Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

21 février 2021 7 21 /02 /février /2021 19:21

 

Il s’agit, donc, de suggérer ce qui pourrait advenir si certaines choses suivaient un développement raisonnable et si les choses s’éloignaient un peu des mauvaises nouvelles qui nous sont déversées toutes les semaines à 18h00 par MM. Castex & Véran et, de temps à autre, par notre président. Car, à force de n’entendre que des mauvaises nouvelles, il y a un moment où nos concitoyens commencent à refuser d’écouter ce que l’on nous sérine, quand ils ne sont plus disposés à prendre pour argent comptant les racontars et leurs contraires comme cela se passe chaque semaine que Dieu nous a laissé encore vivre.

Je suis arrivé à la conclusion qu’il serait utile, pour nous tous, d’instiller, aussi, de temps en temps quelques bonnes nouvelles. En faisant le pari qu’elles ne seront pas plus démenties que les mauvaises qui nous font voir l’avenir en noir et qui conduisent au désespoir de nos concitoyens.

Deux exemples me conduisent à faire quelques calculs pour échafauder, si non une prévision, au moins une des branches de l’alternative que nous confrontons : à quel moment pourra-t-on, raisonnablement, commencer à desserrer l’étau actuel qui s’appelle confinement, distanciation, interdictions de toute nature pour (presque) toutes les catégories sociales.

Tout d’abord, l’exemple d’Israël : ce pays vient d’ouvrir hier, pratiquement, tout ce qui était fermé pendant le troisième confinement. Première observation : les confinements en Israël ont été spécifiques, pour des catégories de population bien choisies, pour des entités géographiques déterminées et pour des endroits de grande probabilité de multiples rencontres. En parallèle, depuis le mois de décembre, une campagne de vaccination agressive a conduit à obtenir, au 19 février, que 82,4% de la population (donc toutes les populations à risques) soit protégée par au moins une dose (vaccin Pfizer, efficacité prouvée 75% face à l’annonce initiale de Pfizer de 65/75%).

 Le 19.02 Israël = 7,13M (au 20.02.21 4.310.415 une dose, 2.937.458 deux doses, total 7.247.873) doses injectées parmi lesquelles 30% de la population ont eu 2 doses ; jusqu’à fin mars (encore 41 jours) ils pourront (moyenne vaccination 150.000/jour) vacciner 6,15 millions soit… environ 90% de la population aura reçu 2 doses. Tout porte à croire qu’Israël sera sortie de la misère du Covid-19 à fin mars, début avril. Mais… cela veut dire que c’est possible, et qu’il faut trouver ce qu’il faut faire, chez nous, par exemple, (sans copier, car impossible, ce qui a été fait en Israël). Remarquez, avec 7,13 millions de vaccinés (certes, une dose pour la majorité) Israël a atteint le niveau généralement considéré de l’immunité de masse et les résultats commencent à se faire visibles : nombre de cas dans les 7 derniers jours en réduction, pourcentage d’infection en réduction, cas graves (hospitalisation/ réanimation) en réduction, nombre décès dans les 7 derniers jours en réduction. (STATISTA).

 Deux études, Dr. Makary (professeur à la John Hopkins School of Medicine, 18.02.21, WSJ) et NYT (20.02.21) nous permettent d’entrevoir un avenir moins noir que celui qui nous est proposé chaque semaine par nos dirigeants.

Je vais suivre la logique, simple, du Professeur Makary qui conduit à croire que l’immunité de masse aux States pourrait être atteinte en avril/mai de cette année) en utilisant les données connues à ce jour pour la France.

Pour arriver à l’immunité de masse on considère, généralement, qu’il faut que 60% de la population adulte (y inclus les personnes fragiles, les comorbidités, etc.,) aient développé des anticorps suite à une infection ou à une vaccination.

Pour la France, la population adulte est de 52.000.000, le nombre de personnes infectées mais guéries est de 3.445.878, le nombre de personnes vaccinées (au moins une dose) est de 3.670.000 et, donc, il s’agirait d’arriver à avoir vacciné 0,6 x (52.000.000-3.445.000-3.670.000) = 27.530.473. Aujourd’hui le nombre de vaccinations journalières est d’environ 150.000 (j’oublie, pour l’instant, que pendant le week-end il n’est que d’environ la moitié, j’ai laissé de côté les décès aussi car marginaux…), bref, on devrait atteindre l’immunité de masse en 27.530.473/150.000=183 jours soit au mois d’août ! Sonnez trompettes, résonnez musettes, la lumière au bout du tunnel commence à être visible !

L’étude NYT permet de voir, pour les États Unis (27.787.075 infectés, 491.000 décès, 61.290.000 vaccinés) que les 0,6x(0,8x338.000.000) -27.787.075-61.290.000-491.000) de population adulte seront atteints en vaccinant 1.5 millions/jour (rythme actuel 1,6-1,7)) en 72 jours soit en mai 2021.

Regardez le graphique publié par NYT : l’immunité de masse (60% de la population adulte corrigé des infectés, des vaccinés et des morts) serait atteinte en avril/mai, pratiquement au même moment que l’étude du Professeur Makary. Un faisceau d’indices concordants… me fait croire que le résultat du calcul pour la France ne devrait pas être loin de la réalité.

Il nous reste à attendre, tout en espérant que l’on tiendra un rythme de vaccinations au moins égal à celui d’aujourd’hui. Mais aussi que l’on devrait donner la primauté à la vaccination avec au moins une dose et laisser la deuxième, pour l’essentiel, après l’atteinte de l’immunité de masse. Mais qui suis-je pour donner des conseils à nos gouvernants ou à leurs conseils payés des dizaines de millions d’euros en 2020 (l’OBS, 08.01.21 – Mc Kinsey 2millions/mois) * ? Seule consolation pour nous tous… je ne demande rien pour mes écrits !

*Le travail pour le secteur public représentait près de 10% des revenus chez les sociétés de conseil en 2018, pour un montant de 657 millions d'euros, selon la Fédération européenne des associations de consultants en management (FEACO). Le double pour 2020 ?

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens