Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 21:49

 

Que BHL me le pardonne … mais quand M. De Villepin a utilisé le mot « barbarie » pour ce qui se passe au Proche Orient et quand M. Fabius a parlé du « carnage » fait à Gaza par Israël, j’ai ressenti le besoin de comprendre, mieux, ce qu’ils voulaient dire. J’ai pris, donc, le Robert pour trouver :

- « barbarie » Qui va à l'encontre des valeurs morales. Ce qui contrevient aux formes intellectuelles, esthétiques, morales d'un certain humanisme, ou civilisation.

        - « carnage »        Une lionne vient, monstre inspirant la crainte,

                                D’un carnage récent sa gueule est toute peinte,

                                (La Fontaine, Fables)

 

Certes, la quasi-unanimité anti-israélienne chez les dirigeants politiques européens (et surtout français) est, sans doute aucun, imprégnée de leur pusillanimité face aux risques d’attentats, d’émeutes voire d’autres représailles dont pourraient se rendre responsables des « éléments de la diversité ». Mais voir un ministre, en charge de l’ordre public, après une manifestation interdite (« nous sommes tous des Hamas ») et qui s’est mal passée, déclarer à Mediapart (?!) « J'aurais manifesté moi aussi dans un autre contexte que celui des fonctions que j’occupe » (Bernard Cazeneuve au sujet de Gaza) cela ne peut s’expliquer que par une totale ignorance de ce qui s’est passé à Gaza (difficile de croire) ou par un parti pris occulté, habituellement, pour des raisons pas difficiles à comprendre.

 

Mais comment est-on arrivé là ?

 

Tous les économistes (plus le FMI, des agences de notation, « Bruxelles », etc.,) s’accordent à dire que la France est lentement mais sûrement en train de devenir le maillon faible de la zone euro, (en même temps que l'Italie), et, comme si cela ne suffisait pas, on estime qu’il n'y a aucune perspective plausible pour ces deux pays de se sortir d’une situation inextricable vu leurs modèles sociaux qu’ils veulent conserver.


Passé le temps quand on pensait que la Grèce, l'Espagne ou le Portugal allaient provoquer une crise, irréversible, de la zone euro en menaçant la monnaie unique ce qui pouvait conduire à la destruction de l'ensemble du bloc. De plus en plus, on commence a penser que ce sera la France qui finira par constituer la plus grande menace pour l'euro, pendant les années à venir. M. Hollande, ayant compris les erreurs faites pendant les deux années de sa présidence (pas besoin de les énumérer, on les connaît ainsi que leurs effets pernicieux pour l’économie du pays) cherche désespérément à réparer les dégâts créés au secteur privé, mais sans pouvoir se départager d'une façon typiquement « socialiste » (ou « jacobine » ou « colbertiste » diraient certains), avec des « pactes » selon lesquels les entreprises créeraient des emplois en contrepartie d'une réduction d'impôt ou de charges sociales. Ce n’est à rien comprendre de l’économie de marché que de ne pas comprendre que les entreprises privées n’embauchent jamais des gens si elles ne pensent pas que cela sera rentable pour elles de le faire et si elles ne sont pas convaincues qu’elles peuvent renverser la décision en toute sécurité si quelque chose va mal. Autant dire que tant que la vulgate économique sera ce qu’elle est, la France ne pourra que décliner (mot à proscrire, bien sûr …). Et « 
la France restera la 5èmeéconomie du monde » (déclaration récente de FH) … aura le même sort que « l’inversion de la courbe du chômage », « la croissance qui est là », « les impôts qui n’augmenteront pas », « le déficit qui se réduira à moins de 3% » … ai-je oublié quelque chose ?

 

Bref, la France est en panne, économiquement, et cela se traduit par des influences néfastes sur sa politique. Quand un pays d’une superficie 56 fois plus petite que celle de la France, avec une population de 2 millions d’habitants dont 300.000 seulement sont citoyens (les autres … des expatriés auxquels on ne donne pas la nationalité même s’il restent toute leur vie dans ce pays de cocagne – le Qatar) est en train d’acheter tout ce qu’il y a à vendre parmi les fleurons des biens français (industrie, hôtels, magasins, etc.,) on s’arrange pour lui faire plaisir … Et la ligne politique de la France, sa « politique arabe » (on devrait dire pro-arabe) devient élastique : un jour on dit que Israël a le droit de se défendre contre l’agression caractérisée du Hamas, un autre jour on parle de la « barbarie » et du « carnage ». Mais cela ne devrait pas surprendre : Monsieur de Villepin défend, contre des espèces sonnantes et trébuchantes, les intérêts du Qatar en France. Et il s’en prend à Israël en reprochant à François Hollande « Comment comprendre aujourd'hui que la France appelle à la «retenue» quand on tue des enfants en connaissance de cause »ou en parlant de la « stratégie terrifiante parce qu'elle condamne les Palestiniens au sous-développement et à la souffrance, terrifiante (d’Israël) parce qu'elle condamne Israël peu à peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et autoritaire » et en proposant (a) de « prendre des sanctions contre Israël » et (b) « de permettre aux palestiniens d'adhérer à la Cour pénale internationale, pour empêcher (Israël) … de commettre des crimes de guerre »

 

En clair, le Hamas n’a rien fait, c’est Israël qui est responsable de ce qui s’est passé à Gaza. Et, naturellement, il faudrait punir cet état. Le réquisitoire de Monsieur de Villepin aurait pu être écrit par l’émir du Qatar (ou par sa 14ème fille, diplômée de SciencesPo et très, très proche de la famille de Monsieur de Villepin).

 

Quant à Monsieur Fabius (dont certains pensent qu’il veut éviter par tous moyens d’être pris pour un « marrane ») il essaye de faire entrer le même Qatar dans l’équation compliquée du Proche Orient à l’encontre des intérêts d’Israël, de l’Egypte et … même de l’Autorité Palestinienne ! Et pour faire bonne mesure il ajoute la Turquie : ainsi, les deux « sponsors » actuels du Hamas sont traités comme « amis de la France » qui « pourraient influencer le cours des choses » … La Turquie, dont le clown islamo-fasciste qui était premier ministre vient de se faire élire président. Et dont les deux tiers des discours pendant la période électorale étaient constitués par des diatribes anti-israéliennes (« génocidaire », « pire que les nazis », « pires que Hitler » …) et antisémites (« les cercles financiers », « les spécialistes des intérêts », etc.,).

LF-Q-T.jpg

Ce qui n’a pas empêché François Hollande de « féliciter M. Erdogan pour sa victoire au premier tour de l'élection présidentielle du 10 août en l'a assurant de son engagement à approfondir et à renforcer la relation bilatérale » (communiqué Quai d’Orsay).

 

Mais la question que j’ai posée était « comment est-on arrivé là » ? A l’antisémitisme de l’extrême droite (mais pas seulement …) refoulé pendant de multiples années après la deuxième guerre mondiale, est venu s’ajouter celui de « l’immigration » engendré par la haine islamique spécifique des Juifs, par le mépris des valeurs judéo-chrétiennes et, aussi, par des comportements antisociaux exacerbés par la confrontation de structures « tribales » à la permissivité de la société française. Pour trouver, à la fin, des musulmans nés en France, de la seconde et troisième génération, qui rejettent l’identité française à l’abri du discours de la « gauche » fondé sur leur absence de culpabilité car  sans éducation, sans travail, humiliés, etc.,.

 

Ces populations étant  nombreuses (branche basse de la fourchette 6 millions, branche haute 10 millions) et comme 90% de ceux qui on eu droit au vote (car citoyens français) ont fait pencher, irrémédiablement, la balance (51,4% soit un écart de 350.000 voix …) en faveur de François Hollande … eh bien, pour des raisons intérieures (populations) et extérieures (Qatar, par exemple) la France tient un discours qui se veut rassurant « Nous ne voulons pas importer le conflit du Moyen-Orient » Mais les médias français, pratiquement en totalité, dont l’attitude anti-israélienne (souvent tentée d’un antisémitisme plus ou moins primaire) n’est plus à démontrer, ne font rien d’autre que d’importer le conflit proche-oriental en France. Comment pourrait-on expliquer autrement les violences faites aux juifs de France par des musulmans en réaction aux persécutions de « l’état fasciste Israël » contre les « frères palestiniens » ?

 

Ce facteur « islamique » est constamment occulté. Personne ne rappelle le caractère génocidaire des chartes du Hamas, des Frères Musulmans ou de l’OLP. Pourquoi ? Et comment s’étonner ensuite que l’émigration d’une partie des juifs de France croit et embelli …

 

Estimée à environ 450.000, une partie de la population juive de France montre une tendance accrue constamment à faire son « alyah » : depuis 2011 on constate une augmentation annuelle de 70% pour arriver en 2015 à représenter 2% du total. Mais … si l’on continue avec le même taux d’augmentation (faites le calcul) plus de 250.000 juifs de France seront partis pour Israël. C’est la raison pour laquelle Nathan Sharanski (le « refuznik » le plus connu, actuellement président de l’Agence Juive) écrit « Je crois que nous voyons le début de la fin de l'histoire juive en Europe»

 

En 1986 (déjà …) Zvi Rex (« Les Allemands ne pardonneront jamais aux Juifs Auschwitz ») disait « Les Juifs sont les rappels vivants de l'échec moral de l'Europe. Cela conduit à une projection de culpabilité sur Israël et sur les Juifs européens restants ». Et G. Steiner, (« De la Bible à Kafka ») écrit Supprimez le Juif et vous aurez supprimé du sein même de l'Occident chrétien un insupportable souvenir d'échec moral et social. Il est donc une  effroyable symétrie dans le fait que,en instituant et en admettant le monde des camps de la mort, la civilisation européenne des Gentils a voulu faire en sorte qu'il soit insupportable pour les Juifs de se souvenir.»

 

Pour ce qui nous concerne peut-on dire que « la France est antisémite » ? Certes non, trois fois non ! Mais dire que la conjonction de son déclin économique avec sa dépendance croissante d’entités furieusement antisémites, de l’antisémitisme de la droite (plus ou moins extrême) et de l’antisémitisme de la gauche (révolutionnaire …) couplées à l’antisémitisme virulent d’une partie de « l’islam de France » conduit notre pays à prendre des positions politiques qui condamnent le seul pays du proche orient qui partage nos valeurs, voire imagine sa disparition (Michel Rocard et tant d’autres) c’est enfoncer des portes ouvertes.

 

Et ce sursaut d’antisémitisme (caché sous un opportun « antisionisme ») pourquoi maintenant ? Certes, il y a eu deux milliers de morts à Gaza. Mais à qui la faute ?

 

Conquis pendant la guerre de six jours (1967), ce territoire n’avait de frontière ouverte qu’avec l’Egypte. En 1977 quand Israël et l’Egypte on signé leur accord de paix, l’Egypte a refusé de reprendre Gaza. Avant et après les accords d’Oslo (1993) Israël a, graduellement, ouvert le territoire mais on oublie … Arafat et ses cohortes se sont établis à Gaza, quatre points de passage existaient vers Israël et Gaza disposait d’un aéroport (oui, d’un aéroport réclamé avec force maintenant …) et d’un port commercial en cours de construction. 20.000 palestiniens passaient tous le jours en Israël pour y travailler et un corridor pour les voitures, les camions et les bus existait entre Gaza et la Cisjordanie. 1ère intifada, deuxième intifada, l’AP expulsée de Gaza (2007) et graduellement, tout s’est rétréci. De plus l’Egypte de Moubarak ne laissait pas le Gaza du Hamas avoir accès ni à son territoire, ni aux biens qu’il voulait obtenir. D’où les tunnels … à but commercial ou pour importer des armes. Tant et si bien que pour déclencher sa dernière guerre le Hamas disposait de 10.000 fusées dont seulement un tiers (les artisanales) étaient fabriquées sur place. Depuis le coup d’état militaire en Egypte contre le « frère musulman Morsi » l’armée égyptienne a détruit plus de 1.200 tunnels ! Mais il y avait aussi ceux qui allaient vers Israël, construits avec le ciment importé « pour construire des maisons » et équipés par l’Iran avec ce qu’il fallait pour qu’ils puissent un jour servir à attaquer Israël et/ou à prendre des otages. Découverts et détruits par Israël pendant sa riposte à l’agression du Hamas (plus de 3.500 fusées tirées sur Israël pendant les 30 jours « sans cessez le feu » …).

 

Agression du Hamas : pourquoi ne veut-on pas reconnaître que cette organisation terroriste (classifiée comme telle par l’Europe dont la France – n’est-ce pas Monsieur Cazeneuve, vous qui auriez pu manifester sous le slogan de la manif interdite …) utilise une stratégie qui maximise ses propres pertes civiles, pensant qu'elle peut soumettre ainsi Israël à une pression internationale suffisante pour qu’elle obtienne une victoire contre un adversaire plus fort ?

ETHICS.png

Regardez la pyramide des âges des morts à Gaza : la moitié des morts font partie des tranches d’âges des « militants » du Hamas (leur proportion dans la population totale est inférieure à 25% ….).

Pyramide.jpg

Ce qui fait qu’une partie de la presse internationale (même la BBC et le New York Times) revoit les affirmations quant au nombre de « civils » tués à Gaza. Ne cherchez pas un écho dans les médias français …

 

C’est ainsi … On nous explique qu’à cause d’Israël les gens vivent mal à Gaza mais … ils ont dépensé des milliards de dollars pour des fusées, des mortiers et pour creuser des tunnels. On ne veut pas souligner qu’il s'agit d'une organisation terroriste islamiste fanatique qui sacrifie ses propres civils et ses infrastructures pour poursuivre son but « éradiquer Israël de la carte ». Comme on ne veut pas admettre qu’il s’agit d’une responsabilité collective : c’est bien les gazaouïs qui ont élu, démocratiquement, pour les gouverner une organisation dont le but, connu car avoué, est de détruire l'Etat d'Israël y compris en massacrant ses citoyens juifs. Ils apprendront un jour que la démocratie signifie que les votes ont des conséquences. Alors « punition collective » … on l’a bien dit des allemands après Hitler, non ?

 

Quant à Monsieur de Villepin … « barbarie » ? Oui, la sienne, car ce qu’il a pu éructer ce n’est rien d’autre que barbarie (intellectuelle), sans visage humain car elle contrevient aux formes intellectuelles, esthétiques, morales d'un certain humanisme, ou civilisation. M. Fabius ? Ejusdem farinae …

Partager cet article
Repost0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 20:30

 

Comme on pouvait s’attendre, les grandes consciences de l’humanité se sont réveillées et ont décidé que, vraiment, ces israéliens (juifs de surcroît …) en font trop. Et les photos montrant les destructions d’infrastructures + les morts, surtout, les cadavres d’enfants, se trouvent maintenant à la « une » de, pratiquement, toute la presse « libre ».

 

Deux grands commis de la France ont choisis leur camp :

  • Laurent Fabius – « Le droit d’Israël à la sécurité ne justifie pas qu’on massacre des civils »


  • Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin, beaucoup plus prolixe (on verra pourquoi …) – « Lever la voix face au massacre qui est perpétré à Gaza, c'est aujourd'hui, je l'écris en conscience, un devoir pour la France", écrit-il, en ajoutant que "par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s'est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième intifada". Comment comprendre aujourd'hui que la France appelle à la "retenue" quand on tue des enfants en connaissance de cause ? ... Comment comprendre que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d'Israël ? »

 

Aux deux, qui restent sur l’écume des faits, l’écrivain israélien Amos Oz, dont l’appartenance à la gauche est parfaitement connue, pourrait poser les deux questions qu’il a posées quand il a été (le 28 juillet) interviewé par Deutsche Welle :

  • que feriez-vous si votre voisin d'en face s'assied à son balcon, met son petit garçon sur ses genoux et commence à tirer avec une mitraillette sur la chambre de vos enfants ?


  • que feriez-vous si votre voisin d'en face creuse un tunnel de la chambre de ses enfants vers la vôtre afin de faire sauter votre maison ou pour enlever votre famille?

Voilà celui qui prône depuis des lustres la paix entre les deux « peuples » qui en arrive à dire « J'ai été un homme de compromis toute ma vie. Mais même un homme de compromis ne peut approcher le Hamas et dire: peut-être que nous nous rencontrons à mi-chemin et qu’Israël n'existe que les lundis, les mercredis et les vendredis »

 

Mais occupons-nous un peu des deux grands hommes d’état français qui s’indignent de ce que ce galeux, ce malheureux état d’Israël fait aux pauvres citoyens du Hamastan de Gaza.

 

Pour Laurent Fabius c’est simple : il a été, de tous temps, un adversaire de l’état d’Israël. On ne saura jamais si cela est en rapport avec sa hantise d’être pris pour un « marrane » vu la décision de ses parents, juifs convertis au catholicisme pour échapper au sort de leurs coreligionnaires, de le baptiser. Un de ses premiers actes inamicaux a été, comme ministre de l’industrie dans le premier gouvernement de François Mitterrand, de s’opposer à l’association de la Compagne Générale de Radiologie (filiale de Thompson) avec Elscint, société israélienne cotée à New York, tenant le haut du pavé à l’époque pour les équipements d’imagerie médicale. Les deux sociétés avaient élaboré le projet en commun. Vice Président d’Elscint en ces temps, j’ai été aux premières loges pour le voir s’opposer à un projet industriel que les conseillers de F. Mitterrand approuvaient … Il aurait accepté l’offre de tout pays sauf d’Israël. Quelque temps après on a accepté que General Electric rachète la CGR …

 

Aujourd’hui, vu qu’il connaît les intérêts de la France, il a trouvé normal d’inviter le Qatar à Paris pour faire une proposition de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Le Qatar qui est, depuis quelques années, le principal (sinon le seul) bailleur de fonds de l’organisation terroriste. Avec l’argent duquel le Hamas achète ce qu’il faut pour faire des roquettes, pour avoir des armes, des explosifs et … des tunnels.

 

Et comme cela ne suffisait pas il a fait venir à Paris la Turquie. Dont le premier ministre, antisémite notoire et qui ne le cache pas, a une attitude très modérée ( ?!), vis-à-vis d’Israël. La preuve ? Ses dernières déclarations dans des meetings électoraux avec plusieurs dizaines de milliers de participants : « Tout comme Hitler, qui a cherché de créer une race exempte de tous les défauts, Israël court après le même objectif. Ils tuent des femmes afin qu'elles ne donnent pas naissance à des Palestiniens, ils tuent les bébés pour qu'ils ne grandissent pas, ils tuent les hommes afin qu'ils ne puissent pas défendre leur pays ... Mais ils vont se noyer dans le sang qu'ils ont versé » C’est lumineux, c’est fort, cela justifie de faire appel à la Turquie pour qu’Israël accepte une offre de cessez-le-feu qui donnerait au Hamas la totalité de ce qu’ils demandaient … Et tout cela avec la bénédiction du commis voyageur de BHO (qui considérait Erdogan comme un ami …) pour le Proche Orient, j’ai nommé John Kerry, le roi du ketchup (par alliance …).

 

Quant à Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin, les choses sont plus simples. Voir le Canard Enchaîné du 14 décembre 2011 : en avril 2008 il a créé son cabinet d'avocat. Une société, au capital de 1000 euros et sobrement intitulée "Villepin international" qui ne compte que deux salariés : Dominique de Villepin et sa secrétaire. Et à eux deux, ils font visiblement des miracles. "Entre avril 2008 et avril 2009, Villepin International a réalisé un chiffre d'affaires de 2 455 000 euros et, une fois les frais de Villepin et le salaire de sa secrétaire payés, elle a dégagé 1 529 000 euros de profit ! Rebelote sur l'exercice suivant, avec un exercice de 2 182 000 euros et un résultat net de 1 018 000 euros. Une rentabilité à faire rêver" Depuis les choses n’ont pas dû changer car en 2010 DDV a acheté, pour 3,2 Millions d’euros  2010 l'ancien hôtel particulier de Sarah Bernhardt, de 400m2, rue Fortuny dans le XVIIe arrondissement.

Il n’est pas exclu que d’aucuns, suspicieux, aient raison de penser que ces résultats fantastiques puissent être liés au fait que l’intéressé est l’avocat du Qatar et le conseil du fonds d’investissement de ce pays. Et quand on sait que, en France seulement, le Qatar a racheté ou pris des participations dans des fleurons français tels que le PSG, le Royal Monceau, le Marinez, le Crillon (pour les hôtels …) mais aussi Lagardère, EADS, Total et puis La Maison du Caviar, Lenôtre, Ladurée et que Jean Nouvel construit son musée national et que Guy Savoy a ouvert son restaurant dans leur « The Pearl » on est tenté de le croire. De plus, quand on sait que la Princesse Al-Mayassa, quatorzième fille de l’Emir du Qatar, avait table ouverte chez les de Villepin pendant ses études à Sciences Po … ceci devrait aider le Dominique a mettre du beurre dans ses épinards. Alors … prendre le parti du Hamas, l’obligé du Qatar … quoi de plus normal ? Avec tout son talent, toute sa verve et l’entière absence de toute retenue. L’argent n’a pas d’odeur et … qu’importe que le chéquier est le même pour DDV et pour l’achat de roquettes ou pour payer les terroristes du Hamas.

 

Mais tout cela … des conjectures et des procès d’intention. Fabius et de Villepin se sont des gens de cœur, des justes et qui, selon eux, représentent les vœux du peuple de France. Ou au moins … les vœux de ceux qui ont fait Barbès, la Bastille et la rue de la Roquette … et qui avec force ont jugé « Israël assassin » et, donc, ont pu crier aussi « Mort aux juifs ». Oui, j’ai oublié … les israéliens sont de juifs. Bien sûr parmi ces derniers il y a ceux qui « font partie de l’humanité » et évitent de se reconnaître comme juifs … en espérant qu’eux ils échapperont au crocodile (pour paraphraser W. Churchill).

 

Et puis la presse. Elle sait, pertinemment, qu’aucun reporter ne peut -sans risquer sa vie- raconter ce qu’il voit à Gaza. Un ou deux ont pu, quand même témoigner des tirs du Hamas à partir des cours d’écoles ou d’hôpitaux. Mais vous ne verrez que des photos et des reportages à la télé qui montrent la barbarie de la soldatesque israélienne. Tout cela n’est pas innocent. Désinformation suivie de diabolisation suivie de de-légitimation. Ce serait peut-être différent si les journaleux qui grouillent, gribouillent et scribouillent savaient de quoi ils parlent. Mais ce n’est pas nécessaire : tapez sur Israël, lui il sait pourquoi … Et de toute manière, on ne va pas s’occuper des 180.000 morts en Syrie quand on peut s’occuper des 1.800 morts de la main des juifs. Peu nous chaut que ce n’est que 1% …

 

N’est-ce pas M. Boniface ? Dommage que vous ne sachiez pas le dire avec la verve de M . Erdogan …

Villepinqatar.jpg

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 15:30

 

Sur fond de guerre à Gaza des manifestations populaires « anti Israël » se sont déroulées partout en Europe (de l’Ouest …)  les plus importantes ayant eu lieu en France, Angleterre et Allemagne. D’aucuns n’ont pas eu de difficulté d’interpréter les « Israël assassin » et « Mort aux juifs » comme des signes d’un antisémitisme nouveau, rapport aux populations d’origine musulmane - les communautés les plus importantes se trouvant dans les trois pays mentionnés.

 

Les dirigeants de ces pays, sensibles à ce que l’histoire du continent leur a appris ont pris, presque tous, position contre l’expression d’une maladie (« le socialisme des imbéciles » disait le camarade Lénine après un autre socialiste, Auguste Bebel). Et comme le prurit est apparu pendant la guerre d’agression du Hamas contre Israël, les 28 ministres des affaires étrangères de l’Union Européenne ont déclaré le 22 juillet, haut et fort, que « les tirs aveugles de roquettes sur Israël par le Hamas et les groupes militants dans la bande de Gaza, visant directement les populations civiles constituent "des actes criminels injustifiables". »

 

Mais le caractère fallacieux des positions exprimées et des déclarations faites s’est révélé rapidement : quand La Commission des Droits de l’Homme a décidé de lancer une enquête « sur les crimes d’Israël dans les territoires palestiniens occupés » (cela ne vous rappelle pas « le Rapport Goldstone » ?) tous les pays de l'UE sont restés silencieux, en s’abstenant, face à une décision qui affirmait une équivalence morale entre une organisation terroriste et un État démocratique reconnu par le monde comme tel. Si les dirigeants européens sont incapables de faire cette distinction, pourquoi s’en prennent-ils aux masses de l'Europe? Changer le peuple, le vieil adage de Berthold Brecht, était la solution du Comité Central …

 

La déclaration du 22 juillet (comme celles des américains, canadiens, australiens et autres) affirmait le droit à Israël de se défendre. Attendez, on n’en est pas encore là.

 

Nathan Sharanski, le « refuznick » le plus connu, aujourd’hui à la tête de l’Agence Juive pour Israël vient de dire « Je crois que nous voyons le début de la fin de l'histoire juive en Europe. Ce qui rend la situation en Europe unique dans l'histoire, c'est le fait que l'Europe est devenue très intolérante des identités dans un environnement multiculturel et post-nationaliste. Ce nouvel antisémitisme est très connecté à Israël -la diabolisation, la dé-légitimation et les doubles standards- sont si profondément encrés dans l’esprit des dirigeants politiques et intellectuels européens que l’on demande, pratiquement, à chaque Juif de choisir entre être fidèle à Israël ou fidèle à l'Europe. » Le pourquoi ? Par delà la « composante musulmane » (entre 15 et 20 millions à l’Ouest de l’Europe) il y a ce que psychiatre israélien Zvi Rex a remarqué (1986) : « Les allemands ne pardonneront jamais aux juifs Auschwitz » Remplacez « allemands » par « européens » et demandez comme un jeune allemand « pourquoi grand-père a-t-il tué les juifs ? Regarde ce qu’ils font à Gaza, lui dit-on, ce à quoi le jeune répond –maintenant j’ai compris ». En clair, les juifs sont les témoins de la faillite morale de l’Europe ce qui conduit à projeter la culpabilité sur Israël et les juifs encore en Europe. Mais ils se souviennent d’Edmon Fleg « Je suis juif parce qu'en tous temps où crie une désespérance, le juif espère »

 

Regardez la couverture du dernier numéro de Newsweek :

Newsweek.jpg

Les « partenaires de la paix » d’Israël reprennent la mantra européenne sous une forme encore plus claire :

 

Jibril-Rajoub.jpg

 

Jibril Rajoub, Secrétaire Général Adjoint du Fatah et … président du Comité pour le Sport et la Jeunesse de l’Autorité Palestinienne …

 

Bon, mais l’Europe qui est le premier donateur de l’Autorité Palestinienne (et indirectement du Hamas pour Gaza) ne peut pas rester de marbre quand tout ce qui a été construit avec son argent est de nouveau détruit (troisième fois …). Pas plus quand elle comprend, enfin, qu’avec ses sous on a construit non pas des maisons, des écoles ou des infrastructures pour la population mais une ville souterraine avec plus de 70 tunnels d’une longueur moyenne de 5 km pour lesquels on a dû utiliser entre 600 et 800.000 tonnes de ciment et qui ont couté (les tunnels) plusieurs centaines de millions d’euros. Accessoirement, depuis 2012, l’Europe sait que dans les premières années de la construction des tunnels plus 160 enfants sont morts : ils creusaient … pour le bonheur de leurs bienfaiteurs, le Hamas (N. Pelham, Institut d’Etudes Palestiniennes).

Donc, l’Europe (qui ne sait plus comment se défaire de ses juifs ou d’Israël …), d’un côté souligne le droit d’Israël de se défendre face à une organisation, qu’elle même considère, terroriste mais, d’un autre côté, lui demande de faire cela d’une manière « non disproportionnée ».

Tunnel-Gaza.jpg

 

Les bombardements de nuit et de grande altitude Dresde – en deux jours 1.300 avions ont dévérsés 3.900 tonnes de bombes, Tokyo – bombes incendiaires détruisant la moitié de la ville ou Hiroshima & Nagasaki étaient « proportionnels » ? A quoi ?

 

En essence, Israël est confrontée à une réalité que l’Europe (pour les raisons évoquées) fait semblant de ne pas comprendre : qu’il s’agisse de la Charte du Fatah (jamais modifiée) ou celle du Hamas ou de l’actuelle agression de Gaza, il s’agit du droit d’Israël d’exister en tant qu'état nation du peuple juif. Le nombre de juifs tués parce que juifs est difficile à compter depuis que ce peuple a été le bouc émissaire non seulement du christianisme pendant 2000 ans mais de tous les autres « ismes ». Et l’apparition de l’islam revanchard qui, de tout temps, a voulu avoir les juifs comme dhimis ou de les tuer n’a fait qu’accentuer les menaces auxquelles Israël a à faire face. Le Qatar (qui a acheté la moitié de la France … j’exagère … et que M. Fabius a convié à Paris vu qu’il est notre ami et qu’il a de l’influence sur le Hamas – en clair c’est le bailleur de fonds des terroristes …) : le sermon de sa télé officielle du 18 avril est limpide :

 

 

QATAR.jpg

 

Alors, sachant tout cela, de quel droit l’Europe demande-t-elle à Israël de « faire attention » et d’utiliser « une force proportionnée » ? L’Europe sait qu’il s’agit d’une sorte de « quadrature du cercle » mais néanmoins, avec les Etats Unis de BHO, avec les « gôches » du continent et d’ailleurs, avec le Cuba, la Bolivie et le Venezuela …. elle demande l’impossible. L’Amérique a montré la voie quand le mode de vie des démocraties occidentales a été menacé par les hordes nazies : aucune pitié jusqu’à la capitulation totale, définitive, des agresseurs. Pourquoi Israël ferait-elle autre chose ?

 

Au lieu de demander à Israël de se battre avec une main liée dans le dos, on devrait l’encourager à raser jusqu’à la terre nue les entités ennemies fussent-elles Gaza ou au Sud Liban (où Hezbollah dispose de plus de 50.000 fusées depuis que la France et autres pays ont sponsorisés la résolution 1701 et se sont engagés à interdire le réarmement de cette autre organisation terroriste qui se distingue maintenant en contribuant à l’assassinat de plus de 180.000 syriens*).1 Et on devrait, tous, dire en chœur « Gaza delenda est ».

 

Pendant la Coupe l’Allemagne a battu le Brésil 7 à 1 : avez-vous entendu quelqu’un dire « attendez, ils ont utilisé une force disproportionné ! » Et Gaza ce n’est pas du football : il s’agit d’une guerre dont le but n’est pas d’avoir des pertes identiques. Il s’agit d’infliger le maximum de pertes à son ennemi et de minimiser autant que faire se peut les siennes comme dans toute guerre. Et pour ce qui est de Gaza le nombre de pertes palestiniennes (sûr, que des civils … tout l’armement du Hamas étant télécommandé …) est accru parce que le Hamas utilise la population comme bouclier humain.

 

En se gargarisant des morts civils on fait semblant de ne pas savoir ce qui se passe. Regardez : la moitié des morts « civils » sont des hommes entre 16 et 35 ans d’après les statistiques palestiniennes elles-mêmes (analyse au 24.07.14). Plus que probablement des soldats du Hamas.

 

Stats-Gaza.jpg

Des gens dont le cynisme vise à encourager la mort de leurs enfants (afin de perpétuer un climat de haine et d'agressivité) se déclarent amoureux de la mort. La vulgate islamique: «Nous aimons la mort plus que vous aimez la vie" Ils devraient remercier Israël car il les aide à réaliser leur idéal …

 

Mais l’Europe ne veut pas comprendre ce qui se « joue » à Gaza pour une raison simple : elle ne veut plus se battre, elle a décidé (Eurabia) simplement de réduire la vitesse de ce qui arrivera inexorablement, de retarder la fin.

 

Never again ! Allez, une dernière fois …


1 A ceux qui s’indignent du fait que les manifs en Europe ne se préoccupent pas du tout de cela le « cerveau » socialiste de la géopolitique, P. Boniface, répond « Il y a par ailleurs une différence de taille entre la Syrie et Israël-Palestine. La Syrie ne s'est jamais proclamée comme étant la seule démocratie du Proche-Orient et n'a jamais proclamé qu'elle était à l'avant-garde de la promotion des valeurs occidentales. L'armée syrienne n'a jamais été présentée comme "l'armée la plus morale du monde".» La perversité « intellectuelle » n’a pas de limites …

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 19:38

 

Je suis à Jérusalem après une semaine de chagrin à la suite de l’assassinat des trois jeunes, suivie par deux semaines de sirènes, explosions et, enfin, des funérailles de jeunes soldats de Tsahal dont un tiers étaient des étudiants qui auraient dû passer leurs derniers examens au lieu de risquer leur vies. Et je lis sur internet qu’en tant qu’israélien et juif je suis une horrible personne vivant dans un pays terriblement immoral.

 

Toutes ces critiques proviennent principalement de la presse européenne : The Guardian, la BBC, les journaux d’Italie, de Norvège, de France sans oublier le New York Times ou CNN des Etats Unis.Et je pense : l’Angleterre devrait comprendre. Après tout, ils ont vécu le blitz des nazis qui faisaient pleuvoir aveuglément des bombes sur ​​eux, comme le Hamas fait pleuvoir de roquettes sur nous. Et quand les pilotes courageux de la RAF ont bombardé Dresde tuant 300.000 hommes, femmes et enfants, ils n’avaient pas jeté des tracts auparavant disant aux gens, poliment, d'évacuer les lieux ; et on n’envoyait pas des soldats frapper aux portes pour s’assurer qu’on avait suivi les avertissements (comme CNN a reproché à Israël de ne pas l’avoir fait pour une école de l'UNRWA, qui a été probablement touchée par un projectile du Hamas, de toute façon).

 

Et je pense aux pays de l'Europe, qui ramassèrent nos grands-parents et nos parents, hommes, femmes et enfants, pour les envoyer à être gazés, sans se poser de questions.

 

Et je me dis : les voilà maintenant devenus les arbitres moraux du monde libre. Qui disent aux descendants des gens qu’ils ont assassinés comment se comporter quand d'autres antisémites veulent les tuer.

 

Et aussi à l’Amérique, représentée par le New York Times, ce bastion de la noble hypocrisie et du journalisme médiocre mais qui parade comme «journal de référence». Il suffit de lire l'article du professeur Auerbach dans le New York Observer (Deux semaines de superficialité, l’équivalence morale du New York Times) pour voir comment Jodi Rudoren et autres apparatchiks du Times ont appris à bloquer leur cerveau et à aimer le Hamas. Après tout, disent-ils, il y a des enfants qui meurent. Peu importe que les Palestiniens ont éduqué toute une génération pour être des petits aspirants nazis, qui cultivent la mort et la haine des Juifs, en meurtrissant leurs âmes, et mettent leurs corps en danger pour réaliser des séances de photos. Touchantes. On ne devrait pas être choqué par le Times. Après tout, le New York Times a été l'un des derniers journaux à porter à l'attention du public américain les atrocités nazies en Europe. Lisez le Times des années de cauchemar, et voyez si ce n’est pas le modèle de celui d’aujourd’hui.


Alors, comme Israélien, élevé avec les valeurs juives etcomme Américain, auquel on a enseigné d’aimer la liberté, la justice, la démocratie et le fair-play, je me dois de vous dire à tous, Européens, Américains et au dernier de tous les sympathisants des terroristes musulmans et autre barbares, que ce que vous dites ne touche plus aucun homme intelligent qui dispose d’un jugement moral normal. La crise actuelle à Gaza est tellement moralement claire, tellement un cas de légitime défense absolue, que je dois vous dire, comme quelqu’un l’a dit au Sénateur McCarthy: "Monsieur, n’avez-vous pas honte?"


Je préfère que vous- les auteurs de tant de mensonges et de calomnies nous haïssiez, moi et mon pays si cela vous permet de verser vos larmes pour les morts d’autres peuples. Nous ne sommes pas avides de sympathie. Après tout, nous en avons eu tellement après l'Holocauste, que nous préférons que d'autres aient leur part maintenant. Aujourd’hui, nous préférons vivre, plutôt que voir des gens pleurer sur notre sort et sur les injustices qui nous sont faites.

 

Donc, de grâce, pleurez pour le peuple palestinien - hommes, femmes et enfants, dont le leadership dûment élu les a laissés cyniquement sans protection contre le châtiment de leurs crimes terroristes. Qui a pris l’argent de l'aide qui leur été destiné pour vivre au Qatar dans des hôtels cinq étoiles et pour construire là-bas des centres commerciaux qui leur rapportent de bons revenus. Leadership qui a fait construire des tunnels terroristes sous leurs maisons, sous des mosquées, sous des hôpitaux ou sous des écoles et recrutés leurs fils pour mourir pour Allah, alors qu'eux attendent tranquillement dans des bunkers que l’ONU vienne les sauver.


Ne pleurez pas pour nous, ou pour nos familles, nos enfants, ou petits-enfants. Pas cette fois-ci. Non, plus jamais.

 

Parce que maintenant, Dieu merci, nous avons un pays. Nous sommes armés. Cette fois-ci, avec l'aide de Dieu, nous savons comment nous protéger des nazis et de leurs nobles animateurs des medias.

 

Je voudrais terminer ce texte avec un juron et un geste de la main adressés aux gens auxquels je m'adresse. S'il vous plaît choisissez celui que vous pensez être approprié. Il y en a pas mal …

 

Mise en ligne permise par NR, traduction MB

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 12:46

 

 

 

Cela n’a pas duré très longtemps : même pas trois semaines depuis que le Hamas a provoqué la nouvelle guerre avec Israël et, toutes affaires cessantes, Syrie, Afghanistan, Irak, Soudan, le « Califat Islamique » mis à part car non essentiels … la France (mais pas seulement …) commence à se détacher de ce qu’elle avait clairement souligné au départ : Israël a été attaqué par le Hamas, Israël a le droit de se défendre. Pourquoi ? Pourquoi maintenant ? Quel est le contexte ?

*

Le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, en conférence de presse pour les journalistes friands de nouvelles pour condamner Israël, mais qui s’étonnent de la décision prise par son organisation de lancer une nouvelle guerre vu les destructions qui allaient survenir, résume la situation : « Nous (le Hamas) ne menons pas notre peuple à la destruction. Nous les conduisons à la mort."

*

Intervention terrestre d’Israël.

 

Des soldats voient un âne chargé venant à leur rencontre : il lui tirent dessus, il est chargé d’explosifs suffisants pour détruire un pâté de maisons, il explose. D’autres soldats voient une femme s’approcher d’eux : à distance, il lui demandent de s’arrêter ce qu’elle ne fait pas. Ils lui tirent dessus, sa veste explosive explose. Son cadavre sera compté parmi les « morts civils » selon les comptes du Hamas, pris tels-quels par l’ONU. Un âne et une femme.

 

L’ONU trouve, dans deux écoles différentes des dizaines de fusées à plus ou moins longue portée. Une protestation est élevée et les fusées transmises à la police du Hamas. D’une troisième école (plusieurs dizaines de personnes s’y abritent) un tir de RPG vers un char israélien. Les soldats ripostent, 15 personnes tuées, autant de cadavres à compter comme civils pour le décompte des journaux télévisés du soir. Et pour montrer la barbarie de la soldatesque israélienne qui tire sur des civils.

*

Mercredi dernier, les 28 ministres de l’Union Européenne se rencontrent à Bruxelles et, entre autres, une déclaration est publiée :

 

« Les 28 ministres des affaires étrangères condamnent fermement les tirs aveugles de roquettes, par le Hamas contre Israël et les groupes militants de la bande de Gaza, qui visent nuire aux populations civiles. Ce sont des actes criminels injustifiables. L’Union Européenne appelle le Hamas de mettre fin immédiatement à ces actes et de renoncer à la violence, tous les groupes terroristes de la Bande de Gaza devant être désarmés »1

 

Le site du Quai d’Orsay résume la déclaration :

 

Proche-Orient : «  les ministres ont appelé toutes les parties à mettre en œuvre un cessez-le-feu immédiat et à permettre un accès humanitaire complet et sûr à Gaza. Ils ont condamné les tirs de roquettes et la perte de centaines de vies humaines. Ils ont rappelé que l’opération militaire israélienne doit être proportionnée et respecter le droit international humanitaire. L’Union européenne a également fait part de sa disponibilité à réactiver la mission d’assistance au contrôle des frontières EUBAM Rafah » Sept mots uniquement correspondent à ce que les 28 ministres (le français inclus) ont déclaré. Comment s’étonner ensuite que la presse est totalement en faveur du Hamas ?

 

La France : Laurent Fabius qui s’est agité pendant trois jours pour obtenir que les « amis » de la France -le Qatar et la Turquie- obtiennent du Hamas qu’il accepte un cessez le feu proposé par l’Egypte et accepté par Israël. Sans succès aucun. Mais la Turquie ? Dirigée aujourd’hui par un clown islamiste dont l’antisémitisme transpire par tous les pores. Un violeur en série de droits humains qui accuse cyniquement Israël de commettre un «génocide » et qui est la tête d’une mafia. Qui a créé des structures financières, sociales, religieuses et juridiques parallèles à celles constitutionnelles pour maintenir son organisation mafieuse. Comme il n'était pas en mesure de contrôler le pouvoir judiciaire, il a créé un nouveau système de tribunaux extraordinaires qui sont remplis de fidèles et des juges partisans, tous à sa botte. Ami de la France selon Monsieur Fabius. Kemal Attaturk doit se retourner dans sa tombe.

 

La France qui veut avoir un rôle de conciliateur compte tenu de ses relations. « Un conciliateur c’est quelqu’un qui nourrit un crocodile en espérant qu’il sera le dernier à être mangé. » Winston Churchill.

 

La France qui commence par interdire des manifestations pro-palestiniennes mais qui les autorise ensuite. En sous-traitant au service de l’ordre de la CGT l’organisation et la tâche d’éviter de « débordements ». Débordements, car à Barbès la chienlit (comme disait le Général) a jeté son masque : les manifs ont comme objet de soutenir le Hamas, non pas « le peuple palestinien » quoi qu’ils en disent. Il suffit de rappeler que l’Autorité Palestinienne a commencé par condamner le Hamas pour le lancement de fusées et qu’en Cisjordanie (Judée et Samarie, c’est selon …) le 2,4 millions de palestiniens n’ont pas été (trop) solidaires de leurs frères de Gaza. Barbès ? Plutôt Place Tahrir, Djénine ou Bamako.

 

 

Sans titre1-copie-2

Manifestation pour le Hamas à Paris : 700 morts pendant le dernier week-end en Syrie. Rien. Aucune manifestation pour les 270 filles kidnappées par le Boko Haram. Le jour de l’arrivée des unités françaises à Bangui (opération Serval) 1000 morts – qui se souvient de Sabra et Chatila et de la condamnation d’Israël pour avoir « fermé » les yeux ?

« C'est un sale coup que sont en train de faire les rejetons de notre siècle à leurs ancêtres. Marx, Lénine, Staline, Trotsky, frayant avec Goebbels. Hitler dans le même lit que son ami palestinien Amin El Husseini, et que Hassan El Banna, fondateur des Frères Musulmans. Sans parler de Mohammed, le Prophète lui-même, au nom duquel on vient de s'emparer de la République! Tous derrière le drapeau du Hamas brandi, chantant la nouvelle Internationale: ''C'est le Djihad final, groupons-nous et demain, le Khalifat sera le genre humain''...(HUFFINGTON POST).

 

Manifestation “nous sommes tous des Hamas”. Le Hamas qui ne veut pas reconnaître Israël, même pas accepter un cessez le feu, qui ne reconnaît pas les arrangements passés par l’Autorité Palestinienne et qui vise ouvertement à la destruction d'Israël. Le Hamas qui opprime une population entière, traite les femmes comme des objets de qualité inférieure et persécute les chrétiens tout en construisant un donjon de la terreur et une armée de combattants dédiés à la guerre sainte. Tous civils.

 

Et surtout “ne pas importer le conflit” Mais comment ne pas voir l’analogie : la France coupable d’avoir raté l’intégration de la « diversité », Israël coupable car pas d’état palestinien, des immigrants (ou descendants) criminels exonérés (voir dernières condamnations par une justice curieuse, mais celle du peuple en France) – des terroristes palestiniens excusés (ou « compris »), la sharia à Gaza – des quartiers (cités) interdits aux « souschiens ». Ceux qui excusent tout aux palestiniens depuis plus de 65 ans sont les mêmes qui excusent la criminalité (d’une partie) de la « diversité » car colonisation, chômage, discrimination, contrôle au faciès, etc., Ce n’est pas par hasard que l’on appelle les terroristes palestiniens « militants » (en oubliant qu’ils militent pour la destruction d’un état et un nouveau génocide pour un peuple …). Comme on appelle les voyous des banlieues qui sont les premiers à venir « casser du juif » des « jeunes ». On a arrêté récemment dans une action violente un « jeune » d’une banlieue de Paris. Il avait 36 ans mais pour la presse qui a son agenda ou celui de ses journalistes, c’est un jeune

 

La France qui tient le pompon des agressions antisémites en Europe. On nous explique que c’est normal car la France compte la plus grande communauté musulmane au Nord de la Méditerranée (France, premier pays musulman de l’Europe … cela doit faire tourner le Général dans sa tombe …) soit entre 5 et 10 millions d’êtres (fourchette large car les statistiques concernant l’origine de la population sont interdites. Comme les recherches sur le gaz de schiste … pauvre France) et aussi la plus grande communauté juive de l’Europe, quelques 500.000 âmes.

 

La France qui, sous des gouvernements de droite comme de gauche, tout en se gargarisant avec le « vivre ensemble », la laïcité et/ou la lutte contre le communautarisme, a laissé prospérer un antisémitisme notoire que la gauche voudrait mettre au compte de l’extrême droite et non pas à celui de la « diversité ». La preuve ? On se rappelle le sujet seulement quand il y a un Ilan Halimi, ou un ignoble Merah ou un non moins ignoble Nemmouche.

 

« Tous les gens prudents et politiques ont beau désavouer catégoriquement l'antisémitisme proprement dit, cette prudence et cette politique ne sont pas dirigées contre le sentiment antijuif lui-même, mais seulement contre ses dangereux excès Nietzsche (Des préjugés des philosophes).

La France qui veut oublier que le sort des juifs a toujours été le test infaillible de la santé morale d’une nation. Et quand on sait qu’en 2013 l’émigration de juifs de France vers Israël a représentée 65 % de plus qu’en 2012, quand en 2014 plus de 5.000 juifs quitteront la France pour Israël (soit 1% des juifs de France) on devrait commencer à comprendre que ce que la France permet ne pourra conduire qu’a des situations comme celles auxquelles Israël a à faire face. Cela prendra 20 ou 50 ou 100 ans mais tant que la France aura oublié la Nuit de la Saint Barthélémy l’avenir sera écrit sur ses murs.

 

1 C’est tellement grotesque que l’on ne peut même pas en rire … Qui assurera la démilitarisation de Gaza? L’OLP? Les casques bleus? Ou des contingents français et italiens ? La résolution 1706 pour le désarmement du Hezbollah en 2006, vous vous en souvenez ? Aujourd’hui le Hezbollah dispose de plus de 50.000 fusées acquises, installées et prêtes à l’usage sous le nez et la barbe des contingents français, italien et autres présents pour assurer son désarmement …

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 11:49

On vient d’apprendre que le Préfet de Paris avait autorisé trois manifestations :

 

  • de la Bastille à la République – en solidarité avec le peuple syrien qui a vu 180.000 des siens été tués par les forces du régime Assad et/ou par les « rebelles » islamistes de toutes variétés ; au jour et à l’heure prévue il n’y avait à la Bastille que les forces de police, le NPA, le Parti Communiste, le Front de Gauche et les Ecolos se trouvant ailleurs ;

  • de la République à l’Opéra – en solidarité avec le peuple irakien soumis à une guerre fratricide sunnites contre shiites qui a fait plus de 150.000 morts depuis 2003 et qui subit, toujours, des massacres pratiquement journaliers ; au jour et à l’heure prévue il n’y avait Place de la République que les forces de police, le NPA, le Parti Communiste, le Front de Gauche et les Ecolos se trouvant ailleurs ;

  • de Denfert Rochereau aux Invalides – en solidarité avec le peuple palestinien menacé à Gaza d’un génocide perpétré par l’état terroriste Israël ; le NPA, le Parti Communiste, le Front de Gauche et les Ecolos et aussi des députés socialistes ont annoncé leur présence à cette manifestation ; l’autorisation de cette manifestation, considérée non souhaitable par 65-75 % des « sondés » (Le Point et Le Figaro), ayant été accordée comme récompense pour les scènes de guerre à Barbès et les destructions antisémites à Sarcelles par les tenants du « vivre ensemble » qui comprennent la colère des « djeuns des quartiers » et leur solidarité avec les pauvres de Gaza.

ooo

 

Les faits : les pauvres palestiniens de Gaza ont commencé une guerre contre Israël et pendant les 14 premiers jours ils ont tiré plus de 1.800 fusées sur ce pays soit -si vous faites le compte- environ 130 tous les jours, soit presque une fusée toutes les 10 minutes. Et comme environ 20% de la population israélienne est constituée d'arabes, les pauvres palestiniens de Gaza ont fait savoir à ces derniers que les fusées envoyés sur Israël et tombant dans des régions où ils se trouvent, étaient conçues pour ne tuer que des juifs : la Norvège, pays grand ami d’Israël, a décidé de proposer Gaza au prix Nobel pour le humour (noir …).

 

Forte de l’approbation initiale unanime des grandes puissances formulée comme « Israël a le droit de se défendre », forte de son acceptation dans l’heure d’une proposition de cessez-le-feu initiée par l’Egypte (et adoubée au départ par la Ligue Arabe à l’unanimité et par l’Autorité Palestinienne itou) et de sa décision « au calme on répondra par le calme » Israël a eu la surprise de voir les pauvres de Gaza rejeter l’offre de cessez-le-feu et continuer à envoyer des fusées. Et Israël a commencé par répondre, actions de son aviation au départ, intervention terrestre ensuite.

 

Depuis deux choses importantes se sont passées :

  1. a. Israël a découvert (ou a eu la preuve …) qu’il y avait, en réalité, deux Gaza, une ville en surface et une ville souterraine traversée de moult tunnels dont une grande partie avaient des bouches de sortie en territoire israélien ; lesdits tunnels ont permis aux pauvres de Gaza d’y installer des centres de command-control, des dépôts de munitions et des lanceurs de fusées ; robustes, car ayant utilisé les milliers de tonnes de ciment dont Israël avait permis le transfert vers Gaza, à la demande expresse des facilitateurs d’un autre cessez-le-feu en 2009, demande justifiée par le besoin de reconstruire les maisons détruites pendant la guerre (toujours initiée par les pauvres de Gaza) cette année là ; surprise qu’elle a été de constater que pendant cinq années les pauvres de Gaza ont affecté plus de cinq cents millions de dollars (évaluation difficile mais pouvant aller au milliard de dollars) pendant que le territoire ne dispose pas d’un système d’égouts et que l’eau distribuée est rarement potable, Israël a décidé de détruire les dizaines de tunnels qui représentaient (qui représentent) une menace exceptionnelle pour la population du Sud du pays ; détruire … bardés de « boucliers humains » ces tunnels (comme les autres « forteresses » des pauvres de Gaza) ont commencé à produire des cadavres, presque 600 comptés à ce jour ;

                                                                                                                  Gaza---metro-copie-1.jpg

  1. b. Israël a découvert aussi que l’approbation initiale de tous ceux qui avaient un mot à dire (ou d’autres qui auraient pu s’abstenir …) était assortie d’une réserve « à condition qu’Israël agisse proportionnellement et que les morts civils ne soient pas légion » ; en clair, il eut fallu soit envoyer 1.800 fusées sur Gaza pendant la même période et sans guidage aucun pour qu’elles essayent de tuer autant de civils que possible [ce qui était (est) l’objectif des pauvres de Gaza tirant de fusées sur Israël] soit ne rien faire et surtout pas se défendre.

 

Mais Israël, pays « génocidaire » s’il en fut, pays dont le « terrorisme d’état » n’est plus à soupçonner, dont les dirigeants, dans leur dépravation sans limite tuent les enfants des pauvres de Gaza (comme le montre un dessin publié par Washington Post) n’avait rien compris à ce qui lui était permis ou pas.

 

WaPo.jpg

 

Et, selon le dicton « mieux vaut que ce soit sa mère qui pleure que la mienne », Israël a décidé de faire fi des quolibets de la presse de gauche de tous les pays (… unie comme elle quand elle déguise son antisémitisme viscéral sous les oripeaux de « l’antisionisme » post-moderne…) et de se faire justice pour défendre, réellement, son territoire et sa population. Et vogue la galère …

 

On le sait, « les pauvres de Gaza » ont élu par des élections libres le Hamas pour qu’il les gouverne et ce depuis 2006. Israël est en guerre avec le Hamas et ce depuis le jour où le Hamas a été créé, et sera en guerre avec le Hamas jusqu'à ce que l'un d'entre eux cesse d'exister. La Charte du Hamas ne prévoit pas autre chose et les grands de ce monde qui font semblant de ne pas comprendre cette donnée de base veulent ainsi ignorer que ce qui se passe avec Israël n’est que les prolégomènes de ce qui se passera avec l’Occident tout entier. Certes, pour le Proche Orient la chose est aggravée parce que les israéliens, en majorité, sont juifs … mais détruire Israël n’a rien à voir avec le fait que ses habitants sont, en majorité, juifs. C’est vrai, le Coran demande instamment de tuer les juifs mais … ce serait une extrapolation irresponsable que de dire que les musulmans sont antisémites. Même si dans les manifestations (autorisées ou pas) de solidarité avec les pauvres de Gaza on n’oublie presque jamais de crier « mort aux juifs »

 

La conclusion de ce qui précède semble inéluctable: il est temps de détruire le Hamas ou, à tous le moins, le rendre inoffensif. Et c’est ce qu’Israël a commencé à faire, il sera intéressant de voir si les grands de ce monde réussiront, ou pas, à l’empêcher de le faire.

 

De plus, Israël pense que les pays qui veulent « sauver » les pauvres de Gaza ont tort : lors d'une réunion avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas mercredi dernier au Caire, Moussa Abou Marzouk, chef adjoint du bureau politique du Hamas, a rejeté les demandes d'Abbas concernant l’acceptation du cessez-le feu proposé par l’Egypte, expliquant "que sont 200 martyrs par rapport notre demande de lever siège de Gaza? » Depuis le nombre de martyrs a sérieusement augmenté mais Monsieur Abou Marzouk, n’a pas changé d’opinion. Certes, il réside au Caire, loin de la menace de frappes aériennes israéliennes. C’est peut-être pour cela …

 

Les jours passent, Hamas tire toujours des fusées sur Israël qui démolit des tunnels et transforme parties de Gaza en ruines. Mais la « communauté internationale » ne voit qu’une seule partie de ce qui se passe : Israël doit agir avec soin pour éviter les morts civils. Ce qui est remarquable (et remarqué) c’est qu’il n’y a aucun « combattant » mort du côté des pauvres de Gaza, à croire que toutes les fusées tirées le sont uniquement par télécommande comme avec un jeu vidéo  : on nous dit qu’il s’agit uniquement des civiles, surtout des femmes et des enfants. Puisque c’est l’ONU qui le dit par la voix de ses représentants sur place …

 

Il est aussi intéressant de voir que si personne n’est indigné par les atrocités qui se produisent chaque jour en Syrie et en Irak, en revanche tout le monde déplore (condamne) le fait qu'Israël répond militairement à la pluie de roquettes visant ses villes remplies de civils. Trois explications possibles : (i) des arabes tuent des arabes, c’est des fanatiques sous-développés, pas la peine de s’en faire, (ii) les critères de jugement appliqués à Israël sont ceux d'une démocratie occidentale (qui est en paix avec ses voisins comme la Suisse avec l’Autriche ou le Danemark avec la Suède …) qui a oublié ce que se défendre veut dire, (iii) ou que l'antisémitisme qui a été ressuscité par les « gaucho-islamistes » sous tend la rage qui, elle, est disproportionnée devant les actions décidées d’Israël.

 

Mais, un jour il y aura un cessez-le-feu. Trois groupes s’y consacrent : l’Egypte, Israël et les pays arabes sunnites (qui souhaiteraient la destruction du Hamas – création des Frères Musulmans) ; la Turquie (dont l’antisémitisme officiel a dépassé les bornes depuis longtemps sans que cela affecte beaucoup BHO qui considère l’islamiste en chef de la Turquie comme « un ses plus proches amis ») et le Qatar (qui après avoir acheté tout ce qu’elle pouvait acheter en France entend que ce pays suive ce qu’elle veut …) ; et les Etats Unis de BHO (qui voudraient « sauver » le Hamas (comme ils l’ont fait à l’occasion du cessez-le-feu précédent de 2012 …) et l’ONU qui fort de ses succès en Syrie essaye d’en obtenir un à Gaza.

 

J’ai oublié Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères de la France qui collecte les « miles » d’Air France avec le succès que l’on connaît et qui est allé à Doha pour voir ce que le Qatar voulait. France, qui est gênée aux entournures par la vente de deux bateaux militaires de « cinquième génération » Mistral, à la Russie qui, directement ou indirectement (par ses suppôts en Ukraine) vient d’assassiner les 295 personnes du vol MH17 de la Malaisie Airlines. Mais que représentent 295 personnes par rapport à la vente d’un Mistral …

 

Et Israël qui fait siens les mots de Patton avant une bataille pendant la deuxième guerre mondiale : « que Dieu ait pitié de mes ennemis, car moi, je n’en aurai pas ".

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 16:12

 

 

Blasés ? Déjà vu le film ? Attendez, il y a toujours quelque chose de nouveau même si, pour les mêmes raisons, suivant la même ligne de pensée, le Hamas a décidé de lancer une troisième guerre contre Israël. Ligne de pensée ? Une mentalité du 7ème siècle qui essaye de faire la guerre contre une armée décidée du 21ème siècle.

 

Mais … il y a comme une erreur : si l’aviation israélienne qui a effectué plus de 1.500 sorties avant qu’une incursion terrestre soit décidée et dont l’objectif était « un génocide » (M. Abbas, partenaire pour la paix d’Israël) n’a réussi a tuer « que » 220 palestiniens « en grande majorité des femmes et des enfants » c’est que ses pilotes ne valent pas grand’chose….  !

 

Trois observations à ce stade. Pendant la deuxième guerre mondiale, dans tous les pays qui y ont pris part on a constaté, en moyenne, un ratio de 9 civils tués pour un soldat. Ce ratio a été sensiblement plus élevé en Irak et en Afghanistan quand les « agresseurs » étaient ceux qui donnent des leçons à Israël. Si on accepte un tel ratio et si « la grande majorité des tués sont des civils et des enfants » (selon l’ONU qui prend, sans aucune vérification, pour argent comptant, les chiffres données par le Ministère de la Santé de Gaza) ceci voudrait dire que le Hamas n’aurait perdu que 22 « militants » … Ensuite, on devrait se souvenir que le Hamas installe ses batteries et ses lanceurs de roquettes dans les maisons des habitants et utilise comme dépôts de munitions les mosquées, les écoles ou le hôpitaux. Quels que soient les soins de l’aviation israélienne pour avertir les habitants -utilisés par le Hamas comme boucliers humains- il n’est pas anormal qu’il y ait des victimes civiles. Une différence importante, mentionnée par Ibrahim Kairishi, représentant palestinien au Conseil des Droits de l’l’Homme de l’ONU (interview pour la télévision de l’Autorité Palestinienne) : « Chaque missile lancé depuis Gaza contre Israël constitue un crime contre l'humanité, si elle tue ou pas car les éventuelles victimes ne sont pas prévenues. Et la différence par rapport aux frappes israéliennes vient du fait qu’Israël prévient les possibles éventuelles victimes : « Dans un tel cas, si quelqu'un est tué, la loi considère la chose comme une erreur plutôt qu’un meurtre prémédité » En voilà pour M. Abbas et l’Autorité Palestinienne qui, comme souvent, menacent d’intenter un procès à Israël devant la Cour Internationale de Justice. La troisième observation concerne les enfants tués. Passons sur le fait que des parents qui laissent leurs enfants jouer ou simplement être présents dans des endroits proches des militants du Hamas (et de leurs armes) pourraient se comporter différemment. Sauf si, le fait que les femmes de Gaza, qui en moyenne, ont sept enfants rend lesdits parents un peu insoucieux ou parce que le Hamas leur demande de faire cela. Ou parce que Gaza qui compte 1,8 millions de personnes a un taux de mortalité 3,51 pour mille. Soit 6.300 morts de causes naturelles/an, soit environ 125/semaine. Alors … les morts « au combat », pour « la résistance à l’occupation » …

 

La guerre étant ce qu’elle est, il ne peut y avoir des « spectateurs » pendant qu’elle se déroule. Et Israël, volens-nolens, tue des enfants. Il y a plus de 40 ans Golda Meïr, avant la Guerre du Kippour, disait « Nous pouvons leur pardonner de tuer nos enfants. Mais nous ne leur pardonnerons jamais de nous forcer de tuer leurs enfants »

 

Malheureusement, il y aura encore des morts. Remarquez, en février 2014, plus de 2.000 civils palestiniens ont été tués dans la guerre civile syrienne, (la plupart du temps) par les forces d’Assad et par les forces rebelles dans les camps de réfugiés palestiniens. Alors, ceux qui font l’apologie du Hamas et qui saturent la presse et les télévisions occidentales consentantes (pourquoi ?) d’affirmations «crimes de guerre», «apartheid», «droits des Palestiniens », « génocide » n’ont à se mettre sous la dent (so to speak …) que 250 Palestiniens dans un conflit commencé par le Hamas ? Plus de 170.000 morts en Syrie. Tous les jours de la semaine, une moyenne de 75/80 tués à Bagdad, Fallouja ou ailleurs en Irak. Après les plus de 200.000 morts (civils …) depuis la fin de la deuxième guerre du Golfe jusqu’au moment où l’Irak a eu des « élections libres » qui ont amené au pouvoir des supplétifs de l’Iran … Allez, on oublie. Mais on n’oublie pas la déclaration ignoble de l’antisémite notoire, en charge des affaires étrangères de l’Union Européenne, la baronesse Ashton, qui a comparé « le meurtre d’enfants juifs à Toulouse à ce qu’Israël fait à Gaza » Et qui fait toujours semblant de ne pas comprendre qu’Israël n'est pas l'unique objectif du jihad mondial. Que la cible visée est le monde libre. Mais comme elle est de « gauche » et que la « gauche » a décidé de s’allier avec le fascisme islamiste … ceci explique, peut-être, cela.

 

Mais tous ces morts, pourquoi faire ? Que veut le Hamas ? Cela n’a aucun sens. À moins que ce qu’ils veulent (depuis toujours…) c'est de attirer les représailles israéliennes.
Cela produit des Palestiniens morts pour la télévision internationale. C'est pourquoi le Hamas exhorte ses gens de ne pas rechercher la sécurité quand, par exemple, Israël jète des tracts avertissant d'une attaque imminente. Le mouvement islamique pense qu'il peut obtenir les concessions qu'il veut de la part d'Israël et de l'Égypte en organisant le meurtre de son propre peuple via les contre-attaques israéliennes. Hamas calcule probablement que plus de morts inciteront les gouvernements occidentaux de faire pression sur Israël pour accepter ses exigences. Et de BHO aux (certains) dirigeants européens, on les voit tous, souligner fallacieusement « le droit d’Israël de se défendre » tout en lui demandant « de faire plus pour éviter des victimes innocentes » On devrait dire « consentantes » car le Hamas a été élu par ces populations pour gouverner le territoire. 

 

Pour pousser le paradoxe, les bonnes âmes de l’Occident qui - dès qu’il y a un mort palestinien – réclament un cessez le feu immédiat … deviennent adversaires du Hamas qui risque de ne pas avoir les morts souhaités, si possible chaque jour avant les journaux télévisés du soir. Mais voilà, Israël qui satisfait leur souhaits et au-delà ……

 

C’est sans doute la raison pour laquelle le Hamas a rejeté le cessez-le-feu proposé par l’Egypte (repris à son compte par la Ligue Arabe à l’unanimité) et accepté dans l’heure par Israël.

 

« Si le Hamas avait accepté la proposition égyptienne il aurait pu sauver au moins 40 vies » (Sameh Choukri, Ministre égyptien des affaires étrangères qui a accusé le Hamas de « comploter avec le Qatar et la Turquie pour mettre en échec le rôle régional de l’Egypte »). Et après le déclenchement de l’action terrestre d’Israël, le même ministre déclare : « Hamas est responsable de ce qui arrive. Aurait-il accepté la proposition égyptienne il n’y aurait pas eu besoin pour Israël d’entrer à Gaza » Et pour enfoncer le clou, il a ajouté « les islamistes palestiniens sont en train de nuire non seulement aux intérêts des Palestiniens, mais aussi à la sécurité nationale de l'Egypte en s’associant avec les turcs et les qataris pour saper les efforts du Caire pour un cessez-le feu à Gaza » Gardez présent à l’esprit ce paragraphe, il va éclairer la fin du texte.

 

Et voilà le journal officiel égyptien (la liberté de la presse y est ce qu’elle peut être…) écrire sous la signature de Azza Sami « Merci Monsieur Netanyahu, que Dieu nous donne plus de gens comme vous, pour détruire le Hamas »

 

Résumons. Au bout d’une douzaine de jours on nous dit qu’il y aurait plus de 300 morts palestiniens et deux civiles et deux soldats israéliens. Ce n’est pas anormal quand « le Hamas utilise les civils pour défendre ses fusées tandis qu’Israël utilise ses fusées pour défendre les civils » (B. Netanyahu). Mais, attendez, les Palestiniens ont un gouvernement d'union qui aussi tôt créé a été adoubé et par BHO et par l’Europe. Alors, chaque crime commis par le Hamas est un crime commis par l'Autorité palestinienne, non ? Ne partagent-il pas au moins la responsabilité morale ?

 

 

Mais les 300 morts (la « grande majorité des femmes et des enfants », ne l’oublions pas …) produisent le résultat escompté par le Hamas : regardez les séquences de nos chaînes de télévision et vous aurez du mal à comprendre que le conflit a été voulu, déclenché et entretenu par le Hamas. Ce que vous comprendrez c’est qu’Israël tue des innocents à Gaza. Et, pour faire la « mouche du coche » l’ineffable ministre des affaires étrangères de la France s’agite pour … « essayer de casser la spirale de la violence et arriver le plus rapidement possible à un cessez-le-feu » (déclaration hier au Caire). Pour ce faire il va « joindre les Turcs et les Qataris avec lesquels la France a de bonnes relations » Tout en sachant depuis jeudi qu’Israël a refusé toute intervention du Qatar. Qatar qui avait obtenu, après le cessez-le-feu de décembre 2012 d’Israël de laisser passer vers Gaza des milliers de tonnes de ciment : utilisé non pas pour construire des maisons mais … faire des tunnels. Quant aux dirigeants de l’Egypte, il suffit de parler de la Turquie (qui a soutenu le Frère Musulman Morsi) pour qu’ils se ferment comme des huîtres. Non pas qu’Israël accepterait la Turquie de cet islamiste déguisé en « démocrate » qui est M. Erdogan, un des meilleurs amis de BHO … Et qui vient d’initier une vague antisémite de proportions non encore observées en Turquie avec une conclusion pour le moins curieuse : le journal, presque officiel de l’AKP (parti de M. Erdogan) demandant à la communauté juive de Turquie de « demander pardon pour les enfants palestiniens qu’Israël assassine à Gaza ».

 

Mais, enfin, notre ministre (anti-israélien depuis toujours) s’agite au Proche Orient. Il ferait, peut-être mieux de s’occuper de ce qui se passe chez nous : Nemouche – Bruxelles, cela vous rappelle quelque chose ? La Bulgarie vient d’identifier l’auteur de l’attentat de Burgas, Mohamed Hassan El Husseini, né au Liban mais ayant aussi la nationalité française. Et pour la manif (interdite) d’aujourd’hui à Paris, les appels explicites, sur Twitter et Facebook éructant « monter à Paris pour casser du juif » se diffusent depuis vendredi. Laurent Fabius à l’aide du Hamas avec la « complicité » du Qatar et de la Turquie … on croit rêver. Mais non, on ne rêve pas, simplement, comme toute l’Europe, on dort …

 

On dort, car on ne veut pas voir « What went wrong » (Bernard Lewis). On dort, car on n’a pas voulu comprendre ce que « Euarabia » (Bat Ye’OR) annonçait. Et surtout on ne veut pas voir que l’islam (arrêtons de nous bourrer le mou avec les  « modérés », « les islamistes », les « extrémistes » - tous, ou presque, s’identifiant, plus ou moins, plutôt plus que moins … avec une croyance créée de toutes pièces au cul des chameaux il y a 1.500 ans et qui s’est fossilisée depuis le 10ème siècle - la fermeture des portes) c’est la raison majeure pour laquelle les pays arabes ont si lamentablement échoué à créer la démocratie, le bonheur ou (à part de la manne du pétrole pour certains d’entre eux) de la richesse pour leurs 350 millions d’êtres.

 

Et, tout en regardant par dessus l’épaule, on ne veut pas voir que le seul pays au monde où les juifs sont en majorité est aux premières loges de l’innovation et de la contribution au progrès de l’humanité : médecine ou irrigation ou traitement de l’eau, nombre de brevets, nombre de publications scientifiques, téléphones portables, ordinateurs portables, l’ADSL, casques de pilotes ou drones, systèmes anti-missiles (le Dôme de Fer …) choisissez un domaine et vous trouverez Israël à l’une des premières places. Pays jugé par, presque, tout l’Occident néanmoins comme analogue à l’Iran, le Pakistan ou la Corée du Nord …

 

Les exportations les plus chères en provenance d'Israël, selon le poids, plus précieuses que l'or pur sont les graines de tomates cerises - $ 350 000 par kilogramme. Le pays était un désert il y a 100 ans. Le Hamas ? Laurent Fabius ? BHO ? Les juifs "antisionistes" (Norman Mailer, Shlomo Sand, Michel Warschawski, et tant d’autres) ? Les gaucho-islamistes français ? Les champs de ruines s’étendront non seulement au Proche Orient et à la surprise de tous Israël sera la seule a rester debout. Et tout en reconnaissant que chaque pays a le droit de se défendre ceux qui jugent Israël le font avec des critères uniquement appliqués à ce pays. Ce qui est permis pour eux (combien d’assassinats par drones commandés par BHO au Pakistan ? combien « d’islamistes » tués par l’opération Serval au Mali ?) est un crime de guerre pour Israël. Ce qui revient à dire que, pour eux, Israël aurait dû accepter la pluie de 1.500 fusées du Hamas sans réagir. Ou en attendant que Monsieur Fabius obtienne un cessez-le-feu …

 

Hier, la Croix-Rouge Internationale a été informé par le Hamas qu’il ne veut pas accepter des offres de sang en provenance d'Israël, malgré le fait que leurs blessés pourraient mourir sans transfusions. Cela rappelle les soldats SS nazis grièvement blessés pendant la Seconde Guerre mondiale qui demandaient aux médecins américains « y a-t-il du sang juif dans les flacons ? » Lorsque les médecins ne pouvaient pas répondre, ils refusaient le sang et mourraient. Un commentaire ?

 

Depuis le second mandat de Bill Clinton on a compris que les Palestiniens  n’accepteront jamais de faire la paix avec Israël. A moins qu’ils conquièrent (« libérer de l’occupation ») ce pays. De plus, trop de causes internationales ont été construites autour de la résistance palestinienne, d'une part tandis que de l'autre part, la gauche occidentale considère le conflit israélo-arabe comme le paravent parfait pour se cacher derrière pendant qu’elle s’efforce à propager le chaos à travers le monde. Regardez ce qui se passe en Libye, en Irak, en Syrie, au Soudan pendant qu’elle pleure pour Gaza.

 

Laissons les chiens aboyer … Israël ne pourra jamais se permettre de perdre une guerre. Il n'y a pas de marge d'erreur.

 

 

 

Tomates cerises

Partager cet article
Repost0
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 14:47

 

Rien n’est plus drôle que le malheur,

c’est la chose la plus comique du monde

Samuel Beckett

 

Vous ne le croyez pas ? Regardez notre « moi, président », co-Prince d’Andorre où il est allé affirmer la grandeur de la France quand des irresponsables ont lancé le pays dans une des actions dont la France a le secret, la grève, cette fois-ci celle des taxis et celle des cheminots.

 

 

FH-1.png

Toujours avec sa cravate de côté, son pantalon tirebouchonnant et une manche de sa veste plus courte que l’autre, il a fière allure … C’est drôle parce que, depuis qu’il a réussi à se faire élire (avec le complément de 90% des électeurs de la « diversité » à ne pas oublier), le pays est dans le malheur.

 

Malheur ? Comment appeler autrement la détresse d’un pays qui ne croit plus en rien, qui n’a plus de projet et qui voit, jour après jour, son déclin et son incapacité de se reformer ?

Certes, le gouvernement socialiste a fait des réformes : toutes, jusqu’ici, sans aucun impact sur l’économie du pays mais donnant satisfaction au « peuple de gauche » : mariage pour tous, encadrement des loyers, réforme pénale « visant à prévenir la récidive et à renforcer l'individualisation des peines » (et qui fera que des délits mineures ou majeurs ne seront plus sanctionnés par de la prison …), j’en passe et des meilleurs. Et il a beaucoup annoncé aussi : réforme de la « simplification », « pacte de responsabilité », « inversion de la courbe du chômage » sans que des mois après les annonces quelque chose soit visible.
Mais il a fait mieux. Incapable de réduire les dépenses d’un état boursouflé qui ne sait que les augmenter, il a promis (« Je constituerai autour de moi un conseil stratégique de défense qui se réunira chaque mois » 14.01.14 – Conférence de presse) de faire en sorte que le pays réduise ses dépenses de 50 milliards d’euros. Chic alors … Mais, (presque) six mois après on n’a rien appris dudit « Conseil » et des 50 milliards d’euros on n’a réussi a identifier qu’une vingtaine. Réfléchissez une seconde : le budget annuel de la France est d’environ 300 Milliards d’euros. Sur les trois années du mandat présidentiel qui restent (putain … encore trois ans…) sur un total d’environ 1.000 milliards d’euros on a trouvé des économies à faire de 20 milliards, soit, mettons, 2% ! De qui se moque-t-on ? Oublions Maastricht et ses 3% de déficit annuel et les 60 % du PIB à ne pas dépasser comme dette totale (bien que les deux critères ont été fixés à la demande expresse de la France de M. Mitterrand …), oublions les promesses répétées faites à Bruxelles quant à la mise en ordre des comptes de la France par des réformes structurelles et reportées d’année en année, oublions tout pour nous interroger : en cas de coup dur, est-il impossible de faire des économies de plus de 2% de notre budget familial ? La réponse ne peut être que négative mais … pas pour le gouvernement de « moi, président ».
C’est 50 milliards que l’on veut trouver. Et maintenant regardez les chiffres de l’INSEE publiés en avril 2014 : en 2012 seulement, à partir de l’élection de FH, l’administration territoriale a créé 31.000 postes de fonctionnaires. Les fonctionnaires territoriaux statutaires ont la garantie de l'emploi à vie, de jure, et les fonctionnaires contractuels presque la même chose, de facto. Sachant qu’un fonctionnaire coûte à l’état, en moyenne, (études, période d’activité salariale, 21 de retraite et 10 de réversion pour le conjoint vivant, soit 31 ans de non activité …) environ 2,5 millions d’euros c’est une charge totale de 77,5 Milliards d’euros que les administrations des régions (22 sur les 24 de la France métropolitaine étaient dirigées par des socialistes en 2012) viennent de mettre sur le dos de la nation.

 

                                                                                                                                                               Sans titre

Lorsque l’Education Nationale recrute 60.000 agents pour « le mammouth » elle engage l'État sur la somme colossale de 210 milliards d'euros (60 000 multiplié par 3,5 millions- coût complet pour un enseignant compte tenu de sa carrière) et elle augmente d'autant la dette de la France au long terme. Comme « moi, président » a annoncé qu’il va embaucher 12.000 enseignants tous les ans de son mandat ceci fait une charge totale sur 5 ans de 8,8 Milliards d’euros soit une moyenne de 1,7 Milliard d’euros annuellement. Ajoutez les deux et vous en avez pour 3,0 Milliards d’euros par an. Mais ce n’est pas encore tout :l'augmentation "mécanique" de la masse salariale annuelle de tous les fonctionnaires, malgré un point d'indice bloqué, est de l'ordre de 20 milliards d’euros par an !

Résumons : ne pas mettre en question des décisions passées ajoutées aux nouvelles de « moi président » se traduit par un coût annuel de presque 25 Milliards d’euros.

La raison ? Selon la Cour des Comptes, depuis 30 ans le nombre de fonctionnaires est passé de 3,8 millions à 5,3 (ou 6,9 si l’on compte tous les salariés rémunérés avec l’argent public sans avoir le statut de fonctionnaires). Va-t-on trouver les 50 milliards de réduction des dépenses ? On peut parier que non. Car les comptes de gribouille des gouvernants actuels de la France ne laissent même pas l’ombre d’une possibilité. Pourtant ils ont commencé par liquider le défiscalisation des heures supplémentaires, la réduction des niches fiscales dont certaines alimentaient presque 2 millions de personnes (aide/service emploi), le maintien de la TVA (quand l’ancien gouvernement a voulu l’augmenter) et d’autres joyeusetés pour ponctionner de plus de 30 milliards d’euros les ménages.

Pour faire quoi ? Pour embaucher des fonctionnaires et, ensuite, annoncer que, somme toute, on augmente la TVA, on reviendra sur les heures supplémentaires, on reviendra sur certaines niches … bref, on défait pour faire, comme le Sapeur Camembert et le temps passe … Aussi pour faire, ce qui est le comble de l’absurdité dans un pays où le sens civique (en grande partie à cause de l’inclusion de la « diversité ») se dégrade à vue d’œil, exempter de l’impôt sur le revenu presque 2 millions de foyers fiscaux en sus de ceux (grosso-modo, la moitié des 36,5millions de foyers ficaux) qui n'étaient pas assujettis à l'IRPP. En disant, ainsi, aux 31 millions de français qui, d’une manière ou d’une autre, reçoivent des subventions « ne vous en faites pas, pas besoin de sang ou des larmes, nous vivons à crédit et cela ne coûte pas trop cher en ce moment » …

En langage "normal", comment appelle-t-on cela ? De l'inconscience ? De la mégalomanie ? De l'irresponsabilité ? De l'incompétence ? Ne s’agit-il pas d’un véritable crime contre l'économie ? (Le Point).

Le comble ? Regardez la SNCF : en 2012 - Nombre de cotisants : 156.405. Nombre de retraités: 342.117. Statuts des employés ? Embauche à vie, retraite entre 50 et 55 ans, passe droits pour voyages de la famille. Rappel : en 2011 pour libérer la SNCF du poids de la dette liée à l'infrastructure ferroviaire (env. 44 milliards d’euros) on sépare les activités commerciales de celles liées aux infrastructures. Naturellement, les cheminots sont contre – grève … Trois ans après, le gouvernement socialiste (pourquoi ?) revient sur la réforme et décide de réunir les deux morceaux sous un seul parapluie. Naturellement, les cheminots sont contre – grève … Vous avez dit Kafka ?

Pendant ce temps, amateur de football (et lecteur assidu de l’Equipe comme il sied aux gens instruits et cultivés -une des raisons de certains de ne pas voter pour Nicolas Sarkozy car il s’agissait d’un inculte …) « moi, président » commente les matchs de l’équipe de France sans donner le sentiment qu’il comprend ce qui se passe dans le pays.

Sans me vanter, il fait joliment chaud disait un des personnages de Labiche (29° à l’ombre). Regardez-le avec son sourire béat ...

 Notre personnage ne réalise même pas qu’il fait chaud ne voyant pas que le pays brûle autour de lui … mais il s’étonne que le FN puisse obtenir 25% des voix exprimées aux élections européennes.

                                                                                                                                      Notre président

Partager cet article
Repost0
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 12:46

 

Le 11 mai Manuel Valls annonce que 650.000 foyers fiscaux seront exempts cette année de l’IRPP (Impôt sur le revenu des personnes physique). Même pas une semaine après, le 16 mai, le même annonce que le nombre de foyers fiscaux exempts de l’IRPP cette année sera de 1.800.000 soit, presque, trois fois plus. C’est vrai, dix jours après il y aura les élections pour le parlement européen, alors …

 

Sur les 36,5 Millions de foyers fiscaux en 2012/2013 seulement 19,5 Millions payaient l’IRPP soit 53,5%. En ajoutant 1,8 Millions de foyers exempts de l’IRPP on inverse les proportions et on constate que 52,8% des foyers fiscaux ne payent pas l’IRPP. Regardez le graphique, il est éloquent :

 

 

--de-IRPP.jpg

 

et il montre que 1% des foyers fiscaux (les plus riches) payent 38% du total de l’IRPP et que 10% du total des foyers fiscaux payent deux tiers du total collecté (Commission des Finances du Sénat, Projet Loi des Finances 2012).

 

Enfin, l'impôt sur le revenu a rapporté à l'Etat français 59 milliards en 2012.

 

Le 5 juin, le Bureau National des Caisses d’Allocations Familiales publie les chiffres pour 2013 : 31 millions de français (soit presque la moitié de la population - 47%) groupés dans 11,7 Millions de foyers, ont perçu une allocation : RSA, aide au logement, allocations familiales, etc., et le total versé a été de 66,9 Milliards d’euros.

 

Résumons : (a) un peu plus de la moitié des français ne payent pas d’impôt sur le revenu, (b) presque la moitié des français perçoivent une allocation, (c) le total de l’impôt sur le revenu collecté par l’état est de 59 Milliards d’euros et (d) … le total des aides versées est de 67 Milliards d’euros … En clair, l’état français subventionne 11,7 Millions de foyers fiscaux à raison d’environ 5.700 €/an et y consacre plus que la totalité de l’IRPP !

 

Cela étant, poussons un peu l’analyse. Le foyer fiscal français comporte, en moyenne nationale, 1,8 personnes (je sais 0,8 personne .. mais … on parle statistiques …). Les foyers aidés comportent, en revanche 2,65 personnes/foyer. Sans être grand clerc, on peut inférer que parmi ces foyers, ceux qui comportent 5, 6, 7 ou même 10 personnes sont légion. Doit-on les identifier ou le lecteur l’a-t-il fait déjà ?

 

Sur un plan général, exempter de l’impôt sur le revenu la moitié de la population est une absurdité civique évidente : une population qui ne donne rien mais qui reçoit, n’est pas naturellement tentée à être enthousiaste pour aider le pays quand il en a besoin. Cette absurdité, qui ronge le consensus citoyen national, a été possible de perpétuer uniquement parce que, la droite comme la gauche, pour « faire justice » ont pris « l’argent là où il se trouve » (slogan de la CGT pendant ses bonnes années d’influence). Tant et si bien qu’on a besoin de riches pour payer l’IRPP (voir graphique) pour distribuer ce qui est collecté à une population devenue assistée. Et qui n’a aucune volonté de changer de statut. Les avantages acquis …

 

Mais l’effet pernicieux du système fiscal  français est mis en évidence quand on le compare avec ce qui existe dans les autres pays de l’Europe. En effet, l’impôt sur le revenu est réclamé dans une fourchette de revenus minimum par foyer fiscal allant de 3.600 €/an (Autriche) jusqu’à 7.600 € (Allemagne) tandis qu’en France le seuil est de 15.300 €. (Wikipedia, Etat des lieux des politiques fiscales en Europe). Pays dont le caractère « social » n’est plus à questionner, au Danemark 94% de la population paye l’impôt sur le revenu !

 

L’impôt sur le revenu représente globalement 10 % du PIB et le quart des recettes fiscales des pays de l’UE. En France, l’IRPP représente seulement 2,7% du PIB car son assiette (population) est absurdement réduite. Pourtant il s’agit de l’impôt le plus important psychologiquement parlant puisque c’est le plus transparent : le contribuable ressent directement le prélèvement sur ses revenus ; il voit combien lui coûtent les dépenses publiques, autant dire quelle est sa contribution aux dépenses de la société dans laquelle il vit et qui le protège. L’impôt sur le revenu est ainsi celui qui symbolise le plus nettement le lien citoyen. En lui refusant ce rôle, la France fait fi de l’adhésion du citoyen au destin de la nation. Faut-il ensuite être surpris par toutes les jacqueries de natures diverses allant des «faucheurs d’OGM» jusqu’aux syndicats non représentatifs défilant de la Nation à la République ? Où par tous ceux, de l’enseignement à la recherche, des hôpitaux aux infirmières, des gardiens de prisons aux magistrats, qui réclament, tous, «plus de moyens» ? Faut-il ensuite être surpris de la nonchalance coupable d’un quart des votants pour l’Europe qui ont choisi le Front National ?

 

Non, il ne faut pas être surpris. Ce qui s’est passé est le résultat de l’action de dirigeants atteints d’une sorte d’anomalie chromosomique qui les a fait (les fait) vivre dans un déni constant de la réalité depuis des décennies. Pas seulement les dirigeants, le « quatrième pouvoir » marqué à gauche (toute …) car composé, pour l’essentiel, d’incultes et d’ignares (le cumul n’étant pas interdit) et qui occupent, 24 heures sur 24 les radios, les télévisions, les rédactions de la presse, bref, tous les outils nécessaires pour laver les cerveaux des 66 millions de français. Je suis trop dur ? Réfléchissez à tous ces « journalistes » qui ont tout fait en leur pouvoir, pendant les dernières décennies pour dissimuler l’impossible intégration des "nouveaux immigrants" de pays islamiques, les taux de criminalité et la violence y associés, l’incitation permanente des imams, l'oppression des femmes ou les actes de viol dans les « quartiers ». Pour les voir maintenant choqués par les résultats des élections et sortir des titres hystériques «tremblement de terre», «catastrophe», «la France régresse de plusieurs décennies " ou d’autres ejusdem farinae. Même Noah, le chouchou des élites françaises s’y est mis «j’ai honte d’être français» …

 

Mais pas seulement les journalistes. Universitaires et personnalités culturelles de gauche ou de gauche extrême, qui pendant des années n'ont pas cessé de récuser, en le condamnant, le nationalisme «fauteur de guerres» et qui sont obligés maintenant d’avaler ce que la Russie a fait en Crimée et en Ukraine. En justifiant la chose par de rappels historiques (Crimée) ou par des remontrances (historiquement justes) concernant l’Ukraine. Tous ceux qui ont singé les autruches, en faisant une profession du «politiquement correct» et qui maintenant sont obligés de remarquer qu’un quart du parlement européen est occupé par des partis anti-européens …

 

Un gâchis qui conduit de plus en plus de français et d'Européens à considérer que quand l'épée de l'Islam pèse sur l’économie, la démographie ou l'identité culturelle de leur continent, voter pour des éléments d'extrême droite, et même pour des néo-nazis, n'est plus une option indécente.

 

IRPP ? Redistribution ? Intégration ? Pourquoi «tout mélanger» ?

 

Car tout est dans tout et … réciproquement. Certes, certains de mes bons amis n’auront pas de difficulté à me laisser à « mes certitudes arithmétiques » forts comme ils sont d’une connaissance du monde bien supérieure à la mienne ou de me reprocher de « critiquer la France »…

 

Tout cela nous éloigne de l’essentiel. L’essentiel (et urgent) c’est de réduire de moitié le nombre de régions en France. Sujet «clivant» s’il en est, mais utile pour ne plus parler du déclin industriel, du chômage dont la courbe ne s’inverse pas car endémique et structurel, des 15% des gosses qui sortent de l’école primaire sans savoir écrire ou compter (j’exagère à peine …), j’en passe et de meilleurs.

 

Quelle importance … On vient de commémorer le débarquement anglo-américain qui a libéré la France (in petto, des voix autorisées et bien intentionnées, vous expliquent que «sans Stalingrad les alliés n’auraient pas pu gagner la guerre») ce qui a donné la possibilité à notre président normal de dîner avec Monsieur Obama et de souper avec Monsieur Poutine le même soir. En recommençant le lendemain avec un dîner de 220 personnes en honneur de la dame au chapeau … Et vous voulez qu’il n’ait pas l’air d’un bibendum dans son costume étriqué avec un pantalon tirebouchonné ? Allez, je deviens vulgaire … mais c’est peut-être pour cela aussi que sa côte de confiance est descendue en deçà de 16%. Putain (comme disait JC le deuxième, celui de 2000 et quelques …) … encore trois ans …

Partager cet article
Repost0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 08:49


 

Nous sommes en mai 2014 et les Français n'ont pas encore digéré la Révolution Française, 235 ans après celle-ci.

Ils ont supprimé les privilèges mais se sont dépêchés de les remplacer par les avantages acquis. Ils ont d'ailleurs tellement développé le principe de ces avantages qu'ils ne cessent pas d'en créer de nouveaux. Une partie d'entre eux est rassemblée dans une vaste encyclopédie nommée humoristiquement "code du travail", mais ce n'est sans doute que la partie émergée de l'iceberg.

Qu'un gouvernement, de droite ou de gauche, tente timidement d'en supprimer un et c'est une levée de boucliers soutenue par les syndicats avec menace constante de grève.  Ces menaces s'exercent même parfois de façon préventive si une ébauche de rumeur sans fondement vient à l'oreille de ces messieurs.

Même les nombreux compatriotes qui sont venus de l'étranger depuis 1789 ont assimilé ce système du fromage inépuisable, ce qui me fait dire que s'ils ne peuvent pas se targuer d'avoir des ancêtres gaulois (qui en a d'ailleurs, à part une infime minorité de Français ?), ils sont les héritiers directs des sans culotte.

On pourrait penser que l'incapacité de nos gouvernements successifs à réaliser les réformes en profondeur qui seules pourraient nous sortir du purin dans lequel nous nous enlisons, pourrait être rattrapée par un gouvernement très dur qui serrerait la vis aux récalcitrants,  d'où la tentation de l'extrême droite.

Mais il ne faut pas se leurrer: une extrême droite au pouvoir ne ferait que transférer certains privilèges d'une catégorie à une autre et en créerait de nouveaux pour avoir la "paix sociale".

Ces réflexions me laissent bien désabusé. A 75 ans, je ne crains plus grand chose, mais je pense à nos enfants et petits enfants.  J'ai la chance qu'un de nos deux fils soit allé vivre aux USA. Quant à l'autre, la vie n'a pas voulu qu'il puisse avoir d'enfant. Il en souffre encore mais il s'en réjouira peut-être demain.  Mais mes autres parents et amis, où vont ils aller ?

Tout cela est bien triste.

Ralbol94 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Liens