Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 13:38

 

 

« L'islam allant à contre-courant du développement historique et scientifique est de ce fait condamné à régresser parce qu'incompatible avec la démocratie qui, elle, représente l'avenir inéluctable des sociétés modernes. » Alexis de Tocqueville, lettre à Richard Milnes, 1845.

165 ans après, la prédiction de Tocqueville non seulement s’est réalisée mais rien ne semble venir l’infirmer pour l’avenir prévisible. Il me semble que c’est la raison majeure pour laquelle Israël ne sera jamais accepté comme Etat Juif au Proche Orient.


En effet, depuis que les armées de l'Islam ont occupé la région au 7ème siècle, la "Palestine" fait partie du "Dar al Islam" (Maison de l'Islam). Tant que le territoire d’Israël ne sera pas retourné à l’Islam il fera partie du « Dar al Harb » (Maison de la Guerre). Il ne s’agit pas d’un conflit territorial mais d’un conflit religieux. Et peu importe que, d’un côté, Israël est une démocratie héritière des Lumières et que, d’un autre côté, ses voisins qui veulent sa destruction (pas seulement le Hamas ou les états musulmans) sont des états policiers et/ou théocratiques fondés sur la torture et la terreur, sans aucune liberté « formelle » (expression, presse, droits des femmes, etc.,). On devrait commencer à appeler le conflit non pas israélo-arabe mais judéo musulman. Car s’il y a 56 pays musulmans, ils ne sont pas tous arabes et dès lors si le conflit était territorial les états musulmans non arabes n’auraient pas de justification (gouvernants vers leurs peuples) pour leur attitude vis-à-vis d’Israël.

Mais ce conflit qui perdure s’est enrichi d’une alliance entre toutes les gauches du monde (et certaines droites) et l’islam. Cette alliance met en avant « la souffrance du peuple palestinien, spolié de ces terres » en y ajoutant une touche sociale (« Israël/juifs- riches, Palestiniens/Arabes – pauvres). C'est l'alliance gauche - fasciste de notre temps, le pacte germano-soviétique revisité. L’utopie islamiste (conquête du monde) est accompagnée par l’utopie « socialiste » qui fait semblant ne pas s’apercevoir du fait que ses partenaires ne veulent rien d’autre que revenir au septième siècle quitte à employer pour cela un Armageddon nucléaire provoqué par l’Iran, pays musulman non arabe. Ils ont eu, pourtant, l’exemple de l’état taliban en Afghanistan.

Deux extraits méritent que l’on les regarde de plus près :

« Là est la guerre éternelle, la guerre qui ne cessera que quand le dernier fils d'Ismaël sera mort de misère ou aura été relégué par la terreur au fond du désert. L'Islam est la plus complète négation de l'Europe ; l'Islam est le fanatisme, comme l'Espagne du temps de Philippe II et l'Italie du temps de Pie V l'ont à peine connu; l'Islam est le dédain de la science, la suppression de la société civile ; c'est l'épouvantable simplicité de l'esprit sémitique, rétrécissant le cerveau humain, le fermant à toute idée délicate, à tout sentiment fin, à tout recherche rationnelle, pour le mettre en face d'une éternelle tautologie : Dieu est Dieu... Ernest Renan – 1862 »

et à, presque, 100 ans de distance :

« C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. ………. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam. Actuellement, il est trop tard ! Les "misérables" ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. » André Malraux 1956

Ce qui nous amène à l’essentiel : « deux états pour deux peuples » ? Jamais … Certes, on peut voir les états musulmans s’accommoder, pour une période déterminée, de l’existence de l’Etat Juif. Mais le reconnaître en tant que tel et le laisser occuper le territoire consenti par l’ONU (après la Déclaration Balfour, après le charcutage anglais pour créer la Jordanie, après les plans de partage, etc.,), rien à faire il n’y a que les jean-foutre pour croire le contraire.

Et, selon moi, il n’y a aucune autre raison pour l’Europe ou les Etats Unis (pour parler que de ces deux acteurs prépondérants du monde libre) d’accompagner (de se rendre complice) les velléités du monde musulman quant à la destruction d’Israël que la conviction que, tôt ou tard, l’islam aura conquis le monde, après avoir obtenu la destruction d’Israël. Si on accepte ce point de vue on comprend plus facilement pourquoi Israël est pays le plus censuré de l'ONU. Et aussi pourquoi (épisode de la « flottille pour Gaza ») la France, la Suède et … sa Fédération du Football, l’Espagne, la Norvège, l’Afrique du Sud, le Pakistan («une attaque ouverte sur la société civile» et le «vrai visage de la barbarie »), le Brésil, le Venezuela et Cuba ... ont tous condamné Israël avant de connaître les faits qui ont conduit à la mort de neufs « militants de la paix » qui de toute manière voulaient devenir « martyrs ».... On pourrait se livrer à une analyse plus sagace pour comprendre pourquoi après qu’Israël ait quitté Gaza (en 2005) le Hamas (qui a pris le pouvoir par un coup de force contre l’Autorité Palestinienne) a tiré des milliers de fusées contre Israël sans jamais faire l’objet d’une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité de l’ONU. Ou pourquoi quand une commission internationale a conclu son enquête en assurant que la Corée du Nord à torpillé un navire Sud-Coréen faisant 35 morts cela n’a pas conduit le même Conseil à se réunir d’urgence. Par delà l’aspect « deux poids, deux mesures » il devrait sembler évident que si on se réunit dans l’heure pour condamner Israël, ce que l’on recherche c’est de la diaboliser et la délégitimer, bref, de savonner la planche qui la fera descendre dans une des poubelles de l’histoire.

On pourrait croire que ce qui précède n’est qu’une expression d’une certaine paranoïa : tout le monde est antisémite, tout le monde est contre Israël. Sans s’occuper, comme d’habitude, de ce qui se passe au Soudan, au Sri Lanka ou aux Philippines, il suffit de regarder le cas d’un autre peuple auquel on ne veut pas depuis des lustres lui accorder le droit d’avoir un état : les kurdes. Ils sont 36 millions, persécutés en Irak avant et pendant le règne de Saddam Hussein, en Iran même du temps du Shah et en Turquie depuis toujours et encore aujourd’hui. Les statistiques indiquent que les turcs auraient tués plus de 40.000 « rebelles kurdes » ces dernières années et qu’au moment où Saddam a utilisé des gaz de combat contre eux des centaines de milliers sont devenus réfugiés et n’ont toujours pas récupérés leurs biens. Regardez bien la carte : cela est car tous les pays limitrophes importants sont des pays musulmans. Et les kurdes ne le sont pas. Hors de question d’accorder un lopin du Dar al Islam à des infidèles … On peut toujours gloser sur les richesses en pétrole ou gaz du territoire en question ce n’est pas là le nœud du problème.

 

kurdistan-map.jpg

Après avoir vilipendé pendant des années Israël, il est naturel que le monde entier (à des rares exceptions) soit convaincu qu’Israël est le mal absolu (prophétie auto réalisante) … car il serait impossible que tout le monde ait eu tort, non ? Si Israël n’était pas « le diable » ceci voudrait dire que l’ONU et toutes les organisations « humanitaires » auraient tort, n’est-ce-pas ? Forte de la conviction contraire, l’union des deux utopies (islamiste et socialiste, pour faire simple) a réussi à inverser l’échelle des valeurs des sociétés libres. Et ils sont rares ceux qui ont encore le courage de dire « si Israël tombe, c’est nous tous qui tombons » (José Maria Aznar).


Non, il n’y aura pas deux états, un juif et un arabe (version ONU, 1948) en Palestine. D’un côté, parce que les musulmans du monde entier et les arabes du Proche Orient ne le veulent pas. D’un autre côté, parce la mémoire collective d’Israël est chargée des faits historiques récents : après avoir évacué le Sud du Liban en 2000 et Gaza en 2005 Israël a vu la forte militarisation de ses ennemis (Hamas et Hezbollah), les fusées tirées pendant des années de Gaza et l’intrusion sur la scène proche orientale du pays musulman qui est en train de se doter de l’arme nucléaire, l’Iran.


Pendant ce temps, le monde, excédé par le manque de bonne volonté de six millions de juifs (oui, le même nombre) qui refusent de se suicider, essaye par tous les moyens (la deuxième guerre au Liban ? le rapport Goldstone, vous vous souvenez ? la « flottille de la paix », etc.,) de leur enlever les moyens de défense en leur demandant de ne pas faire usage de « force disproportionnée » quand ils sont attaqués … Et qu’ils attendent la vraie solution « finale » que l’Iran, avec la complicité de toutes les grandes puissances depuis des années, prépare. Dès lors, Israël n’a plus le droit à la légitime défense, ne doit plus avoir le droit de défendre ses citoyens. Ni par des actions préventives (l’étendue de son territoire ne lui permet pas de laisser les armées ennemis y entrer), ni par ce que l’on appelle « perturber, démanteler et vaincre » (nouvelle doctrine américaine pour combattre le terrorisme) ni même par des actions clairement défensives (blocus naval du territoire ennemi de Gaza). Et pour faire bonne mesure, les Etats Unis, tournant le dos à une politique constante depuis plus de 40 années (possession supposée d’Israël de moyens militaires nucléaires) accepte que l’on demande uniquement à Israël de dévoiler son programme nucléaire : pas à la Corée du Nord ou à l’Iran (car signataires d’un traité qu’ils ont foulé aux pieds) ni à l’Inde ou au Pakistan qui sont devenues puissances nucléaires avec l’acceptation tacite des grandes puissances.


Non, il n’y aura pas deux états, un juif et un arabe en Palestine. Surtout parce que « …..il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd’hui si visible du monde musulman et quoique moins absurde que le polythéisme antique, ses tendances sociales et politiques étant, à mon avis, infiniment plus à redouter, je la regarde relativement au paganisme lui-même comme une décadence plutôt que comme un progrès. Alexis de Tocqueville, 22 octobre 1843 »


Notre Premier Ministre vient de couper le ruban vert (pas tricolore …) à l’inauguration d’une nouvelle mosquée car notre pays s’enorgueillit de sa décision de créer un « islam de France ». Vaste programme

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens