Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 11:26
La guerre continue, les dirigeants du monde (G7 et/ou autres) s’agitent beaucoup mais  sans résultats visibles, on nous fait croire que les « canaux diplomatiques » sont ouverts et que, par exemple, notre Président parle -constamment- à M. Poutine. Pourquoi faire ?
Il m’a paru intéressant de mettre sur le blog un article du Dr. A. Motyl, Prof Universitaire américain, spécialiste de l’Ukraine et de la Russie.

 

Comment l’Ukraine peut-elle « parler » avec la Russie alors que l’objectif de Poutine semble être de s’assurer que l’Ukraine n’existe pas? Imaginez que nous sommes en 1944 en Europe, et un dirigeant allié dit ce qui suit : «Nous aurons une paix à bâtir demain, n’oublions jamais cela. Nous devrons le faire avec les Juifs et les Allemands autour de la table. La fin de la discussion et de la négociation sera fixée par les Juifs et les Allemands eux-mêmes. Mais cela ne se fera pas dans le déni, ni dans l’exclusion les uns des autres, ni même dans l’humiliation. »

Je suppose que la plupart des gens conviendront que la proposition est absurde, obscène et vouée à l’échec. Comment Adolf Hitler et un représentant de la communauté juive pourraient-ils parler de quoi que ce soit? Hitler est déterminé à anéantir les Juifs, et les Juifs veulent survivre. Une réunion des esprits est impossible dans de telles conditions à somme nulle.

Remplacez les Juifs par l’Ukraine et les Allemands par la Russie, et vous aurez la déclaration faite par le président français Emmanuel Macron à Strasbourg le 9 mai. Bien que le génocide russe en Ukraine soit loin d’être aussi destructeur que l’Holocauste, après tout, la guerre ne dure que depuis trois mois — la logique de la négociation est identique dans les deux cas. Tout comme les Juifs ne pouvaient négocier avec les Allemands qu’après la défaite, les excuses et la renonciation de ces derniers à l’antisémitisme et au nazisme, l’Ukraine ne peut négocier avec la Russie qu’après sa défaite, ses excuses et sa renonciation à l’anti-ukrainisme et au nazisme.

Jusqu’à ce que cela se produise, la Russie de Poutine restera un État fasciste, voyou, déterminé à détruire l’Ukraine et les Ukrainiens et à étendre son empire à toutes les nations contrôlées auparavant par la Russie soviétique. Comme un député du Conseil Municipal de Moscou l’a récemment dit, la Russie doit « dénazifier » aussi l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Moldavie et le Kazakhstan.

Les décideurs russes ont répété à maintes reprises que l’Ukraine est une construction artificielle et que les Ukrainiens n’existent pas. Un député de la Douma a déclaré que « la notion même de l’Ukraine ne devrait pas exister à l’avenir ». Il dit que ses opinions sont « radicales », alors qu’en fait, elles sont répandues dans la Russie d’aujourd’hui. Ainsi, la maison d’édition éducative « Lumières» a ordonné à ses employés de supprimer les  références à l’Ukraine et à Kiev des textes parce que, pour reprendre les mots d’un éditeur, «nous devons faire croire que l’Ukraine n’existe pas». Et, il y a quelques semaines, un publiciste russe a proposé un plan détaillé de l’extermination de la nation ukrainienne.

Des soldats russes ont tué, violé et pillé, commettant ainsi de multiples crimes de guerre. En même temps, les Russes ont détruit et pillé près de 200 sites du patrimoine culturel ukrainien. Deux exemples : un musée dédié au philosophe ukrainien du XVIIIe siècle, Hryhory Skovoroda, a été bombardé au début de mai ; quelques jours plus tard, une cache d’anciens bijoux et objets en or scythe a été volée dans un musée à Melitopol.

Des dizaines de milliers de civils ukrainiens ont été tués à Marioupol; des milliers d’autres sont morts dans d’autres villages, villes et villes ukrainiens. Des centaines de milliers de personnes ont été « nettoyées ethniquement » et expulsées de force vers la Russie. Des milliers d’enfants ont été enlevés.

Les actions de la Russie aujourd’hui ne sont guère différentes de celles du début des années 1930, lorsque Moscou a lancé une campagne anti-ukrainienne reconnue comme un génocide par Rafael Lemkin, l’érudit judéo-polonais qui a inventé le terme. À l’époque comme aujourd’hui, Moscou visait à détruire physiquement les Ukrainiens ainsi que leur « tradition, traditions et musique folkloriques, la langue et la littérature nationales, l’esprit national ». Alors comme maintenant, si les plans de Moscou réussissent, « l’Ukraine sera aussi morte » — pour citer Lemkin - «comme si tous les Ukrainiens avaient été tués, car elle aura perdu cette partie qui a gardé et développé sa culture, ses croyances, ses idées communes, qui l’ont guidée et qui lui ont donné une âme, qui, en somme, en a fait une nation plutôt qu’une masse de personnes. »

Compte tenu des objectifs clairement génocidaires de Poutine en Ukraine, de quoi les Ukrainiens et les Russes sont-ils censés parler? En effet, de quoi le Président Macron ou ses homologues occidentaux pourraient-ils parler avec Poutine? Du nombre d’Ukrainiens qu’il devrait tuer? Le nombre de missiles qu’il devrait abattre sur les villes ukrainiennes? Le rythme du génocide? La construction de ghettos?

Tout comme Hitler, Poutine doit d’abord être vaincu et son pays doit être débaptisé avant qu’un dialogue raisonnable puisse avoir lieu entre la Russie et l’Ukraine, ainsi qu’entre la Russie et l’Occident. Cela ne signifie pas que la diplomatie doit cesser : des miracles se produisent. La défaite ne signifie pas non plus l’effondrement ou la destruction de la Russie. Mais cela signifie, au minimum, le retrait de la Russie de l’Ukraine et, sans doute plus important, le départ de Poutine. L’Occident ne devrait pas se faire d’illusions la Russie demeurera une menace pour la paix mondiale, et la reprise de la guerre -avec l’Ukraine ou avec d’autres États post-soviétiques - sera presque inévitable. La présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen, avait tout à fait raison de dire que la Russie « est aujourd’hui la menace la plus directe pour l’ordre mondial ».

Elle aurait pu ajouter qu’elle le restera tant que Poutine restera au pouvoir. Ce n’est qu’après son départ qu’il sera possible, comme le recommande un commentateur russe, pour la Russie « d’admettre sa défaite, de conclure la paix et de passer aux réformes dès que possible ».

 

Par Alexander Motyl (https://www.19fortyfive.com/2022/05/putins-russia-has-one-goal-to-ensure-ukraine-doesnt-exist) - traduction MB/Reverso

Dr. Alexander Motyl is a professor of political science at Rutgers-Newark. A specialist on Ukraine, Russia, and the USSR, and on nationalism, revolutions, empires, and theory, he is the author of 10 books of nonfiction, including Pidsumky imperii (2009); Puti imperii (2004); Imperial Ends: The Decay, Collapse, and Revival of Empires (2001); Revolutions, Nations, Empires: Conceptual Limits and Theoretical Possibilities (1999); Dilemmas of Independence: Ukraine after Totalitarianism (1993); and The Turn to the Right: The Ideological Origins and Development of Ukrainian Nationalism, 1919–1929 (1980); the editor of 15 volumes, including The Encyclopedia of Nationalism (2000) and The Holodomor Reader (2012); and a contributor of dozens of articles to academic and policy journals, newspaper op-ed pages, and magazines. He also has a weekly blog, “Ukraine’s Orange Blues.”

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens