Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 mai 2022 7 08 /05 /mai /2022 08:33

L’Ukraine, encore et encore. D’autant plus que, curieusement, on commence à afficher une sorte de peur concernant l'éventualité non pas que M. Poutine perde sa guerre mais que M. Zelenski gagne la sienne. Ou que l’on arrive à une sorte de « pat » que les joueurs d’échecs redoutent car il laisse les choses non définies. Mais il n’y a pas que l’Ukraine. Il y a eu l’élection de notre Président (qui en doutait ?) et on attend avec la même fièvre fictive la nomination de M. Mélenchon comme premier ministre. Franchement, vraiment, comment peut-il y croire ? Et aussi les 74 ans d’Israël.

Il n’empêche nous sommes au seuil de 75 jours de guerre. En ce n’est pas fini. Mais on peut regarder de près ce qui se passe.

Et ça continue. Les changements sont plus lents, on a le sentiment que les besoins de l’armée russe (effectifs, systèmes d’armes, munitions, logistique, etc.,) sont tellement difficilement vite reconstituables que cela se ressente dans son manque de progrès sur la nouvelle cible : la conquête intégrale du Donbass.J’ai trouvé intéressant de regarder non seulement les pertes totales de l’armée russe depuis le 24 février mais aussi celles, incluses, des 20 derniers jours en me disant que l’on devrait ainsi comprendre mieux ce qui se passe. Regardez le tableau suivant :

Il nous permet de constater que (a) la perte des tanks (colonne 1) est supérieure pendant les 20 derniers jours (17,5/j) à la moyenne depuis le 24 février (15,4/j) ce qui est le cas aussi pour les drones (9,7/j vs 4,7/j). Autant dire que les outils que les ukrainiens utilisent (fusées anti-char et armes anti-air) sont d’une efficacité remarquable à laquelle l’armée russe n’a pas encore trouver parade. Et quand on sait qu’un char russe vaut de 3 à 5 millions de $ … (www.pourleco.com). Comme elle n’a pas trouvé parade contre les missiles anti-bateaux NEPTUNE qui ont réussi deux exploits : faire couler le navire amiral Moskva (un de deux exemplaires de la flotte russe) et la frégate Amiral Makarov (un des trois bâtiments identiques de la flotte russe). On ne sait pas combien de marins en sont morts ou disparus mais cela doit être une saignée à laquelle la marine russe (première ? deuxième ? du monde ?) ne s’attendait pas.

Quant à la perte de 199 avions (bombardiers, avions de chasse, etc.,) on reste pantois comprenant que l’armée russe n’a toujours pas acquis la maîtrise de l’air au dessus des champs de bataille. Peut-être une des raisons pour lesquelles elle s’adonne à la destruction des infrastructures immobilières et/ou logistiques visant à mettre à terre les villes des frères de sang mais « qui se sont laissé nazifier ». On peut, raisonnablement, inférer que M. Poutine ne doit pas être heureux quand il apprend le nombre de généraux tués (de 8 à 12 selon les sources) ou celui des officiers supérieurs (plus de 300) par delà les pertes de matériels et des effectifs. Car la perte de généraux et d’officiers supérieurs en dit long sur le fonctionnement effectif de cette armée considérée jusqu’à hier comme la deuxième armée du monde.

 Est-ce ce qu’on peut conclure de la photo publiée il y a six jours ?

Apparemment, oui : agrippé à la petite table VVP regarde et écoute son Ministre de la Défense (regardez comme il est assis sur son fauteuil…) qui lui dit, probablement, que les choses ne vont pas bien.

Eh, oui, les choses vont vraiment mal : en se retirant du Nord (Kiev), en avalant l’échec de 45 jours de guerre, l’armée russe s’est regroupée au Sud Est pour conquérir le Donbass. Mais ça empire : « La contre-offensive ukrainienne au nord et à l’est de la ville de Kharkiv a obtenu de nouveaux gains au cours des dernières 24 heures et pourrait pousser avec succès les forces russes hors de portée de l’artillerie de Kharkiv dans les prochains jours. Les forces ukrainiennes ont capturé plusieurs colonies au nord et à l’est de Kharkiv au cours des dernières 24 heures, réduisant la capacité des forces russes de menacer la deuxième plus grande ville d’Ukraine. Cette opération ukrainienne se transforme en une contre-offensive réussie et plus large » (ISW – https://www.understandingwar.org, 06.05.22). Effectivement, les forces russes n’ont fait aucun progrès sur l’axe d’Izyum mais ont poursuivi des opérations offensives inefficaces dans les oblasts de Kharkiv, Donetsk et Lougansk sans obtenir de gains territoriaux significatifs au cours des dernières 24 heures. Autant dire, les choses vont très mal.

Quant au front intérieur russe, les sanctions commencent à mordre l’économie : avec une baisse de l’export des produits d’énergie due aux sanctions, la Russie pourrait bientôt devoir commencer à fermer des puits de pétrole parce qu’elle manque d’espace de stockage, et que le nouvelles installations construites à la hâte ne sont pas encore disponibles.

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, les sanctions occidentales pourraient réduire les exportations russes de quelque 3 millions de barils par jour ce trimestre ce qui, fait dire à M. Barkindo (Secrétaire Général OPEC- Vienne) « Nous pourrions potentiellement voir la perte de plus de 7 millions de barils par jour (bpj) des exportations russes de pétrole et d’autres liquides, résultant des sanctions actuelles et futures ou d’autres mesures volontaires » Soit quelques 700 millions de $/jour de manque d’entrées pour l’économie russe, équivalent à env. 60% du volume total des exports. Effectivement, M. Poutine peut commencer à se faire des cheveux (bien qu’il n’en ait plus beaucoup).

Alors ? Comment arrêter la marche vers une fin apocalyptique (si M. Poutine se résout à utiliser une arme nucléaire) ? Même le Pape a renoncé : LE PAPE : Corriere del Sera 04.05.22 « D’abord je dois aller à Moscou, d’abord je dois rencontrer Poutine (…). Je fais ce que je peux. Si Poutine ouvrait la porte… » Lui-même en tout cas la maintient grande ouverte, quitte à reprendre certains des griefs nourris par Moscou quant aux causes de la guerre lorsqu’il mentionne « les aboiements de l’OTAN à la porte de la Russie », qui auraient pu pousser le pouvoir russe « à mal réagir et à déclencher le conflit » – « une colèreajoute-t-il, dont je ne sais dire si elle a été provoquée, mais peut-être facilitée » Bon, on savait bien que ce Pape inclinait vers la gauche mais on ne pensait pas qu’il inclinait vers l’Est aussi. Appréciez le langage utilisé, il en dit des tonnes.

Puisqu’il s’agit d’un pot pourri, laissons un peu de côté l’Ukraine : Israël vient de fêter son 74ème anniversaire et fait montre, sans honte, d’une situation insolente démographique, économique et géopolitique singulière dans le sein de l’OCDE : sous-emploi moins de 4%, ∆PIB=5,1% pour 2022 après 7,1% en 2021, PIB/habitant=43.466 € dépassant celui de l’Italie et celui de la France (countryeconomy.com). Certes, les attentas terroristes continuent, comme on continue de prétendre qu’Israël veut détruire la mosquée du Mont du Temple (même le roi de Jordanie se dit préoccupé, lui dont le trône est en réalité garanti par Israël devant les tentatives de la Syrie, de l’Irak ou même des palestiniens à le faire sauter). Et on prétend que les israéliens qui vont sur l’Esplanade de mosquée « souillent » l’endroit (Bisher Khasawneh, Premier Ministre Jordanien, 18.04.22).

Qui « souille » quoi ?

Et pendant que l’on déprime un peu partout dans le monde, la startup nation continue à innover pour son bien ou celui de tous. Deux exemples :

- une révolution pour l’éclairage des villes y compris abris de pluie et de soleil

- une révolution dans la défense contre des projectiles (mortier, fusées, drones, etc.,) – les intercepteurs du Dôme de Fer coûtent dans les 50.000$, la destruction par faisceau Laser de petits objets revient à 3,50 $ ! Un vrai « game changer »

Mais quelque chose est en train de changer, quand même : le sultan d’Ankara a entrepris sa marche à Canossa, car il s’est rendu compte qu’après avoir attaqué au vitriol Israël (comme l’Arabie Saoudite ou les Emirats) il s’est trouvé exclu des deux nouvelles alliances : Grèce-Israël-Egypte (gaz et pétrole) en Méditerranée et Israël-Egypte-UAE, itou pour ne pas parler des accords Abraham quand il a menacé les Emirats Arabes de rompre les relations diplomatiques. Et, façon danse du ventre, il est passé d’appeler en mai 2021 Israël d’État terroriste cruel (JP 05.05.22) à souhaiter le bien-être et la prospérité de son peuple en mai 2022 (idem).  Qui veut que les résidents d’un      « État terroriste cruel » se portent bien et prospèrent ? Curieux, non ?

Mais pourquoi s’occuper d’Erdogan ? En France, notre Président a transmis ses vœux à Israël d’une manière vraiment chaleureuse, personnelle et diplomatique https://youtu.be/ivdbcEot7GU?t=63. Naturellement, vous le ne l’apprendrez pas des médias français : aucun n’a repris le texte du Président et peu ont annoncé l’évènement. Pourquoi ?

Parce que depuis la fin des années 1980, toute la vie politique française repose sur une fiction. En France, quiconque s’oppose à l’establishment progressiste, quiconque s’oppose à la politique d’immigration, quiconque critique, disons, la violence - ou la suppression de la liberté d’expression des femmes - dans l’islam, quiconque parle en bien d’Israël, est considéré comme l’équivalent du neveu d’Adolf Hitler. Et comme dans le clip du Président il dit et veut du bien à Israël …

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens