Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 19:56

Il suffit d’avoir regardé, pendant les quelques dernières semaines, les chaînes de télévision et d’écouter les stations de radio de toutes obédiences pour comprendre que notre pays est en train de vivre, par anticipation, un des « trips » dont il a le secret : on nous dit que la « gauche » reviendra au pouvoir en 2012, on veut changer !

 

Pendant 30 ans, d’alternance socialiste en pouvoir de droite, avec une constance permise uniquement par l’incapacité de ses partenaires européens de lui faire entendre raison, la France n’a en rien modifié les fondements de son état qui, individualisme exacerbé oblige, a démissionné devant les oppositions catégorielles aussi multiples que ses propres incapacités. Qu’importe, nous vivons un rare moment de schizophrénie qui, sans doute, nous est nécessaire pour continuer à vivre comme avant ou, peut-être, un peu moins bien.

 

Un des plus mauvais élèves de la Communauté Européenne mais capable, par sa faconde, d’imposer sa loi d’abord au partenaire allemand (« les boches paieront … ») et ensuite au reste de l’Europe, la France n’a jamais réussi à respecter les critères de Maastricht (pourtant d’elle inventés), savoir un déficit annuel inférieur à 3% du PIB et une dette totale inférieure à 60 % du PIB. Les années ont passé comme les promesses de la France de respecter ces critères pour 2006 et ensuite pour 2008 et ensuite pour 2010 et ensuite, croix de bois croix de fer … pour 2012. Mais, heureusement ( ?!) la crise à partir de 2008 est arrivée pour donner à notre pays les circonstances atténuantes dont il avait besoin pour ne pas être jugé « coupable » par ses partenaires.

 

Sur un fond de promesses non respectées et de fuite en avant pour « défendre nos acquis » on devrait commencer à comprendre que « l’état providence » a vécu. Qu’il y a incompatibilité existentielle entre ce modèle économique-social inventé par la social-démocratie allemande et l’économie de marché quand les économies des pays ne se trouvent plus en croissance constante. On devrait commencer à comprendre que ce que l’état providence a fait c’est d’avoir permis au plus grand nombre (et à l’état le premier) de vivre au-dessus de leurs moyens en vivant à crédit. On peut toujours s’en prendre aux riches ou aux spéculateurs … car on n’a pas le courage de dire que c’est « le peuple » qui en a profité. Endormi, enivré, anesthésié par une gestion absconse du pays par des gouvernements irresponsables mais soumis à la dictature de la vulgate de gauche … ce « peuple » a laissé faire car cela lui convenait bien.

 

Regardez la Grèce. Ce pays qui a triché à son entrée dans la zone euro, qui a falsifié ses comptes, qui ne collecte même pas le tiers du quart des impôts qui devraient être supportés par sa population, où la TVA n’apporte même pas le dixième de ce que le commerce devrait apporter, où il n’y a pas de cadastre mais …. des piscines partout, s’est trouvé face à une dette de plus de 300 milliards d’euros. L’Europe, après quelques atermoiements allemands (depuis 1918 ... « les boches » paient …) la voilà qu’elle met (avec la participation du FMI) à la disposition de ce pays en faillite virtuelle, 110 milliards d’euros. La France s’est engagée pour 22,5 Milliards d’euros l’année dernière. Et on a entendu son ministre des finances dire, à l’époque, que « nous prenons de l’argent à 3% et on le prête aux grecs à 5%, ce sera un gain pour notre pays d’environ 500 millions d’euros ». L’actuelle Présidente du FMI disait clairement que la France n’avait pas l’argent dont on parlait mais qu’elle allait se le faire prêter … Un an après, se trouvant devant la perspective d’un défaut de paiement de la Grèce, la France sera obligée de provisionner une perte car, dans le cas contraire, au moins pour cela, les agences de notation des dettes souveraines se feront un devoir que d’abaisser la note de notre pays. Et la Grèce ? Elle est à son troisième plan de rigueur et prévoit de faire des économies de 30 milliards d’euros sur les trois années à venir : à comparer avec sa dette de 300 milliards d’euros. Vaste programme …

 

Mais l’exemple de la Grèce ne trouble pas l’esprit de nos concitoyens. Notre déficit, cette année sera de l’ordre de 8% du PIB, la dette totale frisera 90% du PIB (sans compter les provisions pour les retraites des fonctionnaires …). Un total de 2.500 milliards d’euros sur les épaules de ceux qui nous succéderont : chaque enfant qui naît dans notre pays trimballera une charge de plus de 30.000 euros. La contribution du « peuple » nourri par l’état providence au bonheur des générations futures … Pourquoi cela ? Parce que dans notre pays la moitié des foyers fiscaux ne paye pas d’impôt sur le revenu (on peut ensuite se gargariser avec « l’impôt lien du citoyen avec la nation ». Parce que l’état souffre d’obésité : il coûte 100 chez nous mais seulement 80 en Allemagne. Parce que pour endormir le peuple il a bien fallu donner « tout, tout de suite, à tout le monde » et pour ce faire on a détruit l’appareil industriel car les charges sociales (donc le coût de la main-d’œuvre) l’ont rendu non compétitif. Mais comme s’il était aveugle et sourd le peuple vociférait contre les « délocalisations » et personne n’eu le courage de dire que ce n’était qu’une des retombées de l’état providence ! Car l’état providence promeut le chômage au détriment de l’emploi, généralise des procédures d’aide affichées ou occultes, crée les conditions d’une « vie associative » (1.100.000 d’associations dont 90% « humanitaires, culturelles ou sportives » subventionnées par l’état ou les collectivités territoriales à plus de 90% et qui emploient 2 millions de personnes) qui nécessite des subventions sans nombre, toutes ou presque visant « une meilleure solidarité sociale » (à ce titre, les dépenses de la Mairie de Paris ont augmenté de plus de 70% entre 2001 et 2007). Un tel état est condamné à augmenter les prélèvements et, surtout, à augmenter les charges sociales (patronales ou salariales) qui frappent le travail. Cette démarche, constante, depuis une trentaine d’années à conduit à l’enchérissement des produits manufacturés ce qui a conduit, ipso facto, soit à des délocalisations soit à l’abandon de productions industrielles en faveur d’importations significativement moins chères.

 

Parce que vivant avec un déficit chronique depuis 30 ans personne n’a voulu s’attaquer réellement au sujet vu qu’il était évident qu’un tiers, au moins, était (est) lié directement à l’immigration et à ses conséquences. Parce qu’on nous a rabattu les oreilles avec la double chance de la France : l’immigration et la poussée démographique. Pas besoin d’être grand clerc (lire « Les yeux grands fermés » de Michèle Tribalat) pour comprendre que les deux choses en sont une et que des effets pervers  viennent démontrer l’inanité de l’appréciation. Car le différentiel entre la richesse produite et celle consommée par « l’immigration » représente un tiers du déficit chronique de la France car on n’a pas voulu accepter les calculs anciens de Maurice Allais (prix Nobel d’économie, 1988) qui a calculé que, lorsqu’un travailleur immigré entre dans un pays, il faut consacrer une épargne quatre fois supérieure à son salaire annuel pour construire les équipements (école, logement, hôpital...) dont il a besoin, charge relevant en France de la collectivité. Parce que le crypto-socialisme français est gouverné par une philosophie ultra-généreuse enrobée dans des concepts pseudo-humanitaires dont la question centrale est : "que peut faire le gouvernement et les riches pour aider les pauvres?" Ecoutons Cicéron : « les finances publiques doivent être saines, le budget doit être équilibré, la dette publique doit être réduite, l’arrogance de l’administration doit être combattue et contrôlée, l’aide aux pays étrangers doit être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite. La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l’aide publique ». Il y a plus de deux mille ans …

 

Ciceron.doc.jpg

 

Mais la France ne veut pas entendre la voix de la raison. Elle ne veut pas accepter la sagesse de la Grèce antique « prendre aux riches pour donner aux pauvres ne sert à rien : les riches seront plus pauvres mais les pauvres ne seront pas plus riches » Regardez : l’impôt sur les sociétés en France (avant distribution des dividendes) représente un revenu de 35 Milliards d’euros en 2010. Le taux de l’impôt étant de 33% ceci veut dire que si l’on confisque la totalité des profits de toutes les sociétés de France, ceci donnerait env. 125 euros par mois à chaque français : le pactole ! Et les sociétés françaises transféreront leur siège dans des pays plus intelligents …

 

Le système éducatif français coûte 68 Milliards d’euros (premier poste du budget de la nation) mais crée plus de 100.000 analphabètes tous les ans. Et on entend le candidat socialiste aux élections présidentielles de l’année prochaine « on va créer 60.000 postes d’enseignants » Dans un pays où on en compte presque 900.000 qui sont porteurs d’un taux d’absentéisme de presque 8% : 75.000 enseignants absents en permanence … Mais qu’à cela ne tienne, on va créer de nouveaux postes de fonctionnaires : l’argent ? On va se le faire prêter … en oubliant que le deuxième poste du budget de la nation, 47 Milliards d’euros, est constitué par le service de la dette. Tant que la note de la France n’est pas abaissée car … ce poste pourrait exploser ensuite.

 

Et c’est dans ce champ de ruines que l’on voit cette coquille vide, le PS qui n’a plus le support d’une classe ouvrière autochtone (plus de 10 millions d’ouvriers dans les années 50, moins de 5 millions en 2010 dont presque la moitié, des étrangers) et parce que les classes moyennes l’ont abandonné pour la plupart, on voit cette émanation des fonctionnaires du pays (plus de 6 millions soit plus de 25% des gens qui travaillent … autant qu’en Grèce avant le commencement de la faillite …) vouloir propulser à la tête du pays un des leurs. Après une tentative ignoble et irresponsable (DSK, dont ils connaissaient les turpitudes) il viennent d’occuper la scène politique du pays pendant des semaines et, pour peu, nous feraient croire que c’est arrivé … Les voilà, ensemble avec les sectes gauchistes d’un Mélenchon, unies aux tristes descendants d’un parti communiste qui ne représente plus personne (sauf les fils des anciens dirigeants fidèles à Moscou comme le fils de Paul Laurent, aujourd’hui secrétaire général …), qui nous assurent qu’ils feront merveille et, surtout, ils feront « rendre gorge » aux riches… Et naturellement, ils « provoqueront la croissance » attendue, comme si on attendait Godot …

 

Qui sont ces illuminés vendeurs d’illusions à un euro (pour choisir celui qui « boutera Sarkozy hors de l’Elysée ») ? Les dirigeants actuels du PS ont déjà montré, tous, ce qu’ils savaient faire sous Mitterrand et Jospin. Ils ont créé 1.5 millions de postes de fonctionnaires. Ils avaient nationalisé la moitié de l'économie française et la totalité du secteur bancaire en 1981 en oubliant, au départ, qu’il fallait indemniser les actionnaires ce qui a coûté à la nation des milles et des cents. 
Ils ont « contrôlé» le Crédit Lyonnais tellement bien qu’ils l’ont mis en faillite et cela a coûté plus de 140 Milliards de francs à la nation. Ils ont dévalué 3 fois le franc - un record, en deux ans.
 Ils ont créé 400.000 "emplois" jeunes pendant que Jospin était premier ministre et ils annoncent qu’ils recommenceront en voulant créer autres 300.000 emplois jeunes. 
Ils ont inventé les 35 heures ce qui est devenu un handicap systémique pour l’économie de la France et ils ont ensuite essayé de corriger le tir avec des aides versées par l'état aux entreprises. Ce faisant, en subventionnant la perte de compétitivité des entreprises françaises ils ont accéléré leur descente vers la disparition mais … ils ont protesté contre les délocalisations … ! 


 

Laissez-les arriver au pouvoir et, si l’on continue sur la lancée actuelle, les chinois et les indiens continueront de racheter les dettes souveraines des états de l’Europe car ils n’ont rien à faire des déficits supportés par ces pays : ils savent que la croissance « miraculeuse » qu’ils attendent ne viendra jamais ! Et nous serons transformés en Disney Land mais les visiteurs aux yeux bridés ne seront pas dépaysés par rapport à leurs visites aux Pyramides : ils seront guidés par les mêmes qui se prosternent cinq fois par jour pour remercier Allah de leur avoir donné l’Europe …

Partager cet article

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens