Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 18:31
 

« Fuck the Jews, anyway they didn't vote for us »

J. Baker to G.Bush 41

 


Quatorze mois depuis l’arrivée de l’Administration Obama aux commandes des Etats Unis (ne parlons pas du rôle ancien de « leader du monde libre » car elle a renoncé à cette prérogative et n’est plus intéressée par le monde libre …) et elle n’a rien à se mettre sous la dent pour montrer au peuple américain et au monde ce dont elle est capable. Relations avec la Russie, avec la Chine, avec des pays de l’Est de l’Europe, capacité d’influencer la problématique du réchauffement de la planète, tentative d’obtenir les Jeux Olympiques en 2016 à Chicago, rien, rien de rien … Quant aux affaires intérieures, réforme de la santé toujours en discussion (elle aurait dû être promulguée à l’été 2009 …), opposition face à la Cour Suprême, impossibilité de fermer Guantanamo, pas de reprise économique, marasme immobilier, chômage dépassant 10% de la population, on en passe et des meilleurs. Et ne parlons pas de l’Iran, après une attitude révoltante face aux iraniens qui contestaient les résultats d’une élection truquée, après avoir donné des ultimatums à répétition pour que l’Iran arrête sa course vers la bombe … on en est réduit à constater que les Etats Unis sont en train de se résigner à vivre avec un Iran nucléaire. Au grand dam des pays arabes « modérés » qui n’en peuvent, mais et en attendant le démarrage d’une course à l’armement nucléaire avec des participants de taille comme la Turquie, l’Arabie Saoudite ou l’Egypte.


On dit « l’Administration » mais en réalité on devrait dire BHO et sa cour, tous nourris (intellectuellement parlant) pendant des dizaines d’années par des défenseurs du tiers monde, anticapitalistes et, pour une très grande partie, antisémites. Alors, pendant ces quatorze mois cette Administration, dans sa quête d’atteindre le Graal musulman, ne pouvait que s’attaquer à Israël, proie facile car cet état est devenu le « punching ball » du monde entier. Guerre en Irak ? Le responsable … Israël. 30 conflits de par le monde (auxquels les musulmans y sont mêlés) ? Israël doit en être la cause ou, au moins, une cause dont la centralité par rapport au monde musulman est primordiale. Le commencement des difficultés pour les forces américaines en Afghanistan, Pakistan, dans le Golfe ? Bien que susurré … on commence à dire qu’Israël doit porter une certaine responsabilité …


Il était, donc, normal que BHO et ses juifs de cours (R. Emmanuel et D. Axelrod) ne trouvent pas de sujet plus important dès le premier jour de leur installation à la Maison Blanche qu’Israël. Et pour montrer au monde musulman que les Etats Unis changent d’orientation et de stratégie politique, on a imposé au premier ministre israélien d’accepter la fable de « deux états pour deux peuples ». Tout en sachant pertinemment que rien, sur le terrain, ne pouvait laisser penser à une fin heureuse sur ce plan. Les négociations de Camp David en 2000 et le refus d’Arafat des offres faites par E. Barak ? Oublions-les. Les rencontres de Taba en 2001 et les paramètres Clinton refusés de nouveau ? Oublions-les. Annapolis et les offres d’Olmert/Livni que M. Abbas a rejetés en expliquant (au Wall Street Journal) qu’il n’avait qu’à attendre pour obtenir mieux …) ? Oublions-les. Mais … voilà, il a quelque chose que l’on ne peut pas oublier, que l’on ne doit pas oublier, « la construction de logements dans les territoires disputés ». Disputés par qui ? Selon la résolution 242 du Conseil de Sécurité de l’ONU ayant mis fin à la guerre de 1967, des territoires disputés par la Jordanie et Israël et d’où cette dernière devrait se retirer sur des frontières sures et reconnues résultant d’une négociation des parties s’étant trouvées en guerre. Les « palestiniens » n’étaient pas mentionnés. Mais, la guerre au Vietnam terminée, les Chantiers Lumineux disparus, l’Irlande pacifiée, que restait-il comme cause majeure pour les gauches éclairées du monde entier ? La Palestine et, oh miracle, les juifs qui oppressaient les pauvres palestiniens après les avoir spoliés de leur territoire et de leurs droits. Vint l’Administration Obama qui s’est mise à poursuivre deux buts convergents : faire tomber le gouvernement « de droite » qu’Israël s’est choisi en 2009 et donner satisfaction aux musulmans du monde entier en créant, de toutes pièces, un nouvel état pour les palestiniens. Angle d’attaque : imposer à Israël le gel de toutes constructions en Cisjordanie et à Jérusalem. Quèsaco ?


Incapable de comprendre la liaison intime, indissoluble entre ce que l’on appelle « le peuple juif » et Jérusalem l’Administration a réussi ce qu’aucune force n’avait pas pu obtenir auparavant. « Diriger le peuple juif n'est pas facile : nous sommes divisés, obstinés, des individualistes qui ont cultivé la foi, l’esprit de contradiction et de la polémique à un niveau très élevé » (Shimon Peres). 96 % des israéliens ont considérés que BHO n’était pas ami d’Israël. Et une majorité dépassant les deux tiers s’est ralliée au gouvernement « de droite » pour dire au grand allié américain que la construction de logements à Jérusalem n’était pas de son ressort.


Cela a pris plus de six mois mais à la fin il semblait que BHO avait compris qu’il fallait faire machine arrière s’il voulait conserver une once d’influence pour faire avancer « la paix » au Proche Orient. Jusqu’à entendre le ministre des Affaires Etrangères de l’Arabie Saoudite expliquant que les « constructions en Cisjordanie ou les sanctions contre l’Iran » devaient laisser la place à des décisions plus immédiates. Appeler à une guerre contre l’Iran ne demandait pas d’autres formules.


Donc, BHO a fait machine arrière. Mais ce qu’il n’avait pas prévu c’est le fait que M. Abbas heureux de trouver un prétexte plausible pour ne pas continuer les discussions avec Israël (dont il sait pertinemment qu’elles ne mèneront à rien tant que le Hamas restera en charge de Gaza sous la coupe de l’Iran) a décidé de ne plus parler à Israël tant que cette dernière ne fait pas ce que BHO lui a demandé de faire. Au bout d’encore six mois … M. Abbas a consenti a commencer des « négociations indirectes » avec Israël. Après 17 ans de discussions directes, voilà le résultat obtenu par BHO ! Prix Nobel de la Paix en 2009.


Sur ce, puisqu’à aucun moment Israël ne s’est engagée à arrêter la construction de logements à Jérusalem, on apprend que 1600 logements seront construits dans les années à venir (sept étapes administratives pour obtenir le permis de construire, l’annonce était relative à la quatrième étape) dans le quartier Ramat Schlomo, au Nord de Jérusalem (non pas à Jérusalem Est comme on le dit sans avoir regardé une carte).


Le drame ? On a appris cela pendant la visite du Vice-President Jo Biden en Israël, visite qui devait mettre un peu de baume sur le cœur endolori des citoyens israéliens dont le désamour vis-à-vis des Etats Unis commençait a grandir parallèlement aux idylles que BHO voulait commencer avec le monde musulman. Et avec une hargne digne de causes meilleures, d’une manière totalement incompréhensible, selon les ordres de BHO ses supplétifs s’en sont donnés à coeur joie : haro sur le baudet ! En moins de trois jours on a créée de toutes pièce la plus grande crise entre Israël et les Etats Unis depuis 1975.

Image-2-copie-2.jpg

 

Tandis que le Vice Président, réputé « meilleur ami d’Israël, allait se faire photographier à Ramallah, hilare, devant la photo de Yasser Arafat de triste mémoire.


  JER1589 s


Décryptage : toujours à la recherche d’une « victoire » l’Administration BHO n’a trouvé rien de mieux que vilipender Israël. Avec des formules d’un autre temps, en laissant croire qu’Israël détruit les efforts américains pour faire la paix au Proche Orient et, tenons-nous bien, en laissant croire que le sort des armées américaines en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen, dans le Golfe était mis en danger par le comportement d’Israël. Mais ce n’est pas nouveau ... Tous les régimes (ou presque), chaque fois qu’ils se trouvent devant des diffcultés économiques, politiques ou sociales ... tapent sur les juifs. Des exemples ?


Puisqu’il n’a rien pu obtenir des pays arabes (« des gestes » parallèles à ceux d’Israël pour créer un certain niveau de confiance) BHO a décidé d’utiliser le punching ball. Et puisque Israël vient de ré-consacrer une synagogue qui existait depuis le 13ème siècle et que l’armée jordanienne a dynamité en 1948 (« Pour la première fois en 1000 ans, pas un seul Juif ne reste dans le quartier juif. Pas un seul bâtiment ne reste intact. Cela rend le retour des Juifs ici impossible. » L’officier jordanien qui a commandé le dynamitage) tous les agnostiques du monde et l’Administration BHO protestent car cette synagogue se trouve dans la Vieille Ville de Jérusalem. Dont les jordaniens se sont emparés pendant la guerre de 1948 et où ils n’ont permis aucun accès aux juifs pour prier dans leurs lieux de culte.


Mais BHO, en réalité, n’a aucune possibilité d’agir au Proche Orient en s’aliénant Israël. BHO n'a pas de politique au Moyen-Orient sans les Israéliens. Quelle que puisse être la frustration de BHO quant au fait qu’Israël n’obtempère pas à ses demandes, Washington n'a aucune chance de faire démarrer des négociations qui exigent une coopération israélienne forte. Pour ne pas parler de sa perte d’influence s’il s’agissait d’une action directe d’Israël contre l’Iran - surtout maintenant, quand aucune tentative d’appliquer des sanctions à ce pays n’a des chances de réussir.


BHO empoisonné par sa propre éloquence, qui l’a convaincu que le monde entier est hypnotisé par ses discours, comme lui-même, n’a pas compris que son discours au Caire n'a donné aucun résultat perceptible. L'Iran a continué sa course vers la bombe, la Syrie ne s’est pas détaché de l’Iran et Israël qui en avait vu d’autres l’a laissé s’enfoncer dans une impasse. Tandis que les palestiniens ont continué à justifier l'observation d’Abba Eban selon laquelle « ils ne ratent jamais une occasion de rater occasion ». Pendant ce temps, BHO continue à être perçu par la majorité des israéliens comme quelqu’un qui applique des pressions outrageantes sur leur gouvernement tout en passant l’éponge sur l'intransigeance des dirigeants palestiniens et arabes. Cet épisode n’a fait que renforcer cette perception et BHO vient d’accomplir le contraire de ce qu'il espérait. Tout en oubliant ce que Ronald Reagan a dit un jour d’Israël : « En Israël, des hommes et des femmes libres démontrent tous les jours, la puissance de courage et de la foi. En 1948 quand Israël a été refondé, les « experts » assuraient que ce nouveau pays ne pourrait survivre. Israël est une terre de stabilité et de démocratie dans une région de tyrannie et d'agitation. »


Alors ? Pourquoi cette nouvelle attaque contre Israël qui, par ricochet, risque de lui coûter une partie des voix juives aux élections de novembre 2010 ? Voix qui se sont portées sur son nom à plus de 78% en 2008.


La réponse est simple et inscrite dans le DNA du parti démocrate depuis des dizaines d’années « Fuck the Jews, anyway they will vote for us » 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens