Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 11:55
Au moment où je commence la rédaction de ce texte (les choses vont vite …) on apprend que Gaza subit des premiers tirs d’artillerie.

Tous ceux qui défendent le Hamas en s’apitoyant sur le sort des pauvres gazaouis et qui veulent que la guerre s’arrête devraient se souvenir du mot de George Orwell « La manière la plus rapide pour finir une guerre c’est de la perdre ». Le Hamas a, donc, le moyen de mettre fin aux souffrances du peuple qu’il prétend défendre. Sauf si …

Compte tenu de l'engagement consubstantiel à son existence, du Hamas, de détruire  Israël et vu son absolue indifférence à la vie de la population dont il a charge depuis le coup de force contre l’Autorité Palestinienne, il n'existe qu'un seul moyen pour Israël de garantir la paix à ses citoyens,  sur son territoire : Israël doit détruire la capacité du Hamas de faire la guerre. De plus, tous ceux qui déplorent la disproportion des moyens utilisés par Israël devraient admettre, au moins, que par souci de « proportionnalité » (voir équivalence), puisque le Hamas veut détruire Israël, Israël se doit d’anéantir le Hamas. On ajoute ici un autre concept, « punir collectivement une population pour les faits de « quelques  militants ». Il serait plus judicieux de parler de « responsabilité collective » car, (a) la population de Gaza a majoritairement voté pour l’élection du Hamas (dont le programme prévoyait la lute pour la destruction d’Israël), (b) elle a accepté la prise de pouvoir du Hamas par un coup de force sanglant et depuis a manifesté son adhésion à ses buts chaque fois qu’elle a eu la possibilité et (c) elle s’est complut dans la situation d’assistée depuis des lustres. Ceux qui parlent de crise humanitaire à Gaza ne savent pas de quoi ils parlent : les deux ou trois cents tunnels sous la frontière égyptienne ne transitaient pas que des armes et munitions. Le commerce de marchandises aussi vairées que les TV à écrans plat ou des meubles ou … du Viagra a fait le bonheur des marchands de Rafah jusqu’à El Arish et même Alexandrie … En pleine connaissance de cause pour l’Egypte qui a laissé fleurir ce commerce qui, semble-t-il représente de 30 à 50 millions de dollars par mois ! D’ou vient l’argent ? Il suffit de se souvenir des milliards de dollars que la communauté internationale accorde aux pauvres palestiniens (environ 2.000 $ par personne/an soit 50% de plus que le PNB/habitant en Egypte ou en Syrie …).

Alors … crise humanitaire et autres fariboles ce ne sont que des incitations à la haine contre Israël qui, non seulement, tue des civils palestiniens mais les affame auparavant … Civils ? Le Directeur de l’UNRWA  évalue à 25 % des morts palestiniens le contingent de civiles. C’est vrai qu’au moment où le Hamas a pris le pouvoir cette agence de l’ONU (?!) a déclaré que « si ses employés étaient des membres du Hamas, c’était leur problème, cela n’empêchait pas de les employer » Civils de jour (pour un salaire payé, in fine, par la communauté internationale) et soldats du Hamas à temps partiel, pour tirer des fusées ou préparer des attentats. Civils comme le dirigeant religieux Rayyan (un des cinq plus importants membres du Hamas) tué avec ses cinq femmes et une partie de ses douze enfants car certain que les israéliens ne bombarderont pas des immeubles d’habitation… Il a utilisé sa famille (encore que la charia ne lui donne droit qu’a quatre épouses …) comme bouclier humain. Encore un civil …

Comme d’habitude, vous entendez les représentants du Hamas faire des déclarations incendiaires (K. Mechaal « Gaza sera le cimetière de Tsahal ») et annoncer à chaque moment que « les palestiniens vont lutter jusqu’au dernier même si Gaza sera entièrement détruite ». Peut-être mais, pour le moment, le président de la Commission des Relations Extérieures du Parlement Egyptien se demande « où sont les dirigeants du Hamas pendant que les gazaoui sont tués ? »     « Maintenant, la décision est entre les mains de M. Mechaal, M. Haniyeh, et de leurs associés. Ils peuvent choisir une autre trêve, ou un affrontement sanglant pendant lequel l'armée israélienne les pulvérisera ».

En attendant, après les frappes aériennes israéliennes, les médias du monde entier distribuent ad nauseam des images de la souffrance des femmes et des enfants palestiniens, victimes innocentes de ce qui est considéré comme un nouveau « cycle de violence ». De façon prévisible, les deux parties sont instamment invitées à un « cessez-le-feu » immédiat mais le blâme tombe toujours sur les Israéliens en occultant les tirs du Hamas pendant sept années... Et on montre les manifestations anti-israéliennes qui, en Italie, par exemple, se terminent par des pancartes antisémites. Mais si on fait attention à l’image de ceux qui manifestent en France ou en Allemagne, en Italie ou en Grande Bretagne, à part les illuminés de l’extrême gauche (Besancenot à Paris ou Ken Livingstone à Londres) la (presque) totalité des manifestants sont des « frères des palestiniens ». De l’islam européen à l’Europe musulmane, le processus est en marche et rien ne l’arrêtera. Dommage que l’on ne veuille pas comprendre cela de ce côté de la Méditerranée.

Mais pourquoi le Hamas tire-t-il des fusées sur Israël ? Le seul « occupant » israélien à Gaza pendant les (presque) trois dernières années est le soldat franco-israélien, Guilad Shalit et Israël a accepté le principe d'une solution à deux États comme base pour mettre fin au conflit israélo-arabe. Le Hamas, cependant, rejette toute solution qui laisserait en place l’état juif. Son langage « la résistance" ou "fin de l'occupation" est fallacieux et ne fait que couvrir le but du Hamas : destruction d'Israël et création d'un Etat palestinien islamiste à sa place. Il suffit de lire la Charte du Hamas, ou d’écouter les prêches civils ou religieux, appelant à "l'anéantissement des Juifs en Palestine"

Ce qui n’est qu’une traduction de l’objectif majeur du « Jihad Mondial », savoir, Israël n’a pas sa place au Proche-Orient car (juif) il s’agit d’infidèles qui ne doivent pas détenir une parcelle de la terre qu’Allah a confié aux musulmans. Car, de plus, Israël n’est qu’une tête de pont une intervention occidentale dans le monde musulman. Le Hamas, branche palestinienne des Frères musulmans, considère que la lutte pour la Palestine, n’est pas un simple différend entre deux nations (les Israéliens et les Palestiniens) ou une lutte de libération nationale d’une population autochtone contre un occupant étranger. Il considère que la Palestine n’est qu’une partie de la bataille de la guerre sainte pour interdire la chute d'un territoire appartenant à la Maison de l'islam entre les mains des infidèles. La victoire du djihad ne pouvant être réalisée sans la destruction d'Israël, voilà pourquoi ma fille est muette ….

Et comme le Hamas préfère la mort d'Israéliens à la vie des Palestiniens, tout est dit et … on tire des fusées pendant sept années.

Le prurit actuel a été instillé par la volonté du Hamas d’avoir une frontière libre. Pas celle avec Israël … Ouvrir les points de passage de Gaza, revendication du Hamas, ne vise pas les points de passage vers Israël, ce serait la meilleure blague de l’année. Ce que le Hamas veut c’est que la frontière avec l’Egypte soit ouverte. Et c’est exactement ce que l’Egypte ne veut pas tant que le point de passage ne sera pas contrôlé, de nouveau, par l’Autorité Palestinienne et les observateurs européens. Car autrement cela voudra dire que l’Egypte reconnaît la mainmise du Hamas sur Gaza ce qui signifiera la fin de l’Autorité Palestinienne.

Alors ? Les choses sont obscurcies par ceux dont le seul intérêt est de maintenir un état instable, « cessez-le-feu », pendant lequel tout le monde se donnera à cœur joie pour obtenir des concessions d’Israël. Obscurcies, car autrement elles ont sclaires : un état, Israël, est menacé par une organisation terroriste, Hamas, bras armé dans la région d’un autre état, Iran, qui veut dominer le Proche Orient et prendre le dessus sur les états arabes « modérés ». Que doit faire cet état ? Ce que n’importe quel autre état ferait, arrêter, détruire, l’agresseur.

Mais, le chœur de partisans de la paix (nonobstant le prix à payer pour, y compris la soumission à l’agresseur qui de surcroît est un « musulman, humilié, pauvre et occupé ») explique que, de toute manière la guerre est absurde et irrationnelle car il n’y a pas de solution militaire. Un Prix Nobel, le Professeur Auman rappelle un des discours inauguraux d’Abraham Lincoln : « Les deux parties exècrent la guerre mais, une, la fait même si cela empêche la nation de survivre tandis que, l’autre, la fait pour que la nation puisse survivre » On voudrait bien remplacer le Nord et les Confédérés par Israël et le Hamas mais … ce dernier étant fort de ses certitudes induites par sa croyance religieuse (lire « La Guerre du doute et des certitudes », A. Grjébine) il n’y a rien à faire. La preuve ? Personne n’a vu une réaction des masses arabo-musulmanes (ou de toutes les extrêmes gauches européennes)  contre les terroristes musulmans responsables des attentats de Madrid, Londres ou, dernièrement, Bombay. La vie de ceux tués valait-elle moins que celle des Palestiniens?

Par  delà le conflit exacerbé dernièrement par la conviction du Hamas qu’il pourra pousser ses pions sans qu’il trouve une résistance sérieuse, ce qui facilite  son combat c’est, en réalité, l’antisémitisme mondial recyclé comme antisionisme. Et pour utiliser un argument qui porte, on accuse Israël d’être l’équivalent actuel de l’Afrique du Sud sous le régime d’apartheid. Qu'on ne s'y trompe pas : en comparant Israël au régime d'apartheid en Afrique du Sud (Durban 1, Durban 2, sous l’égide de l’ONU), l'ONU est engagée non pas dans la lutte contre le racisme, mais dans l’éclosion de l'antisémitisme. Dans les années 1930, le monde antisémite en Europe (mais pas seulement, il ne faut pas oublier Henry Ford …) demandait un boycottage des entreprises juives. Aujourd'hui, on demande le boycott de l'État juif.

Enfin, l’argument le plus fort des défenseurs du Hamas : «il a été élu démocratiquement pour diriger la Palestine ». P-A. Taguieff, (La Judéophobie des Modernes) rappelle le mot de Goebbels en 1933 « Cela restera toujours l’une des meilleures farces de la démocratie que d’avoir elle-même fourni à ses ennemis mortels le moyen par laquelle elle fut détruite » Et quand on pense qu’il n’y avait même pas une vraie démocratie en Palestine …

Ceux qui manifestent contre la campagne militaire israélienne dans la bande de Gaza devraient comprendre que si le Hamas avait cessé de tirer es roquettes, Israël n'aurait pas lancé son attaque. Si les Palestiniens se concentraient sur la construction de leur société plutôt que de détruire celles des autres, l'ensemble de la région pourrait jouir de la paix et prospérer. Il suffirait que Palestiniens reconnaissent le droit d'Israël en tant qu’état juif à exister, qu’ils mettent fin au terrorisme contre les juifs et qu’ils montrent un désir sincère de vivre en paix, pour mettre fin à leurs souffrances. Cessez-le-feu ? Pourquoi faire ? Destruction du Hamas pour donner une chance au palestiniens de vivre en paix? Oui. Car une résolution pacifique du conflit israélo-palestinien et la réalisation de la « vision » deux États exige  aujourd'hui que le Hamas subisse un revers sérieux et incontestable dans les combats actuels. C’est ce que l’Egypte, l’Arabie Saoudite et d’autres pays arabes ont compris et c’est pour cela qu’ils ont clairement mis le blâme sur le Hamas. Reste à faire comprendre aux bonnes âmes en Europe  (et à nos gouvernants qui, comme les mouches du coche, se mêlent de ce qui ne les regarde pas) qui s’émeuvent sur le sort des palestiniens la même chose. Et que la solution actuelle est tout simplement entre les mains des Palestiniens.

Je viens de finir la rédaction de ce texte, les troupes israéliennes sont  dans Gaza, ce n’est que la troisième fois … après 1967 !

Partager cet article

Repost 0
Published by martin
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens