naturellement, il n’y a que les mauvais esprits qui prétendent que ces deux pays (mais pas seulement eux) se soient désolidarisés des États Unis - qui ont réinstallé les sanctions suspendues car l’Iran avait triché quand a été négocié le JCPOA et, depuis, a mené une politique de déstabilisation de la région tout en avançant, sur le terrain, vers les frontières d’Israël - parce que l’Iran respecterait ses engagements, en oubliant que la destruction d’Israël fait toujours partie des objectifs premiers de l’Iran, ce que l’Allemagne, la France, et l’Europe, eux, savent pertinemment.

Mais, Israël, comme le disait un ancien Premier Ministre français (Michel Rocard) n’est qu’un accident de l’histoire. (Michel Rocard, Bibliothèque d’Alexandrie, Egypte, 22.06.2004 : «L’origine du problème palestinien est la promesse donnée par les Anglais aux Juifs de fonder un État-nation. Ce fut une erreur historique» (www.proche-orient.info, 22 juin 2004).

La France, par son Président militant, veut mettre d’accord l’Iran et les Etats Unis. Et voilà le Donald twitter rageusement «L’Iran a de graves problèmes financiers. Ils veulent désespérément parler aux États-Unis, mais reçoivent des messages contradictoires de la part de tous ceux qui prétendent nous représenter, parmi lesquels le président français Macron.  Je sais qu'Emmanuel veut bien faire, comme tous les autres, mais personne ne parle pour les États-Unis à part les États-Unis eux-mêmes» Et pour ne pas être en reste un journal iranien apostrophe notre Président «Occupez-vous de vos samedis à Paris» (Courrier International, 02.08.19).

Bon, pas moyen de faire la paix entre l’Iran et les Etats Unis. Mais, peut-être on pourrait amadouer le Sultan qui après les 6 milliards d’euros acceptés par Madame Merkel au nom de l’Europe, en demande maintenant 2 de plus, le régime Schengen pour les 100 millions de turcs et, entre autres, le droit de créer des lycées turcs en France. En menaçant d’ouvrir les robinets pour que des réfugiés syriens déferlent sur Europe.

Vous voulez parier ? Il aura les 2 Mrds d’euros en attendant qu’il demande plus. Car le Sultan, lui, en a besoin pour la transformation de la Turquie en califat : «Depuis la tentative de coup d’État de juillet 2016, la dérive autoritaire du gouvernement turc de Recep Tayyip Erdogan se poursuit. Le ministre de l’Éducation Ziya Selçuk vient de donner un chiffre impressionnant: en l’espace de trois ans, il a fait retirer des écoles et des bibliothèques 301.878 livres et les a détruits. En 2016, un livre de mathématiques aurait été interdit au motif que les initiales de Fethullah Gülen, réfugié aux États-Unis, apparaissaient dans un exercice de géométrie qui mentionne une ligne allant «du point F au point G» (Le Figaro, 08.08.19). Comment peut-il faire un «gentlemen agreement» quand il n’y a pas deux gentlemen ?

En même temps on est peiné par ce qui se passe chez nous. Cela fait mal au cœur de le dire mais faut bien admettre que la trajectoire du déclin sur laquelle se trouve la France n’est pas un accident de parcours. On a oublié l’essentiel des promesses faites par E. Macron en 2017, on a oublié la réduction de 60.000 fonctionnaires, l’Etat coûte toujours un peu plus et nous sommes incapables d’équilibrer ce que l’on importe et ce que l’on exporte. Regardez la balance commerciale de la France sur 50 ans (Le Monde 08.08.19)

Mais la balance commerciale n’est pas tout. La France se lance dans des aventures qui risquent de lui coûter plus que ce qu’elle espère obtenir à court terme. Entre autres, elle vient de décider d’appliquer, seule, une taxe de 3% sur le chiffre d’affaires réalisé par les grandes sociétés américaines (GAFA). A l’encontre de l’opposition de Bruxelles et de quatre pays ouvertement (Irlande, Suède, Danemark, Finlande) et d’autres quatorze (qui se cachent). Il eut fallu l’unanimité des 28 pays pour que le projet soit admis. Et cela n’arrange pas les affaires de notre Président avec le Donald qui a twitté «France just put a digital tax on our great American technology companies. If anybody taxes them, it should be their home country, the USA. We will announce a substantial reciprocal action on Macron’s foolishness shortly. I’ve always said American wine is better than French wine! » (foolishness =sottise, bêtise) (26.07.19).

Quo vadis ? The sad situation that reigns in France is not all that different from that in many other European countries. A few weeks ago, an African cardinal, Robert Sarah, published a book, Le soir approche et déjà le jour baisse ("The evening comes, and already the light darkens"). "At the root of the collapse of the West", he writes, "there is a cultural and identity crisis. The West no longer knows what it is, because it does not know and does not want to know what shaped it, what constituted it, what it was and what it is. (...) This self-asphyxiation leads naturally to a decadence that opens the way to new barbaric civilizations." Guy. Millière, Gatestone Institute 03.08.19.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens