Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 17:18

 

Sonnez trompettes, résonnez musettes … Du Nord au Sud et de l'Est en Ouest le monde entier, émerveillé, enfin satisfait, salue l'événement du siècle : les 5+1 on signé un accord avec les mollahs iraniens qui, disent-ils, en ne leur accordant -pratiquement- disent-ils- rien du tout, on a obtenu tout ce que l’on souhaitait ! A voir les mines réjouies des supplétifs du mollah en chef (je veux dire «le Guide Suprême» … qui rappelle Der Oberste Führer d’il y a 70 ans …) on a du mal à croire ce qu’on nous raconte mais … allons y !

 

Négocié, en secret, pendant des mois par les émissaires de M. Obama avec de représentants du mollah en chef, un «accord» a été proposé aux comparses français, anglais, allemand, russe et chinois le 8 novembre ébahis par ce qu’ils avaient à entériner. Heureusement, notre « moi, président », par l’intermédiaire de M. Fabius a mis le holà et la France a mis quatre conditions précises pour obtenir se signature. Ces conditions, dont on verra ce qu’elles sont devenues plus tard, étaient «mettre l'intégralité des installations nucléaires iraniennes sous contrôle international, dès à présent»; «suspendre l'enrichissement d'uranium à 20 %»; «réduire les stocks existants»; «stopper la construction du réacteur nucléaire d'Arak qui, à terme, pourrait produire du plutonium militaire». Encore une semaine de présence à Genève et le miracle s’est produit : l’accord a été conclu.

 

Depuis, les chancelleries se partagent en deux : d’un côté, le Canada, Israël, les pays arabes sunnites, la majorité du Sénat et de la Chambre des Représentants des Etats Unis et, de l’autre, Monsieur Obama, Monsieur Poutine, la Chine et les européens qui ont participé aux discussion de Genève. Les uns disant (avec les preuves de l’histoire récente) qu’il s’agit d’un « marché de dupes » (formule utilisée par L. Fabius le 9 novembre) et les autres, forts des espoirs crées par les sourires des délégués du Guide Suprême soulignant l’importance de l’événement (tout en trichant ou faisant silence sur les contreparties accordées aux iraniens). Qui a tort, qui a raison ?

 

Naturellement, l’événement suggère une analogie (rapide …) avec ce qui s’est passé il y a 75 ans : Munich. Rappelons ce qui a précédé la fameuse déclaration de M. Chamberlain : «Après avoir écouté le discours belligérant de Hitler de la veille et après avoir rappelé au roi les rapports fiables du renseignement anglais concluant que Hitler avait déjà décidé d'attaquer la Tchécoslovaquie et continuer vers l'est, il a néanmoins cité un rapport présenté par le représentant britannique à Berlin disant que Hitler serait prêt à accepter une solution diplomatique. Dans ce contexte, Chamberlain a proposé une démarche dramatique et surprenante - aller à une rencontre avec Hitler, dans le but de changer la situation et parvenir à une entente anglo-allemande. Le reste est connu: la conférence de Munich à la fin du même mois, le sacrifice de la Tchécoslovaquie le tout conduisant à une guerre mondiale. » (Con Coughlin World, 12.11.13). Précédée par un discours « La paix en notre temps …»

 

Pour faire face aux vociférations anti-accord, Monsieur Obama a choisi deux axes d’action en confiant la mise en oeuvre à M. Kerry et à ses caisses de résonance habituelles : 

  • - faire savoir à ceux qui s’opposent qu’ils ne sont que des suppôts d’Israël (exemple «je n'ai jamais vu plus de législateurs - démocrates et républicains - plus disposés à prendre le côté d'Israël contre leur propre président. Je suis certain que cela vient moins de tout examen attentif des faits et plus d'une tendance de plus en plus présente chez de nombreux législateurs américains à faire tout ce que le lobby israélien leur demande afin de recueillir les votes juifs et les dons de campagne» - T. Friedman, New York Times) et
  • - affirmer, contre toute vraisemblance, que ne pas conclure un accord conduisait à la guerre.

 

C’est trop simple de dire que M. Obama avait le choix entre la guerre et le déshonneur, qu’il a choisi le déshonneur et … qu’il aura la guerre. Mais pourquoi s’interdire de citer Churchill ?

 

De plus, depuis son discours à l’ONU en Septembre 2013, M. Obama n’a cessé d’établir une liaison forte entre un accord israélo-palestinien et la marche des mollahs vers la bombe en prétextant que la solution du conflit israélo-arabe créera les conditions d’une paix réelle au Moyen Orient. Mais, il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que si Israël et les Palestiniens réglaient tous leurs différends par un coup de baguette magique, la guerre civile en Syrie continuera de faire rage, le bras de fer violent entre les Frères musulmans et la junte militaire de l'Egypte ne s’arrêtera pas et que les autres conflits et/ou les activités terroristes en Irak, Afghanistan et Pakistan, au Mali, Soudan, Kenya, Centre-Afrique ou Congo, pour n'en nommer que quelques-uns dans lesquels l’islam (modéré ? extrémiste ?) est partie prenante pour trucider des sunnites ou chiites ou simplement des chrétiens, se poursuivra. Et ce que l’on demande à Israël, en signe de bonne volonté, c’est d’accepter de «donner de la terre pour la paix». Il est bon de se souvenir que le conflit israélo-arabe se classe 49ème pour le nombre de décès des deux côtés ce qui met en évidence que M. Obama soit ne comprend pas l'ampleur de la menace iranienne et/ou islamiste ou, à dessein, gonfle l'importance du conflit israélo-arabe sachant pertinemment que la «communauté internationale» n’a aucune sympathie pour Israël.

 

Mais Israël n’est pas la Tchécoslovaquie de 1938. Sauf que M. Obama a lié les mains des Israéliens pour les six prochains mois de «négociations» pour transformer l’accord «intérimaire» en accord définitif. D'ici là, l'Iran sera (selon tous les experts), à un mois de la construction d'une bombe. Naturellement, personne ne sait ce qui se passera si au bout de six mois il n’y a pas d’accord définitif … Israël est un état disposant (tout le monde le dit …) d’armes nucléaires, d’une des armées les plus performantes du monde et d’une capacité de développement autonome (sur tous les plans et, surtout, le militaire). Et qui fort de son ADN, gravé par des millénaires de persécution ayant culminés avec la Shoah dans ses gênes, ne se soumettra à aucun diktat qui essaye d’oublier ce que le monde civilisé a exprimé après 1945, «never again». En clair : Israël n’acceptera pas d’être forcé à faire les «concessions» irresponsables demandées par M. Kerry ni d’acquiescer à la conclusion du pacte munichois fait avec les mollahs. Et à M. Obama qui prétend que le monde est plus «sûr» depuis la signature de l’accord de Genève, Israël fait savoir que devant la détermination constante de l’Iran de la faire disparaître elle n’aura d’autre choix que la guerre. Le comble : l’Arabie Saoudite, pour d’autres raisons, pense de même. L’ironie de la situation fait sourire : Israël et l'Arabie Saoudite (!) alliés sur cette question car les deux états on le même ennemi majeur, étaient des alliés proches des Etats Unis. Les deux voient la marche vers un partenariat Amérique-Iran comme une trahison de leur relation avec Washington. Même si l’Iran n’a pas la bombe.

 

Avant de voir ce qu’elles sont devenues, les quatre conditions posées par la France pour un accord avec l’Iran, revenons sur ce que M. Obama fait contre Israël, nonobstant ses jérémiades «relation indestructible, support inébranlable» et … autre fariboles du même acabit. Accordons quelques lignes à ceux en faveur desquels M. Obama (et M. Kerry, comme une grande partie de la «communauté internationale») demande à Israël de faire des concessions. Sans oublier que depuis cinq ans, le président américain a trahi Israël, l'Egypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis tout en accordant sa mansuétude aux ennemis de son pays, tyrans par ailleurs, comme Assad en Syrie, Khamenei en Iran, et/ou les Frères musulmans en Egypte. Cinq ans pendant lesquels il a ménagé l’Iran en cherchant comme Diogène un «modéré» et en le trouvant avec le dernier poulain du Guide Suprême «élu» en juin dernier et ce qui a fini avec la conviction naïve d’avoir trouvé un dans le sourire de M. Rouhani. En oubliant, fort à propos, les dires de ce dernier d’il y a dix années pour expliquer comment il a triché avec les occidentaux pour «négocier» tout en faisant avancer le programme nucléaire….

 

Donc, voilà Abbas Zaki, membre du Comité Central du Fatah, déclarant il y a deux ans, en septembre 2011 : «Quand nous disons que le règlement devrait être fondé sur les frontières de 1967, le Président Abbas comprend, nous comprenons, et tout le monde sait que notre grand objectif ne peut être réalisé d’un coup. Si Israël se retire de la Cisjordanie ... que va-t-elle devenir ? Elle arrivera à sa fin ... Netanyahou, Liberman, Obama, tous ces salauds n’auront plus d’importance .... Mais si nous disons que nous voulons éradiquer Israël, c'est trop difficile. Ce n'est pas politiquement correct de le dire. Ne dites pas ces choses au monde. Gardez-le pour vous» (D. Pollock, Beyond words, Policy Focus 124, Septembre 2013). Et voilà, le Juge Islamique en Chef de l’Autorité Palestinienne, Tayser Al-Tamimi, réclamant la constitution d’un califat le 31.12.12 (c’était hier …): «Jérusalem sera la capitale du califat, si Allah le veut....Comment Saladin a-t-il libéré Jérusalem? Il a mobilisé ses troupes et a investi toutes les ressources de la nation.... Il est impératif de réveiller la nation à son devoir de libérer la terre de Jérusalem et de la Palestine....C'est le début de la fin de la conspiration qui a commencé avec la Déclaration Balfour....La mise en œuvre de cette promesse a activé les gangs sionistes qui ont accaparé plus de 78 pour cent de la terre palestinienne ...un crime qui a continué depuis le 2 Novembre1917 à ce jour.» A ceux qui pensent qu’il ne s’agit que de «paroles verbales» on peut recommander de relire l’épisode Hitler – Chamberlain. Israël (comme les juifs depuis toujours …) prend au sérieux les mots : quand il s’agit d’être détruit -par l’Iran ou les palestiniens, les deux derniers amis de M. Obama- elle ne pourra que prendre les devants … comme en 1967 quand le héros du monde Arabe, Nasser, de conserve avec le chef des palestiniens d’alors ont décrété qu’ils voulaient jeter les juifs à la mer. La «communauté internationale» ne voulait pas les croire … Israël accusé d’avoir «volé» la terre des palestiniens … regardez les États-Unis où on a pris les terres des peuples indigènes de l'Amérique du Nord ou celles des français, des britanniques et des canadiens. Comme ont fait les Espagnols et les Portugais en Amérique latine. Ou les Australiens et les Néo-Zélandais dans les mers du Sud. Comme firent les Russes, les Chinois et Japonais en Asie et en Europe. Demandez aux Écossais, Gallois et aux catholiques de l'Irlande du Nord s’ils ont voulu être une partie de la Grande-Bretagne? Pourtant, les juifs sont les seuls à pouvoir dire être retournés sur leurs terres ancestrales après deux dispersions (la perse et la romane).

 

Donc, revenons à nos … moutons nucléaires. Comme tous les experts nucléaires l’indiquent, vient un moment où l'Iran ayant assez d'uranium enrichi peut aller de l'avant vers la construction d'une arme nucléaire, sans que l'Occident puisse faire grand’chose pour les arrêter.

On peut se demander, d’ailleurs, si l'Iran n'a pas atteint déjà ce point, mais il est certain qu’il se rapproche et que l’accord de Genève construit par M.Kerry n’a rien obtenu pour ce qui est de l’enrichissement d'uranium en Iran. Rappelons opportunément que le Conseil de Sécurité de l’ONU,le29 mars 2006 (!) a exigé que l'Iran cesse ses activités d'enrichissement d'uranium en lui imposant une date limite fixée au 28 avril 2007 ; le même, le 31 juillet de la même année, a adopté une résolution exigeant que l'Iran "suspende toutes les activités liées à l'enrichissement" d'uranium avant le 31 août, menaçant la République islamique de sanctions économiques et diplomatiques ; le 23 décembre de la même année le Conseil de Sécurité impose des sanctions économiques à l’Iran, sanctions qui deviennent de plus en plus contraignantes selon des résolutions répétées demandant la fin de l’enrichissement de l’uranium. Tant et si bien qu’au bout de six ans, l’Iran aurait perdu plus de 170 milliards de dollars de revenus pétroliers et autres. Ce qui l’a amené à accepter, avec des sourires, une négociation sous le contrôle amical et intéressé de M. Obama. Amical et intéressé car -souvenons-nous en- le texte initial de l’accord de Genève a été négocié en secret par les deux compères. Tout cela pour arriver à quoi ? Accord signé, l’Iran dit urbi et orbi que les grandes puissances ont reconnu son droit à l’enrichissement et … le pauvre M. Kerry, d’une manière pas très audible, dit que rien n’a été écrit à ce sujet … Qui croire ?

 

C’est le moment de s’occuper de notre «moi, Président». Tout en reconnaissant à la France le mérite d’avoir retardé d’une semaine la signature de l’accord de Genève, force est de reconnaître qu’elle n’a pas obtenu gain de cause. Regardez :

 

1. «mettre l'intégralité des installations nucléaires iraniennes sous contrôle international, dès à présent» - rien de prévu dans l’accord 

2. «suspendre l'enrichissement d'uranium à 20 %»; pendant les six mois de l’accord

3.«réduire les stocks existant  (d’uranium enrichi à 20%)»;transformation en produit intermédiaire, facilement retraitable dans sa forme initiale

4. «stopper la construction du réacteur nucléaire d'Arak qui, à terme, pourrait produire du plutonium militaire» ; suspension de travaux pendant les six mois.

 

Mais … les résolutions du Conseil de Sécurité exigeaient l’arrêt de l’enrichissement d’uranium (comme pour tous les signataires du Traité de Non Prolifération Nucléaire, le NPT). En n’obtenant pas cela de l’Iran les Etats Unis (les 5+1) ont accordé implicitement à l’Iran le droit d’enrichir et, conséquence perverse, pratiquement à tous les signataires du NPT. Avec l’accord de «moi, président». Mais comme il n’est pas capable à «tenir la baraque» (Lucchini à la télé …) on voit mal comment il aurait pu obtenir ce qui, en réalité, n’était qu’une rodomontade. En service commandé à la demande de nos amis d’Arabie Saoudite dont les contrats de vente d’armement nous sont tellement nécessaires …

 

La guerre ? Pourquoi ? Un Iran nucléaire, avec ses supplétifs terroristes Hezbollah, Hamas et autres djihadistes plus la course régionale aux armements nucléaires qui va sûrement suivre, seront bien plus dangereux pour Israël qu’une attaque des sites nucléaires iraniens. Car il ne faut pas se tromper : si Robert Oppenheimer, pour justifier le M.A.D (Mutual Assured Destruction) pouvait dire «Nous pouvons être comparés à deux scorpions dans une bouteille, chacun étant capable de tuer l'autre, mais seulement au risque de sa propre vie» Bernard Lewis, grand connaisseur de l’islam, pouvait répondre que pour l’Iran «dont on connait l’état d'esprit, M.A.D. n'est pas une contrainte, c'est une incitation»

 

Et il n’est pas difficile de comprendre que face à deux choix, accepter un Iran doté de la bombe, ou le bombardement de l'Iran, Israël choisira toujours le dernier. Lors de la crise des missiles de Cuba, Kennedy a clairement indiqué que les États-Unis ne saurait pas accepter des armes nucléaires pointées sur les villes américaines à partir de bases à Cuba. Peut-on vraiment croire qu’Israël acceptera (à part les 100.000 missiles du Hezbollah … et celles du Hamas) des missiles nucléaires dirigés vers ses villes par un ennemi encore plus belliqueux qui a juré sa destruction?

 

La guerre. Et le jour d’après on verra ce que M. Obama ne veut pas voir : on ne joue pas, à pile ou face, avec le sort d’un peuple qui a connu, dans un passé pas tellement lointain, la Shoah.

 

Que M. Obama dise aux israéliens, à l’unisson avec M. Kerry … soyez calmes, l’accord conclu augmente votre sécurité et nous vous protégeons … c’est bien, il faudrait trouver des gens pour le croire … Surtout après sa volte face pour la Syrie et la pantalonnade de la «ligne rouge» (utilisation d’armes chimiques). Et souvenez-vous du «Yes, we can» et de ce qui s’en est suivi depuis jusqu’à un discours à Dallas le 6 novembre «Je crains que les gens oublient que le changement dans ce pays a toujours été difficile» - il lui reste la solution de Bertolt Brecht … changer le peuple !

 

Des gens pour lui faire confiance ? Selon ce que l'on dit, la confiance est comme la virginité : une fois perdue c’est difficile de la recouvrer …

 

Sans-titre.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens