Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 09:29


Voilà plus de 60 ans que « les palestiniens » emmerdent le monde et l’empêche de tourner en rond. Depuis que l’ONU a décidé le partage d’un territoire, d’une dimension réduite comme une peau de chagrin par les actes du perfide Albion, « les palestiniens » on refusé toute solution pacifique à leur conflit contre les juifs. Qui, eux, ont accepté les décisions de la communauté internationale et n’ont pas arrêté depuis de créer et développer leur état. Ils ont absorbé la majorité de leurs coreligionnaires expulsés des pays arabes, obtenu l’autosuffisance alimentaire par une agriculture performante inexistante ailleurs en géographie (presque) désertique et se sont placés parmi le premiers pays au monde par leurs réalisations techniques et scientifiques.


Tous les conflits, armés ou pas, qui se sont cristallisés depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, partout dans le monde, ont trouvé des solutions. Même ceux dont l’ignominie faisait douter de l’humain de l’humanité. Les Balkans ? Le Cambodge ? Le Vietnam ? Angola ? Le Sentier Lumineux ? La guerre froide ? Tous, sauf ceux dans lesquels des musulmans, pays ou forces ténébreuses, étaient parties prenantes. Et parmi ceux-là celui dont « les palestiniens » sont (à) l’origine.


Pour commencer il faudrait finir de les appeler « palestiniens ». Ils ont usurpé une qualité dérivée du nom romain du territoire (« Palestine ») mais n’ont jamais été un peuple : unité de langue, unité géographique, unité d’histoire, aucune des trois caractéristiques ne leur convient. Même avant qu’ils commencent à se déplacer vers les plaines bordant la Méditerranée entre le Liban (crée par la France via les accords Sykes-Picot), la Syrie (crée par l’Angleterre via les mêmes accords) et la Jordanie (territoire dépecé par l’Angleterre -pendant qu’elle détenait un mandat de la Société des Nations sur un grand territoire- pour créer de toutes pièces un royaume pour des descendants du Prophète …) ils se sont considérés toujours comme « syriens du Sud ». Et si leur nombre n’a pas arrêté de grandir cela a été au départ, le résultat du développement par les juifs d’une terre acquise patiemment et transformée à partir du 19èmesiècle. Il s’agit d’une croissance générique, produit d’activités productives. Mais ils ont réussi aussi, ce qu’aucun groupe ethnique au monde n’a réussi : partis (ou expulsés, c’est selon) à 600.000 en 1948 ils se sont multipliés jusqu’à se compter aujourd’hui dans la fourchette de 4 à 5 millions. Parqués, pour croupir, dans des camps de « refugiés » par leurs frères arabes du Liban, Syrie, Jordanie et d’ailleurs ils émargent encore aujourd’hui aux budgets d’aide de la communauté internationale. Qui a accordé un statut de « refugié », à répétition, à quatre générations qui se sont succédées pour bénéficier d’une vie, certes, peu glorieuse mais dépourvue du besoin de travailler. Des centaines de milliards de $ leur ont été affectés depuis 60 ans et tout ce qu’ils ont produit se résume à l’introduction du terrorisme dans les relations mondiales, les détournements d’avions et les attentats suicides. Aurait-on oublié quelque chose ?


Chaque fois qu’ils ont eu devant eux une offre sérieuse pour mettre fin au conflit qu’ils ont initié et pérennisé, ils ont dit non. Commission Peel et Livre Blanc dans les années 30 ? Partage décidé par l’ONU en 1947/8 ? Autonomie au moment des accords Israël – Egypte en 1977 ? Accords d’Oslo en 1993 ? Barak et Bill Clinton en 2000 ? Evacuation de Gaza par Sharon en 2005 ? Offres de Tzipi Livni et Olmert en 2008 ? Non, non et non. Sauf à prendre à la lettre leurs chartes (Hamas et Fatah) qui considèrent que « la Palestine est un territoire légué aux musulmans par Allah » et en tirer les conséquences, on peut toujours se demander pourquoi ils ne se décident pas à mettre fin au conflit. Peut-être parce que d’une certaine manière, ce conflit les fait vivre. Leurs dirigeants, Husseini qui s’était compromis avec les nazis auxquels il a offert une division musulmane pour le front de l’Est, Choukeiry qui avec Nasser voulait « jeter les juifs à la mer » (citation littéralement exacte), Arafat chouchouté par le monde mais artisan en chef du terrorisme palestinien ou le dernier en date, Mahmoud Abbas – président en manque d’élection vivant en paix à l’ombre des baïonnettes israéliennes qui assurent la paix en Judée et Samarie (je veux dire la Cisjordanie …), pas un seul dirigeant de la stature d’un Bourguiba ou d’un Ben Gourion : des défenseurs de leur peuple mais ayant su faire les compromis nécessaires pour vivre et laisser vivre les autres.


Et non seulement ce groupe, ce « peuple » se complaît dans la mendicité permanente mais, de plus, fait semblant de vouloir disposer d’un état. Dernière lubie, embrassée naturellement par le monde éclairé qui est arrivé (le diable sait comment) à considérer que ce conflit est l’alpha et l’oméga des dysfonctionnements du monde actuellement. Le régler, en tordant les poignées d’Israël pour assurer, in fine, sa disparition en faveur des palestiniens c’est devenu la vulgate dominante, naturellement occultée par un vocabulaire politiquement correct, « la paix contre la terre, deux états vivant côte à côte, en paix et sécurité » et autres fariboles qui font passer le temps aux diplomates sur les rives du Potomac, de la Tamise, de la Seine ou d’ailleurs.


Et pourquoi faudrait-il qu’ils aient un état ? Les kurdes sont presque 30 millions repartis entre la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie : personne n’a pris la tête d’une revendication mondiale pour leur « créer » un état. Serait-ce parce qu’ils n’ont pas derrière eux 56 pays musulmans comme les palestiniens ? Et si les kurdes ne « méritent » pas un état pourquoi les palestiniens devraient-ils voir leur soi-disant « lutte nationale » (qui n’est rien d’autre qu’un combat religieux de l’islam contre les infidèles, cette fois-ci, juifs) couronnée de succès ?


Et de plus, quel genre d’état voudraient-ils créer ? On a trop l’habitude de se référer au Hamas qui a mis en place les prémices d’un califat à Gaza quand Israël s’est retiré de ce territoire et, après les applaudissements du monde entier, à commencé à recevoir des milliers de fusées, au départ artisanales, ensuite de plus en plus perfectionnées. Mais quand on regarde du côté du dernier dirigeant, Mahmoud Abbas, « homme de paix » (dixit BHO) on apprend quoi ? Il réclame, à corps et à cris, le retour des « refugiés » (les 4 à 5 millions …) en Israël mais déclare, au vu et au su du monde entier (qui s’en fiche …) « pas un seul juif ne sera autorisé à vivre dans l’état palestinien » Vous avez dit « apartheid » ? Le Hamas, à Gaza est plus tolérant, lui, qui y fait vivre un juif. Certes il est otage depuis plus de cinq ans mais on ne s’arrête pas à ce genre de broutilles … Tant qu’il s’agisse de juifs, passons. Mais qu’ils aient réussi à transformer Bethlehem en ville musulmane par sa population actuelle, cela ne devrait pas dessiller les yeux du monde chrétien ?


Soit, avant les dernières crises économiques le monde occidental pouvait se permettre quelques fantaisies. Allez, récompenser les arabes en leur donnant plus que les mille milliards de dollars tous les ans pour leur pétrole tant que cela ne touchait que les juifs (Israël), pourquoi pas. Ceux-là aussi emmerdent le monde depuis plus de deux mille ans (mais ils ont apporté quelques petites choses à l'humanité …) mais les crises financières, à répétition, devraient changer la donne : l’Europe donnant 500 millions d’euros tous les ans aux palestiniens, est-ce raisonnable ? Il y a quelques jours, Bruxelles a décidé de donner quelques millions d’euros aux agriculteurs palestiniens pour compenser « le déficit pluviométrique récent ». La monnaie unique européenne donne des signes qui montrent qu’elle pourrait s'effondrer. Plusieurs pays européens (les « PIIGS ») risquent, à plus ou moins long terme, la faillite. L’Italie, oui, l’Italie doit relancer un nouveau plan d’austérité pour ne pas subir le sort de la Grèce. L'État-providence, modèle social européen est en ruines. Des millions d'Européens forment des armées de chômeurs. L’Europe (avec la France à sa tête) est en train de perdre la guerre commencée en Libye (sans savoir exactement pourquoi elle a été déclenchée). Et tout ce que Bruxelles trouve à faire c’est donner des sous aux palestiniens ? N’y a-t-il personne pour réveiller l’Europe pour lui dire que ces palestiniens n’ont que ce qu’ils méritent et qu’ils ne méritent, surtout pas, un état !

Le monde occidental, les vrais peuples libres, fortes de leurs traditions judéo-chrétiennes et de l’héritage des Lumières devraient se lever contre la mainmise rampante des musulmans (oh, bien sûr, pas les modérés …) sur l’avenir du monde et, surtout, contre les palestiniens. Car il ne faut pas être devin pour imaginer qu’une fois qu’ils auront eu, à cause de la veulerie des « prêts à apaiser en rond » leur succédané d’état, ils ne feront que continuer, encore plus, à emmerder le monde tout en lui soutirant des milles et des cents pour pouvoir continuer une vie de parasites. C’est fantastique, rien n’y fait : crise économique, accident nucléaire et tsunami au Japon, tremblement de terre pour les élites françaises (DSK et comment le défendre), le Pakistan ayant abrité Ben Laden, les "révolutions démocratiques" dites « printemps arabes » (qui se transforment à vue d’œil en froid hiver), la guerre de Bernard et Nicolas en Libye, rien n'y fait : le monde occidental veut régler le conflit israélo-palestinien.  Personne pour faire comprendre que cela n’est pas possible ?

On croit rêver. Pourquoi croire que continuer à imposer « la terre contre la paix » fera déposer les armes aux islamistes (Hamas, Hezbollah, Fatah et tutti quanti) dont la raison d’être est la disparition d’Israël ? Pourquoi, quand depuis 1948 ils n’ont pas arrêté d’inculquer à des générations d’enfants la haine du juif et la volonté de les détruire pour leur prendre, comme dans d’autres pays (arabes, mais pas seulement) ce qu’ils ont créé ?

A point nommé, les résultats d’une enquête d’opinion (américano-palestinienne) parmi les palestiniens : 34 % acceptent la solution « deux états » mais comme étape vers « la disparition d’Israël » (66 %) avec l’apparition d’un état palestinien dont la capitale devrait être Jérusalem (92% mais … 1% accepteraient une capitale d’Israël aussi). Bonne nouvelle, seulement 73 % acceptent le « hadith » du Coran (repris intégralement par la charte du Hamas) « tuez les juifs qui se cachent derrière des pierres et des arbres »…

Les palestiniens emmerdent le monde ? Eh bien, laissons-les s’arranger par la loi du Talion avec Israël. Un jour, peut-être, ils comprendront leur malheur. Et si ce n’est pas le cas pourquoi faut-il que le monde entier doive passer par leurs fourches Caudines ?

Sauf Israël qui, fort de l’enseignement du Roi Salomon (vous vous souvenez, les deux femmes qui réclament le même enfant et dont une seule est prête à le découper en deux …) « celui qui accepte de partager perd le droit à tout » n’accepte pas, de bon cœur, de se suicider : pouvons-nous la condamner ?

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens