Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 19:01

 

 

Les extraits publiés hier ont provoqués un essaim de questions du genre « la désinformation a un caractère général, pourquoi pensez-vous qu’elle est particulière au sujet islam/Israël », « c’est l’affaire des caricatures qui recommence », « n’est-ce-pas l’attitude ambiguë des Etats Unis qui provoque ce genre de prurits » ?

 

Il faut, donc, assurer le service de la garantie.

 

Tout d’abord, commençons par rappeler que l’islam est une religion de paix mais … si on n’est pas d’accord on risque d’avoir la tête coupée …

 

Désinformation car, avant même de voir le fameux clip anti-islam tous les commentateurs, forts de la lecture d’une dépêche de l’AFP (bravo la France …) ont pris comme argent comptant le fait que le créateur du clip était non seulement américain mais, tant pis pour lui, juif « autoproclamé israélien ». Et quand la baudruche s’est dégonflée on n’a pas trouvé bon de revenir (sauf en petites lettres en cinquième page des gazettes …) sur l’information, la démentir et faire un « mea culpa ».

 

Désinformation car, goulument, les médias français exploitaient ce qui, d’évidence, allait devenir une nouvelle affaire des « caricatures ». A la différence (importante) que le dessinateur qui a provoqué l’émoi des masses musulmanes était danois et chrétien tandis que maintenant on avait un américain juif et israélien de surcroît. La cible rêvée, comme elle n’existait pas il fallait bien l’inventer.

 

Désinformation car on disposait déjà d’un document (ignoble) produit, c’est à ne pas y croire, par l’Ambassade des Etats Unis au Caire. Voilà la traduction :

 

« L'Ambassade des Etats-Unis au Caire condamne les efforts continus déployés par des individus malavisés à blesser les sentiments religieux des musulmans - comme nous condamnons les efforts visant à offenser les croyants de toutes les religions. Aujourd'hui, le 11e anniversaire du Septembre 11, 2001 des attaques terroristes contre les États-Unis, les Américains rendent hommage à nos patriotes et ceux qui servent notre nation comme la réponse appropriée aux ennemis de la démocratie. Le respect des croyances religieuses est une pierre angulaire de la démocratie américaine. Nous rejetons fermement les mesures prises par ceux qui abusent du droit universel à la liberté d'expression pour blesser les convictions religieuses d'autrui.»

L’Administration de Barak Hussein Obama condamnait le créateur du clip pendant que des partisans des Frères Musulmans égyptiens (amis et partenaires politiques du même BHO) envahissaient le territoire de l’Ambassade en espérant obtenir le même résultat qu’à Benghazi … La chronologie des évènements montre clairement que les dépêches d’agence (AP en particulier) étaient parfaitement connues aux médias français quand ils laissaient se propager une fausse information qui, dans d’autres temps, aurait conduit à de pogromes. Une information digne des Protocoles des Sages du Sion.

Jusqu’ici, je crois que l’on trouve suffisamment de matière pour dire que la chose est entendue : ce n’est pas par hasard que l’égyptien copte auteur du clip s’est métamorphosé en israélien-juif, ce n’est pas par hasard que les médias français se sont roués comme « des morts de faim » sur l’information, tout en la sachant fausse.

Mais, le communiqué de l’Ambassade des E-U au Caire (c’est vrai, annulé par le Département d’Etat dans l’après-midi et ne figurant plus parmi les tweeters de l’Ambassade …) montre jusqu’où les Etats Unis sont prêts à aller pour brosser dans le sens du poil les masses musulmanes et leurs dirigeants. En effet, l'attitude de l'administration Obama envers le monde arabe, depuis le discours de BHO au Caire en juin 2009, est une attitude d'équivalence morale qui a posé comme postulat une fausse symétrie entre l'Holocauste et les griefs palestiniens à l’encontre d’Israël. A partir du moment où dans un discours fondateur cette (fausse, ignoble, lourde de conséquences) attitude a été érigée en concept politique il n’y a plus aucun obstacle à identifier les israéliens/juifs qui sont responsables des malheurs des palestiniens comme étant les égaux des allemands nazis. Et puisqu’il faut défendre les palestiniens, musulmans (bien sûr car il n’y a presque plus de chrétiens dans les « territoires palestiniens » …) il est normal que les Etats Unis se repentissent chaque fois quand ils ont l’occasion. C’est ce qu’ils ont fait cette fois-ci encore. On aurait pu penser que compte tenu du fait que la haine contre les religions non-musulmanes, notamment le judaïsme, fait partie du discours dominant dans le mondes arabo-musulman et en particulier dans les médias d’état de l’Egypte, il n'y a aucune raison pour les États-Unis de présenter des excuses pour les actions d’américains quelconques (fussent-ils égyptiens coptes …) mais d’évidence on s’est trompé. Mais n’oublions pas ce qui a mis le feu au poudres : dire que le prophète était pédophile. Question de sémantique, peut-être, mais le Coran nous apprend quand-même qu’il a pris comme épouse une fillette de 6 ans …

Ce qui est remarquable, cependant, c’est que toutes les tentatives de BHO pour améliorer l’acceptation des E-U dans le monde arabo-musulman se sont soldées par un échec cuisant. Sa politique « arabe » est en ruines. Aucun président avant lui n’a tant essayé de conquérir le monde arabe en lui disant (au Caire) « je suis un des vôtres ». « Il s’est mis clairement du côté des révolutions « démocratiques » en abandonnant, certes, des dictateurs comme Moubarak mais qui étaient « nos salauds ». Il n’a pas hésité a snobé les alliés proches tels que Israël, l'Arabie saoudite ou l'armée égyptienne. Et maintenant les sociétés libérées se retournent contre le pays qui a contribué à ce qu’elles voient le jour. L'anti-américanisme dans le monde arabe a augmenté à des niveaux supérieurs à ceux de l'ère Bush. C'est un résultat amer pour Obama. » (Die Welt 13.09 .12)

Reste le troisième type de question « est-ce l’affaire des caricatures qui recommence » ?

Oui, et de deux manières différentes. En réalité la fameuse affaire ne s’est jamais arrêtée. Ce qu’elle a fait, par delà les attitudes (presque solitaires) d’un Charlie Hebdo en France, a été de rendre la libre expression, pilier des états de droit démocratiques, un peu moins libre. Pour ne pas « stigmatiser », pour ne pas « humilier », pour que « l’autre ne soit pas rejeté » - le tout se référant à l’islam et à ses ouailles (les roms on peut les expulser …) la société française, dans presque toutes ses catégories socio-professionnelles, a assimilé une autocensure censée nous prémunir contre la revanche des divers islamo-fascistes. Ce qui fait que tous ceux qui n’ont à la bouche que la défense de la libre expression quand il s’agit de pisser sur Jésus ou de faire rire au sujet des victimes de l’Holocauste se taisent. Regardez les unes » de la presse française et vous comprendrez que ce dont il s’agit n’est pas la peur mais la complicité induite par la lâcheté. L’affaire des caricatures continue d’une autre manière aussi : si pour les caricatures le politiquement correct était de dire « certes, nous défendons la liberté d’expression mais … Jylland-Posten (le journal qui les a publiées) a exagéré … » eh bien, pour le clip attribué, allons-y, à Israël et aux juifs en général (car, n’est-ce-pas, c’est eux qui commandent en Amérique) c’est beaucoup plus simple : le juif, de plus s’il est israélien, est celui qui empêche le monde de tourner. Comme il empêche que la paix règne au Proche Orient. Paranoïa ? Comme disait l’autre, ce n’est pas parce qu’on est paranoïaque qu’on n’est pas persécuté …

oooooooo

Le printemps arabe s’est transformé (c’était parfaitement prévisible) en hiver et la démocratie, tellement louée par tous les médias français, en prise de pouvoir par des islamistes plus ou moins « modérés » mais dont l’objectif, non caché, répété à longueur de journée, de toutes les manières possibles, est l’instauration du califat et l’imposition de la sharia.

Cela étant, ne nous trompons pas : quand la haine fait rage contre un pays considéré comme le symbole de la liberté, lorsque brûler des drapeaux américains, vandaliser leurs ambassades et assassiner leurs diplomates est permis, dans le silence assourdissant de tous les médias il s'agit d'une attaque contre l'Occident, et pas seulement contre l’Amérique. Que BHO soit responsable d’en arriver là, aucun doute.

Mais de ce côté de la Méditerranée, en Eurabia, les « laveurs des cerveaux » qui pullulent dans les médias et qui réussissent à influencer les politiques nationales préparent (qu’ils le veuillent ou pas) la transformation de nos pays, volens-nolens, en dâr al-islâm. En espérant d’échapper ainsi à la phase dâr al-harb.

Alors … les clips vidéo, les caricatures quelle importance ! Demain on s’occupera du gaz de schiste …

 

 

 

 

2.00.jpg

 

 


Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 10:52


N'est-il pas curieux que le sens soit toujours le même ?

 

Toutes les radios, télés et journaux de France et de Navarre n'ont pas arrêté de reprendre (sous diverses formes) la dépêche initiale de l'Agence Française de Presse :

 

AFP:

 

Le film à l'origine des manifestations et attaques anti-américaines, mardi en Egypte et en Libye, est signé par un Israélo-américain qui décrit l'islam comme un "cancer", selon le Wall Street Journal.

 

L’ambassadeur, âgé de 52 ans, a péri en même temps que trois autres fonctionnaires américains dans l’attaque du consulat de Benghazi par des manifestants armés. Les assaillants protestaient contre un film jugé insultant pour l'islam, "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans"), produit et réalisé par un promoteur immobilier israélo-américain.

 

Le Figaro :

 

Sam Bacile, si c'est son vrai nom, présenté comme un agent immobilier en Californie, «Juif israélien» autoproclamé, âgé de 52 ou 56 ans selon les sources, aurait disparu de la circulation mardi, craignant pour sa vie. D'après le Wall Street Journal, il aurait convaincu «une centaine de donateurs juifs» de lui allouer 5 millions de dollars pour tourner cette pochade. Réalisée en trois mois durant l'été 2011, elle aurait mobilisé 65 comédiens et 45 techniciens.

 

Libé :

 

Les proches de l'auteur présumé du film anti-islam le disent bouleversé, tandis que les acteurs qu'il a dirigés l'accusent de les avoir manipulés.

 

Ensuite ... enquête de Associated Presse :

AP.jpg

 

Sam Bacile, Israeli Jew,' May Actually Be Nakoula Basseley Nakoula, Coptic Christian

suite à quoi AFP se réveille :

 

Des documents judiciaires dont l’AFP a eu copie confirment que Nakoula Basseley Nakoula a été condamné à 21 mois de prison en 2010 pour escroquerie bancaire et qu’il résidait à Cerritos, dans la banlieue sud de Los Angeles.

 

mais, entre temps, "la rue arabe" s'est mise en marche contre l'Amérique, Israël et le juifs ... 

 

Désinformation ?

 

Regardez l'extrait du Point  et la manière dont la dépêche AFP ("le lycéen était en désaccord sur le contenu d'un cours qui portait sur la religion") a été mise en page et dites-vous bien que l'élève n'était ni chrétien ni juif et que la religion était (élémentaire, Dr Watson, n'est-ce pas ?) ..... :

 

 

AFP-toujours---jpg

 

 

 

 


Repost 0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 15:11

 

Supposons que vous avez eu la patience de suivre la dernière prestation de notre Président, prestation destinée à faire croire aux français qu’il y a un pilote dans l’avion et que l’aéroport de destination est connu. Et que le voyage se passera dans des conditions de justice totale entourées du patriotisme légendaire du peuple français. Supposons.

 

Commençons par la fin. D’ici deux ans, en 2014, le Président aura redressé la France. Pour ceux qui, comme nous, assistent depuis plus de trente années au déclin industriel du pays (sur fond de déclin culturel induit par le « multiculturalisme » béni par la gauche …), qui n’ont pas vu un seul budget en équilibre depuis mais qui ont vu le pays dégringoler vers un état de sous-développement agrémenté d’une augmentation constante (devenue insupportable) de populations assistées dont la contribution majeure n’a été que l’augmentation des naissances, pour nous tous, il s’agit d’une galéjade. Soyons justes, il a promis de revenir à l’équilibre des comptes annuels mais, certes, il n’a pipé mot de la dette faramineuse de plus de 1.700 milliards d’euros (sauriez-vous écrire ce montant en francs ?).

 

Pour redresser le pays, une recette simple : augmenter les impôts et taxes diverses et les justifier par le besoin naturel de justice et l’expression d’un patriotisme exhumé des archives de la gauche. Justice et patriotisme, voilà les deux mamelles du Président (si l’on peut dire ainsi …). Et pour faire sérieux il a détaillé ce qui sera trouvé, où : la vieille recette des syndicalistes français « faut prendre l’argent là où il est ». 10 milliards d’ici, 10 milliards de là et puisqu’il faut arriver à plus de 30 milliards pour tenir le critère de Maastricht on prendra encore 10 milliards en 2013 d’ailleurs, sous entendu l’Etat … Pauvre de lui : la croissance de 2012 n’étant pas celle espérée et celle de 2013 rabotée de moitié, ce n’est pas 30 milliards mais, probablement, 40 qui seront nécessaires pour tenir la promesse. Naturellement, un flou artistique pour les (éventuelles) réductions des dépenses.

 

Pourtant, depuis des lustres, on sait que c’est là où il faut porter le fer (rouge …). Un bref aperçu de ce que la France dépense maintenant et qui pourrait être mis en cause :

 

  • les dépenses de fonctionnement = 160 milliards d’euros ; l’ancien gouvernement réduisait le nombre de fonctionnaires tous les ans d’environ 5.000 mais … l’augmentation des salaires effaçait la réduction de la dépense ! Le Président nous a dit « pas un euro de plus pour les dépenses de l’état en 2013 par rapport à 2012 » tout en maintenant les effectifs à l’identique - d’évidence il s’agit d’une contrevérité patente ;

  • le budget de la formation, en grande partie maîtrisé par les syndicats (ou des entités directement ou indirectement liées aux syndicats) soit environ 25 milliards d’euros est (comme l’indemnisation des « intermittents du spectacle ») caractérisé par des détournements massifs ;

  • les dépenses « sociales » de la France dépassent aujourd’hui 600 milliards d’euros – aucune évaluation n’est faite quant à leur efficacité économique selon la Cour des Comptes ; les deux grandes idées de notre Président s’appellent « emploi d’avenir » et « contrat de génération » ; pour la première catégorie il s’agit, ni moins, ni plus d’emplois du secteur public soi-disant pour des « jeunes en difficulté » en oubliant les deux effets pervers : (a) quand le chômage des jeunes dépasse 25% les premiers candidats à ces emplois « assistés » seront les plus « diplômés », donc pas les « djeunes » des banlieues défavorisées, (b) les emplois offerts n’auront de qualification possible que dans le secteur public – constitution d’un réservoir pour augmenter le nombre de fonctionnaires à terme ! Quant aux « contrats de génération » il faut ne jamais avoir travaillé dans une entreprise du secteur marchand pour imaginer, comme du temps de l’introduction des 35 heures, qu’à part des effets d’annonce, ce système pourrait produire des emplois. Mais … ceux qui les tenteront bénéficieront d’une réduction des charges sociales !

  • L’Etat a un budget annuel de 350 Milliards d’euros : quelle famille, devant des difficultés graves (et sans avoir la possibilité de vivre à crédit) ne peut faire 5/10% d’économies sur ses dépenses en attendant mieux ? Sauf l’état français qui, par la voix du Président annonce que l’état fera des économies de 2 ,7% !

 

Mais, pour nous montrer combien il est capable de « montrer le cap et fixer le rythme » notre Président insiste sur deux choses : la priorité à l’éducation, cause majeure de sa présidence et rendez-vous en 2014 quand on pourra dire « on vit mieux qu’en 2012 ». Soit.

 

Pour ce qui est du rendez-vous ce que l’on sait pour l’instant c’est qu’avec une croissance nulle en 2013 (voir le FMI) on risque, peut-être, de se trouver en récession en 2014. Laissons cette promesse de côté, on sait que demain on rase gratis …

 

Pour ce qui est de la grande cause, l’éducation, regardons la chose d’un peu plus près.

 

L’Institut Thomas More (suffisamment connu pour ne pas avoir à détailler ses références …) vient de publier une comparaison concernant les dépenses pour l’éducation primaire et secondaire de l’Allemagne et de la France. Elle mérite que l’on s’y arrête :

 

Comparaison-France---Allemagne.jpg

 

Commençons par constater que les places de l’Allemagne et de la France dans le classement PISA (OCDE) en 2009 étaient pratiquement équivalentes. Malheureusement, en trois années la France (2012) a perdu 5 places par rapport à l’Allemagne en sciences (24ème vs 19ème). Mais ce qui ressort de la comparaison (chiffres 2009, ils sont encore moins avantageux en 2012 …) c’est que :

 

  • le nombre moyen d’élèves /enseignant est de 14,8 pour la France et de 15,3 pour l’Allemagne ; pourtant, on nous dit qu’en France il n’y a pas assez d’enseignants – c’est peut-être vrai car Claude Allègre avait constaté (en 1997 !) qu’il y a avait en permanence 12% des enseignants absents soit environ 100.000 !

  • le nombre d’établissements est inférieur en Allemagne de presque 50% - on peut imaginer les économies sur tous les plans par rapport à la France ;

  • avec une dépense par élève inférieure de 15% la rémunération des enseignants allemands est supérieure de 50 % à celles de leurs collègues français !

 

Il y aurait, à la lecture de cette comparaison comme un soupçon quant à la véracité des hypothèses faites par notre Président pour justifier sa décision d’embaucher encore 60.000 enseignants pendant son mandat. Certes, on sait que le million d’enseignants français (primaire, secondaire et supérieur) est le terreau du bien être de la gauche et que cela se paye. Mais, convenons-en, le vrai problème du système d’éducation français, cassé à coups de marteaux idéologiques depuis mai 68, système en autogestion (les syndicats de gauche y faisant la loi), système qui produit, bon an, mal an, plus de 100.000 analphabètes (26% des écoliers entrant en sixième ne savent pas lire ou calculer …), n’est ni le nombre d’enseignants ni « le manque de moyens ». Le mal est ailleurs, pas besoin de sortir de Saint Cyr pour s’en rendre compte.

 

Quo vadis ? Les sondeurs sondent … Après la prestation du Président, 79,3 % des gens qui écoutent Radio Luxembourg, 79% des lecteurs du Parisien, 81 % de ceux qui écoutent ou regardent BFM-TV et 86,7% des lecteurs du Figaro n’ont pas trouvé convaincant notre Président. Deux remarques : les pourcentages dépassent le double de ceux qui n’on pas voté pour lui et … l’enquête n’a pas pris en considération les lecteurs de l’Huma … mais ils en disent long sur la confiance que le pays accorde à des gens qui ont passé leur temps à critiquer tout ce qui a été fait pendant les dix dernières années et quand ils sont arrivés au pouvoir …. ils sont partis en vacances pour revenir, bien bronzés, pour nous dire qu’ils on fait un programme pour les deux années à venir!

 

Redresser la France en deux ans ? N’importe quoi. Pendant ces deux années on appauvrira encore le pays car tant que la moitié des foyers fiscaux sont exemptés de payer quoi que ce soit (mais on parlera de patriotisme aux autres …) détruisant ainsi le lien entre le citoyen et la société, tant qu’il y aura dans le pays plus de 4 millions d’assistés et plus de 2 millions de personnes émargeant aux budgets d’associations (presque, exclusivement de gauche …) tant qu’il y aura 12% d’absents permanents à l’Education Nationale ou le tiers des employés de certaines entreprises (voir les services piste et/ou bagages de l’Aéroport de Paris) qui se portent pales pendant le ramadan mais prennent leurs vacances ensuite … tant que le service de la dette absorbe le total de l’impôt sur le revenu …

 

Bon courage Monsieur le Président normal, nous nous verrons en 2014. Quand vous nous direz que l’héritage de Nicolas et les circonstances ont fait que …

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 12:42

 

 

Qu’à cela ne tienne, nos gouvernants n’ont à la bouche que les mots qui portent … juste, justice, effort juste, reprendre ce qui a été donné injustement, redressement dans la justice, rétablir la justice fiscale, bref, ils ont pour viatique les formules qui, selon eux, parlent encore au « peuple ».

 

Et peu importe qu’ils sachent parfaitement, que tout ce verbiage n’a que le mérite de faire passer les pilules amères qu’ils seront obligés d’administrer au « peuple » s’ils ne veulent pas faire s’abattre sur lui les sept plaies de l’économie moderne. Chômage structurel endémique, coût du travail supérieur à la concurrence sur les marchés prioritaires, population jeune non formée, état providence en cessation de paiements, balance commerciale déficitaire, endettement hors capacité de remboursement, incapacité absolue d’un retournement économique et financier.

 

On devrait prendre chacun des éléments mentionnés et démontrer que la France n’a aucune chance de les corriger. Il suffit de réfléchir quelques minutes pour le comprendre. Mais, si on n’occulte pas ce dont il est question on est taxé de « déclinologue », mot d’infamie, s’il en est.

 

Les socialistes qui nous gouvernent (on devrait se souvenir qu’ils ont gagné les élections avec les voix des « quartiers » ou avec une partie de celles de Marine, c’est selon mais … c’est !) montrent, pour l’instant, avec force, deux lignes d’action : défaire l’essentiel des changements introduits par l’ancienne présidence et respecter les promesses (absurdes) faites pendant la campagne électorale pour la présidentielle.

 

Défaire les changements économiques essentiels des cinq dernières années.

 

Première mesure – revenir sur une partie de la reforme des retraites en la justifiant et par son caractère « juste » (ceux qui on commencé à travailler tôt) et par son coût supposé minime mais qui de 400 millions € annoncés au départ se trouve maintenant (Jean-Marc Ayrault, Assemblée Nationale) évalué à 1 milliard d'euros la première année, puis de 2 la suivante, et jusqu'à 5 en 2017 soit au moins 15 Milliards $ pour la législature ! Mais c’est une mesure « juste », n’est-ce pas ? Et puisqu’elle est juste, pour la financer on va augmenter les cotisations de tout le monde -surtout des entreprises- et peut leur chaut si cela augmentera encore le coût du travail et que l’effet sera divergent par rapport à ce qu’ils veulent obtenir par ailleurs : « le redressement productif » …

 

Deuxième mesure – revenir sur les avantages donnés à 8/9 millions de gens pour ce qui est des heures supplémentaires. Par delà la volonté farouche d’effacer ce que l’ancienne majorité avait fait, d’évidence le substrat idéologique de cette décision est le même que celui qui les a conduit à instaurer les 35 heures : faire travailler moins tout le monde pour pouvoir « partager » le travail (et, selon eux, faire embaucher du personnel …). Regardez-les : aucun de ceux qui sont à l’origine des 35 heures ou de la suppression des avantages liés aux heures supplémentaires n’a jamais, vraiment jamais gagné un sou autrement qu’en émargeant au budget de l’état. Aucun d’entre eux n’a connu la vie réelle des entreprises ni les contraintes économiques auxquelles ces dernières sont soumises sur les marchés non protégés. Mais cette décision à caractère idéologique les fait réduire le pouvoir d’achat d’une partie de la population : si l’on admet qu’en moyenne les populations en cause gagnaient env. 150 €/mois avec les heures supplémentaires, c’est une ponction de plus de 2.000 € dans l’année à laquelle on doit s’attendre. Plus l’augmentation annoncée de la CSG … plus le fait de faire des heures supplémentaires soumises aux charges sociales et fiscalisées sera nocif et pour les salariés et pour les entreprises …

Mais le « redressement dans la justice » ne peut être envisagé sans rendre gorge au riches … Tranches d’impôt majorées, contribution « exceptionnelle » de 75% : cette dernière, présentée comme « temporaire » est annoncée aujourd’hui comme « temporaire jusqu’à la fin du désendettement » (J. Cahuzac, Assemblée Nationale). Endettement qui se monte à plus de 1.800 Milliards d’euros tandis que la taxe ne devrait produire que « quelques centaines de millions annuellement » mais dont l’aspect « moral » est essentiel et mis en avant … On fera quelques exceptions pour les artistes proches du pouvoir ou autres catégories … ce qui nous rappelle l’exclusion des oeuvres d'art de l’ISF par Monsieur Fabius, le plus jeune premier ministre que Mitterrand a « donné à la France »

 

Il est impossible que l’actuel ministre des finances qui a enseigné à Sciences Po (en alternance avec l’actuel président de la république …) ne connaisse pas la « courbe de Laffer » : elle dit clairement (vérifié depuis des lustres dans toutes les économies transparentes des pays ayant choisi « l’économie de marché »)  que les recettes fiscales d’un pays qui peuvent augmenter en augmentant le taux d’imposition décroissent dès que ce taux dépasse un certain niveau considéré comme optimal.

Laffer.jpg

 

 

Ce que les tenants de l’économie « libérale » ont tendance à faire c’est de réduire les taux d’imposition dans une zone acceptable et cohérente avec les besoins de l’état (flèche bleue). Ce que nos gouvernants socialistes sont en train de faire, par idéologie, c’est de suivre la flèche rouge. En faisant semblant d’oublier que depuis la Grèce antique on sait que « prendre aux riches pour donner aux pauvres fait que les riches sont un peu moins riches mais que les pauvres ne sont pas moins pauvres… » (Aristote). Mais cela ne les empêche pas de vouloir faire du « Robin des Bois » en étant sûrs que cela plaira au peuple …

Le programme de F. Hollande -puisqu’il a été élu c’est qu’il a été approuvé par la majorité, n’est-ce-pas- fait fi de l’histoire de l’état providence installé dans notre pays à partir de 1945 (bien avant sa « théorisation » par la social-démocratie allemande …). Rappelez-vous ses principales étapes (tableau, ci-après). Mais rappelez-vous aussi que (Pierre Rosanvallon, La crise de l’Etat-Providence) trois crises ont eu raison des fondements de ce système qui a pu se développer uniquement pendant « les trente glorieuses » : « fin de la forte croissance remettant en cause le financement de l’Etat, la prise en charge sociale et économique des victimes des récessions accroissant ses dépenses1, les impôts (et taxes) touchant une part toujours croissante de la population et devenant de plus en plus impopulaires »La sanction est évidente : l’État ne parvient pas à résoudre les problèmes socio-économiques comme il semblait y parvenir auparavant. Le chômage augmente, la mobilité sociale diminue. La théorie économique remet en cause le compromis keynésien et l’efficacité de l’État. Enfin il subit une crise de légitimité. L’opacité des dépenses publiques suscite des questions quant à l’utilisation de la solidarité nationale (1)

 

Année

Mesure(s)

1945

création des comités d’entreprise dans les sociétés de plus de 100 salariés et mise en place de la sécurité sociale (par ordonnance)

1950

Institution du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG)

1956

3 semaines de congés payés - création du minimum vieillesse

1958

Lois sur l’assurance chômage et création de l’UNEDIC et de l’Assedic

1973

Indemnisation du chômage à 90 % du salaire brut pendant un an.

1982

5 semaines de congés payés.

1983

Retraite à taux plein à 60 ans

1988

Création du Revenu Minimum d’Insertion (RMI)

1999

Création de la Couverture maladie universelle (CMU)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que les socialistes ont fait, à partir de la première présidence Mitterrand, cela a été entretenu ensuite par tous les gouvernements, de droite et de gauche : vivre à crédit en faisant appel à l’endettement. Regardez l’évolution de la dette (graphique ci-après) et vous constaterez que les socialistes ont été les premiers à faire « exploser » la dette : de 20% du PIB elle grimpé à plus de 50% du PIB en 1995 (avec un PIB presque trois fois supérieur …). Depuis on n’a fait que faire prospérer la dette car personne n’a eu le courage d’en mettre le holà. Et nous sommes aujourd’hui à, presque, 90% du PIB et les socialistes, à l’encontre de la Cour des Comptes font le procès de l’augmentation de la dette pendant les années de la présidence Sarkozy …

filename.jpg

 

 

Mais voilà nos socialistes revenus au pouvoir. La frénésie des dépenses recommence bien que l’on paye tribut au « politiquement correct » et on parle d’efforts, de réduction des dépenses et autre fariboles. S’ils avaient voulu, réellement, faire œuvre de salubrité publique ils auraient commencé par s’attaquer, par exemple, aux vraies causes des dérives de l’UNEDIC : les intermittents du spectacle (270.000 personnes) ont fait accumuler un déficit de 9 Milliards d’euros tandis que plus de 20 millions de salariés actifs étaient à l’équilibre. Faisant court, les intermittents, en 2011 ont cotisé pour 232 Millions d’euros et ont reçu des indemnités de 1,3 Milliards d’euros ! Mais … ils votent (presque ) tous, comme un seul homme, pour les socialistes …

 

Ce qui nous attend ? Chômage structurel endémique, coût du travail supérieur à la concurrence sur les marchés prioritaires, population jeune non formée, état providence en cessation de paiements, balance commerciale déficitaire, endettement hors capacité de remboursement, incapacité absolue d’un retournement économique et financier. Autant dire des lendemains qui ne chanteront pas. Sauf pour ceux qui nous gouvernent, convaincus comme ils sont qu’en prenant aux riches les pauvres seront contents. Et s’ils ne le sont pas on leur jettera en pâture la famille Peugeot …

 

1 Sans parler du déferlement de l’immigration consommatrice de richesses non produites ni des effets de la « mondialisation ».

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 16:23

 

Quand ils ont pris le pouvoir … ils ont promis

le bonheur à tout le globe terrestre, et maintenant …

ce sont les conditions objectives qui … empêchent d’aller de l’avant …

Les popes aussi, c’était le diable qui les empêchait de grimper au paradis …

A. Platonov, Tchevengour, 1929

 

Les dés sont jetés, la gauche est de nouveau au pouvoir. Oubliés les 14 années de « stagnation » des septennats de François Mitterand, oubliés les effets de la retraite à 60 ans, de l’augmentation d’un million de fonctionnaires et, corrélativement, de la dette du pays … On recommence …

 

Et voilà l’annonce d’un gouvernement dont les ministères ont des libellés semblant sortir de l’écriture automatique de Soupault et Breton … Jugez-en : égalité des territoires, redressement productif, économie sociale et solidaire, travail et dialogue social … Quant au Ministère de l’Education Nationale il aura comme tâche « la refondation de la communauté éducative » et pour ce faire on le confie à un agrégé de philosophie : il aura à assurer, comme par le passé, la cogestion de plus d’un million de fonctionnaires avec les syndicats corporatifs qui y font la pluie et le beau temps depuis 50 ans. Ce n’est pas eux qui l’avaient détruite, « la communauté éducative » ?

 

Un gouvernement avec 34 ministres : l’Allemagne en compte 8 mais on ne va pas commencer à prendre exemple sur eux … C’est vrai, promesse de campagne oblige, leurs émoluments seront rabotés de 30% ceci fait 25 ministres « équivalents » avec ceux du passé.

 

La gauche ? Un agrégé de philosophie en charge du plus grand budget de l’état (suivi de celui du service de la dette ...). Un agrégé de philosophie pour développer les métiers manuels, l’apprentissage et négocier avec des syndicats qui ont toujours obtenus ce qu’ils ont voulu : on croit rêver. Mais non, on ne rêve pas : il va présider à l’embauche de 60.000 enseignants. Tout au long de sa campagne l’actuel président de la République a menti quant au coût de cette mesure en la chiffrant à 2,5 Milliards d’euros quant elle coûtera sur le quinquennat trois fois plus, 7,5 Milliards d’euros. Mais pour se rendre compte de l’absurdité de la chose souvenons-nous qu’un fonctionnaire embauché à 25 ans sera rémunéré (carrière et retraite, supposons une espérance de vie de 80 ans) pendant 55 ans soit un total de 60.000 x 55 = 3.300.000 années de rémunération cumulée (sans compter les pensions de réversion …). Avec le coût actuel (salaire + charges = 50.000 €/an, moyenne) la France s’engage à une dépense d’au moins … 1.650 Milliards d’euros … autant que la dette du pays cumulée depuis trente années ! Et pourquoi faire ?

 

Regardez l’évolution des effectifs élèves, étudiants et enseignants depuis 30 ans …


Les-illusioniste.png

Ce que le graphique montre c’est que sur trente années le nombre total « d’enseignés » a augmenté de 4,5% tandis que le nombre « d’enseignants » a augmenté de 19,7% et que le ratio « enseignés /enseignant » a baissé de 13%. Cela au coût d’un doublement de la dépense intérieure pour l’éducation : 68 milliards d’euros en 1990 et 135 milliards en 2010 (prix courants). Par ailleurs, le coût par élève a augmenté de 1990 à 2010 de 5.540 € à 8.150 €.

 

Alors, pourquoi les 60.000 enseignants nouveaux ? Le constat : l’enseignement ne remplit plus les fonctions d’antan (éducation citoyenne, ascenseur social, etc.,). C’est un problème mais … cela a été toujours le cas pour les socialistes, si l’on veut résoudre un problème il faut plus de moyens et donc … embaucher du personnel.

 

Bon, on a maintenant un gouvernement. Et les médias du pays se pâment devant « l’aventure de FH », devant le fait que « toutes les sensibilités » (du parti socialiste …) sont représentées au gouvernement et ne tarissent pas d’éloges au sujet de chaque membre du nouveau gouvernement. Vous vous souvenez ? C’était NS qui contrôlait les médias du pays …

 

Allez, ne soyons pas sectaires. Puisqu’il s’agit du sort du pays, contre mauvaise fortune il faut faire bon cœur et donc espérer qu’ils réussiront là où, depuis plus de trente années, personne n’a réussi : désindustrialisation, destruction du système d’enseignement, vie à crédit qui ont été les résultats des politiques de droite et surtout de gauche.

 

Comment faire pour changer le cours des choses ? Tout d’abord, on ne devrait pas recommencer ce qui a été fait en 1981. Mais, la gauche de la gauche qui se veut premier artisan de la victoire de FH , comme le sieur Montebourg, clament à tous vents qu’il faut prendre le contrôle des banques et déposséder  les « patrons voyous » qui licencient pour faire des profits … Mais ils avaient déjà fait cela : ils avaient nationalisé la moitié de l'économie française et la totalité du secteur bancaire en 1981 en oubliant, au départ qu’il fallait indemniser les actionnaires ce qui a coûté à la nation des milles et des cents. 
Ils ont « contrôlé» le Crédit Lyonnais tellement bien qu’ils l’ont mis en faillite et que cela a coûté plus de 140 Milliards de francs à la nation. Ils ont dévalué 3 fois le franc - un record, en deux ans.
Ensuite, ils ont créé 400.000 "emplois" jeunes pendant que Jospin était premier ministre et ils annoncent qu’ils recommenceront en voulant créer 300.000 emplois jeunes. 
Ils ont inventé les 35 heures ce qui est devenu un handicap systémique pour l’économie de la France et ils ont ensuite essayé de corriger le tir avec des aides versées par l'état aux entreprises. Ce faisant, en subventionnant la perte de compétitivité des entreprises françaises ils ont accéléré leur descente vers la disparition mais … ils ont protesté contre les délocalisations … ! 
Allons, bon, ce n’est pas avec des illuminés dont le seul viatique pendant une année de campagne électorale a été « bouter Sarkozy hors de l’Elysée » que l’on réussira à redresser le pays.

Sans doute FH sait cela. Et tout ce qu’il a trouvé, pendant la campagne électorale, a été l’annonce de changer le cours des choses en Europe et de « renégocier » les derniers traités pour y inscrire « la croissance ». Mais, le jour même de son intronisation, en conférence de presse avec Mme Merkel il a mis de l’eau dans son vin … il ne renégociera rien mais … il voudrait ajouter un addendum au traité concernant la discipline budgétaire. Soit. Mais croire qu’il convaincra les autres 26 états de suivre la voie française de vivre à crédit c’est une gageure ! Les autres savent « qu’il y a deux voies pour conquérir et soumettre un pays. Une c’est par l’épée. L’autre c’est par la dette » John Adams, 1826.



Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 13:46

 

Jusqu’à la dernière minute j’y croyais, j’espérais. Je n’avais pas accepté l’idée que l’élection allait être un référendum anti NS pendant que le monde, l’Europe et, encore plus, la France étaient en crise. Je ne pouvais m’imaginer, car sachant que le pays est de droite à 55% et de gauche à 45, que le peuple de France allait faire un choix allant contre lui-même en occultant, pour un instant d’ivresse pour certains, ce que l’avenir va lui réserver.

 

C’est sans surprise que j’ai vu que le meilleur score en France Métropolitaine de FH est celui de la Seine Saint-Denis : 65,3% des voix. Comme quoi, il faut se résoudre à l’évidence, les imams de France ont entendu l’appel de Tariq Ramadan …

 

Mais ils n’ont pas été seuls. Notre pays décompte 6 millions de personnes émargeant, directement ou indirectement, au budget de l’état et les associations financées par la collectivité emploient plus de 2 millions de personnes – soit, avec les membres de leurs familles en âge de voter, environ, 14/15 millions d’électeurs. Plus d’un tiers du corps électoral français, acquis -pour des raisons évidentes- au candidat de la gauche. Alors, s’étonner qu’il fût majoritaire à Paris aussi n’a aucun sens … Même si 20% des électeurs du FN ont voté pour lui (sans quoi il n’aurait pas été élu …).

 

Mais essayons d’aller un peu plus loin. Il se trouve que (selon les données du 1ertour) 36,9% des électeurs (MLP, JLM et les « illuminés ») sont partisans de la sortie de l’euro. La politique économique annoncée par FH (comme celle pour laquelle la Grèce a voté, hier) va avoir des conséquences négatives pour l’existence de l’euro, personne ne conteste cette vérité. En clair, et toujours selon les données du premier tour, on peut dire sans se tromper que 65% des électeurs sont, peu ou prou, contre l’euro et que seulement 35% (NS +FB) ont montré un attachement farouche à cet acquis européen. Qui a constitué, pour la France, un parapluie étanche à l’abri duquel elle s’est endettée à taux réduit pendant une dizaine d’années car incapable de faire les réformes nécessaires pour arrêter sa perte de substance …

 

Il s’ensuit, selon moi, que –nonobstant l’antipathie promue, martelée, répétée ad nauseam par tous les médias de France à l’encontre de NS- la vraie raison du vote en faveur de FH est liée à l’horreur inspirée à une grande partie du peuple par tout ce qui vient de l’étranger, Bruxelles et l’euro, en particulier et pour simplifier. Et naturellement par tout ce qui peut venir de l’Allemagne : les boches n’ont qu’à payer … on va pas leur laisser maintenant le droit de nous commander ! De s’être serré la ceinture pendant une dizaine d’années ne leur donne pas le droit de nous prêcher le même régime. A nous qui adorons les 35 heures, les RTT, les ponts (et viaducs), les cinq/six ou plus de semaines de congés payés et la CMU, le RSA et tant d’autres douceurs de l’état providence le plus dépensier du monde …

 

Le tout sur fond de xénophobie d’une autre partie de ce noble peuple, rendue de plus en plus présente par une immigration non contrôlée et une intégration impossible vu la composition ethnique de ladite immigration. Tant et si bien que si l’on compare 2002 avec 2012, on constate que Jean-Marie n’a obtenu un score supérieur à 20% que dans 25 des 101 départements français tandis que la Marine l’a obtenu dans 43 départements … Ce qui promet pour les élections législatives quand, selon des sondages avancés, il y aura plus de 350 ballotages pour les 577 sièges de députés. Ballotages ? Triangulaires, pour presque la totalité, UMP-PS-FN. Nous y voilà, le FN a pris la place du PC des années 60/90, place qui lui a permis de maintenir un groupe de plus de 30 députés au parlement tout en devenant (ce qu’il est aujourd’hui) une secte.

 

En 1981 la folie dépensière des socialistes a dû être arrêtée au bout de deux ans. Les paris sont ouverts pour cette fois-ci mais … on ne parle que de semaines ou de mois, au maximum. Mais, cet impétrant pour lequel ses camarades n’avaient qu’un mépris condescendant (ils l’avaient connu comme secrétaire général du PS pendant 11 ans …), comment a-t-il fait pour réunir les suffrages de 20 millions de français qui se veulent plus instruits, plus cultivés et plus intelligents que le monde entier ?

 

Comment un obscur « apparatchik » dont la charge la plus importante a été de présider le conseil général d’un département où ce qu’il faut savoir c’est, surtout, comment caresser les culs des vaches et renifler les fromages de la région et pas tellement comment équilibrer ses comptes, comment est-il devenu président de ce beau pays de France ? Devant un NS dont la compétence et le courage étaient unanimement reconnus ? Mais qui n’était pas sympathique. Et qui ne sortait pas des pépinières des élites françaises (SciencesPo, ENA, etc.,). Pas de miracle, le peuple préfère les démagogues. Surtout quand ils se nappent du savoir qui leur a permis d’accéder au rang des élites …

 

« Economiquement, je veux qu’il gagne car FH sera un désastre pour la France a dit un de ses proches. Mais … pour la stabilité sociale il vaut mieux que la gauche gagne cette fois-ci »

 

Stabilité sociale … Des semaines ? Des mois ? JLM et ses troupes avec l’aide de la plus grande centrale syndicale, qui détient le monopole de plusieurs « centres de pression », ne vont pas laisser FH s’affranchir de leur vigilant appui, eux qui annoncent qu’ils veulent prendre le pouvoir dans les dix années qui viennent. Ils vont le soutenir comme la corde soutient le pendu car ils savent que les socialos ont toujours trahi … Mais les faits sont têtus (disait le Camarade Lénine …) et, effectivement, FH sera obligé soit de les trahir soit de faire subir au pays une descente aux enfers à nul autre pareille.

 

Ainsi va la vie … en France. Ce qui se passe en Irlande, Grèce, Espagne, Italie et Portugal ce n’est pas notre problème. Eux ils n’ont pas réussi à changer le cours des choses en Europe tandis que nous … Et si l’euro disparaît dans la tourmente qui nous pend au nez, on reviendra aux drachmes, escudos et autres pesetas et avec le temps le peuple oubliera ses rêves. Mais qui sait … il ira encore à la Bastille, cette fois-ci pour la détruire à nouveau au lieu de fêter son départ pour le pays de cocagne qu’on lui a promis, là où règne la justice et l’égalité, où on prend aux riches pour donner aux pauvres et où chaque jour ont dit que demain on va raser gratis …

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 19:02

 

Nous y voilà, au seuil d'un tremblement de terre que la France, comme souvent dans son histoire, a initié avec les meilleures intentions. Napoléon voulait convaincre l’Europe (et il a eu Waterloo et la France la révolution …), Daladier proposait à Hitler « la paix pour notre temps» et la France a eu la guerre, et voilà que maintenant JLM propose au peuple de faire la révolution pour prendre le pouvoir dans dix ans …

 

Deuxième économie du continent, premier « état-providence » du monde (56% du PIB dépensé par l’état qui n’ayant pas les ressources nécessaires s’est endetté de plus de 2.000 Milliards d’euros – en comptant aussi la dette pour les retraites des fonctionnaires), donneur de leçons au monde entier, voilà notre pays au seuil de la décision, peut-être, la plus importante qu’il a eu à prendre pendant les derniers cinquante années. Et les conséquences de sa décision ne se limitent pas, uniquement, à la France, elles feront des métastases en Europe. Savoir si cette dernière s’en sortira ou si l’euro survivra ou si ni l’une ni l’autre des possibilités se réalise … c’est une autre histoire.

 

Mais quelles sont les raisons profondes de ce peuple, cartésien par ailleurs, de se lancer, de nouveau, dans une aventure qui ne pourra que mal se terminer ? Qu’est ce qui fait que des bateleurs de foire comme JLM, des démagogues comme MLP et des illuminés comme Nathalie Artaud, Philippe Poutou, Dupont-Aignan ou Jacques Cheminade, à eux cinq ont obtenus plus de voix au premier tour des élections présidentielles (34%) que chacun des principaux candidats dont un dirigera la France pendant cinq ans (28,6 et/ou 27,2) ? Peut-on croire que les votes pour des gens en dehors du « système » et à ce titre (au moins …) irresponsables, ont le caractère d’un vote « raisonné » ? Y a-t-il quelqu’un pour croire qu’il s’agit, encore du débat théorique « Keynes » (stimuler la demande, pour faire court) et "Milton Friedman" (libéraliser tout ce qui peut l’être, déréguler autant – pour faire court aussi) ? Dans un pays qui vit depuis plus de 30 ans à crédit et qui se targue d’avoir mieux réussi à traverser la dernière crise économique et financière (qui est loin d’être terminée) en oubliant de souligner que cela a été fait au coût d’un surcroit d’endettement (selon les auteurs, depuis cinq ans env. 200 Mrds€ service de la dette, le reste se partageant entre les déficits habituels -état surdimensionné- et des douceurs pour atténuer les effets de la crise à un grand nombre). Et quand vous entendez « le peuple n’est pas responsable de la crise » (juste avant que l’on vous parle du « bouclier fiscal » …) trop peu sont ceux qui comprennent que ce qui s’est passé en Grèce (et qui nous pend au nez) est la preuve évidente que « le peuple » est responsable : d’avoir élu des incompétents prêts à satisfaire ses demandes d’une vie meilleure pour laquelle il (le peuple) ne payait pas le prix.

 

Ce qui nous amène au deuxième tour de l’élection présidentielle. Personne ne peut prendre au sérieux les rodomontades d’un éminent énarque, qui n’a jamais rempli une mission ministérielle et qui, comme président d’un Conseil Général a multiplié par trois l’endettement de la région …

 

Lui, qui pendant les 11 années de secrétariat général du PS a couvert les affaires Andrieux à Marseille, Guérini à la « Fédé 13 », Navarro dans l'Hérault, du Pas-de-Calais, de DSK avec les femmes (comment ont-il pu imaginer propulser à la magistrature suprême un monstrueux obsédé sexuel ?), la honteuse fraude du scrutin du congrès de Reims (en 2008), comment un tel impétrant peut prétendre à la magistrature suprême ? Et comment les plus de 20 millions de français qui l’ont adoubé pour l’élire président de la république ont-ils décidé, en leur âme et conscience de voter pour lui ?

Mais lui, il est convaincu qu’il suffira de se montrer à Berlin ou Bruxelles pour qu’avec la force donnée par le « peuple » il obtienne la renégociation de ceci et la modification de cela ! Mais aussi, avec la complicité de, pratiquement, tous les médias français qui travestissent la vérité en disant que la Banque Centrale Européenne se rapproche dudit énarque en voulant promouvoir la « croissance » quand, en réalité, elle demande (comme Bruxelles) une plus grande dose de libéralisation et de dérégulation.

 

L’imposture de FH n’est plus à démontrer. L’exemple le plus évident : le coût des 60.000 fonctionnaires évalué à 2,5 Mrds € quand il sera de 7,5 Mrds. Imposture devant laquelle personne ne se lève : un éminent économiste de mes connaissances me disant que s’il attirait l’attention sur cela on ne lui publierait pas un éventuel écrit …

 

Regardez ce qui se passe de par le monde. L’Iran avec sa quête du Graal (je veux dire de la bombe) contre laquelle la « communauté internationale » se fait ridiculiser depuis plus de dix ans de « négociations constructives » pendant que les centrifuges tournent à Natanz et bientôt à Qom. Quand le sauveur du monde, Prix Nobel de la Paix (dix jours après avoir été élu président des Etats Unis …) a pris le pouvoir, l’Iran disposait de 1.200 kg d’Uranium enrichi à 3,5% - il en a maintenant plus de 5.000 kg dont une partie est enrichie à 19,5%. Un monde arabe en ébullition et qui, nonobstant les illusions de tous ceux qui « grouillent, gribouillent et scribouillent » est en train de devenir la proie d’un islam pas tellement modéré et qui, par delà la charia, veut faire revivre l’islam d’origine, celui inventé aux cul des chameaux dans le désert d’Arabie. Cela donne en Egypte un projet de loi autorisant le mari veuf de faire l’amour à sa femme morte pendant six heures après son décès. C’est beau n’est-ce pas ? Une Asie qui se prépare à un taux de croissance de 6% pour cette année et qui (Japon, Corée du Sud, Chine même Vietnam) laisse les « barbares blancs » se détruire dans leurs chimères socio-libertaires. Et la France ? C'est un peu comme en 1935, quand on préparait le Front Populaire et les congés payés pendant que l'Allemagne, en autarcie économique, se réarmait et préparait la seconde guerre mondiale. On n'a rien fait et on a eu la guerre. Aujourd'hui (lisez tous les journaux économiques du monde) on est dans le déni de la réalité, on va embaucher 61.000 fonctionnaires et augmenter la dépense publique en attendant que la croissance arrive. Comme on attendait Godot. Et pour se rassurer on traite tous ceux qui voient l’avenir de la France en noir … d’être anti-français !

 

Mais notre pays a toujours pensé que son avenir était l’Europe. Tout en repoussant sur Bruxelles la responsabilité de tout ce qui ne marche pas bien chez nous. Et, c’est le comble, si effectivement FH est élu … l’alternative déjà évoquée sera la destruction de l’Europe et/ou celle de l’euro. Car FH trouvera aussi des « complices » (Irlande ? Grèce ? Portugal ? Espagne ? pays tous dirigés par des socialistes avant de les voir balayés par la crise) pour réclamer « croissance » tout en faisant comprendre aux marchés et aux investisseurs potentiels (français ou étrangers) qu’il n’auront aucune chance d’obtenir un retour suffisant sur l’investissement dans un pays où il ne fait plus bon de gagner de l’argent … Posez-vous la question, en supposant que vous êtes à l’étranger (français ou pas) et que vous disposez de grands moyens financiers : investiriez-vous vos sous en France, pays qui va avoir un président socialiste, un chef de gouvernement socialiste, un Sénat à majorité socialiste, (probablement) un parlement socialiste et 22 des 26 régions du pays dirigés par des socialistes ? Merci, j’ai entendu la réponse …

 

Et si tel est le cas, comment pense-t-on que l’on « produira français » sans investir dans la création de nouvelles branches industrielles ?

 

Dommage qu’un bonhomme comme Bayrou, le plus sérieux de la bande (car intellectuellement honnête) n’a pas réussi, n’a pas voulu se mettre du côté de celui qui devrait être le moindre mal. Quand vous l’entendez dire « produire français » et ne pas rejeter tout ce qui fait que des investisseurs ne risqueront pas un fifrelin pour financer la logorrhée économique d’un FH ou de son acolyte JLM, on reste sans voix. Qu’il annonce son ralliement à FH ou qu’il ne dise rien il sera complice de ce qui va suivre.

 

Dans quelques mois la France aura plongé dans la crise : une crise européenne, une crise financière et l'explosion du chômage. Premièrement, par sa faute. Un cas parmi d’autres, les intermittents du spectacle.

 

Selon le dernier rapport de la Cour des Comptes le régime de l'Unedic, d'assurance-chômage est parti à la dérive. 2,5 Mds€ de déficit en 2011 et plus de 11 Mds€ de déficit cumulé. La faute à la crise et à la hausse du chômage? Pas si vite ! En 2010, les intermittents ont représenté 1/3 du déficit du régime pour... 3% des demandeurs d'emploi. Le déficit lié aux intermittents du spectacle a représenté 1 Mds€ de perte chaque année sur la décennie 2000-2010. Tant et si bien qu'à fin 2010, le déficit cumulé du régime (9,1 Mds€) est dû presqu’en totalité aux intermittents. 270.000 personnes ont accumulé 9 Mds€ de déficit alors que plus de 20 millions d'actifs salariés étaient à l'équilibre. En 2010, les intermittents ont cotisé 232 M€ pour recevoir 1.263 M€ de prestations. En gros, pour 1€ versé, 6€ de reçus ! Et pour faire bonne mesure … le nombre d’intermittents est en augmentation constante :6a012875b1d4bc970c016764cd4016970b.gifPourquoi ai-je pris cet exemple ? Pierre Arditi, Jacques Weber, Yannick Noah voilà quelques amis de FH qui, souvent, « chauffent » ses salles : pendant que l’on parle du cumul des mandats, on ne fait pas attention à ceux qui, parmi eux, cumulent les subventions et les avantages fiscaux suisses, belges ou luxembourgeois.

 

Un cas parmi d’autres : avez-vous déjà entendu FH donner des exemples clairs, précis, d’économies à faire ?

Merci, j’ai entendu votre réponse.

ooooooooo

Que faire ? La révolution, avec JLM, NA, PP, EJ et Jacques Cheminade ?

 

« Tu t’imagines que la révolution est belle ? Je l’ai vu la révolution de près. Et de près, elle est nauséabonde » (M. Bakounine, 1876).

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 21:11

 

 

 

Celui qui aime indûment un dieu, contraint les autres à l’aimer, en attendant de les exterminer s’ils s’y refusent. Point d’intolérance idéologique ou de prosélytisme qui ne révèlent le fond bestial de l’enthousiasme.

E. Cioran, Précis de décomposition.

 

Nous voilà arrivés en phase cinq. Un peu elliptique de sujet, n’est-ce-pas ? Bon, commençons à dérouler les phases qui deviennent classiques dès qu’un attentat terroriste se passe en France.

 

Phase 1– des militaires ou des enfants sont trucidés en plein jour. La presse, avec une unanimité qui confine à l’instinct grégaire mais aussi les autorités qui ne savent pas sur quel pied danser commencent par dire qu’il s’agit de faits divers, sans liaison entre eux, ayant à l’origine, sans doute, un « tueur en série » Elle ne dure pas longtemps cette phase car elle risque de faire peur aux gens. Mais comme nos journalistes font de l’investigation (n’est-ce pas ?) on arrive à la phase 2.


Phase 2– apprenant, surtout, l’origine ethnique des victimes (deux paras musulmans et trois enfants et un adulte juifs) on décrète qu’il s’agit d’un crime de l’extrême droite et de ses suppôts néo-nazis. Et on oriente vite le courroux des populations et les efforts des enquêteurs des diverses polices vers tous ceux qui de près ou de loin peuvent être reliés à ces mouvances. Et quand on apprend que trois paras ont été exclus du régiment auquel appartenaient les premières victimes (militaires) trois ans auparavant … la piste des néo-nazis prend de l’importance. Mais, comme les victimes suivantes ne sont que des enfants juifs … les commentaires des journalistes qui savent tout commencent à changer et on les entend, de plus en plus, bredouiller des formules qui mélangent tout. Pendant ce temps, la gente policière commence à se poser des questions et s’interroge sur la possibilité d’avoir affaire à un jihadiste. Il y en a pas mal dans notre pays car le terreau le permet -5 millions de musulmans dont la très grande majorité, tout en espérant devenir majoritaire en Europe et en France un jour, est en instance d’intégration, comporte, comme dans tous les pays où PEW a fait des enquêtes quelques 5 à 7% de gens qui supportent et apprécient Al-Qaida.


Phase 3– les autorités (non pas les journalistes d’investigation …) font savoir que le « suspect » est un citoyen français d’origine algérienne, musulman bien sûr. C’est le moment quand l’intelligentsia française, de gauche comme il se doit, s’insurge quant au fait que l’on parle de « l’origine » du tueur présumé. Certes, ni les intégristes de Monseigneur Lefebvre, ni les « haredim » juifs portant kipa et papillotes, ni les hindous portant turban n’ayant jamais tué personne en France, on ne rappelle pas leur origine … mais c’est injuste, n’est-ce-pas ? Effectivement, rappeler l’origine de parents nés à l’étranger dans la république laïque française cela peut paraître curieux. Mais … comment faire pour détecter les inclinaisons profondes de citoyens français sans couler sous les quolibets de tous ceux qui défendent les droits de l’homme et … la démocratie ? C’est le moment de passer à la phase 4.


Phase 4– Les ordres sont donnés pour prendre vivant le « suspect ». Il est toujours « suspect » bien qu’il vient de faire savoir aux policiers qui le cernent dans son réduit qu’il a tué les militaires et les enfants juifs car il voulait venger les « enfants de Gaza ». Explication (et excuse) parfaitement recevable qui est popularisée à satiété par tous les organes de presse, les radios et les télévisions et même par le ministre en charge de la conduite des opérations. Pour ce qui est de militaires assassinés come ils étaient musulmans eux aussi … cela n’a pas beaucoup d’importance. En Irak, en Afghanistan, des musulmans tuent des musulmans tous les jours de la semaine sans que personne (ni les musulmans « modérés », ni les élites intellectuelles françaises ou européennes) soit gêné … Une étude récente rappelle qu’en 2010 des musulmans ont tués 29.831 musulmans (en Irak, Afghanistan, Afrique, Asie ou ailleurs). Et nous voilà en phase cinq.


Phase 5– le politiquement correcte prend le dessus et on voit se dérouler la vulgate connue depuis les premiers attentats en France : le « suspect » (pas encore le « terroriste », pas encore « l’assassin ») n’est qu’une "petite frappe" oui, il est parti faire quelques voyages touristiques au Pakistan et en Afghanistan mais … on le connaît comme « un gentil gars » et on publie une photo riante du monstre qui a tiré par les cheveux une fillette de 8 ans pour lui loger trois balles à bout pourtant dans la tête parce qu’elle était juive et puis … il ne fait pas partie d’un groupe … il s’est « auto-radicalisé » et autres fariboles ejusdem farinae… Tout cela parce que les élites qui nous gouvernent, de droite et surtout de gauche, depuis des lustres ne veulent pas admettre qu’une partie de l’islam n’est qu’une fabrique de terroristes. Et comme on ne voit pas les masses de musulmans « normaux » sortir défiler de la Bastille à la République pour crier leur dégoût et désapprobation on laisse passer l’orage et la justice passera. Elle mettra dix ans, en respectant scrupuleusement les droits de assassins sans penser aux droits des victimes. Et pendant ce temps on n’osera pas dire que c’est le fondement de l’islam (« tue l’infidèle ») que tout le monde s’évertue à escamoter qui est responsable d’une grande partie de ce qui nous arrive. Les mots de Cioran étaient prémonitoires.


La réalité cristallisée par ce que la France vient de vivre à Montauban et à Toulouse est et sera de plus en plus difficile à mettre sous le tapis : des enfants de la république deviennent ses fossoyeurs sous la chape du silence tirée par ceux qui ont détruit l’enseignement et le consensus social par les métastases de l’état providence. Et quand un enseignant demande à ses élèves de garder une minute de silence pour l’assassin de Toulouse, le Syndicat SGEN-CFDT de Haute Normandie prend sa défense déclarant que « Ce n'est pas du tout un acte politique d'une extrémiste, mais d'une collègue qui a des soucis de santé, qui est fragile et qui fait l'objet d'un suivi psychologique» D’évidence il sera de plus en plus difficile de lutter contre ce qu’on espère n’être que des « loups solitaires » car depuis de lustres on nie ou on cherche des raisons qui passent la rampe pour justifier les actions des assassins qui sont parmi nous. Aussi longtemps que nous avions affaire à des terroristes islamistes qui arrivent en Europe occidentale du Moyen-Orient et ne font pas partie des  sociétés indigènes, il était possible de les surveiller et de déjouer leurs intentions terroristes. Ils étaient des étrangers. Ce que l’on ne peut plus cacher aujourd’hui, ce que l’on voit, c’est que les terroristes sont des citoyens français ou européens mais d'origine musulmane. Et quand l’assassin de Toulouse et Montauban vit dans trois appartements différents, dispose d’une BMW et d’une Clio (à part le scooter avec lequel il a commis ses méfaits) et d’un arsenal évalué à quelques 30.000 euros tout en bénéficiant du RSA après avoir été condamné 15 fois par la justice … n’arrivera-t-il pas un moment quand on devra demander des comptes ? Car rien de ce qui se passe n’est apparu par « génération spontanée ».


Un exemple ?


En Janvier 2002, lorsque les grands éruptions antisémites en France avait déjà eu lieu depuis plus d'un an le socialiste Hubert Védrine justifie l'empathie pour la violence des Musulmans contre les Juifs en France en déclarant :«On ne doit pas nécessairement être choqué que les jeunes Français d'origine immigrée ont de la compassion pour les Palestiniens quand on voit ce qui s’y passe" - Hubert Védrine, était ministre des Affaires Etrangères à l’époque. Il a fait des émules, l’assassin de Toulouse a justifié ses assassinats par le sort qui est fait aux enfants de Gaza.


Supposer, dans cet environnement intellectuel que le terrorisme des déjections du monde musulman français disparaîtra de lui-même c’est ne rien comprendre à la marche historique du monde. Mais, un jour, peut-être, on demandera des comptes aux têtes pensantes de notre république, aux consciences qui décident ce qui est politiquement correcte et ce qui ne l’est pas. Encore que … on n’a rien demandé à Sartre ou à Simone de Beauvoir qui, jusqu’à la fin, ont nié les crimes d’un Staline ou d’un Mao Tse Tung mais on a persécuté Albert Camus qui avait vu juste …


Quant aux feuilles de choux de la république, celles qui lavent et formatent les cerveaux de leurs lecteurs, n’en parlons plus. Réaliser que Libé (« des milliers de personnes ») est plus honnête que Le Figaro (« des centaines de personnes ») …

Desinformation.jpg

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 13:01

 

 

Il y a des moments quand on ne peut pas rester de glace devant ce qui risque être un danger crucial pour un pays. Laisser ceux qui par soif de vengeance, par volonté d’arriver « en haut du sommet » pour se repartager les douceurs de la république ou ceux qui par une « politique du pire » voudraient faire la démonstration au pays que les socialistes, une fois au pouvoir, risquent de le ruiner (encore plus …), laisser tutti quanti occuper le terrain de la « communication » pour laver les cerveaux des gens, cela nous sera reproché un jour : vous qui le saviez, pourquoi vous n’avez rien dit ou fait ?

 

Depuis des mois et des mois on n’arrête pas de vouloir transformer l’élection présidentielle en « référendum anti Sarkozy ». Tout est bon pour montrer (a) l’échec de NS par rapport aux engagements de 2007, (b) que ses nouvelles propositions auraient dû être réalisées pendant les cinq dernières années et (c) que le « standing » de la république a été détérioré par le comportement d’un président ne méritant pas les honneurs de la charge.

 

Cinq candidats se partagent le devant de la scène. Parmi eux, trois n’ont aucune chance d’arriver au deuxième tour. Marine, dont une partie du discours mérite attention mais dont le volet économique est aussi absurde que non réalisable, Mélenchon dont le discours et la stratégie ont l’avantage d’une forte cohérence mais qui vise des utopies ayant déjà fait la preuve de leur coût destructeur pour le plus grand nombre et Bayrou dont la sincérité est évidente mais dont la position « centriste » ne suffit pas pour faire de lui autre chose qu’une force d’appoint. Quand il aura à décider s’il est de droite ou de gauche … Nous aurons, donc, à choisir entre NS et FH, il y va de l’existence de la France telle que nous la connaissons que de ne pas choisir FH.

 

Le fer de lance pour les socialistes « les 60 propositions » du candidat Hollande. FH qui, pour répondre aux critiques relatives à l’absence d’expérience gouvernementale rappelle qu’il a été conseiller économique de François Mitterrand et, comme secrétaire général du parti socialiste, associé aux décisions prises par le gouvernement de Lionel Jospin. Puisque c’est ainsi, rappelons pour les lecteurs quelques « faits d’armes » majeures des deux périodes :

 

  • Septennat Mitterrand :

  • nationalisations à 100 % de la plupart des entreprises visées avec un coût exorbitant pour l’état,

  • trois dévaluations affectant le franc de 45% vs le mark allemand de 1981 à 1987,

  • nombre de chômeurs passant de 1,8 millions (Giscard d’Estaing) à 3,3 Millions en 1995 (fin septennats Mitterrand), soit de 5% à plus de 10% de la force de travail,

  • retraite à 60 ans sans étude de coût pour l’économie du pays ;

  • Gouvernement Jospin :

  • les 35 heures, invention sans équivalent dans le monde, justifiée par l’idéologie absurde du « partage du travail »

  • l’utilisation d’une « cagnotte » fiscale induite par des recettes en augmentation (croissance de l’économie mondiale et, par ricochet, française) pour augmenter les dépenses au lieu de l’affecter à la réduction de la dette,

  • effectifs de l’ensemble de la fonction publique augmentés de plus de 30% de 1981 à 1995 et de 1997 à 2002 ; 5,3 millions de fonctionnaires dont une partie en très forte augmentation (collectivités territoriales).

 

FH semble avoir oublié ces « faits d’armes » auxquels, selon ses dires, il a été « associé ». Comme il semble oublier que, président du Conseil Général de la Corrèze, il a laissé la dette de la région dériver de 50,9 millions d’euros de boni (présidence Bernadette Chirac) vers 375 millions d’euros aujourd’hui (chacun des 250.000 habitants portant maintenant une dette de 1.500 euros …). Certes, c’est moins que le « succès » de Mme Aubry qui est à la tête d’une dette de 1,2 Milliards d’euros ! Alors, quand il met en avant ses « 60 propositions » il semble ne pas comprendre que certaines sont de vraies absurdités au plan arithmétique (voir les 60.000 enseignants qui devraient coûter, selon le programme, 1,9 Milliards € ou, selon les meetings » 2,5 Milliards € mais qui coûteraient en réalité 7,5 Milliards …) et que leur total ne fera qu’accélérer la croissance de la dette du pays et, partant, sa descente aux enfers. Mais regardez le chiffrage de son programme (Synthèse du chiffrage des propositions du projet socialiste - Débat & Co, Institut de l'entreprise, http://www.debatco.fr).

 

Pour montrer le sérieux du travail fait (on croît rêver car rien que le « pacte éducatif » aurait dû faire tiquer tous ceux qui se sont infligés la peine de lire le programme de FH, comme aussi les 200.000 contrats de génération coûtant tous les ans plus de 7 milliards d’euros, nouvelle marotte socialiste que personne ne sait  expliquer) FH annonce qu’il financera les dépenses avec des impôts « équitables » soit, moitié, moitié (ou presque) entreprises et ménages le tout faisant quelques 30 milliards d’euros … Le croire ? Le président de la Cour des Comptes, socialiste bon teint, (lisez le dernier rapport) ne peut pas le croire. Et le président de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, socialiste aussi, ne sait pas où se mettre quand on lui pose des questions qui dérangent ou quand il apprend, par les journaux, le souhait de FH de taxer « les riches qui gagnent plus d’un million d’euros par an de 75 % de ce qui dépasserait ce seuil » Sauf quelques artistes ou des sportifs, surtout ceux qui participent aux meetings socialistes. Au dernier meeting il était entouré des ténors socialistes de l’Europe. Parmi eux ceux qui on accompagné la ruine de la Grèce ou de l’Espagne … De vraies références !

Mais pour alimenter le « référendum anti Sarkozy », par delà la mise en avant de chiffres dont les lecteurs peuvent réaliser l’inanité, on fait appel aux «comportement » de NS non digne de la fonction. Le Fouquet’s, le yacht Bolloré. FH et sa garde rapprochée oublient-ils les séjours gratuits en Egypte de François Mitterrand offerts par le sieur Moubarak? L’entretien par la République pendant des années d’une deuxième famille du même ? Les voyages sur les yachts de MM Kashoggi (ventes d’armes) ou Traboulsi (Péchiney) des ministres socialistes ? Certes, le Carlton de Lille n’a pas la « gueule » du Fouquet’s … mais que dire de tous ceux qui faisaient partie du Comité Exécutif du Parti Socialiste et qui, parfaitement au courant des frasques de DSK n’hésitaient pas à vouloir le propulser « comme le meilleur d’entre eux » à la fonction suprême de la république ? Et le Secrétaire Général du parti ne savait rien ? Le préposé à la sécurité des cadres (un corse …) ne lui avait rien dit ? Et son directeur de campagne actuel (Pierre Moscovici), premier lieutenant de DSK ne savait rien, non plus ? Bonnes gens, réalisez que la candidature de FH n’a été, n’est, qu’un pis aller, une candidature de substitution, pour remplacer DSK … Avec la complicité de la plus grande partie de la presse, des journalistes du Figaro et du Monde et du Libé ou La Croix ou des chaînes de télévision … complicité dont il avait besoin car ni François Mitterrand ni Lionel Jospin n'ont envisagé de lui donner des responsabilités ministérielles : ils avaient bien jugé les faiblesses et l'incapacité du protagoniste. Ce qui a fait que Lionel Jospin lui a confié la direction du parti socialiste : et François Hollande en a fait une magnifique machine pour faire perdre à Jospin, honteusement, les élections présidentielles de 2002 en ne passant pas le barrage du premier tour …

A tel point ce qui précède est vrai qu’il est instructif de se souvenir de quelques déclarations :

  • Arnaud Montebourg (mai 2007) – «Ségolène Royal n'a qu'un seul défaut, c'est son compagnon.» ;
«Hollande, c'est le principal défaut du Parti Socialiste.» (Juin 2010) ;

  • Laurent Fabius (avril 2011) - 
«Franchement vous imaginez François Hollande Président de la République? On rêve!» ; «Une fraise des bois peut-elle cacher un éléphant?») (Juin 2011) ;

  • Manuel Valls – « Quelqu’un qui me dit qu’il est normal, je commence à me méfier » (Juin 2011) ;

  • Ségolène Royal (septembre 2011) – « Le point faible de François Hollande c'est l'inaction. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisé en 30 ans de vie politique?» Non, personne ne peut répondre positivement …

  • Martine Aubry (octobre 2011) – «Quand on veut diriger la France, il faut dire ce que l'on va faire. On ne peut pas rester dans le flou…………. François Hollande a changé trois fois d'avis en trois jours». Ce qu’il continue de faire actuellement …

  • J-P. Mélenchon – « C'est un capitaine de pédalo pendant la tempête»

 

Bonnes gens, ceux qui l’ont connu viennent d’effacer leur mémoire pour pousser FH à la magistrature suprême (et pour  obtenir, eux aussi, quelques maroquins ...) Mais vous, vous le voyez un jour - si c’est nécessaire – « appuyer sur le bouton » ? Aurions-nous tous oublié que la France est une puissance nucléaire ? Fort de son expérience de dix années de secrétariat général du parti socialiste il fera quoi ? Une commission pour faire une « synthèse » ?

 

Le parti socialiste fût inconscient et irresponsable pour avoir voulu propulser un des siens (un ignoble personnage, détraqué sexuellement, nonobstant ses qualités d’économiste) à la fonction suprême. Mais est-il normal qu’il réessaye avec un ectoplasme dont le seul mérite jusqu’ici est de crier sa haine de Sarkozy  (dont il ne veut même pas prononcer le nom) dans tous les meetings (en copiant la gestuelle de François Mitterrand) où les salles sont « chauffées » par des Yannick Noah (qui ne paye pas des impôts en France …), « l’indigne » Stéphane Hessel, les communistes Pierre Arditi ou Jacques Weber ou la fille Mazarine ?


 


 


 


 


 


 


 


Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 15:57

 

Loin de LA, de ses Oscars et du succès (bravo !) d’un film français obtenant, pour la première fois dans l’histoire du cinéma français cinq Oscars, des lecteurs du blog ne se laissent pas conter … Et les questions qu’ils posent méritent, il me semble, réponse. J’essaye de synthétiser (pour ne pas trop ennuyer …).

 

Pourquoi les Etats Unis veulent-ils arrêter Israël de détruire (toute ou partie) le programme nucléaire militaire iranien ?

 

a.     ayant tourné le dos aux craintes d’Israël depuis que BHO est président, les EU affichent clairement une nouvelle doctrine fondée sur deux concepts : (i) aucune projection de force (et encore moins une activité « cinétique ») si leurs intérêts ne sont pas directement menacés et (ii) le rapprochement avec le monde arabo-musulman (une force mondiale car nombre, ressources et retards géopolitiques – le tout pouvant être utilisé pour le renouveau des EU) ; l’illustration est venue en 2011 – le « printemps arabe » et, en particulier l’Egypte : les EU ont sacrifié Moubarak aux intégristes Frères Musulmans (les assassins de Sadat …) que des responsables américains ont qualifiés de « laïcs » … et dont ils ont fait l’allié principal des EU au Proche Orient ; qui l’eut cru ? « Une organisation qui représente l'un des plus fanatiques et dangereux des groupes islamistes, pour qui la violence et le terrorisme sont ancrés dans leurs gênes. Farouchement anti-occidental, anti-chrétien, antisémite, engagé à imposer la charia pour arriver au califat mondial - et prêt à employer tous les moyens pour atteindre ses objectifs " (IL – JP)

b.     les soucis d’Israël ont, pour l’essentiel, comme sujet l’Iran : en arrivant, BHO a proposé à Israël un marché – Israël fait la paix avec les palestiniens et les EU s’occupent de l’Iran (« toutes les options sont sur la table ») ; quatre ans après, nonobstant la tentative de BHO de réduire Israël aux lignes d’armistice de 1948 (en changeant ainsi une politique vieille de plus de 40 ans fondée sur une résolution de l’ONU ayant mis fin à la guerre de 1967), les EU ne se sont pas occupés de l’Iran laissant ce dernier continuer son programme nucléaire militaire à la faveur de « négociations et sanctions » qui n’ont rien apporté ; les soucis d’Israël sont de nature existentielle car les mollahs répètent tous les jours de la semaine leur volonté de détruire Israël ;

c.      BHO veut arrêter Israël de lancer une opération militaire contre l’Iran car (x) ceci « enflammera » le monde arabe (bien que certains états seront prêts a applaudir en cachette) et ceci sera contraire au deuxième concept de base de sa politique étrangère, (xx) ceci pourrait faire grimper le prix du pétrole à des niveaux inconnus (mais pouvant créer des contraintes économiques aux  EU avant les élections présidentielles …) et (xxx) parce que cela démontrera encore plus clairement l’échec de la politique proche orientale de BHO depuis quatre années.

 

Les EU ne s’opposent-ils pas parce que leurs informations montrent que l’Iran ne veut pas « la bombe » ? Et aussi parce qu’ils ne croient pas à la capacité d’Israël de réussir ?

 

d.     certes, les informations des uns et des autres peuvent ne pas dire la même chose mais, enfin, comment peut-on croire que ce pays accepte d’être mis au ban du monde, subir des sanctions « de plus en plus mordantes » s’il n’a pas quelque chose à cacher ? Si son programme nucléaire est uniquement civil qu’est-ce qu’il empêche d’ouvrir toutes les portes de tous les sites « nucléaires » (il en a deux douzaines) et montrer urbi et orbi que l’on lui fait un mauvais procès ?

e.     le faisceau d’indices concordants accumulé par l’AIEA est tel que plus personne ne croit les iraniens, sauf -en apparence tout au moins- les EU ;

f.      non, les EU s’opposent parce que (deuxième concept de la politique étrangère de BHO) leurs intérêts pourraient être menacés (pétrole, présence au Proche Orient, etc.,), intérêts devant lesquels le sort d’Israël n’a pas beaucoup d’importance (sauf pour amadouer les donateurs juifs démocrates, première force de frappe pour l’élection présidentielle …) ;

g.     oui, à entendre L. Panetta ou le Général Dempsey (qui considère les mollahs fanatiques qui attendent le Mehdi … comme un acteur rationnel !), une action militaire israélienne ne pourra pas faire grande chose,  sauf d’avoir des conséquences incommensurables ; il y a, d’évidence, une action concertée de pratiquement tous les échelons décisionnaires américains pour faire en sorte que l’on décrédibilise une action israélienne tout en montrant aux iraniens que les EU ne sont pas solidaires d’Israël ; la mémoire des décideurs est courte … la guerre de six jours quand Israël a détruit les armées arabes de cinq pays en moins de six jours ? Entebbe ? la destruction de l’Osirak (1981, 2000km aller/retour), la destruction des postes de commandement de l’OLP à Tunis (un raid aérien de 4.600 km aller/retour en 1985 …) ; la destruction du réacteur syrien/Nord coréen ? Quelques exemples qui devraient faire réfléchir les gens quant à ce qu’ils savent sur les capacités d’Israël … Et dans le concert des « ce ne sera pas possible » voilà une voix différente : Hans Rühle, un des experts les plus réputés du temps de la « guerre froide » vient de publier dans Die Welt un papier avec le titre révélateur « Comment Israël peut détruire le programme nucléaire iranien ». Fort de ce qu’il sait, il prédit qu’Israël est capable de détruire le programme militaire iranien sans qu’il puisse être repris pendant dix ou vingt ans … Et les EU ne le savent pas ? Allons …

h.     le drame qui se prépare si l’Iran n’est pas arrêté dans sa course vers la bombe se résume en quelques constats simples : Israël devra vivre avec une épée de Damoclès sur sa tête (ce qu’elle n’acceptera pas), l’Arabie Saoudite, la Turquie et peut-être l’Egypte se doteront de moyens nucléaires militaires car ils ne pourront pas faire autrement devant leur ennemi de 1400 ans (chiite contre sunnites …), le traité de non prolifération volera en éclats et le monde se trouvera avec de possesseurs de moyens nucléaires dont la prise de décisions ne sera pas, réellement, rationnelle …

 

Si Israël lance une opération militaire contre l’Iran que feront les EU ?

 

i.       en ce moment, les EU font tout ce qu’ils peuvent pour qu’il ne se trouvent pas devant une telle éventualité ; deux théories ont cours déjà (y) BHO a de nouveau écrit au « Guide Suprême » iranien en lui offrant de laisser l’Iran enrichir de l’uranium (soi disant pour des besoins civils … et ce en dehors des obligation de l’Iran contractées dans le cadre du Traité de Non Prolifération …) à condition que l’Iran ouvre ses sites aux inspecteurs de l’AIEA qui rapporteront ensuite que le programme iranien n’est que civil et (yy) BHO ne fait rien pour la Syrie (on se souvient que l’intervention en Libye a été décidée car « il y avait danger d’un massacre » … tandis qu’en Syrie on compte déjà plus de 7.500 morts …) car il espère que la Russie de M. Poutine le suive dans son approche pour l’Iran s’il laisse en place le boucher ophtalmologue de Damas – vous allez voir, bientôt M. Poutine proposera de laisser l’Iran enrichir de l’uranium ce à quoi la « communauté internationale » s’est opposée depuis des lustres et lancer des mises en garde à Israël ….;

j.       si, un jour, à « 3 heures du matin » BHO apprend qu’Israël a lancé une opération militaire contre l’Iran, il se trouvera devant le champ de ruines de sa politique étrangère :

 

Ø  si, comme il est probable, l’Iran s’en prend à des intérêts américains (troupes en Afghanistan, bases militaires un peu partout, voie maritime Détroit d’Hormuz, etc.,) il ne pourra que réagir ;

Ø  il ne pourra que réagir car la grande majorité du peuple américain se sentant solidaire d’Israël, BHO perdrait autrement toute chance d’être réélu en novembre ;

Ø  et si les supplétifs de l’Iran (Hezbollah, Hamas, Syrie) entrent dans la danse il assistera à la destruction du Liban et, sans doute de la Syrie – avec des pays arabes come l’Arabie Saoudite lui disant « on vous l’avait bien dit » …

 

Est-on sûr qu’Israël lancera une opération militaire ? Il semblerait que leurs services de renseignement et une partie des militaires ne le conseille pas.

 

Oui, c’est vrai ; Entebbe ? déconseillé, destruction de l’Osirak, déconseillée, OLP à Tunis ? déconseillé, Dar-el-Azur ? déconseillé … On oublie qu’en Israël les décideurs sont les politiques … Et les politiques, aujourd’hui, les deux ayant la plus grande importance sont – un de droite et un de gauche, les deux ayant la conviction que leur pays ne peut pas vivre avec un Iran nucléaire. Et sauf les respect qu’ils doivent à BHO (enfin, ce qu’il en reste …) ils feront ce que leur conscience et les possibilités de leurs militaires leur diront de faire.

Téhéran, Avenue Kargar

Teheran-banner.jpg

Repost 0

Articles Récents

Liens