Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 13:33

 

« Flottille de la paix » pour Gaza, mai 2010 : six bateaux partis des eaux territoriales du Chypre (Nord, sous occupation turque) tentent de briser le blocus maritime israélien qui empêche des bateaux d’accoster à Gaza. Cinq bateaux sont arraisonnés et conduits dans un port israélien, un bateau devient un territoire de combat entre des « passagers » préparés pour et des commandos marins israéliens qui viennent prendre possession du bateau (après moult incitations lui demandant de changer de route ou d’accepter de mouiller dans un port égyptien ou israélien). Neuf citoyens turcs (un d’origine américaine) sont tués quand les commandos israéliens, devant la violence des « militants » doivent se défendre avec des armes autres que les « paint ball » qu’ils avaient tenté d’utiliser. On pensait que l’affaire aller rester là car les « militants » avaient non seulement crié, fortement, « Allahu Akbar » mais avaient déclaré qu’ils voulaient devenir des « martyrs » …


C’était sans compter avec M. Erdogan, premier ministre turc (« islamiste modéré ») qui cherchait depuis des années des raisons pour mettre fin aux relations, plus qu’amicales, de la Turquie laïque avec l’Etat Juif. Faisant accéder au pouvoir son parti islamique, il a réussi pendant quelques années à faire oublier une pièce de théâtre, à caractère antisémite, qu’il avait écrit en 1974  et qui reprenait les poncifs connus (le sang des non juifs pour la Pâque juive, le complot mondial – les Protocoles, etc., …). Ou que dans les années 70/80 il avait rejoint un groupe musulman djihadiste. Ou qu’avant d’être envoyé en prison en 1988, pour 10 mois « pour « incitation contre l’Occident et les juifs » il avait l’habitude de déclarer que « son objectif était la disparition de l’Etat d’Israël ». Arriver premier ministre il faisait pourtant ami-ami avec Israël et il a convaincu ce pays de ne pas, trop, parler du génocide arménien et de l’aider -vu les excellentes relations d’Israël avec le Senat et le Congrès américains- pour que ces derniers adoptent une attitude tolérante vis-à-vis de la Turquie. De plus, membre de l’OTAN, la Turquie avait besoin de rajeunir ses équipements militaires (chars d’assaut, surtout, mais aussi avions, bateaux, etc.,) ce qu’Israël a pu faire dans des conditions économiques intéressantes pour la Turquie. Tout se passait pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’au moment où Ankara a commencé à s’approcher de l’Iran, d’un côté, et des pays arabes, de l’autre. Reconstituer « l’Empire Ottoman » c’était beaucoup mais … retrouver une influence et une position dominante égale à celle du passé paraissait parfaitement possible. C’est dans ce contexte que la Turquie a commencé à courtiser le Hamas qui dirige Gaza et, quand, après 6/8.000 fusées (en partie artisanales …) tirés par cet acteur contre Israël, il a dû subir une destruction majeure des infrastructures locales et des pertes humaines, la Turquie a, ouvertement, condamné Israël. Et, en plein « Davos » il a traité le président d’Israël d’assassin en quittant, publiquement, la rencontre à laquelle ils participaient tous les deux. Depuis des années, les actions de M. Erdogan -et de la Turquie qu’il gouverne- se sont rapprochées de celles de l’Iran, autant dire d’un contenu néfaste quant à la pérennité de l’existence d’Israël.

Vint l’histoire de la flottille et des neuf « martyrs » turcs qui voulaient briser le blocus maritime de Gaza.

La Turquie a réclamé, à corps et à cris, que l’ONU commette une commission pour dire ce qui s’est passé car, (a) la Turquie considérait le blocus comme illégal en droit international, (b) accusait Israël d’avoir tué délibérément ses ressortissants et (c) considérait qu'elle devait obtenir des excuses et des compensations matérielles. Sachant que l’ONU n’a jamais été impartiale quand il s’agissait d’Israël, ce pays n’a dû se décider à accepter la chose que parce que ses amis (en Europe) l’ont engagé à se plier. Voilà le communiqué de l’époque du Quai d’Orsay :

La France salue l’annonce par le Secrétaire général des Nations unies de la création d’une commission d’enquête internationale concernant les événements tragiques survenus au large de Gaza le 31 mai dernier. Cette initiative est conforme à la déclaration présidentielle adoptée par le Conseil de sécurité du 1er juin 2010 qui appelait à la mise en place d’une "enquête prompte, impartiale, crédible et transparente, dans le respect des normes internationales". Nous saluons la décision des autorités israéliennes de participer à cette commission qui rassemblera Geoffrey Palmer, ancien premier ministre néo-zélandais, Alvaro Uribe, président colombien sortant ainsi qu’un représentant israélien et un représentant turc.

La France saluait la décision des autorités israéliennes car c’est la Turquie qui avait demandé l’enquête au Conseil de Sécurité …

De son côté, Israël assignait à une commission indépendante, non gouvernementale la mission de faire rapport de l’incident en lui donnant tous les moyens pour une action indépendante.


La « Commission Palmer » de l’ONU a travaillé pendant plus d’une année et elle vient de remettre son rapport au Secrétaire Général de l’ONU. La Turquie et Israël y ont participé en déléguant un représentant aux travaux de la commission et en lui remettant les résultats des investigations propres à chaque pays. La Turquie a, même, fourni deux jeux de documents à des moments différents des travaux de la commission.

 

Oh, miracle ! Le rapport rendu publique fait la part belle à Israël !


Plus précisément, le rapport conclut, premièrement, que le blocus israélien de Gaza est légal en vertu du droit maritime international, car Israël est la cible d'attaques persistantes venant de ce territoire. La Turquie avait vivement contesté ce point.


De plus, le rapport accuse explicitement les « militants » Turcs, qui ont attaqué les commandos avec des tuyaux en métal et d'autres armes quand ils sont descendus d'un hélicoptère en vol stationnaire, d’avoir agi d’une manière téméraire. Le rapport critique également le gouvernement turc pour avoir omis d’empêcher ces « militants » de prendre le large (car leurs liens avec des milieux islamistes extrémistes étaient connus) avant que leur navire ait quitté un port turc. Enfin, le rapport ne demande pas à Israël de présenter des excuses. Il lui suggère, simplement, d’exprimer des "regrets" et de payer une compensation aux familles des victimes. Pour faire bonne mesure, la rapport met en avance le fait qu’Israël a agi avec une « force disproportionnée » (antienne, tant et tant de fois répétée contre ce pays comme si les commandos avaient dû se battre avec les « militants » avec des bars de fer ou des tuyaux en métal) … Mais, horreur pour la Turquie, in coda venenum, le rapport indique avoir félicité Israël pour le travail professionnel de sa commission indépendante, non gouvernementale tandis qu’elle a rejeté le rapport turc comme étant, fondamentalement, un document de propagande.


Israël a accepté le rapport et ses recommandations. La Turquie vient de le déclarer « nul et non avenu » et prend des mesures de rétorsion contre Israël : expulsion de son ambassadeur à Ankara, réduction des relations diplomatiques au niveau le plus bas possible, menace d’inciter les pays arabes voisins à prendre des mesures similaires contre Israël, annonce d’envoi de bateaux militaires turcs vers les eaux territoriales d’Israël pour protéger d’autres bateaux voulant aller à Gaza et déférer le blocus maritime de Gaza à la Cour Internationale de Justice. Deux des mesures annoncées pourraient être considérées comme des actes de guerre.

Ce n’est pas seulement la Turquie qui a été surprise par les conclusions (favorables à Israël) de la commission Palmer. Regardez la presse française, à commencer par Le Figaro : Flottille : « L’ONU critique l’assaut, mais pas le blocus de Gaza » ; Libé : rien en première page, dans les actualités « AFP – Israël va accepter le rapport de l’ONU avec des réserves » - et occulte la légalité du blocus comme toutes les autres demandes non satisfaites de la Turquie … ; Le Monde : rien en première page, dans les actualités même dépêche d’AFP mais en renversant les deux membres de la phrase du Figaro : « Flottille pour Gaza : l’ONU juge le blocus légal mais critique le raid israélien ». Vous pouvez aussi regarder la presse internationale, elle aussi montre sa surprise en essayant de modifier, autant que faire se peut, l’ordre des conclusions du rapport et, souvent, ses contenus. C’est vrai, c’est la première fois qu’un rapport de l’ONU est favorable à Israël …

Un peu gênés aux entournures, tous ceux qui ont demandés à Israël de se plier à la demande de l’ONU, essayent d’arrondir les angles en « incitant » les protagonistes à se réunir et se « rabibocher ». Alain Juppé, au nom de la France, le premier … Les Etats Unis de BHO ne disent rien car … il s’agit de deux de ses alliés, un, musulman, que l’on doit cajoler (monde arabo-musulman) et, l’autre, juif avec lequel il ne faut pas se mettre à mal car … élections présidentielles en 2012. Seule l’Allemagne demande clairement à la Turquie d’accepter les conclusions du rapport ce qu’elle ne veut, sous aucun prétexte. L’arroseur arrosé

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens