Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 08:50

 

Du Nord au Sud et de l’Est en Ouest le monde entier, émerveillé, enfin satisfait, salue l’événement du siècle : l’ONU a accordé le statut d’état non membre, mais observateur, à la « Palestine ». Etat ? Palestine ? Vous pouvez  bien chercher il n’y a jamais eu ni un état ni, encore moins, un qui s’appellerait « Palestine » mais, où irions-nous si on s’arrêtait à ce genre de peccadilles …

 

C’est à l’Assemblée Générale de l’ONU que 138 états (dont environ 100 faisant partie des « non alignés » et 56 d’entre eux de l'Organisation de Coopération Islamique) ont approuvé la résolution présentée par Son Excellence Daffa-Alla Elhag Ali Osman, ambassadeur du Soudan : pays dont le président est recherché par Interpol sur mandat de la Cour Pénale Internationale pour le génocide perpétué au Darfour. A tout seigneur tout honneur, il fallait bien que le représentant d’un assassin propose à la « communauté internationale » d’accorder un statut rehaussé au plan international à ceux qui ont apporté au bonheur du monde les rapts d’avions, les homicides par explosion et -par ricochet- les dépenses faramineuses pour assurer la protection de tous les aéroports du monde …

 

Et l’Assemblée Générale de l’ONU a pris sa décision. Remarquez, il n’y a eu que 138 voix pour, soit 38 de moins que les 176 voix par lesquelles le même pays, le Soudan, a été élu à la commission des droits de l’homme … Mais souvenons-nous du mot d’Abba Eban « Si l’Algérie proposait une résolution selon laquelle la terre est plate et qu’Israël en était responsable, elle va être adoptée avec 164 voix pour (dont celle de la France … ajout MB), 13 voix contre et 26 abstentions » Bien vu, le résultat complet cette semaine a été 138 pour, 9 contre et 41 abstentions.

 

Pour justifier la candidature à ce nouveau statut, le Président de l’Autorité Palestinienne -président dont le mandat a fini en 2009, ne disposant d’aucune autorité sur la moitié du « territoire » auquel on a donné un nouveau statut- a utilisé (par delà les sempiternelles accusations éculées de « racisme, agression, apartheid » proférées à l’adresse d’Israël) un argument massif qui constitue aussi un acte d’accusation contre Israël. « Israël occupe la terre palestinienne depuis 65 ans, il faut rendre justice au peuple palestinien »

 

Vous avez bien compris, ce ne sont pas les territoires qui sont disputés depuis la guerre de 1967 (provoquée par des états arabes et perdue par les mêmes) qui sont en cause mais la totalité de ce que le mandat accordé par la Société des Nations à l’Angleterre appelait « Palestine ».

 

Se souvient-on ? Déclaration Balfour, Société des Nations, partage du territoire de 1947 pour créer deux états « un, juif et l’autre arabe » ? Le lendemain de la proclamation de l’Etat Juif, 7 armées arabes ont essayé d’éradiquer le nouvel état (Monsieur Ahmadinejad n’était pas encore né …) et de « tuer les juifs » éventuellement les jeter à la mer … Et de là jusqu’à cette semaine, les arabes n’ont jamais cessé d’essayer : 7 guerres, 2 intifadas, 4 conflits armés, 12.100 roquettes tirées sur des populations civiles, 170 homicides par explosion et quelques 23.000 soldats (et personnels de sécurités) morts – voilà le tribut payé par Israël pour assurer son existence au milieu de ses voisins pacifiques et civilisés tels que leur religion, l’islam, leur apprend à être.

 

Certes, pour survivre Israël a dû transformer, de fond en comble, le mode de vie de tous ceux qui s’y sont installés ou qui y sont nés. Naturellement, les bonnes âmes lui reprochent un certain « militarisme » : le prix à payer pour passer de la photo de gauche à celle de droite :

 

Transformation.jpg 

En un mot comme en cent, depuis 1947 à aucun moment les pays arabes (nonobstant les traités de paix avec l’Egypte et la Jordanie, nonobstant « l’initiative arabe ») n’ont accepté l’existence de l’Etat Juif dans le territoire qu’Allah à légué à ses adeptes (après quelques conquêtes sanguinaires mais … là encore, des peccadilles …).

Quant à l’essence du vote de l’ONU, il n’est pas difficile de la supputer : délégitimer Israël, faire en sorte qu’il n’y ait pas de négociation pour la création de l’état palestinien (un des trois NON de Khartoum, 1967 ?). Ce qui est surprenant ce n’est pas que la France s’est abaissée en votant pour, ce qui est surprenant c’est que l’Angleterre s’est abstenue. Explication : on a demandé aux palestiniens de s’engager (a) à reprendre les négociations interrompues de leur fait depuis plus de quatre ans et (b) de s’interdire de faire appel à la Cour Internationale de Justice, par exemple, avant d’avoir un accord de paix avec Israël. Que les palestiniens aient refusé cela n’a pas été suffisant pour un pays comme la France (mais ce n’est pas les seul en Europe …) pour comprendre ce qui adviendra.

Mais les conséquences du vote à l’ONU ne sont pas sans importance :

-    les accords d’Oslo deviennent caducs car ils prévoyaient qu’aucune partie n’essayera de changer l’état des territoires disputés jusqu’à un règlement final ; ces accords portaient aussi, comme garants, les signatures de l’Union Européenne et de la France - l’on peut comprendre le peu de cas qu’Israël fera à l’avenir de toute garantie proposé par les mêmes ;

-    procédant à l’abrogation de fait des accords d’Oslo les palestiniens dégagent, par là même, Israël de ses obligations ; quelque soit l’avenir, si négociation il y a elle ne pourra qu’être plus difficile car … « un gentlemen agreement suppose l’existence de deux gentlemen »

-    le « président Abbas » n’ayant pas été autorisé par le « gouvernement légal » de Gaza (issu d’élections perdues par sa faction, le Fatah) vient de créer les conditions d’existence de trois états : les territoires disputés (Cisjordanie), Gaza et Israël ; la séparation de la Cisjordanie et du Gaza est aujourd’hui inscrite dans le marbre fissuré par les agissements contreproductifs des palestiniens et de leurs sponsors ; et dès lors si « l’état palestinien » comporte Gaza, toute attaque venant de là-bas serait de la responsabilité de Monsieur Abbas (qui, pourtant, n’a pas le droit d’y mettre ses pieds !).

 

Last but not least : il y a 20 ans, devant une manœuvre identique des palestiniens, James Baker, Secrétaire d’Etat a fait une déclaration publique : « Si, d’aventure, l’ONU change le statut des palestiniens, je proposerai au Président (BUSH 1) d’arrêter avec effet immédiat toute contribution des Etats Unis à l’UNRWA, à l’ONU et au palestiniens » On n’en a plus parlé pendant 20 ans … jusqu’à BHO qui, ne faisant pas la même chose, s’est rendu en réalité complice de la décision prise par l’ONU tout en faisant dire le contraire.

Alors ? Rien ne changera. M. Abbas (l'auteur d’une thèse de doctorat, à Moscou, niant l’existence de la Shoah) n’a jamais, en réalité, voulu arriver à un accord final avec Israël. Comme, d’ailleurs, le terroriste corrompu Arafat, son patron pendant des années. Auraient-ils voulu un accord ils auraient pu l’avoir depuis 2000 (paramètres Clinton) ou depuis 2008 (offre Olmert). Ils ne veulent pas négocier car ils espèrent, avec l’aide de la communauté internationale (qui a toujours tellement aimé les juifs qu’elle a voulu les tenir au chaud dans les fours crématoires de l’Europe …), obtenir tous ce qu’ils souhaitent : la disparition de l’état juif, le remplacement des israéliens (juifs de surcroît) par 5 millions de descendants des 650.000 palestiniens ayant fui (ou ayant été expulsés, selon la narrative que l’on veut bien choisir) dont les statut exorbitant, sans équivalent au monde, de « réfugiés de père en fils, sans distinction de génération » leur a été accordé par la même communauté internationale miséricordieuse quand il s’agit de faire du mal aux juifs …

Rien ne changera. Plus de 40.000 morts en Syrie, nombre augmentant en moyenne de 150/200 tous les jours. On ne veut même pas réaliser le racisme implicite de l’attitude de la « communauté internationale » : des musulmans qui tuent des musulmans, c’est leur culture … »

Mais, naturellement, dès qu’un palestinien utilisé par ses frères du Hamas comme bouclier humain est mort, la presse mondiale met l’événement en première page, tout le monde commence à demander à Israël de ne pas réagir d’une manière « disproportionnée » et les épigones de Monsieur Goldstone taillent leurs crayons pour préparer un nouveau rapport sur les atroces crimes contre l’humanité de la soldatesque israélienne …

Morts-2012.jpg 

Et la même « communauté internationale » qui voudrait faire admettre aux juifs d’Israël qu’en parlant aux arabes et en faisant preuve de générosité (concessions …) les choses s’arrangeront …

Mais les sujets de préoccupation des chancelleries des grandes nations sont autrement plus importantes : on a encore approuvé la construction de nouveaux appartements à Jérusalem … ce qui doit être condamné, illico, impérativement, car cela fait retarder la conclusion du conflit israélo-palestinien. On croit rêver, non, ainsi va le monde …

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents

Liens