Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 18:01

Voilà une année depuis que le monde entier vit sous la menace d’un virus sorti d’où on ne sait où (mais, à la fin, un faisceau d’indices concordants  indiquerait un laboratoire biologique chinois www.lepoint.fr, www.franceinter.fr, https://urlz.fr/eDnk), menace qui a pris, au fur et à mesure du temps des proportions non vues depuis la grippe espagnole de 1918 et ses 50 millions de morts. Tant et si bien que l’on décompte à ce jour 85,7 millions de personnes infectées et 1,855 millions de personnes décédées. Et on compte …

Pendant l’année qui s’est écoulée on a essayé des modalités diverses visant à réduire (si non faire disparaître) la pandémie : des masques, des équipements respiratoires pour les malades, des tests, des confinements et des couvre-feux, rien n’y a fait, l’espoir (comme pour toute maladie infectieuse) a été accroché à l’existence d’un vaccin. Et aujourd’hui, grâce à la sagacité et à la culture du risque du Président des Etats Unis on dispose (le monde occidental) de trois vaccins déjà homologués et utilisés à grande échelle. Il ne reste qu’à généraliser leur utilisation ce qui s’avère -curieusement- problématique dans des pays dont le niveau culturel ou d’instruction est élevé.

En clair, dans les  pays qui utiliseront  à profusion les vaccins il est probable que l’on arrivera à arrêter la pandémie au cours de cette année. Pour les autres … Deux arguments sont mis en avant par ceux qui, au delà d’un scepticisme se voulant rationnel, se déclarent opposés (ou pour l’instant) à l’utilisation massive des vaccins : (a) le court temps pour leur création (d’habitude on a besoin de 5 à 10 ans ou plus) et (b) le manque de connaissances quant à leurs effets secondaires, donc …

Pour ce qui est de (a) je me permets de reprendre ce que j’ai déjà écrit : Ce que l’on occulte c’est qu’en réalité il s’agit toujours… d’argent : les sociétés les fabriquant, le font sur leurs fonds propres et vu que leur responsabilité pourrait être mise en cause pour ceci ou pour cela… elles sont prudentes, font des essais pendant des années sur des grands échantillons de populations diverses (traitées avec produit ou placebo) ce qui coûte les yeux de la tête. Leurs sous. Pour le WARP SPEED, le programme lancé par DJT… elles viennent de «jouer» avec son argent (so to speak) et sans que leur responsabilité puisse être mise en cause (selon ce que l’on sait des contrats qui les couvrent). Un exemple : le produit de Pfizer a été testé, au départ sur 4.000 personnes et en phase 3 (selon les protocoles usuels) sur 38.000 personnes de plusieurs continents, âge, couleur, état de santé, etc.

Pour ce qui est de (b) je vais faire appel à la notion de fiabilité. Tout processus, tout produit fait de main d’homme, tout ce qui s’invente pour être utilisé par des humains est caractérisé par sa fiabilité : garder ses qualités pendant une durée aussi longue que possible. Durée minimum déterminée empiriquement en fonction de la nature du processus ou du produit. La fiabilité se mesure par la MTBF (Mean Time Between Failures) qui se mesure en heures, jours, mois, années ou plus. D’évidence la MTBF ne doit pas être (et ne l’est pas) la même pour un mixer de cuisine et pour un ordinateur de satellite. Cette MTBF, pour un processus ou un produit déterminé, se mesure soit en prenant un petit nombre de produits pour les regarder pendant aussi longtemps qu’il n’intervient pas une perte de qualité soit en prenant un grand nombre de produits sachant que les facteurs temps et nombre sont interchangeables. Exemple : pour déterminer la MTBF on peut prendre 10 produits et constater une perte de qualité après H heures  et dire « la MTBF est égale à 10xH heures » ou on peut prendre 1000 produits et constater (statistiquement) que la MTBF est égale à 1.000 x h heures. Navré de faire cette incursion dans le monde technique mais … l’analogie avec les vaccins me semble plus qu’évidente. J’espère que l’on ne me tiendra pas rigueur.

En effet. Les vaccins qui nécessitaient 5 à 10 ans étaient homologués sur la base de tests sur un (relativement) petit nombre d’individus mais … suivis (effets directs principaux et secondaires, tolérance générale, décès, etc.,). Ce qui se passe avec les vaccins actuels, au delà des échantillons de populations initiaux, c’est qu’ils viennent d’être utilisés en (environ) trois semaines sur 13 millions d’individus (au 04.01.20).

Calculons : vaccin ancien testé sur, mettons, 20.000 personnes pendant 5 ans (soit 20.000x5x52 semaines = 5,2 millions semaines tandis que le vaccin de Pfizer vient d’être, déjà, testé pendant 13.000.000x3=39.000.000 semaines sans que l’on ait pu trouver des indices probants quant à sa nocivité ou inefficacité. C’est un peu osé mais pour les besoins de la démonstration on peut dire que l’utilisation du vaccin Pfizer indique un test (presque) huit fois plus sûr que les tests des vaccins anciens.

Naturellement, utiliser un concept du monde technique pour la vie humaine n’est pas chose que l’on fait facilement. Mais quand on réalise que le vaccin Pfizer n’aurait produit aucun indice de nocivité inacceptable pendant l’équivalent de plus de 72 ans on peut (on doit) tirer la conclusion que … le jeu vaut la chandelle ! 

La France. Elle nous désespère pour deux raisons totalement différentes mais pas du tout indépendantes. Tout d’abord, toutes les palinodies de 2020 (masques, tests, lits de réanimation, disponibilités doses vaccin, impréparation de la logistique de distribution et d’utilisation, etc.,) font partie de ce qu’on a fait pire que les autres (pays de ‘Europe ou certains, d’ailleurs). Le tout, de la responsabilité de notre Gouvernement et de celui qui, en haut de la pyramide, décide de tout en n’ayant aucune responsabilité car abrité par sa fonction. On a vaccinés 13 millions de personnes de par le monde (au 4 janvier) et la France avait vacciné une semaine après avoir commencé (petitement …) 516 personnes (www.ouest-France.fr). Mais … on essaye, ici et là, de justifier le retard de notre pays par l’inacceptabilité du vaccin, en principe, par une grande partie de la population. Résumons : pendant toute l’année dernière l’espoir était accroché à l’existence d’un vaccin, on a le vaccin mais on ne voudrait pas l’utiliser.

Pour ce Catch 22 je ne vois que deux explications : les sommités qui conduisent la lutte contre le Covid-19 (le Professeur Alain Fischer, par exemple) se sont répandus sur les plateaux de TV ou les radios nationales pour exprimer leurs doutes (leurs réserves, leur scepticisme) – apprendre cela au fin fond du pays n’est pas pour s’enthousiasmer et aller se faire vacciner. Les caisses de résonnance (TV, radios, etc.,) ont surenchéri et, à longueur de journée, distillent le même poison. De plus, notre Gouvernement et celui …. ayant peur de la vindicte populaire (ou éventuellement du système judiciaire français et des juges devenus procureurs …) n’ont osé ni rendre le vaccin obligatoire (comme Madame Buzyn qui avait réussi à rendre obligatoire, à la naissance, un vaccin couvrant 11 maladies) ni préparé le pays (centres de vaccinations, personnel, stratégie d’utilisation, etc.,) pour l’arrivée des vaccins Pfizer, Moderna ou Astra-Zeneca. Ni n’ont-ils su faire pression sur Sanofi pour ne pas se retrouver seul membre du Conseil de Sécurité de l’ONU à ne pas disposer d’un vaccin propre.

Mais le blog s’appelle France – Israël … regardons, de nouveau la comparaison entre les deux pays.

 

Israël à hier soir = 1.300.000 personnes vaccinées soit 14,4% de la population        (9 millions) : homothétie France-Israël populations (66 vs 9 millions) = 9.500 au 03.01.21 soit env. 10 millions le 04.01.21 devraient être vaccinés aujourd’hui ; la France «accélère» et prévoit 15/20 millions pour dans six mois … Espérons mais … ceci voudrait dire (prenons 17.500.000 comme objectif) quelques 106.000 personnes vaccinées tous les jours. Chaque jour manquant augmentera le taux de vaccination : si le taux commence seulement le 15 janvier le restant devra être 113.000/jour …

Mais, en France on a le temps (et la volonté de s’occuper d’Israël : Le Monde (04.01.21) : il n’est toujours pas prévu qu’Israël achemine des stocks vers la Cisjordanie et Gaza qu’il occupe depuis 1967. -04.01.21): (a) la Cisjordanie se veut « l’Etat de la Palestine » il serait normal qu’ils s’en occupent ; (b) Gaza que Le Monde considère occupée par Israël … c’est Hamastan, Israël a quitté le territoire il y a 15 ans et reçoit pour cela, tous les ans, des milliers de fusées, mortiers et autres projectiles. Le Monde se prend-il au sérieux quand il demande à Israël de s’occuper de la santé de ceux qui déclarent tous les jours vouloir le faire disparaître ?

Le Monde, le Quai d’Orsay, les votes de la France au détriment d’Israël à l’ONU ou ailleurs … oublié le temps quand Israël était notre ami, notre allié.

Heureusement nous avons le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle et la Force de Frappe. Et l’espoir que l’on absorbera le retard et que l’on aura vacciné les personnes fragiles (env. 9 millions en tout) avant l’été.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens