Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 19:24

 

 

 

Le dernier texte publié dans ce blog s’évertuait à démontrer que l’initiative saoudienne (applaudie des deux mains par l’Europe) n’est rien d’autre qu’une escroquerie. Plusieurs lecteurs me demandent d’aller plus loin dans la démonstration et  d’apporter de nouvelle preuves par delà ce qui a été déjà cité. Et en premier lieu, mettre en lumière ce que l’on peut reprocher à l’Europe. Vox populi, vox Dei

 

 Avant toute chose, une dernière dépêche d’agence : « Le ministre palestinien des Finances déclare que l'Autorité palestinienne ne dispose que du quart des fonds nécessaires à son fonctionnement. Le ministre qui va se rendre en Europe pour demander une aide économique de l'Union européenne évalue qu'il faut 160 millions de dollars par mois pour assurer le bon fonctionnement de l'AP alors qu'il ne dispose que de 40 millions de dollars. » Et trois commentaires : (a) les besoins dont on parle montent à 1,92 Milliards de $ soit 1,5 Milliards d’euros (l’année dernière l’Europe a fourni aux palestiniens 750 Millions d’euros car elle ne pouvait pas « abandonner le peuple palestinien » dixit Mme Ferrero-Waldner, Commissaire à Bruxelles), (b) nonobstant le réputation d’intégrité personnelle dont le ministre en cause est crédité, on considère que plus de 40 % de toute aide va au règlement des salaires des « résistants » (ou « activistes », ou « militants » tout surnom autre que terroriste …) ce qui veut dire en clair que l’Europe subventionne le terrorisme palestinien (c'est bon à savoir que les impôts payés par les citoyens européens servent, entre autres, à acheter des armes pour tuer des israéliens sous couvert de "résistance à l’occupation"), (c) la démarche est faite avec l’espoir que l’Europe oubliera pour un instant les trois conditions posées au gouvernement palestinien pour qu’elle continue à l’aider.

 

 Venons-en maintenant au sujet de cette extension du texte paru hier.

L’Arabie Saoudite présente son initiative, à Beyrouth en 2002 une première fois et à Riyad en 2007 une deuxième fois. Pays qui, en 1960 quand Israël a mis la main sur Adolf Eichman, a publié la nouvelle dans son journal gouvernemental sous le titre « Arrestation d'Eichmann, qui a eu l'honneur de massacrer six millions de juifs » Passons sur ce qui pourrait être interprété comme une marque de désamour envers les juifs et envers Israël. L’Arabie Saoudite demande à Israël de « rendre les territoires palestiniens occupés en 1967 » Ce faisant elle suggère qu'un territoire palestinien souverain autonome ait été conquis et occupé par Israël. Les territoires en questions s’appelaient « Cisjordanie » et « Gaza » (le Golan n’en faisait pas partie). Mais, la Cisjordanie et Gaza ont été conquis par la Jordanie et l’Egypte au cours de la guerre de 1948. Israël qui les a conquis en 1967, gains de guerre d’une guerre provoquée par les pays arabes. En 1988 la Jordanie renonce à la Cisjordanie qu’elle avait annexée en 1949 tandis que l’Egypte n’a jamais réclamé une quelconque souveraineté sur Gaza. Bref, la Cisjordanie et Gaza n'ont jamais appartenu à une entité palestinienne souveraine et/ou autonome. Rendre les territoires occupés c’est une demande absurde, elle confine à l’escroquerie. En revanche, s’accorder (entre Israël et les pays arabes, selon la résolution 242  seuls belligérants en 1967) sur des frontières sûres et reconnues, à la rigueur accepter par la négociation la création d’un Etat palestinien, cela peut se concevoir mais … ce n’est pas ce que l’initiative promeut. Et quand un (autre) journal officiel saoudien écrit « L'histoire de l’entité sioniste… [est] remplie… de massacres barbares, de la duperie et de mauvaise conscience ….Ce sont nos ennemis et notre haine envers eux est enracinée dans nos âmes, la seule chose qui peut l'enlever est leur départ de nos terres et la purification de nos lieux saints de leur souillure. » on peut, de nouveau, se demander si l’initiative saoudienne poursuit vraiment les buts qu’elle veuille faire croire aux benêts européens …

Et à qui faudrait-il qu’Israël rende « les territoires occupés » ? Naturellement, à l’Autorité Palestinienne. L'Autorité Palestinienne est un organisme corrompu qui n’a rien fait d’autre que dilapider des milliards de $ et d’euros pendant que son peuple subissait un lavage de cerveaux trans-générationnel. La haine du juif, la délégitimation d’Israël, la négation de toute attache historique avec le territoire jusqu’à y compris mettre en doute l’existence du deuxième temple …). Le tout en promouvant la « résistance armée » en attendant la destruction d’Israël par étapes (Fatah) ou à terme (Hamas). Autorité Palestinienne qui a réussi à transformer Gaza (après le départ d’Israël en 2005, deux ans déjà) en territoire sans loi mais avec une foi … celle du Hamas : des bandes armées tiennent le haut du pavé, l’on se trucide gaillardement entre frères du Fatah et du Hamas, la charia est entrée en vigueur (plus de cinémas, plus de bières ou alcools, plus de cybercafés). Avec l’assistance de l'Europe complice qui a fait sienne l’inversion monstrueuse du raisonnement moral selon lequel la légitime défense est un acte de brutalité. Pour conclure à une équivalence morale entre la terreur et les mesures prises pour se protéger contre elle et condamner Israël chaque fois qu’elle se défend.

En réalité, tout ce qui se passe actuellement nous apprend plus sur l’Europe que sur le Proche Orient. Quand un Prix Nobel portugais compare Ramallah à Auschwitz, quand un Evêque allemand compare la même Ramallah au  ghetto de Varsovie ou quand un Evêque luthérien au Danemark fait un sermon à la cathédrale de Copenhague et compare les politiques d'Ariel Sharon envers les Palestiniens à celles du Roi Hérode  (qui a commandé la tuerie de tous les enfants masculins de moins de  deux ans à Bethlehem) il n’y a plus grande chose à dire. Sauf, avec certains, que l’Europe de l’Affaire Dreyfus et plus tard de la Shoah se réveille et ne peut, viscéralement, que prendre le parti des palestiniens, de l’Hezbollah et de l’Iran en espérant, confusément probablement, que ceux-ci réussiront là où elle n’a pas réussi.  

Aujourd'hui, l'Europe suit le chemin de l’apaisement face au terrorisme, de la mode de toutes les gauches anti-israéliennes en répondant aussi aux demandes de ses rues arabes qui pourraient faire pencher la balance d’une élection dans un sens ou dans l’autre. L’Europe qui a volontairement renoncé à l'exercice de la puissance et s’est rendue aux injonctions  de ses rues est devenue pour le moins complice de l’antisémitisme.

Pendant ce temps, les états arabes paraissaient moins intéressés à faire leur le conflit Israélo-palestinien ; l’OLP, après des décennies de lutte contre Israël sans réaliser ses buts, se trouve au creux de la vague. Mais ce qui vient leur faire peur c’est l’apparition de l’Iran, nouveau chevalier blanc pour sauver l’Islam de ses contempteurs. Si possible avec une bombe atomique qui fait encore plus peur aux arabes qu’aux israéliens.

On a pu croire que l’accumulation des défaites palestiniennes et les luttes intestines pousseraient les leaders palestiniens, la Syrie , et la plupart des états arabes vers un accord de paix avec Israël. Le processus de paix visait cela. Mais, en 2000, la Syrie et les Palestiniens (paramètres Clinton et Camp David) ont rejeté la paix sans hésitation.

Les pays arabes veulent qu’Israël revienne aux frontières de 1967 et qu’elle permette l'immigration massive  de 4 millions de descendants des réfugiés de 1948 en Israël proprement dit. Le tout par la négociation ? Non. Par un diktat.

Selon un vieil adage on ne peut pas négocier avec des assassins ou avec des enfants. Ceux qui sont devant Israël sont des assassins qui se comportent comme des enfants.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens