Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

19 janvier 2021 2 19 /01 /janvier /2021 09:04

 

Donc, puisque l’on me le demande je dois obtempérer car, autrement, mes lecteurs risquent de m’en vouloir. Et par les temps qui courent…

Notre Ministre de la Santé, à Grenoble, hier, a déclaré : « Avec l'accélération de la campagne de vaccination dans les Ehpad, nous aurons largement atteint le million de Français vaccinés d'ici la fin du mois » (Le Figaro, 18.01.21). Comme on le sait, il n’y a pas de portail officiel pour enregistrer tous les paramètres de ce qui se passe avec et autour du Covid-19. Heureusement, un informaticien de 24 ans, chercheur en « data » en a créé un que tout monde consulte (vu son exactitude, sa fiabilité et le fait qu’il soit gratuit) car le fondateur du portail ne fait que demander, gentiment :

Et que nous dit le Covid Tracker (https://covidtracker.fr/vaccintracker/) ?

Regardez bien le graphique : d’évidence, la vaccination (nombre de personnes vaccinées) ne s’est pas accélérée les deux derniers jour, au contraire, il y a une certaine décélération ! Bien sûr, il faut espérer que le taux de vaccination augmentera rapidement (comme on nous le dit). Mais ..les moyennes sont ce qu'elles sont et conditionnent les résultats finaux. Et, comme on a pris l’habitude, un peu d’arithmétique en regardant les deux tableaux qui suivent :

422.127 personnes vaccinées au 17.01.21 soit une moyenne journalière de la période (à partir du 01.01.21) de 24.831 personnes/jour. Avec cette moyenne on arriverait à fin janvier à (facile à calculer) à 769.761 personnes vaccinées … loin derrière les « largement au delà du million » 

Continuons : quel taux journalier, à partir d’aujourd’hui, serait nécessaire pour arriver au million ? Facile à calculer, 41.277 vaccinations/jour soit, presque le double du taux moyen constaté (oublions – voir le premier tableau – que le taux du dernier jour a été de 9.081 !). Comme il n’est pas raisonnable de croire que l’on pourra doubler le taux pendant tous les 14 jours qui restent, prenons comme hypothèse un taux (moyenne entre celui constaté et celui nécessaire) de 33.204 ce qui ajouterait aux 422.127 personnes vaccinées 464.856 personnes, soit un total de 883.983 – encore loin de « largement au delà du million » Pourquoi ont-ils besoin de donner des verges pour se faire battre ?

Et le tout avec moult emphase et satisfaction du genre « nous ne sommes pas en retard par rapport à notre stratégie », « pour certains aspects nous faisons mieux que d’autres pays en Europe » « nous aurons plus de 5 millions de vaccinés en avril et plus de 13 à 15 millions en été » Et si toutes ces affirmations se révèleront incorrectes ou présomptueuses, on a déjà une excuse… « nous n’avons pas encore les doses commandées » (regardez le deuxième tableau, on dispose déjà de 1.651.000 doses, ce qui manque ce n’est pas les doses mais la capacité à organiser la distribution et la vaccination.

Mais … on apprend qu’on est en train de faire du bricolage … Au lieu de faire la deuxième dose 3 semaines après la première, les r/v donnés par Doctolib ou autres vont jusqu’à 5 voire six semaines après. Pourtant « L'efficacité et la sécurité du vaccin n'ont pas été évaluées pour d'autres calendriers de dosage» que les deux injections espacées de 21 jours appliquées lors de l'essai clinique, a expliqué l'entreprise allemande, qui a développé avec l'américain Pfizer le premier vaccin autorisé aux États-Unis et dans l'UE.

Bon, à supposer que mes calculs soient incorrects (à tout pêcheur, miséricorde) acceptons ce que l'on nous dit. 5 millions en avril = 7,7% de la population ; 15 millions en été = 23%. Mais, en laissant de côté les deux (pour l’instant) mutations du virus (qui pourraient constituer des facteurs de distorsion des calculs) on doit se poser la question : quand arrivera-t-on à la « herd immunity » considérée actuellement intervenir à partir de 60% de la population vaccinée (deux doses pour le vaccin Pfizer, une pour Moderna et Astra-Zeneca) ? D’évidence, une seule réponse (pas précise) : pas avant la fin de l’année. Etait-il écrit dans les livres que l’on ne pouvait pas faire mieux ?

En quoi, ce petit pays, Israël a-t-il fait mieux que la cinquième économie du monde qui dispose, entre autres, d’une force nucléaire et de porte-avions itou ? Ce que je veux dire par là c’est qu’un pays comme le notre, ne peut pas faire montre de capacités de logistique, prise de décision et exécution moins bonnes qu’Israël. On déploie nos armées un peu partout dans le monde, en Afrique, à Djibouti, en Syrie, même au Nagorno-Karabakh (d’après certaines sources – difficiles à prouver), au Golfe Persique, donc on doit faire face à des contraintes logistiques énormes, alors ? Regardez l’état de la vaccination dans le monde au 17.01.21 :

Israël : 28% de la population déjà vaccinée soit 2.430.000 au 17.01 et cela avec un taux de 150.000 vaccinations/jour (soit 5 ou 6 fois plus que chez nous) ; au bout de 14 jours (31 décembre) le total probable sera de  2430000+14*150000=4.860.000 soit 52,55% de la population … presque la « herd immunity », si elle se trouve à partir de 60% de la population. Et ce n’est pas tout. Depuis quelques jours le taux réel est de 170.000 vaccinations/jour. Et ce n’est pas tout : « Les responsables gouvernementaux  pensent  qu'Israël commencera à vacciner 200.000 personnes par jour cette semaine, un rythme sans précédent qui, selon eux, permettra une ouverture rapide du marché dans son intégralité en mars grâce à l'utilisation de son plan de « passeport vert ». (Israël-Hayom 17.01.21). Pourquoi eux et pas nous ?

La première chose qui vient à l’esprit c’est le nombre de points de vaccination. Il est de 300 pour l’instant et il sera, nous dit-on, de 800 à la fin du mois. Israël, pays de 22.145 km2 dispose de 600 points de vaccination. La France, 643.801 km2 (métropole, sans compter les TOM) devrait avoir (au prorata des km2) 17.443 points ou au prorata de la population (Israël 9,3 millions, France 65,6 millions) 4.232 points de vaccinations. Impossible ? Certainement pas dans un pays où on trouve 21.141 pharmacies avec 74.227 pharmaciens et 101.355 médecins généralistes (inscrits à leurs Ordres, données 2019). Pour commencer, la France a décidé de ne pas utiliser les médecins généralistes. Ni les pharmaciens. Ce n’est donc pas la capacité technique qui manque mais alors quoi ? Ce qui manque c’est la logistique nécessaire pour distribuer les doses.

Logistique ? La France dispose dans plusieurs universités d’enseignements de la logistique. A–t-on fait appel aux ressources disponibles (et disposées) en dû temps ? Non. « Les conditions d’une telle stratégie nécessitent que la chaine logistique soit fluide et interconnectée. Dans son livre blanc publié en septembre dernier, le logisticien DHL formule ainsi plusieurs recommandations aux gouvernements pour tenir compte des enseignements du premier confinement. Parmi lesquelles, l’utilisation d’outils informatiques consolidés: dans un contexte de flux tendu, cela permettra de suivre en temps réel les besoins en doses de vaccin et d’y répondre dans les heures qui suivent. Le livre blanc recommande également la simplification des procédures et des différents niveaux de décisions pour accélérer le trafic » (Usine Nouvelle, 20.11.20 !). Dernièrement on apprend qu’on a fait appel à un cabinet de conseil américain. Les israéliens se sont débrouillés sans.

Mais il y a mieux pour comprendre l’écart entre la performance d’Israël et celle de la France :

  1. dès que le programme de DJT (Warp Speed) a été lancé avec comme objectif un vaccin avant fin 2020, M. Netanyahou (en mars ou avril 2020) a décidé d’acheter 14 millions de doses, ce qui permettrait de vacciner 7 millions d'individus, autrement dit la quasi-totalité de la population vaccinable - sont exclus les moins de 16 ans qui n'ont pas fait partie des essais cliniques et ceux qui ont déjà contracté le virus et sont, en principe, immunisés. (Les échos 03.01.21) ;
  2. Alors que les premiers vaccins ont été livrés dans certains pays, en France les prestataires logistiques restent dans l’expectative. Même si tous planchent depuis des mois pour proposer leurs services ;
  3. B. Netanyahou a bâti des relations directes avec les deux têtes pensantes de Pfizer et Moderna (A. Bourla et T. Zaks) et leur a proposé un marché win-win qui consiste à faire d’Israël un territoire d’essai pour plus de 5.000.000 de personnes (toutes données, sauf identités, mises à la disposition de Pfizer et de l’OMS) ;
  4. TEVA (premier fabricant de produits génériques au monde) a mis à disposition trente  congélateurs souterrains situés dans une installation près du principal aéroport international d'Israël qui peuvent contenir environ 5 millions de doses, qui sont ensuite reconditionnées en paquets de 100 doses et livrées à travers le pays.
  5. B. Netanyahou a accepté de payer les doses de Pfizer deux fois plus cher que le prix probablement payé par l’Europe mais en obtenant la garantie d’avoir des doses au rythme de l’utilisation.

Et le résultat de tout cela ? Nous étions préparés tôt, avons signé les accords tôt et avons dit aux pharmaciens producteurs qu'ils verraient les résultats rapidement. C'est une situation gagnant-gagnant (Y. Edelstein, Ministre de la Santé – Politico 16.01.21

Et pour vous distraire, puisque un des éléments essentiels est la vitesse de la distribution des doses, souffrez de lire ce qui suit : Gadfin –JP.08.01.21 - Ce sont des experts dans la construction de drones et dans la fourniture de la logistique et des capacités de transport pour des services de livraison par drones autonomes entre les entreprises, les hôpitaux et les centres de travail. Actuellement, ils sont au milieu des préparatifs pour l'administration des vaccins COVID-19 et équipent leurs drones d'un compartiment conforme à la livraison des vaccins COVID-19 qui  peut  maintenir  un refroidissement de -80 °C pendant trois heures. Gadfin a été la première en Israël à avoir obtenu la licence de l'Autorité de l'aviation civile pour livrer des marchandises par drones, et est reconnue dans le monde entier comme le premier fournisseur de livraison par drones avec une logistique avancée approuvée. Le drone est alimenté par une batterie à fusion d'hydrogène et ne pollue pas l'air. Il a la capacité d'atteindre une vitesse de 100 kilomètres à l‘heure et une autonomie de plus de 250 km. Lorsqu'il est équipé pour le vol, ses ordinateurs sont chargés d'un plan de vol et l'aéronef suit ce plan d'un endroit fixe à un autre sur des routes prédéterminées et approuvées. »

Et l’Ambassadeur de France qui disait « Israël, ce pays de m…e »

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens