Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 14:04

Bientôt, le monde comprendra que les trois problèmes non résolus de l’antiquité, la quadrature du cercle, la trisection de l’angle et la duplication du cube (sans solution si l’on ne dispose que d’une règle et d’un compas) deviendront quatre pour le monde contemporain. Le nouveau problème, sans solution, « le conflit israélo-arabe ». Depuis des dizaines d’années on s’évertue à y trouver des solutions. De temps en temps on croit que … cette fois-ci ça y est et … on accorde même des prix Nobel. A des terroristes repentis (pour la durée de la cérémonie). Juste le temps de comprendre que rien n’est résolu et que le conflit devient de plus en plus complexe en proportion des efforts faits pour le résoudre.


Ce qui suit est une tentative de démontrer que ce problème n’a pas de solution et que le monde ferait mieux de s’occuper de choses plus importantes et qui, peut-être, pourraient trouver des solutions : la surpopulation de la planète, la faim dans le monde, l’accès à l’eau potable de plus d’un milliard d’êtres, la désertification de l’Afrique ou de l’Amazonie, le danger islamiste visant la conquête du monde, j’en passes et de meilleurs.


L’occasion est donnée par ce que l’on a qualifié de « pas important vers la paix » (Ban-Ki-Moon), l’ignoble échange d’un otage innocent, ravi sur le territoire de son pays, maintenu cinq années dans un secret difficile à concevoir, avec 1.027 assassins terroristes jugés et condamnés par la justice d’un état de droit. Entendons-nous bien, n’importe qui (et moi le premier) aurait souffert et fait autant que la famille dudit otage pour sa libération et exprimerait un soulagement naturel pour sa récupération. A titre individuel, naturellement.


Mais regardons les choses d’un peu plus près. Tout d’abord, pourquoi aucune des grandes organisations humanitaires (Croix Rouge, Amnesty International, Human Rights Watch, Médecins sans Frontières et tant d’autres) ne se sont-elles pas intéressées au cas du soldat franco-israélien ? Pourquoi notre président qui a libéré les infirmières bulgares des geôles de son ami de 2008 (le Colonel Kadhafi) n’a-t-il pas envoyé sa femme à Gaza pour libérer cet otage ? Pourquoi la Russie et/ou la Turquie ont-ils accepté de rompre l’isolement de l’organisation terroriste, le Hamas, qui gardait l’otage en « discutant » avec elle ? Serait-ce que pour la « communauté internationale » un des protagonistes représente l’avenir (certes, musulman mais avenir quand même) tandis que l’autre, on n’a pas encore réussi à le détruire, nonobstant toutes les tentatives du passé lointain et récent ?


Après cinq longues années, le chantage émotionnel auquel les terroristes du Hamas ont soumis Israël et son peuple a produit deux résultats lourds de conséquences : on a démontré que les terroristes n’ont rien à perdre (sauf du temps dans une prison s’ils sont pris, jugés et condamnés) et que le monde entier n’a rien à faire de la guerre asymétrique à laquelle les mêmes terroristes soumettent Israël. La Shoah en Europe a été possible parce que le monde regardait ailleurs jusqu'à ce qu'il soit trop tard.Les Juifs ont été abandonnés à leur sort. Et l’histoire se répète : le monde est en train d'abandonner Israël qui fait face à un destin à nul autre pareil vu qu’elle n’est entourée que des ennemis qui veulent, ouvertement ou pas, sa disparition. C’est dans ce contexte tragique qu’Israël a fait le choix de se plier au chantage de ceux qui veulent sa disparition tout en sachant que dans les années à venir elle payera, à nouveau, pour la vie de l’otage ramené à la maison avec le sang d'autres israéliens qui seront assassinés par les mêmes terroristes ou par une nouvelle génération que l’on éduque (on endoctrine) pour devenir « des combattants pour la liberté, des guerriers saints de Dieu pour libérer la patrie » - discours du président (hors élections depuis plus de deux ans) de l’Autorité Palestinienne, hors du coup de l’échange, se précipitant pour congratuler des assassins.


Il n’a pas du être  facile au Gouvernement israélien de prendre la décision de se soumettre au chantage du Hamas.Parmi les assassins libérés il y a ceux qui ont orchestré les attaques suicides contre le restaurant Sbarro à Tel Aviv (15 morts et 130 blessés), une pizzeria de Jérusalem (15 tués), un hôtel où on fêtait la Pâque Juive à Netanya (30morts), un bus à Jérusalem (11 tués) ou un bus à Haïfa (17 tués). Ils étaient 477 a quitter leurs lieux de détention dans des bus en faisant le V de la victoire. Ils en restent 550 à libérer dans deux mois. Pendant les trente dernières années, selon une estimation, Israël a libéré environ 13.500 détenus arabes en échange de 16 Israéliens et les cadavres de 10 autres. Soit 850 détenus arabes (il faut répéter : pris, jugés, condamnés) pour un israélien vivant. Et en 2007 on apprenait que 177 israéliens ont été tués par des terroristes libérés des prisons israéliennes car ayant fait l’objet d’échanges.

Ce n'est pas simplement la disproportion de l’échange qu'aucun autre pays dans le monde n’aurait envisagé qui choque. C'est le fait que l’échange a montré que le terrorisme fonctionne. C'est comprendre que dans ce troc, une vie innocente vaut 1000 vies coupables : c’est une victoire nauséabonde des terroristes qui rend beaucoup plus probable (ils le clament déjà) qu'ils kidnappent encore plus de gens pour libérer encore plus d’assassins emprisonnés.

il_lynchage_de_ramallah-110x150Abdel-El-Aziz-Tsalha.png

Ramallah (année 2000), un lyncheur, les mains ensanglantées : un des 477 assassins libérés


L’attitude des uns et des autres devant ce qui s’est passé ?


La « rue arabe » est contente d’avoir eu raison : à la fin, Israël a dû céder (rue qui ne comprend rien aux raisons éthiques et sociétales qui font que la société israélienne est unie quand il s’agit de sauver un des soldats de son armée). Les dirigeants du monde ? Le premier, notre président qui, entre un saut pour sauver l’euro à Berlin, une visite à la Clinique où accouchait sa troisième femme de son quatrième enfant et un déplacement en Mayenne, trouve le temps pour dire deux énormités : « parler d’état juif c’est stupide car il y a là 2 millions d’arabes »  et « je serai heureux que des prisonniers palestiniens soient libérés, eux aussi, en Cisjordanie ». Israël, pour notre président, n’a pas le droit de s’appeler « état juif ». Oublions le fait qu’il n’y a que 1,25 millions de citoyens israéliens qui ne sont pas juifs. Nonobstant la décision de partage de 1947 de l’ONU qui souligne clairement le terme « Etat Juif ». Nonobstant l’Irlande qui s’appelle « The Irish Republic of … », nonobstant qu’une multitude de « républiques » musulmanes affichent sur leur fronton « république islamique » ou la dernière trouvaille du colonel, maintenant trucidé par les libérateurs démocratiques de la Libye, « la Jamahiriya Islamique »… Rien n’est stupide sauf pour Israël.


Des « prisonniers » libérés en Cisjordanie ? Qui se souvient encore du discours de Nasser en 1965, avant la guerre de six jours ? « Nous n’entrerons pas en Palestine (sic) ou le sol est couvert de sable, nous marcherons sur un sol saturé de sang ». Qui se souvient du discours de Hafez Assad (le père …) disant en 1967 « nos forces sont maintenant entièrement prêtes … le temps est venu pour la bataille de l’annihilation ».  Ou du discours du président de l’Irak (assassiné par Saddam …) disant « l’existence d’Israël est une erreur qui doit être effacée … notre but est d’éradiquer Israël de la carte ». Remarquez, des années après, Michel Rocard a dit la même chose. Mais c’est le précurseur d’Arafat qui a explicité ce dont il était question (nous sommes en 1967) : « Le jour J approche. Les arabes ont attendu 19 ans pour cela et ils ne flancheront pas pendant la guerre de libération.  Les juifs de Palestine qui survivront devront partir de notre patrie mais, j’ai l’impression qu’il n’y aura pas de survivants ». Ces mots sont importants car, 44 ans après ils sont repris par Mahmoud Abbas à la tribune de l’ONU en réclamant la reconnaissance d’un état palestinien : « Cela fait 63 ans depuis que nous souffrons pour notre patrie… » 63 ans = 19 + 44 ? La « patrie » ? Toute la Palestine …


Mais notre président oublie l’histoire : les voisins d’Israël ont essayé à trois reprises de la vaincre sans réussir. Et Israël a rendu deux fois le Sinaï à l’Egypte et maintenant elle doit se méfier de la transition « démocratique » de ce pays conduite par des généraux populistes et crypto-islamistes. Elle a rendu Gaza à L’Autorité Palestinienne, sous les applaudissements de la communauté internationales et elle reçu depuis plus de 12.000 fusées tandis que la communauté internationale assistait (assiste) à la mise en place à Gaza d’un régime islamiste supplétif de l’Iran. Elle s’est retirée du Liban et a assisté à la renaissance d’un Hezbollah armé jusqu’aux dents dans le silence (et la complicité) de la même communauté internationale. Tant et si bien qu’Israël est totalement encerclée de zones ennemies, au Sud le Hamas, au Nord le Liban dirigé par le Hezbollah, à l’Est par le Fatah en attendant la Jordanie. Sans parler de la Syrie ou de l’Iran. Elle n’a pas « encore » rendu la Judée et la Samarie (la Cisjordanie), territoire disputé depuis la guerre de 67 mais que certains, dont la France, voudraient voir Israël céder au « peuple palestinien » qui aura ensuite la possibilité de tirer des fusées (fussent-elles artisanales) sur les avions arrivant ou partant de l’aéroport de Tel Aviv. Et, c’est dans ces circonstances, dans ce contexte, que notre président ne se contente pas de dire des idioties mais, par la voix de son ministre des affaires étrangères, « condamne » la construction de quelques appartements à Jérusalem …


Ce conflit n’a pas de solution. A chaque moment important, les dirigeants palestiniens et/ou arabes n’ont pas hésité à rejeter l’existence d’un état juif au Proche Orient. Le vrai obstacle à la paix n’est pas la création d’un état palestinien que la majorité des israéliens acceptent, c’est l’existence d’un état juif que la majorité des palestiniens (des arabes) rejettent.


Ce conflit n’a pas de solution car rien ne change au Proche Orient : « c’est les mêmes arabes qui veulent jeter les juifs à la mer et la mer – Méditerranée, dans laquelle ils veulent jeter les juifs est la même aussi » (Itzhak Shamir, premier ministre d’Israël, 1991).


Ce conflit n’a pas de solution car les palestiniens (les arabes) ont toujours voulu « tout ou rien » et comme ils n’ont jamais eu (et ils n’auront pas) « tout » il leur reste depuis les 63 années déplorées par M. Abbas un grand « rien » : ils ne méritent pas mieux.


Ce conflit n’a pas de solution -et toute la communauté internationale le sait bien- car il ne s’agit pas d’un conflit territorial. Il n’a pas de solution car le maximum de ce qu’Israël pourrait concéder est en deçà du minimum que les dirigeants palestiniens, pour rester en vie, pourraient accepter (comme étape intermédiaire avant de reprendre la lute finale …) et ce que les dirigeants palestiniens pourraient concéder (pour rester en vie) est moins qu’Israël pourrait accepter sans se suicider. Dès lors, Israël préférera rendre, chaque fois, 850 détenus pour un israélien vivant, capturé par des terroristes. Mais peut être le monde s’apercevra un jour que depuis 2002 il y a eu six prix Nobel en Israël : 1 pour chaque million de juifs vivant dans ce pays. Et un prix Nobel pour les 350 millions d’arabes qui veulent la disparition d’Israël. Soit 350 fois moins. 850 pour 1 ? 350 fois moins ? 1.000 ? Qu’à cela ne tienne …

La-charge-.ashx.jpeg

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens