Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 18:58

 

 

Les vagues du « tzunami » Wikileaks sont en train de se former. Une infime partie de ce que les grands de ce monde se disaient, dans le silence des cabinets diplomatiques, vient d’être révélée. Mais, déjà, l’Administration Américaine de BHO commence à paniquer vu ce qu’elle a fait, fait et fera encore dans cette région considérée par elle comme essentielle pour la paix et le bonheur du monde, le Proche Orient.

 

Faisons court et passons sur les 4.000 années d’histoire du peuple juif sur la terre promise (que nient, à répétition, tous ceux qui, pourtant, disent vouloir vivre en paix avec l’Etat Juif), passons sur les 62 ans d’histoire récente d’un Israël qui renaissait de ses cendres (et de celles de 6 millions de juifs objet de la « solution finale » mise en place en Europe), passons sur les 17 années depuis la dernière tentative (absurde) d’Israël de « prendre des risques pour la paix » (Oslo et ses morts du terrorisme plus nombreux depuis que pendant les 45 années précédentes). Passons, vite, pour arriver à aujourd’hui : BHO a décrété, depuis le premier jour de son règne (premier coup de fil passé à un dirigeant étranger fût pour Mahmoud Abbas) que le conflit israélo-palestinien était le nœud gordien de la paix du monde. Et faute d’avoir été défait pendant les soixante années précédentes, il fallait le couper. Et pour cela il fallait rendre gorge à Israël considérée comme responsable de la permanence du conflit. Ses justifications (que d’aucuns pouvaient considérer légitimes pour les Etats Unis) ne pouvaient être que politiques ou idéologiques. Sachant que 78% des juifs américains (qui ont à cœur le sort d’Israël) ont voté pour lui et que des élections à mi-mandat allaient venir, les motivations politiques étaient, d’évidence, absentes. Restent les motivations idéologiques.

 

Une première alerte, qui aurait dû vous surprendre, le discours au Caire quand il a, sans vergogne, établit une analogie entre la Shoah et le sort du « peuple palestinien ». Mais ce n’était que le commencement : ce qui a suivi, par delà l’effet sur Israël, a montré au monde qu’il n’entendait pas se trouver lié par les engagements des précédents présidents (en particulier, la lettre de G.W.Bush à A.Sharon par laquelle l’Amérique - car la lettre a été confortée par une approbation presque unanime du Congrès – s’engageait à respecter l’esprit et la lettre des résolutions de l’ONU, les fameuses 242 et 338)*. Ensuite, et cela depuis bientôt deux années, les demandes incessantes, publiques, appuyées par des menaces voilées ou ouvertes (votes à l’ONU, traitement de « l’ambigüité nucléaire israélienne, etc.,) qui ont culminé avec une offre injurieuse de « corruption » d’un pays (Israël) visant le faire accepter un gel à répétition des constructions en Judée /Samarie et à Jérusalem. L’offre était injurieuse mais quand il s’est agit de l’écrire, noir sur blanc, BHO a refusé de le faire. Ce qui en dit long sur la manière dont il traite ses propres promesses ...

 

Mais, la vrai pomme de discorde (compte tenu de ce qui se passe de par le monde) a été constituée par l’ensemble Israël – Palestine – Iran. D’aucuns pouvaient considérer, comme il a essayé de faire croire au monde, que la solution du conflit israélo-arabe allait, ipso facto, régler la menace iranienne (y compris le renoncement de ce pays d’entrer dans le club des puissances nucléaires). Mais pas lui : ce que les fuites de Wikileaks nous apprennent c’est que depuis deux ans tous ses diplomates qui envoyaient des notes des discussions avec tous les pays arabes « modérés » disaient la même chose : l’essentiel pour ces pays n’est pas Israël (certes, ils ne l’aiment pas et verraient sa disparition sans regret) mais l’Iran. BHO et son administration prétendaient que les dirigeants arabes demandaient des progrès dans la résolution du conflit israélo-arabe pour qu’ils coopèrent avec l’Amérique dans le traitement du problème posé par l’accession de l’Iran au nucléaire militaire. N’ayons pas peur des mots, BHO et son administration ont menti effrontément car ce que les dirigeants arabes (Arabie Saoudite, les Pays du Golfe, la Jordanie, l’Egypte et tutti quanti) leurs disaient était, est, justement le contraire. Et le mensonge selon lequel Israël pousse l’Amérique à faire la guerre à l’Iran a été démasqué par Wikileaks : ce sont le pays arabes avec l’Arabie Saoudite en tête, qui ont demandé, qui demandent à BHO de « couper la tête du serpent qui se trouve à Téhéran ».

 

C’est à dire, exactement l’inverse de ce que BHO a voulu faire croire en s’attaquant, avec toute la force dont dispose un président américain, à Israël en essayant de la pousser sur la pente du suicide national. Car il ne s’agit de rien de moins que de cela quand il veut forcer la création d’un état (palestinien) sur un territoire disputé (résolutions 242 et 338) qui n’a jamais appartenu au « peuple palestinien » et dont l’avenir (s’il voit le jour) sera celui de Gaza : tête de pont de l’Iran, vivant sous le talon du Hamas mais ... béni par tous ceux qui cherchaient une nouvelle cause pour s’attaquer à Israël. Remarquez, BHO tout en récitant l’adage « solution deux états » il n’a jamais dit « pour deux peuples » et il est peu probable que cela soit du uniquement au hasard ... Soyons clairs, il refuse le droit d’Israël d’exister en tant qu’état du peuple juif. Motivation politique ? Aucune n’est envisageable. Motivation idéologique ? Naturellement, oui.

 

Mais quelle idéologie pousse BHO à suivre une approche lourde de conséquences visibles pour le monde entier ? Un Iran nucléaire ne pourra jamais être un adversaire rationnel comme l’URSS l’a été pendant la guerre froide. Il sait pertinemment qu’une capacité nucléaire aux mains des mullahs iraniens (ou de leurs suppôts à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Iran) constitue une menace existentielle pour les six millions de juifs qui vivent en Israël. Pourtant, non seulement il a fait savoir à Israël son opposition à une solution militaire du problème, mais il s’est engagé depuis plus de deux ans dans une « négociation » avec l’Iran. Négocier ? L’Iran adore cela car c’est la meilleure façon de gérer une situation conflictuelle à son avantage. Le problème est que pour une puissance « révolutionnaire » une négociation n'est rien d’autre qu’une tactique pour gagner du temps. De plus, si pour des pays normaux un traité a un poids juridique et moral, pour un pouvoir « révolutionnaire » il ne s’agit que d’une étape vers l’obtention des buts pour lesquels leurs lutte ne peut que continuer. Pensez à la façon dont la Corée du Nord a habilement et à plusieurs reprises utilisé la promesse de renoncer à sa capacité nucléaire comme un outil de négociation pour obtenir d'autres avantages comme celui de subvenir aux besoins de nourriture de son peuple ... Et BHO, dont l’admission à la présidence des Etats Unis a été saluée par une explosion nucléaire Nord Coréenne ... non seulement veut « négocier » avec l’Iran mais a voulu faire croire au monde que pour cela il faut qu’Israël se suicide an offrant aux « partenaires de la paix » que sont le Fatah et Mahmoud Abbas les territoires sous son contrôle depuis la guerre de six jours initiée et perdue par trois pays arabes limitrophes.


A supposer qu’Israël acceptât ce que BHO lui demandait, ne semble-t-il pas évident qu’en acquérant une capacité nucléaire l’Iran va changer la face du Proche Orient soit qu’il s’en servait soit qu’il menaçait de le faire ? Qui peut ignorer qu’un Iran nucléaire va bouleverser l'équilibre des forces au Moyen-Orient et accentuera le rapprochement de cette région vers l'extrémisme ? Qui peut ignorer que cela permettrait aux terroristes suppôts de l'Iran, comme le Hamas et le Hezbollah, d’interdire toute chance de paix entre Israéliens et Palestiniens ? Et comme cela portera un coup fatal au régime de non-prolifération mondiale, d'autres pays de la région se lanceront, eux aussi, dans la course vers le nucléaire militaire. BHO ne peut pas ignorer cela.


Alors ? Pourquoi les juifs américains votent-ils encore pour les Démocrates ? Le pédigrée de BHO est parfaitement connu : nourri idéologiquement par son « parrain » communiste, ayant subi pendant 20 ans l’endoctrinement du Révérend Wright, ayant partagé pendant des années les convictions tiers-mondistes et pro palestiniennes d’un Rachid Khalid, BHO ne peut rien vouloir d’autre que la disparition d’Israël en faveur d’un état palestinien. Quitte à voir celui-ci se fondre dans le magma islamo fasciste dont le Hamas et le Hezbollah tiennent les rennes.


Quelle blague ... Vouloir convaincre Israël de « faire des sacrifices pour la paix » en lui demandant, en réalité, de se « sacrifier » pour une paix conclue avec ... un Mahmoud Abbas qui ne représente pas le « peuple palestinien » car il n'a même pas de fonction politique  valide vu que les élections pour le président de l’Autorité Palestinienne n’ont pas eu lieu et que le Hamas qui contrôle plus de la moitié du peuple palestinien (et veut la destruction de l'Etat d'Israël) ne reconnaît pas son autorité ... Et on apprend par Wikileaks que l’ineffable ancien ministre des Affaires Etrangères français, Bernard Kouchner, expliquait aux américains que « Mahmoud Abbas est complètement perdu et qu’il ne contrôle rien ... » . Tout ce que Mahmoud Abbas peut faire, et il le fait, c’est de suivre les traces de son mentor, Arafat, et de continuer à saboter toutes tentative d’avoir des pourparlers de paix. Et peu importe que BHO utilise des missi dominici comme J. Kerry pour aller dire à la Syrie « Israël devra vous rendre le Golan et accepter que les palestiniens aient leur capitale à Jérusalem ». Peu importe car ... Israël a décidé de ne pas se suicider.


Naturellement, on peut aussi penser que ce que BHO fait n’est qu’une erreur de stratégie comme celle de Daladier et Chamberlain. Mais sans oublier que la France et l’Angleterre ont sacrifié leur alliée, la Tchécoslovaquie pour apaiser Hitler.

 

Ce qui est certain c’est que par delà les déficits de votre pays, par delà un système de santé qui va vous appauvrir, par delà l’extension des pouvoirs du gouvernement fédéral devenant de plus en plus intrusif dans votre vie, par delà tout cela et contre ce qui une majorité d'américains se lève, ce dont le monde se souviendra après la fin du mandat présidentiel de BHO ce sera que des mollahs apocalyptiques disposent de bombes atomiques. A moins que ... les Israéliens, ne laissent pas faire.

Sans-titre1-copie-1.png

 

 

* Cette lettre a été écrite à l'appui de l'évacuation de Gaza par Israël. Les deux garanties principales étaient relatives (a) à l'intégration à Israël des blocs de "colonies" disposant de populations importantes, intégration qui se ferait par un échange de territoires et (b) au fait que les 4,5 millions de "réfugiés" allaient être intégrés à l'Etat palestinien qui allait voir le jour et non pas à Israël. Dès lors, BHO en ne confirmant pas la lettre … la crédibilité d'une administration américaine devient sujette à caution et de plus montre que BHO s’aligne sur les revendications maximales des palestiniens ...

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens