Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 16:23

 

Quand ils ont pris le pouvoir … ils ont promis

le bonheur à tout le globe terrestre, et maintenant …

ce sont les conditions objectives qui … empêchent d’aller de l’avant …

Les popes aussi, c’était le diable qui les empêchait de grimper au paradis …

A. Platonov, Tchevengour, 1929

 

Les dés sont jetés, la gauche est de nouveau au pouvoir. Oubliés les 14 années de « stagnation » des septennats de François Mitterand, oubliés les effets de la retraite à 60 ans, de l’augmentation d’un million de fonctionnaires et, corrélativement, de la dette du pays … On recommence …

 

Et voilà l’annonce d’un gouvernement dont les ministères ont des libellés semblant sortir de l’écriture automatique de Soupault et Breton … Jugez-en : égalité des territoires, redressement productif, économie sociale et solidaire, travail et dialogue social … Quant au Ministère de l’Education Nationale il aura comme tâche « la refondation de la communauté éducative » et pour ce faire on le confie à un agrégé de philosophie : il aura à assurer, comme par le passé, la cogestion de plus d’un million de fonctionnaires avec les syndicats corporatifs qui y font la pluie et le beau temps depuis 50 ans. Ce n’est pas eux qui l’avaient détruite, « la communauté éducative » ?

 

Un gouvernement avec 34 ministres : l’Allemagne en compte 8 mais on ne va pas commencer à prendre exemple sur eux … C’est vrai, promesse de campagne oblige, leurs émoluments seront rabotés de 30% ceci fait 25 ministres « équivalents » avec ceux du passé.

 

La gauche ? Un agrégé de philosophie en charge du plus grand budget de l’état (suivi de celui du service de la dette ...). Un agrégé de philosophie pour développer les métiers manuels, l’apprentissage et négocier avec des syndicats qui ont toujours obtenus ce qu’ils ont voulu : on croit rêver. Mais non, on ne rêve pas : il va présider à l’embauche de 60.000 enseignants. Tout au long de sa campagne l’actuel président de la République a menti quant au coût de cette mesure en la chiffrant à 2,5 Milliards d’euros quant elle coûtera sur le quinquennat trois fois plus, 7,5 Milliards d’euros. Mais pour se rendre compte de l’absurdité de la chose souvenons-nous qu’un fonctionnaire embauché à 25 ans sera rémunéré (carrière et retraite, supposons une espérance de vie de 80 ans) pendant 55 ans soit un total de 60.000 x 55 = 3.300.000 années de rémunération cumulée (sans compter les pensions de réversion …). Avec le coût actuel (salaire + charges = 50.000 €/an, moyenne) la France s’engage à une dépense d’au moins … 1.650 Milliards d’euros … autant que la dette du pays cumulée depuis trente années ! Et pourquoi faire ?

 

Regardez l’évolution des effectifs élèves, étudiants et enseignants depuis 30 ans …


Les-illusioniste.png

Ce que le graphique montre c’est que sur trente années le nombre total « d’enseignés » a augmenté de 4,5% tandis que le nombre « d’enseignants » a augmenté de 19,7% et que le ratio « enseignés /enseignant » a baissé de 13%. Cela au coût d’un doublement de la dépense intérieure pour l’éducation : 68 milliards d’euros en 1990 et 135 milliards en 2010 (prix courants). Par ailleurs, le coût par élève a augmenté de 1990 à 2010 de 5.540 € à 8.150 €.

 

Alors, pourquoi les 60.000 enseignants nouveaux ? Le constat : l’enseignement ne remplit plus les fonctions d’antan (éducation citoyenne, ascenseur social, etc.,). C’est un problème mais … cela a été toujours le cas pour les socialistes, si l’on veut résoudre un problème il faut plus de moyens et donc … embaucher du personnel.

 

Bon, on a maintenant un gouvernement. Et les médias du pays se pâment devant « l’aventure de FH », devant le fait que « toutes les sensibilités » (du parti socialiste …) sont représentées au gouvernement et ne tarissent pas d’éloges au sujet de chaque membre du nouveau gouvernement. Vous vous souvenez ? C’était NS qui contrôlait les médias du pays …

 

Allez, ne soyons pas sectaires. Puisqu’il s’agit du sort du pays, contre mauvaise fortune il faut faire bon cœur et donc espérer qu’ils réussiront là où, depuis plus de trente années, personne n’a réussi : désindustrialisation, destruction du système d’enseignement, vie à crédit qui ont été les résultats des politiques de droite et surtout de gauche.

 

Comment faire pour changer le cours des choses ? Tout d’abord, on ne devrait pas recommencer ce qui a été fait en 1981. Mais, la gauche de la gauche qui se veut premier artisan de la victoire de FH , comme le sieur Montebourg, clament à tous vents qu’il faut prendre le contrôle des banques et déposséder  les « patrons voyous » qui licencient pour faire des profits … Mais ils avaient déjà fait cela : ils avaient nationalisé la moitié de l'économie française et la totalité du secteur bancaire en 1981 en oubliant, au départ qu’il fallait indemniser les actionnaires ce qui a coûté à la nation des milles et des cents. 
Ils ont « contrôlé» le Crédit Lyonnais tellement bien qu’ils l’ont mis en faillite et que cela a coûté plus de 140 Milliards de francs à la nation. Ils ont dévalué 3 fois le franc - un record, en deux ans.
Ensuite, ils ont créé 400.000 "emplois" jeunes pendant que Jospin était premier ministre et ils annoncent qu’ils recommenceront en voulant créer 300.000 emplois jeunes. 
Ils ont inventé les 35 heures ce qui est devenu un handicap systémique pour l’économie de la France et ils ont ensuite essayé de corriger le tir avec des aides versées par l'état aux entreprises. Ce faisant, en subventionnant la perte de compétitivité des entreprises françaises ils ont accéléré leur descente vers la disparition mais … ils ont protesté contre les délocalisations … ! 
Allons, bon, ce n’est pas avec des illuminés dont le seul viatique pendant une année de campagne électorale a été « bouter Sarkozy hors de l’Elysée » que l’on réussira à redresser le pays.

Sans doute FH sait cela. Et tout ce qu’il a trouvé, pendant la campagne électorale, a été l’annonce de changer le cours des choses en Europe et de « renégocier » les derniers traités pour y inscrire « la croissance ». Mais, le jour même de son intronisation, en conférence de presse avec Mme Merkel il a mis de l’eau dans son vin … il ne renégociera rien mais … il voudrait ajouter un addendum au traité concernant la discipline budgétaire. Soit. Mais croire qu’il convaincra les autres 26 états de suivre la voie française de vivre à crédit c’est une gageure ! Les autres savent « qu’il y a deux voies pour conquérir et soumettre un pays. Une c’est par l’épée. L’autre c’est par la dette » John Adams, 1826.



Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens