Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 18:48

 

Mon ami André Grjébine, Directeur des Recherches au CERI (Sciences Po), économiste distingué et, entre autres, spécialiste des pays nordiques -en particulier la Norvège- vient d’être sollicité par, pratiquement, tous les journaux pour éclaircir le mystère de la tuerie perpétrée par Anders Behring Breivik. On se souvient, après une préparation de plusieurs années (et la rédaction d’un opus de 1.518 pages en anglais – car fils d’un ancien membre de la diplomatie norvégienne en poste en Angleterre et plus tard à Paris) il s’est attaqué aux deux principaux responsables, selon lui, de l’acceptation par le pays de « l’invasion » musulmane : le gouvernement socialiste (de forte tendance tiers-mondiste) et le parti socialiste coryphée de la vulgate « accepter la différence ». Le parti socialiste, et ce n’est pas fortuit, en se prenant aux jeunes militants, en grande majorité pro-palestiniens et, naturellement, pro-immigrés.

 

AG écrit « Curieusement, en Norvège comme ailleurs en Europe, tout le monde s'interroge sur la responsabilité de l'extrême droite dans les tueries que vient de connaître la Norvège. Plus rares sont ceux qui tentent de cerner les raisons de la montée du populisme » et souligne le fait que des sociétés aussi ouvertes et démocratiques que celle norvégienne«peuvent être oppressantes pour tous ceux qui ne partagent pas les vues de la majorité, le conformisme ambiant » pour apporter, en guise d’aliment de réflexion (mon interprétation) la conclusion « Le risque, c’est que ce renforcement compréhensible du consensus va rendre plus difficile encore toute discussion sur le multiculturalisme et toute réflexion sur les modalités d’intégration des immigrés. Toute opinion qui ne sera pas conforme au politiquement correct sera soupçonnée d’émaner de l’extrême-droite et donc condamnée. »

 

La Norvège : une population d’un peu moins de 5 Millions d’individus, un PIB supérieur à 60.000 €/habitant (2ème au monde après le Luxembourg et deux fois plus grand que celui français …), ayant une « religion d’état » (eh oui, l’Eglise évangélique luthérienne), disposant d’énormes ressources financières (pactole pétrolier permettant à n’utiliser que les intérêts y relatifs …) et se plaçant au 55èmerang pour la faiblesse de la dette de l’état … Ajoutez un vrai « état providence » entretenu par les gouvernements socialistes qui se succèdent depuis des lustres et vous avez une photo instantanée de ce pays de cocagne. Qui a, naturellement et opportunément, oublié une partie de son histoire pendant la deuxième guerre mondiale (essayez de trouver sur le portail de l’Ambassade norvégienne en France le nom de Quisling …) comme ses politiques antisémites, maintenues avec constance, depuis le 19èmesiècle. Sur une population de 4 Millions au commencement de la guerre 10.000 personnes seulement  (!?) sont mortes à cause de la guerre. Mais 45% de la population juive de l’époque est partie en fumée dans les camps allemands pendant que la « résistance » norvégienne regardait ailleurs … L’influence, sans doute, de l’église luthérienne dont le créateur est considéré, à raison, par d’aucuns comme précurseur attitré de la Shoah. Politiques antisémites qui, à la fortune des changements ethniques de la Norvège deviennent de plus en plus « anti-israéliennes » car politiquement plus correct. En effet, selon AG (et la démographe Michèle Tribalat) les immigrés seraient en proportion de 16% pour le pays, de 33% pour Oslo et de 46% dans une classe d’âge de moins de 17 ans … avec une majorité non européenne et, surtout, musulmane.

 

Revenons à Anders Behring Breivik et a ses actes inexcusables. Certains (les gauches réunies) mettent en avant ses accointances avec « l’extrême droite » tandis que d’autres insistent sur l’aspect « malade mental ». Bien sûr, le cumul n’est pas interdit mais, la vraie question que l’on doit se poser est de savoir s’il ne s’agit pas d’un « canari » … En clair, si « l’explosion » de ce norvégien au dessus de tout soupçon n’est annonciatrice d’un avenir qui se prépare sous nos yeux.

 

Question d’autant plus légitime que la réaction de la classe politique norvégienne, synthétisée par le premier ministre a été formulée comme « nous irons vers plus de démocratie, plus d’ouverture vers les autres, plus d’efforts d’intégration des immigrés » Bigre, est-ce à dire que rien de ce que cet illuminé assassin dit n’est à regarder de plus près ? Car si une société qui se définit par la volonté du « consensus » se trouve devant une de ses composantes qui veut, insiste, veut faire prévaloir son propre « consensus » que doit-elle faire ? D’un côté, croire, avec les socialistes (et les élites) norvégiens qu’il suffit d’être ouvert et respectueux vis-à-vis d’eux pour que des musulmans renoncent à leur religion (ou mode de vie) et adoptent les concepts évangélistes luthériens (autre que l’antisémitisme latent, ouvert ou occulté, bien entendu) c’est prendre des vessies pour des lanternes. Et, d’un autre côté, imaginer que des pakistanais pur sucre, des somaliens fuyant peut-être les pirates de leurs mers ou autres yéménites se transformeront en vikings avec des cheveux blonds et des yeux bleus … quelle galéjade !

 

Et si l’on descend au niveau des pâquerettes, que voit-on ? La même composante de la population est, sans doute, consommatrice de PIB mais beaucoup moins productrice. Certes, pour la Norvège la chose passe, pour l’instant, sans problème car le PIB est crée à plus de 60% par les revenus du pétrole. On dirait un pays arabe du Golfe … Mais si l’on regarde un pays comme la France, les bons auteurs s’accordent pour dire que « l’immigration » est responsable d’un tiers du déficit chronique du pays (somme algébrique de la contribution des 4/6Millions immigrés non européens au PIB du pays moins la consommation des mêmes -économique, sociale, etc.,). Pour l’instant, les socialistes (et les élites) norvégiens peuvent dormir tranquilles, les immigrés non européens ne dérangeront pas leur sommeil. Pour un temps.

 

Rien, dès lors, n’est plus simple à synthétiser : devant la déferlante musulmane, l’Europe de l’Ouest ne sachant pas (ou ne voulant pas) comment s’y opposer pour défendre ses valeurs et la pérennité des états modernes, ouverts et démocratiques, de plus en plus de « canaris » feront peser sur elle le poids de l’annonce. L’annonce de nuits du Saint Barthélemy qui pourraient dépasser en horreur ce que l’on a connu il y a plus de 450 ans en France.

 

D’où la question lancinante, évidemment, lesquels des « intégristes » prendront le dessus ? Les Anders Behring Breivik et ses futurs semblables partent avec un énorme handicap : ils ont devant eux des masses (ou leurs "minorités agissantes") ayant un but et une stratégie. Le but c’est la conquête du monde, la stratégie c’est la démographie : « C'est le ventre de nos femmes qui nous offrira la victoire » - Boumédiène, 1974, discours à l’ONU. Il y avait, à l’époque, moins de 5 Millions d’immigrés non européens dans toute l’Europe de l’Ouest. Par vagues de colonisation (« immigration de travail », « immigration de population » -réunion des familles, etc.,) et par une démographie galopante (1,7 enfants par femme « indigène », 3,7 enfants par femme de l’immigration en France) on s’accorde pour dire que le seuil de 10% de la population européenne des pays de l’Europe de l’Ouest a été franchi. En attendant le basculement démographique en leur faveur, les populations en question grignotent les espaces de droit laïque dans les pays de l’Europe pour les transformer en espace de droit de la « sharia » en utilisant (profitant ?) de tout ce qui est permis sans que l’on consente des contreparties. En clair, pour la plupart, vivre en profiteur des sociétés ouvertes et de l’état providence.

 

Quo vadis Domine ? Depuis que l’histoire est histoire on sait que tout groupe a (besoin ?) tendance à repousser sur « l’autre » la responsabilité de ses propres difficultés. Les changements du monde, la disparition de « l’empire du mal » et de son imposture sociale, éthique et idéologique, les facilités de la mondialisation et des transhumances du Sud, pour l’essentiel, musulman vers le Nord (simplifions) judéo-chrétien, l’association du rêve révolutionnaire « changeons le monde » avec une doxa revigorée par la transfusion du « sang économique » des pays occidentaux (plus de mille milliards d’euros transférés annuellement des économies de l’Europe de l’Ouest vers les pays arabes pétroliers) nous ont amenés à ce que l’on sente aujourd’hui : il n’y a plus de ticket de retour. Mais pour s’offrir une distraction, que ce soit la Norvège ou la « communauté internationale », on s’évertue à vilipender un « juif » tout trouvé, Israël. Et pendant que les bourses dégringolent, que BHO préside (après avoir contribué à) la perte de la crédibilité de la valeur de la dette américaine, que l’économie de l’Europe est en train de dévisser, on s’occupe de quoi ? Créer un état palestinien, première étape pour la destruction de ce pelé, ce galeux qui n’arrête pas d’emmerder le monde par sa volonté de ne pas se suicider. L’alpha et l’oméga de tous les malheurs du monde concentrés sur Israël.

 

Regardez la photo du camp d’été des jeunes socialistes norvégiens et du ministre des affaires étrangères de ce pays juste avant que la tuerie commence : dommage que la société consensuelle norvégienne n’a laissé à Anders Behring Breivik d’autres moyens de s’exprimer. D’autant plus dommage car s’il a été le premier « canari » il est peu probable qu’il sera le dernier …

Norvege.doc.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens