Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 13:01

 

 

Il y a des moments quand on ne peut pas rester de glace devant ce qui risque être un danger crucial pour un pays. Laisser ceux qui par soif de vengeance, par volonté d’arriver « en haut du sommet » pour se repartager les douceurs de la république ou ceux qui par une « politique du pire » voudraient faire la démonstration au pays que les socialistes, une fois au pouvoir, risquent de le ruiner (encore plus …), laisser tutti quanti occuper le terrain de la « communication » pour laver les cerveaux des gens, cela nous sera reproché un jour : vous qui le saviez, pourquoi vous n’avez rien dit ou fait ?

 

Depuis des mois et des mois on n’arrête pas de vouloir transformer l’élection présidentielle en « référendum anti Sarkozy ». Tout est bon pour montrer (a) l’échec de NS par rapport aux engagements de 2007, (b) que ses nouvelles propositions auraient dû être réalisées pendant les cinq dernières années et (c) que le « standing » de la république a été détérioré par le comportement d’un président ne méritant pas les honneurs de la charge.

 

Cinq candidats se partagent le devant de la scène. Parmi eux, trois n’ont aucune chance d’arriver au deuxième tour. Marine, dont une partie du discours mérite attention mais dont le volet économique est aussi absurde que non réalisable, Mélenchon dont le discours et la stratégie ont l’avantage d’une forte cohérence mais qui vise des utopies ayant déjà fait la preuve de leur coût destructeur pour le plus grand nombre et Bayrou dont la sincérité est évidente mais dont la position « centriste » ne suffit pas pour faire de lui autre chose qu’une force d’appoint. Quand il aura à décider s’il est de droite ou de gauche … Nous aurons, donc, à choisir entre NS et FH, il y va de l’existence de la France telle que nous la connaissons que de ne pas choisir FH.

 

Le fer de lance pour les socialistes « les 60 propositions » du candidat Hollande. FH qui, pour répondre aux critiques relatives à l’absence d’expérience gouvernementale rappelle qu’il a été conseiller économique de François Mitterrand et, comme secrétaire général du parti socialiste, associé aux décisions prises par le gouvernement de Lionel Jospin. Puisque c’est ainsi, rappelons pour les lecteurs quelques « faits d’armes » majeures des deux périodes :

 

  • Septennat Mitterrand :

  • nationalisations à 100 % de la plupart des entreprises visées avec un coût exorbitant pour l’état,

  • trois dévaluations affectant le franc de 45% vs le mark allemand de 1981 à 1987,

  • nombre de chômeurs passant de 1,8 millions (Giscard d’Estaing) à 3,3 Millions en 1995 (fin septennats Mitterrand), soit de 5% à plus de 10% de la force de travail,

  • retraite à 60 ans sans étude de coût pour l’économie du pays ;

  • Gouvernement Jospin :

  • les 35 heures, invention sans équivalent dans le monde, justifiée par l’idéologie absurde du « partage du travail »

  • l’utilisation d’une « cagnotte » fiscale induite par des recettes en augmentation (croissance de l’économie mondiale et, par ricochet, française) pour augmenter les dépenses au lieu de l’affecter à la réduction de la dette,

  • effectifs de l’ensemble de la fonction publique augmentés de plus de 30% de 1981 à 1995 et de 1997 à 2002 ; 5,3 millions de fonctionnaires dont une partie en très forte augmentation (collectivités territoriales).

 

FH semble avoir oublié ces « faits d’armes » auxquels, selon ses dires, il a été « associé ». Comme il semble oublier que, président du Conseil Général de la Corrèze, il a laissé la dette de la région dériver de 50,9 millions d’euros de boni (présidence Bernadette Chirac) vers 375 millions d’euros aujourd’hui (chacun des 250.000 habitants portant maintenant une dette de 1.500 euros …). Certes, c’est moins que le « succès » de Mme Aubry qui est à la tête d’une dette de 1,2 Milliards d’euros ! Alors, quand il met en avant ses « 60 propositions » il semble ne pas comprendre que certaines sont de vraies absurdités au plan arithmétique (voir les 60.000 enseignants qui devraient coûter, selon le programme, 1,9 Milliards € ou, selon les meetings » 2,5 Milliards € mais qui coûteraient en réalité 7,5 Milliards …) et que leur total ne fera qu’accélérer la croissance de la dette du pays et, partant, sa descente aux enfers. Mais regardez le chiffrage de son programme (Synthèse du chiffrage des propositions du projet socialiste - Débat & Co, Institut de l'entreprise, http://www.debatco.fr).

 

Pour montrer le sérieux du travail fait (on croît rêver car rien que le « pacte éducatif » aurait dû faire tiquer tous ceux qui se sont infligés la peine de lire le programme de FH, comme aussi les 200.000 contrats de génération coûtant tous les ans plus de 7 milliards d’euros, nouvelle marotte socialiste que personne ne sait  expliquer) FH annonce qu’il financera les dépenses avec des impôts « équitables » soit, moitié, moitié (ou presque) entreprises et ménages le tout faisant quelques 30 milliards d’euros … Le croire ? Le président de la Cour des Comptes, socialiste bon teint, (lisez le dernier rapport) ne peut pas le croire. Et le président de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, socialiste aussi, ne sait pas où se mettre quand on lui pose des questions qui dérangent ou quand il apprend, par les journaux, le souhait de FH de taxer « les riches qui gagnent plus d’un million d’euros par an de 75 % de ce qui dépasserait ce seuil » Sauf quelques artistes ou des sportifs, surtout ceux qui participent aux meetings socialistes. Au dernier meeting il était entouré des ténors socialistes de l’Europe. Parmi eux ceux qui on accompagné la ruine de la Grèce ou de l’Espagne … De vraies références !

Mais pour alimenter le « référendum anti Sarkozy », par delà la mise en avant de chiffres dont les lecteurs peuvent réaliser l’inanité, on fait appel aux «comportement » de NS non digne de la fonction. Le Fouquet’s, le yacht Bolloré. FH et sa garde rapprochée oublient-ils les séjours gratuits en Egypte de François Mitterrand offerts par le sieur Moubarak? L’entretien par la République pendant des années d’une deuxième famille du même ? Les voyages sur les yachts de MM Kashoggi (ventes d’armes) ou Traboulsi (Péchiney) des ministres socialistes ? Certes, le Carlton de Lille n’a pas la « gueule » du Fouquet’s … mais que dire de tous ceux qui faisaient partie du Comité Exécutif du Parti Socialiste et qui, parfaitement au courant des frasques de DSK n’hésitaient pas à vouloir le propulser « comme le meilleur d’entre eux » à la fonction suprême de la république ? Et le Secrétaire Général du parti ne savait rien ? Le préposé à la sécurité des cadres (un corse …) ne lui avait rien dit ? Et son directeur de campagne actuel (Pierre Moscovici), premier lieutenant de DSK ne savait rien, non plus ? Bonnes gens, réalisez que la candidature de FH n’a été, n’est, qu’un pis aller, une candidature de substitution, pour remplacer DSK … Avec la complicité de la plus grande partie de la presse, des journalistes du Figaro et du Monde et du Libé ou La Croix ou des chaînes de télévision … complicité dont il avait besoin car ni François Mitterrand ni Lionel Jospin n'ont envisagé de lui donner des responsabilités ministérielles : ils avaient bien jugé les faiblesses et l'incapacité du protagoniste. Ce qui a fait que Lionel Jospin lui a confié la direction du parti socialiste : et François Hollande en a fait une magnifique machine pour faire perdre à Jospin, honteusement, les élections présidentielles de 2002 en ne passant pas le barrage du premier tour …

A tel point ce qui précède est vrai qu’il est instructif de se souvenir de quelques déclarations :

  • Arnaud Montebourg (mai 2007) – «Ségolène Royal n'a qu'un seul défaut, c'est son compagnon.» ;
«Hollande, c'est le principal défaut du Parti Socialiste.» (Juin 2010) ;

  • Laurent Fabius (avril 2011) - 
«Franchement vous imaginez François Hollande Président de la République? On rêve!» ; «Une fraise des bois peut-elle cacher un éléphant?») (Juin 2011) ;

  • Manuel Valls – « Quelqu’un qui me dit qu’il est normal, je commence à me méfier » (Juin 2011) ;

  • Ségolène Royal (septembre 2011) – « Le point faible de François Hollande c'est l'inaction. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisé en 30 ans de vie politique?» Non, personne ne peut répondre positivement …

  • Martine Aubry (octobre 2011) – «Quand on veut diriger la France, il faut dire ce que l'on va faire. On ne peut pas rester dans le flou…………. François Hollande a changé trois fois d'avis en trois jours». Ce qu’il continue de faire actuellement …

  • J-P. Mélenchon – « C'est un capitaine de pédalo pendant la tempête»

 

Bonnes gens, ceux qui l’ont connu viennent d’effacer leur mémoire pour pousser FH à la magistrature suprême (et pour  obtenir, eux aussi, quelques maroquins ...) Mais vous, vous le voyez un jour - si c’est nécessaire – « appuyer sur le bouton » ? Aurions-nous tous oublié que la France est une puissance nucléaire ? Fort de son expérience de dix années de secrétariat général du parti socialiste il fera quoi ? Une commission pour faire une « synthèse » ?

 

Le parti socialiste fût inconscient et irresponsable pour avoir voulu propulser un des siens (un ignoble personnage, détraqué sexuellement, nonobstant ses qualités d’économiste) à la fonction suprême. Mais est-il normal qu’il réessaye avec un ectoplasme dont le seul mérite jusqu’ici est de crier sa haine de Sarkozy  (dont il ne veut même pas prononcer le nom) dans tous les meetings (en copiant la gestuelle de François Mitterrand) où les salles sont « chauffées » par des Yannick Noah (qui ne paye pas des impôts en France …), « l’indigne » Stéphane Hessel, les communistes Pierre Arditi ou Jacques Weber ou la fille Mazarine ?


 


 


 


 


 


 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens