Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 18:04

Les gazettes viennent de nous apprendre que le Gouvernement a décidé de s’adjoindre les conseils d’un cabinet américain (un des « grands », Mc Kinsey) pour asseoir sa stratégie de distribution des vaccins anti-covid – 19. En même temps, le Ministre de la Santé vient d’annoncer (Le Monde 07.01.21) : « Un objectif de 12 à 14 millions de Français vaccinés à la mi-avril »

Je ne fais pas partie des effectifs du Cabinet américain mais je n’ai pas trop de difficulté pour dire : ils nous prennent pour des idiots ou, ce qui est plus grave, ils le sont, car le calcul à faire est d’une simplicité biblique.

En effet, le taux de vaccination annoncé hier était de 12.500 pour un jour. C’est facile de voir qu’avec un tel taux il faudra 1.040 jours, presque trois ans pour arriver à un objectif de 13.000.000 de personnes vaccinées (moyenne de 12 à 14 millions). D’évidence, pour atteindre l’objectif dans les 97 jours qui restent jusqu’à la mi-avril il faudrait, à partir de demain d’assurer, jour après jour, un taux de 134.000 personnes vaccinés journellement. Mais, il est non moins évident que l’on ne peut pas imaginer que des 12.500/jour hier on passerait à 134.000/jour à partir de demain.

Pas trop difficile d’établir la formule

y=(13000000 – n*tr)/(97-n)

dans laquelle n=nombre de jours pendant lesquels le taux réel sera de 12.500/jour ou, par exemple, de 25.000/jour ou 100.000/jour), tr=le taux réel pendant les n jours et y=le taux nécessaire pour atteindre l’objectif compte tenu des n jours pendant lesquels le taux était différent de 134.000/jour. On suit toujours, au fond de la classe ?

La formule nous indique :

  • si le taux réel n’est que, par exemple, 25.000/jour (deux fois plus qu’hier) pendant 10 jours seulement, on aura besoin ensuite d’un taux de 146.551 vaccinations/jour pendant les 87 jours restant ;
  • si le taux réel n’est que, par exemple, 25.000/jour (deux fois plus qu’hier) pendant 15 jours seulement, on aura besoin ensuite d’un taux de 152.459 vaccinations/jour pendant les 87 jours restant.

Il est, aussi, facile de voir que si on arrive à 100.000/jour à partir de demain on aura quand même besoin de 130 jours (donc jusqu’aux 17 mai) pour arriver à l’objectif et avec une moyenne de 75.000/jour (six fois plus qu’hier) on n’y arrivera que dans les premiers jours de juillet.

Alors ? Pourquoi se donnent-ils de verges pour se faire battre ? Pourquoi ne regardent-ils les données mondiales, par exemple :

qui montrent que pour arriver à 17% de sa population (9,0 millions) Israël n’a eu besoin que de 17 jours mais avec un taux, dernièrement, supérieur à 150.000 vaccinations/jour.

Et notre Gouvernement, avec l’aide (chèrement payée, je supposes) de Mc Kinsey veut arriver à 13.000.000/66.700.000=19,5% de la population du pays (7,4 fois plus nombreuse que celle d’Israël) en combien de jours ? Avec quel taux réel de vaccination journalière ? Que le diable me patafiole si on prouve qu’ils ont raison et que j’ai tort.

Mais comme je ne reçois pas d’émoluments de Mc Kinsey, ni du Gouvernement, au contraire, (les impôts augmentent, les retraites diminuent) qui suis-je pour montrer qu’ils ne savent même pas pourquoi ils nous prennent pour des idiots ?

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 18:01

Voilà une année depuis que le monde entier vit sous la menace d’un virus sorti d’où on ne sait où (mais, à la fin, un faisceau d’indices concordants  indiquerait un laboratoire biologique chinois www.lepoint.fr, www.franceinter.fr, https://urlz.fr/eDnk), menace qui a pris, au fur et à mesure du temps des proportions non vues depuis la grippe espagnole de 1918 et ses 50 millions de morts. Tant et si bien que l’on décompte à ce jour 85,7 millions de personnes infectées et 1,855 millions de personnes décédées. Et on compte …

Pendant l’année qui s’est écoulée on a essayé des modalités diverses visant à réduire (si non faire disparaître) la pandémie : des masques, des équipements respiratoires pour les malades, des tests, des confinements et des couvre-feux, rien n’y a fait, l’espoir (comme pour toute maladie infectieuse) a été accroché à l’existence d’un vaccin. Et aujourd’hui, grâce à la sagacité et à la culture du risque du Président des Etats Unis on dispose (le monde occidental) de trois vaccins déjà homologués et utilisés à grande échelle. Il ne reste qu’à généraliser leur utilisation ce qui s’avère -curieusement- problématique dans des pays dont le niveau culturel ou d’instruction est élevé.

En clair, dans les  pays qui utiliseront  à profusion les vaccins il est probable que l’on arrivera à arrêter la pandémie au cours de cette année. Pour les autres … Deux arguments sont mis en avant par ceux qui, au delà d’un scepticisme se voulant rationnel, se déclarent opposés (ou pour l’instant) à l’utilisation massive des vaccins : (a) le court temps pour leur création (d’habitude on a besoin de 5 à 10 ans ou plus) et (b) le manque de connaissances quant à leurs effets secondaires, donc …

Pour ce qui est de (a) je me permets de reprendre ce que j’ai déjà écrit : Ce que l’on occulte c’est qu’en réalité il s’agit toujours… d’argent : les sociétés les fabriquant, le font sur leurs fonds propres et vu que leur responsabilité pourrait être mise en cause pour ceci ou pour cela… elles sont prudentes, font des essais pendant des années sur des grands échantillons de populations diverses (traitées avec produit ou placebo) ce qui coûte les yeux de la tête. Leurs sous. Pour le WARP SPEED, le programme lancé par DJT… elles viennent de «jouer» avec son argent (so to speak) et sans que leur responsabilité puisse être mise en cause (selon ce que l’on sait des contrats qui les couvrent). Un exemple : le produit de Pfizer a été testé, au départ sur 4.000 personnes et en phase 3 (selon les protocoles usuels) sur 38.000 personnes de plusieurs continents, âge, couleur, état de santé, etc.

Pour ce qui est de (b) je vais faire appel à la notion de fiabilité. Tout processus, tout produit fait de main d’homme, tout ce qui s’invente pour être utilisé par des humains est caractérisé par sa fiabilité : garder ses qualités pendant une durée aussi longue que possible. Durée minimum déterminée empiriquement en fonction de la nature du processus ou du produit. La fiabilité se mesure par la MTBF (Mean Time Between Failures) qui se mesure en heures, jours, mois, années ou plus. D’évidence la MTBF ne doit pas être (et ne l’est pas) la même pour un mixer de cuisine et pour un ordinateur de satellite. Cette MTBF, pour un processus ou un produit déterminé, se mesure soit en prenant un petit nombre de produits pour les regarder pendant aussi longtemps qu’il n’intervient pas une perte de qualité soit en prenant un grand nombre de produits sachant que les facteurs temps et nombre sont interchangeables. Exemple : pour déterminer la MTBF on peut prendre 10 produits et constater une perte de qualité après H heures  et dire « la MTBF est égale à 10xH heures » ou on peut prendre 1000 produits et constater (statistiquement) que la MTBF est égale à 1.000 x h heures. Navré de faire cette incursion dans le monde technique mais … l’analogie avec les vaccins me semble plus qu’évidente. J’espère que l’on ne me tiendra pas rigueur.

En effet. Les vaccins qui nécessitaient 5 à 10 ans étaient homologués sur la base de tests sur un (relativement) petit nombre d’individus mais … suivis (effets directs principaux et secondaires, tolérance générale, décès, etc.,). Ce qui se passe avec les vaccins actuels, au delà des échantillons de populations initiaux, c’est qu’ils viennent d’être utilisés en (environ) trois semaines sur 13 millions d’individus (au 04.01.20).

Calculons : vaccin ancien testé sur, mettons, 20.000 personnes pendant 5 ans (soit 20.000x5x52 semaines = 5,2 millions semaines tandis que le vaccin de Pfizer vient d’être, déjà, testé pendant 13.000.000x3=39.000.000 semaines sans que l’on ait pu trouver des indices probants quant à sa nocivité ou inefficacité. C’est un peu osé mais pour les besoins de la démonstration on peut dire que l’utilisation du vaccin Pfizer indique un test (presque) huit fois plus sûr que les tests des vaccins anciens.

Naturellement, utiliser un concept du monde technique pour la vie humaine n’est pas chose que l’on fait facilement. Mais quand on réalise que le vaccin Pfizer n’aurait produit aucun indice de nocivité inacceptable pendant l’équivalent de plus de 72 ans on peut (on doit) tirer la conclusion que … le jeu vaut la chandelle ! 

La France. Elle nous désespère pour deux raisons totalement différentes mais pas du tout indépendantes. Tout d’abord, toutes les palinodies de 2020 (masques, tests, lits de réanimation, disponibilités doses vaccin, impréparation de la logistique de distribution et d’utilisation, etc.,) font partie de ce qu’on a fait pire que les autres (pays de ‘Europe ou certains, d’ailleurs). Le tout, de la responsabilité de notre Gouvernement et de celui qui, en haut de la pyramide, décide de tout en n’ayant aucune responsabilité car abrité par sa fonction. On a vaccinés 13 millions de personnes de par le monde (au 4 janvier) et la France avait vacciné une semaine après avoir commencé (petitement …) 516 personnes (www.ouest-France.fr). Mais … on essaye, ici et là, de justifier le retard de notre pays par l’inacceptabilité du vaccin, en principe, par une grande partie de la population. Résumons : pendant toute l’année dernière l’espoir était accroché à l’existence d’un vaccin, on a le vaccin mais on ne voudrait pas l’utiliser.

Pour ce Catch 22 je ne vois que deux explications : les sommités qui conduisent la lutte contre le Covid-19 (le Professeur Alain Fischer, par exemple) se sont répandus sur les plateaux de TV ou les radios nationales pour exprimer leurs doutes (leurs réserves, leur scepticisme) – apprendre cela au fin fond du pays n’est pas pour s’enthousiasmer et aller se faire vacciner. Les caisses de résonnance (TV, radios, etc.,) ont surenchéri et, à longueur de journée, distillent le même poison. De plus, notre Gouvernement et celui …. ayant peur de la vindicte populaire (ou éventuellement du système judiciaire français et des juges devenus procureurs …) n’ont osé ni rendre le vaccin obligatoire (comme Madame Buzyn qui avait réussi à rendre obligatoire, à la naissance, un vaccin couvrant 11 maladies) ni préparé le pays (centres de vaccinations, personnel, stratégie d’utilisation, etc.,) pour l’arrivée des vaccins Pfizer, Moderna ou Astra-Zeneca. Ni n’ont-ils su faire pression sur Sanofi pour ne pas se retrouver seul membre du Conseil de Sécurité de l’ONU à ne pas disposer d’un vaccin propre.

Mais le blog s’appelle France – Israël … regardons, de nouveau la comparaison entre les deux pays.

 

Israël à hier soir = 1.300.000 personnes vaccinées soit 14,4% de la population        (9 millions) : homothétie France-Israël populations (66 vs 9 millions) = 9.500 au 03.01.21 soit env. 10 millions le 04.01.21 devraient être vaccinés aujourd’hui ; la France «accélère» et prévoit 15/20 millions pour dans six mois … Espérons mais … ceci voudrait dire (prenons 17.500.000 comme objectif) quelques 106.000 personnes vaccinées tous les jours. Chaque jour manquant augmentera le taux de vaccination : si le taux commence seulement le 15 janvier le restant devra être 113.000/jour …

Mais, en France on a le temps (et la volonté de s’occuper d’Israël : Le Monde (04.01.21) : il n’est toujours pas prévu qu’Israël achemine des stocks vers la Cisjordanie et Gaza qu’il occupe depuis 1967. -04.01.21): (a) la Cisjordanie se veut « l’Etat de la Palestine » il serait normal qu’ils s’en occupent ; (b) Gaza que Le Monde considère occupée par Israël … c’est Hamastan, Israël a quitté le territoire il y a 15 ans et reçoit pour cela, tous les ans, des milliers de fusées, mortiers et autres projectiles. Le Monde se prend-il au sérieux quand il demande à Israël de s’occuper de la santé de ceux qui déclarent tous les jours vouloir le faire disparaître ?

Le Monde, le Quai d’Orsay, les votes de la France au détriment d’Israël à l’ONU ou ailleurs … oublié le temps quand Israël était notre ami, notre allié.

Heureusement nous avons le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle et la Force de Frappe. Et l’espoir que l’on absorbera le retard et que l’on aura vacciné les personnes fragiles (env. 9 millions en tout) avant l’été.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 09:08

Curieuse habitude que nous avons, en France, d’écouter religieusement le discours des présidents de la République au soir du 31 décembre. Une partie d’entre nous s’attendent à les voir faire le bilan de ce qu’ils avaient réalisé l’année passée et une autre partie attends qu’ils nous disent ce que l’on fera (ou devra faire) l’année qui vient pour que le pays se porte mieux. Comme, depuis quelque temps le bilan est de moins en moins présentable … la raison demanderait à ce que l’on nous dise uniquement ce qui sera fait l’année prochaine pour que l’on aille mieux.

Sans tourner autour du pot, convenons que, cette fois-ci, notre Président à déçu les deux auditoires : il n’a pas fait le bilan de 2020 ni n’a-t-il dessiné le (son) projet pour 2021. On est resté sur notre faim. Certes, il nous a dit qu’il faut préparer la France de 2030 … Mais comme il n’y a pas grande monde pour prendre la chose au sérieux, puisque nous sommes tous abasourdis par le fait qu’il nous semble vivre sur une autre planète, regardons quelques morceaux de son intervention :

  1. Je suis sincèrement convaincu que nous avons fait les bons choix aux bons moments
  2. De cet esprit de responsabilité collective …. qui nous permet aujourd’hui de tenir mieux que beaucoup face à l’épidémie. 
  3. …. nos concitoyens œuvrant dans les secteurs de la culture ; … … ce peuple uni, solidaire, fier de son histoire, de ses valeurs, de sa culture.
  4. ...L’espoir vit dans la liberté ….. dans la force de notre culture...

Oyez bonnes gens, notre Président est sincèrement convaincu, que ce qu’il a fait était bien. Et bien entendu, c’est cela qui explique que nous avons fait mieux que beaucoup d’autres. Dommage qu’il ne nous ait pas détaillé le propos : 2,5 fois plus de morts chez nous qu’en Allemagne (988 vs 396 par million d’habitant – Statista, Google, OMS) ? Peut-être c’est à se vanter d’avoir fait moins mal que la Belgique ? Toutes les palinodies de 2020 (masques, tests, lits de réanimation, disponibilités doses vaccin, impréparation de la logistique de distribution et d’utilisation, etc.,) font partie de ce qu’on aurait fait mieux que d’autres ? Dommage, qu’une fois de plus on nous prenne pour des jeans-foutre auxquels on peut raconter n’importe quoi, de toute manière on oubliera.

Mais la malhonnêteté intellectuelle a des limites : dans les 14 minutes de discours il nous a parlé trois fois de «notre culture».

Le même qui - À Lyon ce dimanche, Emmanuel Macron a lancé : «Il n'y a pas de culture française. Il y a une culture en France. FIGAROVOX/TRIBUNE, 6 févr. 2017. Alors, quand  «croit-il sincèrement» ce qu’il dit ? En 2017 ou trois ans après ?

Mais puisque le blog s’appelle France – Israël, il y a lieu de s’arrêter un peu sur ce qu’on voit de l’autre côté de la mare : la France a-t-elle fait mieux qu’Israël ?

Il suffit de regarder quelques éléments statistiques pour se rendre compte du fait que ce petit pays ne fait pas partie de ceux que notre Président classe comme ayant fait moins bien que nous. Nombres de morts ? 2,5 fois moins en Israël que chez nous (par million d’habitants). Vaccination ? Israël vient d’atteindre le million de personnes vaccinées (11,5% de sa population – Our World Data 01.01.21) et ceci à un rythme de plus de 150.000 vaccinations/jour (c’est, vraiment, pathétique d’entendre des journaleux à longueur de journée à la TV ou à la radio, qui ne savent pas de quoi ils parlent dire que cela est possible parce qu’il s’agit d’un petit pays… les pauvres !) ; ce pays estime pouvoir vacciner 25% de sa population avant fin janvier et la totalité de la population acceptant le vaccin (estimée à 85/90% du total) en avril/mai.

Pour la France, le Ministre de la Santé vient d’annoncer le 31.12 : «et bientôt plus d'une centaine d'hôpitaux équipés pourront les délivrer (les vaccins, MB) chaque jour. Sur tout le territoire métropolitain et en Outre-mer», a-t-il promis. «De plus, avant la début février, de 1ers centres de vaccination ouvriront en ville, pour commencer à vacciner les personnes âgées de 75 ans et plus, puis les 65 ans et plus,   etc.,». On dispose aussi d’une déclaration du député  LRM «L'objectif de 15 à 20 millions de Français vaccinés à la fin du premier semestre sera tenu» Laissons de côté le curieux «avant la début février» et faisons un peu d’arithmétique : comptons comme objectif 17,5 millions ; la vaccination commençant le 15 janvier, pour l'atteindre il faudrait le faire avec un rythme constant de 106.000/jour. 30% de moins qu’en Israël et si le rythme est maintenu, les derniers des 60% des français qui acceptent d’être vaccinés le seront … en octobre 2021 ! Entre temps, confinement, couvre-feu et dé-confinement feront qu’il y aura encore 20-30.000 morts. Les prévisions valent ce que valent … pour l’instant on a vacciné Mauricette et encore 199 personnes.

France – Israël. Je ne puis pas ne pas rappeler le propos de Daniel Bernard (Ambassadeur de France, décédé depuis longtemps) à Londres, en  2001 (wikipedia) : «All the current troubles in the world are because of that shitty little country Israel.» Naturellement, à l’époque, le Quai d’Orsay a pris sa défense en publiant un communiqué mélangeant le vrai, le faux et un improbable puissamment alambiqué.

Au fait …  «le pays de m…e» s’est fait encore remarquer par l’Université de Stanford : A dozen Israeli researchers were ranked among the world’s top 50 in their disciplines, a new study from Stanford University showed, with a further 333 researchers coming in the top two percent of the world. Out of 160,000 researchers evaluated from 149 countries, researchers from Tel Aviv University (TAU) consistently ranked top. 33 of them were among the top two percent, of which 155 were included in the top one percent and 74 in the top 0.5 percent. (aflau.org, 21.1.20)

En attendant les prix Nobel … ils en ont eu de 2000 à 2020 neuf. Sacré pays de m…e !

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 09:17

J'ai suivi, depuis le mois de mars,l’évolution de la pandémie dans le monde et, aussi, en particulier dans six pays : États Unis, France, Allemagne, Italie, Espagne et Israël. En toile de fond, nous savons ce que nous a été toujours dit, «le système sanitaire français est le meilleur au monde» et «l’Europe est là pour nous protéger».

Au bout de presque de neuf mois, dans le cadre du programme WARP SPEED initié par DJT avec des crédits totalisant 10 milliards de $, deux vaccins sont disponibles (Pfizer et Moderna) en attendant quatre autres parmi lesquels (pourquoi ?) Sanofi bon dernier (fin 2021 ou plus tard).

Donc les vaccins sont disponibles. Et alors ? On nous fait savoir (a) que la vaccination a commencé d’une manière synchronisée dans les 27 pays de l’Europe (bigre !) et que chez nous (b) on a vacciné le 27 décembre 27 personnes à Sevran et à Dijon. Pourquoi 27 personnes ? Pourquoi Sevran et Dijon ? La «communication» du Gouvernement, que d’aucuns considèrent comme déficiente, en dessous de tout seuil admissible, ne nous le dit pas, comme elle ne nous dit pas ce qui se passe ailleurs, là où on ne dispose pas des meilleurs systèmes de santé du monde. Prenons quelques exemples (OUR WORLD in DATA, 27.12.20) :

Les quatre pays qui font montre d’un progrès remarquable pour ce qui est de la vaccination de leurs populations sont Israël (6/100 personnes le 28.12 au bout de seulement trois jours de vaccination !), Bahreïn, UK et USA (WHO,World in DATA, 27+28.12.20).

Israël ? « Le pays s'est fixé comme objectif d'atteindre un taux de vaccination de 150.000 personnes par jour chaque semaine, le Premier ministre Benjamin Netanyahu ayant déclaré samedi qu'il espérait qu’on allait vacciner plus de 2 millions d'Israéliens d'ici la fin janvier » (TOI, 28.12.20). Ils étaient, déjà, hier soir, à env. 500.000 personnes vaccinées. Pour une population de 8,5 millions d’habitants, vacciner env. 60% de la population (pour arriver à la «herd immunity») ils auront besoin de 38 jours ! Chez nous, on ne sait même pas si la vaccination générale débutera avant le mois de mars ...

Le graphique montre une situation pour le moins curieuse : l’Europe … qui doit nous protéger, pour l’instant fait montre seulement de 0,1% pour cent personnes de sa population vaccinée (0,02 Allemagne et 0,08 Danemark) et la France, deuxième économie du continent n’y figure même pas…

Des lors il n’est pas surprenant que la population française soit maintenue dans un flou incompatible avec le discours de nos gouvernants : pendant que d’autres pays (et non des moindres) vaccinent à tour de bras, chez nous on nous parle d’un prochain confinement imposé par la troisième vague du Covid-19 !

Mais il y a mieux : Covid : les pays européens ont-ils acheté pour 1 milliard d'euros de Remdesivir ? s’interroge Le Figaro (03.12.20). OUI, dit la gazette qui continue : LA VÉRIFICATION - Le médicament de la firme Gilead (traitement, MB), assez controversé depuis le début de la crise, est désormais formellement déconseillé par l'OMS.

Mais il y a mieux : l’Europe (bien que la Santé ne fasse pas partie de ses attributions) à passé des contrats avec les sociétés Pfizer et Moderna, contrats pour des quantités «réservées» (non pas achetées pour l’instant !). «En dehors du nombre de doses réservées, on ne sait vraiment pas grand-chose. On ne connaît ni le prix négocié ni les clauses qui vont avec» -Nathalie Ernoult, responsable de la campagne d’accès aux médicaments essentiels pour Médecins sans frontières. En clair, et ATTENTION, notre pays ne sait rien de ce qu’il aura comme doses sauf de savoir qu’il disposera de 18% (sa quote-part générale dans l’économie de l’Europe) de la quantité disponible de vaccins qui seront achetés (quand ?). La France a abdiqué sa souveraineté, a laissé l’Europe se débrouiller et le résultat est que ses citoyens sont moins bien lotis que ceux d’Israël ou de Bahreïn.

 

Je résume : nous ne savons rien concernant les vaccins, ni leur disponibilité, ni leur utilisation. Ce que l’on met en avant c’est, avec trompettes et tambours, que l’on vaccinera premièrement les gens des EHPAD (gens âgés, fragiles) et les aides-soignants. Soit. Fin 2017, 594 700 lits sont proposés en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) contre 27.000 en établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPA) (INSEE 27.02.20). Donc 621.000 personnes «fragiles» (gens âgés). En 2016 le nombre de personnes d’un âge supérieur à 75 ans en France, donc «fragiles» était de 9,1 millions (INSEE).

Il s’ensuit que si les 621.000 personnes des EHPAD et EHPA attendent la vaccination, les 8.400.000 autres âgées de plus de 75 ans ne savent et ne peuvent rien savoir : essayer de vous adresser à la HAS (Haute Autorité de la Santé), soit vous ne recevez aucune réponse soit on vous conseille de vous adresser à votre médecin généraliste. Qui, bien sur, ne sait rien vous dire.

 

Et alors ? Tout cela n’a d’importance aucune car… notre Président a attrapé le mauvais virus, s’est rendu à La Lanterne à Versailles et ensuite au Fort de Brégançon et, sachez-le, bonnes gens, il se porte comme un charme ! Et il nous fera un discours le 31.12.20 pour nous dire combien nous sommes heureux de faire mieux que tout le monde et que, quand ça va pas chez nous c’est bien pire chez les autres !

Cry me a river

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 14:27

Il semblerait que l’on commence  à  voir le bout du  tunnel : le partenariat         «public-privé» initié par DJT (toujours, autant, vilipendé et agoni d’injures… et ayant perdu l’élection pour un deuxième mandat) avec un crédit de 10 milliards de $ mis à la disposition de six sociétés retenues dans le cadre du programme «WARP SPEED» pour créer un vaccin courant 2020 a conduit à… un miracle. Deux sociétés ont obtenu, déjà, l’autorisation de la FDA pour utilisation en urgence (Pfizer et Moderna), une troisième est en cours (Astra-ZENECA), trois autres (Novavax, Merck et Sanofi) ont annoncé leurs produits pour l’année 2021. Pour certains il s’agit d’un miracle, pour d’autres d’une escroquerie car… d’habitude, la création d’un vaccin prend des années (5 à 10 quand on réussit). Naturellement, la TV bien pensante de chez nous a frappé aussi : «Trump veut aller plus vite que la lumière dans la course au vaccin anti-Covid» France Info https://urlz.fr/emjZ

Ce que l’on occulte c’est qu’en réalité il s’agit toujours… d’argent : les sociétés les fabriquant, le font sur leurs fonds propres et vu que leur responsabilité pourrait être mise en cause pour ceci ou pour cela… elles sont prudentes, font des essais pendant des années sur des grands échantillons de populations diverses (traitées avec produit ou placebo) ce qui coûte les yeux de la tête. Leurs sous. Pour le WARP SPEED… elles viennent de «jouer» avec l’argent de DJT (so to speak) et sans que leur responsabilité puisse être mise en cause (selon ce que l’on sait des contrats qui les couvrent). Un exemple : le produit de Pfizer a été testé, au départ sur 4.000 personnes et en phase 3 (selon les protocoles usuels) sur 38.000 personnes de plusieurs continents, âge, couleur, état de santé, etc.

Bref, on voit le bout du tunnel parce que DJT a fait prendre aux Etats Unis un risque de 10 milliards de $. Merci, Monsieur, le monde devrait vous être reconnaissant mais… n’attendez pas qu’il le fasse. Pour commencer, on occulte l’histoire de la création de ces vaccins.

Pourquoi le titre de ce texte ? Ceux qui suivent la progression des choses dans notre pays ne peuvent pas ne pas avoir observé les méandres des décisions de notre gouvernement (et de leurs explications), d’un côté, et ce que disent (des tonnes…) sur les plateaux de TV ou les réseaux sociaux, des spécialistes de n’importe quoi y compris (malheureusement) des représentants non qualifiés de la médecine française.

Tout d’abord regardons les graphiques qui synthétisent la situation du pays, comparée à 5 autres devant la crise du Covid-19 :

On voit que le rapport entre le nombre de personnes décédées et celles infectées se trouve autour de 2% (trois pays au delà et trois pays en deçà. S’agirait-il de la qualité (performances) des systèmes de santé ? Quoi qu’il en soit la performance de notre pays est trois fois inférieure à celle d’Israël et sensiblement inférieure à celle de l’Allemagne ou des Etats Unis.

Corrélativement, le nombre de décès par million d’habitants se trouve dans un rapport de 1 à 4 entre l’Allemagne et l’Italie et de 3 entre l’Allemagne et la France.

Ces deux graphiques nous font comprendre que notre pays se place, malheureusement, du moins bon côté des performances des systèmes de santé et d’organisation/gouvernement face à la crise Covid-19. Ceci remet à l’endroit les discours de vantardise de notre premier ministre (10.12.2020) ou de son «tzar du Covid-19» qui racontent à longueur de conférences destinées à laver nos cerveaux que … chez nous c’est (beaucoup) mieux que chez les autres. Le Figaro a cru bon de publier une enquête faite pour comprendre si ce qu’on nous dit correspond à la réalité (on se souvient des mensonges relatives aux masques, aux tests et aux lits de réanimation). Voilà la conclusion : Parmi ses proches voisins, la France n'est pas celui où l'épidémie circule le moins : c'est l'Espagne, et ce d'autant plus que l'épidémie continue d'y diminuer alors qu'elle remonte en France. ... Dans ce contexte, avec la Belgique, l'Espagne ou la République, la France apparaît bien comme l'un des pays où l'épidémie a le plus reculé, et le plus vite, sans que l'on puisse dire, comme Jean Castex, que la France est la championne de la décrue, ce qui donne une image faussée de la situation. L'Espagne, où la situation continue de s'améliorer, pourrait davantage prétendre à ce titre. LE FIGARO 11.11.20

Cela étant, je crois qu’il y a une querelle qui devrait, un jour, conduire à une conclusion objective relative à la gestion de la crise Covid-19 en France : nonobstant ses performances médicales, notre pays à mis par terre des pans entiers des divers commerces ou industries ramenant son économie (son PIB) à ce qu’elle était 5/7 ans avant. Mais avec une dette globale se trouvant entre 3 et 4.000 milliards d’euros soit, presque, 130% de son PIB, pour éviter des morts, nous dit-on.

Regardons le nombre de décès en France depuis 2017 (Statistiques INSEE au 18.12.20) :

  • la progression du nombre de décès de 2019 (sans COVID-19) et 2020 est de 34.000
  • le nombre de décès labellisés « Covid-19 » à la même date est de 60.229
  • sans compter la progression générique des décès (de l’ordre du pourcent d’une année sur l’autre) on constate que le surnombre de décès est de 26.000

Avait-t-on le droit de faire tout ce qui a été fait pour un surnombre qui représente 0,0004 (4 pour dix milles) de la population ? Et si l’on arrive a maîtriser le virus avec le vaccin courant 2021 comment pourra-t-on justifier ce qui a été fait pour protéger une catégorie (fragile, vieux) de la population ? Et les jeunes d’aujourd’hui n’auront-ils pas le droit de protester contre ce qui a été fait ?

Et l’obscurantisme ? On n’arrive pas à suivre tout ce que l’on invente pour instiller l’idée que (a) le vaccin ne servira à rien, (b) que c’est une arnaque des sociétés de pharmacie pour gagner des sous, (c) qu’il risque de faire plus de mal que de bien car les effets secondaires… et que… Et tout ce que l’on dit produit des résultats : la moitié des français (49%) refuseraient la vaccination (www.francetvinfo.fr 19.12.20). Dans le pays de Pasteur !

Certes, tout vaccin a des effets secondaires. Ils sont classés en «classiques» (presque communs à tous les vaccins) et «sérieux» (les décès, s’il y en avait, étant comptés séparément). En autorisant Pfizer (premier vaccin qui sera utilisé en France), la FDA a publié la liste d’effets secondaires :

Les effets secondaires classiques

Les réactions au vaccin les plus courantes ont été semblables à celles observées généralement après une vaccination :

- Des réactions localisées à l’endroit de l’injection (84,1%) ;

- De la fatigue (62,9%) ;

- Des maux de tête (55,1%) ;

- Des douleurs musculaires (38,3%) ;

- Des frissons (31,9%) ;

- Des douleurs articulaires (23,6%) ;

- De la fièvre (14,2%).

Effets sérieux <1%

Alors ? Comme je fais partie de la catégorie dite « fragile » je vais essayer, tout de suite, de savoir où je puis aller pour me faire vacciner.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 19:14

Peu d’entre nous ignorent la légende de Frankenstein et de son «monstre», le Golem. Et nous nous souvenons, aussi, qu’effrayé par ce que sa création devenait, son créateur  l'a tué. Selon certains il s’agirait de Rabbi Judah Loew of Prague, né en Pologne mais ayant vécu, au 16ème siècle, à Prague. Selon la légende devenue chrétienne (Mary Shelley) il s’agissait d’un «Prométhée» moderne qui voulait damer le pion à Dieu en créant son monstre

Je déraisonne ? Non, c’est une métaphore, il s’agit de M. Fakhrizadeh, concepteur du programme nucléaire militaire iranien et de sa création, au départ le projet AMAD (créer 5 bombes atomiques, 1999-2003) et, ensuite, la «militarisation» du nucléaire civil pour arriver à disposer de têtes nucléaires montées sur des fusées balistiques. Vous suivez ?

Pourquoi faire ? Depuis sa création (1979), la République Islamique de l’Iran à inscrit sur le frontispice de sa constitution une ardente obligation :    «détruire l’entité sioniste et libérer la Palestine» Et d’une manière tout à fait claire elle a fait savoir, urbi et orbi, par la voix de son président Akbar Hashemi Rafsanjani qui avait appelé le petit Israël «a one bomb country» en disant Si un jour, le monde islamique est également équipé d’armes comme celles qu’Israël possède actuellement, alors la stratégie des impérialistes s’arrêtera car l’utilisation d’une seule bombe nucléaire sur Israël détruira tout. Tandis, qu’une telle action ne ferait que peu nuire au monde islamique. Il n'est pas irrationnel d'envisager une telle éventualité. (14 décembre 2001). Résumons : l’Iran, signataire du Traité de non prolifération d’armes nucléaires (1968) a entamé, dès 1999, un processus qui doit l’amener à disposer d’armes nucléaires et dont l’objectif déclaré serait la destruction d’Israël. Mais ce processus est illégal (vu les obligations contractées par l’Iran, -1970 signature du traité évoqué) et interdit par la Charte des Nations Unies (Interdiction du recours à la menace ou à l’emploi de la force aux termes du paragraphe 4 de l’Article 2). Voilà, donc le monstre, et  son   concepteur  depuis  1999 s’appelle     M. Fakhrizadeh. Il vient d’être l’objet d’un assassinat en plein jour à 65 km de Téhéran. Depuis 1999 et jusqu’en 2020 ce monsieur était présenté par les autorités iraniennes comme un modeste professeur de physique mais … pendant 20 ans les mêmes autorités ont refusé le droit de le rencontrer à l’AIEA qui savait ce qu'il était et ce qu’il faisait. Mort, les autorités lui assurent des funérailles nationales, on le transporte dans la ville sainte de Qom, le Guide Suprême témoigne de son importance : tout cela pour un obscur prof de physique ? Qui se déplaçait avec un convoi de quatre SUV remplis de gardes du corps (Agence Fars, 29.11.20) ?

Non, il s’agit de l’homme qui a conçu et qui contrôlait la réalisation de ce dont l’Iran a besoin pour détruire Israël. Pendant plus de 20 ans, M. Fakhrizadeh était responsable, dans la langue des physiciens qui traitent de ces problèmes, de la «militarisation». Entre autres choses, il a même été invité au troisième essai d’armes nucléaires de la Corée du Nord en 2013 (JNS 29.11.20).

Le faire disparaître était un objectif que ceux qui s’opposent aux velléités iraniennes devaient faire leur. «Fakhrizadeh était unique parce qu’il a dirigé la dernière et la plus importante étape de la construction d’une arme nucléaire et du développement de missiles pouvant porter des ogives nucléaires» Y. Melman, AP News, 28.11.20

Qu’Israël ait été le premier désigné comme coupable par l’Iran, rien d’anormal.

Par contre, ce qui est anormal c’est de voir une partie de ceux qui commandent (ou ont commandé) la «communauté internationale» considérer que trucider le concepteur du «monstre» était «illégal et criminel» Parmi ceux-ci, l’ancien patron de la CIA (qui présentait les listes des djihadistes à assassiner à M. Obama pour les approuver) et (oh, horreur) Bruxelles (www.auractiv.com, 29.11.20) : «L'Union européenne, par la voix de son représentant, J. Borell, a condamné samedi le meurtre d'un «éminent scientifique nucléaire iranien» la veille, comme un acte criminel et a appelé au calme et à la retenue alors que les responsables de Téhéran accusaient Israël de l'assassinat et juraient    de   répondre»              M. Borrell, dont le premier voyage hors de l’Europe a été pour Téhéran. L’Europe pour qui, si on comprend bien, viser la destruction d’Israël en préparant les armes pour, n’est ni illégal ni criminel. Ce qui a fait dire au chef de l'opposition israélienne, Yair Lapid, que «le fait que l'Union européenne condamne l'assassinat justifié du scientifique nucléaire iranien au lieu de condamner les efforts de l'Iran pour acquérir des armes de destruction massive et exporter le terrorisme partout dans le monde représente une faillite morale et une lâcheté abjecte.»

L’Europe ne peut pas ne pas réaliser que l’Iran (dont elle se fait la complice objective à cause d’intérêts économiques – en premier lieu allemands) qui a visé (vise) la destruction d’Israël fait cela par deux voies différentes : (a) la «construction» d’un arc de dominance terrestre (Irak, Syrie, Liban) l’amenant aux frontières d’Israël et (b) l’accession à la bombe dont la première cible sera Israël. Bien sûr qu’elle réalise cela. Mais… les intérêts économiques allemands, d’un côté, et sa nonchalance vis-à-vis de la disparition éventuelle d’Israël, d’un autre côté, commandent son attitude. De la même manière que son attitude vis-à-vis du nouveau sultan (dont Mme Merkel est devenue l’obligée) ou des fameux opprimés palestiniens. L’Europe, 27 pays en quête d’une unité que rien n’annonce mais qui ne regardent que leurs intérêts propres.

Certes, il y a ceux qui considèrent que faire disparaître un Fakhrizadeh ne changera pas beaucoup les choses, qu’il a dû former des adjoints et que … les cimetières sont pleins de gens irremplaçables. Peut-être. Mais écoutons A. Yadlin (un des pilotes ayant bombardé en 1981 le réacteur nucléaire que J. Chirac à offert   à Saddam    Hussein     -ami de la France- en 1975 et qui a été pendant des années Directeur du Renseignement militaire d’Israël) : «Il y a des gens que vous pouvez [nominalement] remplacer, mais il n’y a vraiment pas de remplacement pour leurs capacités, leurs connaissances, leur leadership et la manière dont ils savaient diriger un effort stratégique». Au cours des trois dernières décennies, l'Iran s'est engagé dans deux efforts stratégiques: parvenir à l'hégémonie au Moyen-Orient en établissant une présence en Irak, en Syrie, au Liban et au Yémen, et se rapprocher le plus possible de la capacité nucléaire sans franchir réellement le seuil qui déclencherait l'opposition internationale. Ces deux efforts ont été menés par Qassem Soleimani et Mohsen Fakhrizadeh, et les Iraniens souffrent sans aucun doute de leur disparition de l'arène. M. Fakhrizadeh était si central dans le programme secret d'armes nucléaires de la République islamique qu'il sera difficile de le remplacer par quelqu'un de même stature» (TOI, 29.11.20). Soleimani a été assassiné par un drone américain, Fakhrizadeh on ne sait pas par qui mais on soupçonne Israël (car on ne prête qu’aux riches …). On va les remplacer ? Peut-être, mais jusque-là l’Iran comprendra que les attaques dont il est l’objet soulignent qu’Israël dispose d’un accès inégalé à l’intérieur de ses services de sécurité sans lequel il lui aurait été impossible d’atteindre ses cibles...  Le Monde 29.11.20. Intéressant aussi : «Le chef du projet nucléaire militaire tué avec des armes israéliennes contrôlées par satellite - Rapport iranien» (TOI, 30.11.20) et Iran a déclaré avoir distribué des photos de  4 suspects dans le meurtre du chef du programme nucléaire (newstral.com, 29.11.20). Une certaine confusion qui en dit long

Cela nous amène à la conclusion, un épitaphe pour M. Fakhrizadeh : Le Golem finit par gagner trop de force et le rabbin lui enlève la vie.

 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 09:22

 

Annoncée depuis une dizaine de jours, on a eu, hier, la chance d’écouter l’allocution de notre Président sur toutes les radios et télévisions et découvrir sa capacité pour le «micro-management» Je laisse de côté les instructions concernant les masques, les tests, l’isolement, l’aération des logements et la «distanciation sociale» (nouvelle contribution à la novlangue). Je laisse de côté les explications, qui n’expliquent rien, concernant le nombre de lits de réanimation, une honte pour la sixième économie du monde qui dépense 750 milliards d’euros pour son système de protection sociale  (741 en 2018 – INSEE 27.02.20) ! Je crois qu’avant de regarder ce qu’il y a d’important dans ce qu’il nous a dit, il faut faire deux observations liminaires : (a) pour celui qui se veut leader de l’Europe «progressiste» et qui devrait juguler les tentatives d’un Erdogan ou celles de la Pologne et la Hongrie de déstabiliser l’Europe, pour celui qui veut que la France dirige l'Europe (oublions le «couple franco-allemand» car il ne veut plus rien dire) nous apprendre qu’il faille ouvrir les fenêtres 10 minutes toutes les heures peut paraître ridicule mais… comme on le sait, le ridicule ne tue plus ; (b) depuis le commencement de la crise Covid-19 notre Président a  pris la décision de tout faire     «quoi qu’il en coûte» sans dire (nous dire) qui va payer le surplus de dette y relatif. Ces deux remarques constituent le premier échelon du manque de crédibilité du discours présidentiel.

Cela étant, pendant les 26 minutes de discours (audience : 29 millions de français), par delà les objectifs chiffrés et les dates limites indiquées, le bas peuple se pose deux questions (croyez-moi, je viens de passer 15 jours «au milieu de nulle part» de la Nièvre et j’ai, frais en mémoire, ce que les gens m’ont dit).

La première est relative à ce que l’on attend (promis par le Président pour fin décembre ou début janvier) : le vaccin. On a pu remarquer qu’il n’a rien dit de l‘origine du vaccin qui sera (ou ne sera pas) disponible à ces dates. Aidons-le, France Info l’a fait pour nous : «En mars 2020, D. Trump conscient du fait que la solution sera un vaccin, a installé un crédit de 10 milliards de $ et demandé à «un vieux de la vieille» des vaccins de lui soumettre un plan d’action pour obtenir un vaccin CETTE ANNEE quand la durée normale est de quelques années… Depuis le mois de mai 2020, le scientifique Moncef Slaui, francophone d’origine marocaine (à l’origine de plusieurs vaccins pendant les 30 dernières années) est officiellement aux commandes de la mission Warp Speed (traduisez «plus rapide que la vitesse de la lumière»), qui tire son nom de… Star Trek. Le «Monsieur Vaccin» du président des États-Unis travaille avec son copilote, un général de l’armée américaine, le patron de la logistique militaire américaine ». France Info

Six sociétés on eu accès aux 10 milliards de $, trois (Pfizer/Biontech), Moderna et Astra-Zeneca viennent d’annoncer la disponibilité de leur vaccin pour le mois de décembre, soit en moins de neuf mois. Occulter le fait que le vaccin dont il a parlé résulte d’une action du Président américain (tellement vilipendé qu’à la fin il a perdu l’élection pour un deuxième mandat – à cause, disent certains, de la mauvaise gestion de la crise Covid-19 et/ou, peut-être, de quelques irrégularités et/ou fraudes) en dit long. Car, n’oublions pas, la France ?

La patrie de Joseph Pasteur, l’inventeur du vaccin ? «Les locomotives françaises dans cette course internationale sont l’Institut Pasteur et le laboratoire Sanofi-Pasteur (branche vaccins du groupe Sanofi). Ils ne bénéficient que de leurs financements propres (certains liées à leurs partenariats). Le ministère de la Recherche a décidé de soutenir directement trois autres projets à hauteur de 3 millions d’euros. Des vaccins qui ne devraient pas entrer en phase d’évaluation clinique avant 2021». Le Figaro, 22.11.20.

10 milliards de $ d’un côté de la grande mare, 3 millions d’euros (plus de 3.000 fois, moins…) de l’autre côté. Il aurait pu nous dire que nous ne boxons pas dans la même ligue… mais le bas peuple a compris de ce qu’il ne disait pas que… paroles verbales !

La deuxième question que les gens se posent (par-delà qui va payer quoi) est relative à l’économie du pays. En résumé la crise sanitaire plonge le PIB au niveau de ce qu’il était en 2010 mais avec une dette totale du pays qui sera de 115 à 130% du PIB (si tout se passe bien…). Certes, on nous annonce (comment diable ont-ils fait leurs calculs ?) que la croissance du PIB en 2021 sera de 6% : la croissance moyenne pendant les «30 glorieuses») était de 5,3% et depuis de lustres, déjà, la croissance potentielle de la France est désormais estimée à 1%, voire 1,5% (L’Express, 29/01/2014). Bon, il n’est pas interdit d’espérer une évolution en «V» de l’économie mais… peu de gens y croient.

Les réponses aux deux questions qui précédent constituent le deuxième échelon du manque de crédibilité de la parole présidentielle.

Mais, malheureusement, il y a un troisième échelon de manque de crédibilité pour ce qui est de l’économie. L’indicateur le plus concis, je crois, est l’indice de la Bourse - moyenne de tous les espoirs et toutes les craintes de millions de français. Une comparaison nous dit, presque, tout. Regardez l’évolution de la Bourse de New York (Dow Jones) et celle de la Bourse de Paris (CAC40) :

la diférenace s’explique -par delà l’abondance de liquidités non employées qui peut justifier, aux Etats Unis, l’évolution de la Bourse- par l’acceptation du risque chez eux (Dow-Jones 18.000 fin Obama, 29.000 juste avant le Covid-19, chute à 19.000 et rebond maintenant à 30.000) quand la frilosité des épargnants chez nous garde le CAC 40, pratiquement, constant autour de 5.000 depuis plus de 20 ans… Ce qui veut dire que les prévisions qui nous laissent croire que demain on rasera gratis ont du mal à être intégrées par nos concitoyens. C’est vrai, anticiper c’est ce qui est le plus difficile… prévoir l’avenir

Un mot sur le deuxième fléau qui nous menace : le terrorisme. On annonce encore une loi. Combien de lois contre ce fléau depuis la première en 1986 ? 35 lois promulgués depuis, sans compter celle qui se discute aujourd’hui (Vie Publique, 03.09.2020). Robert Badinter disait, déjà, quand il était Ministre de la Justice (1er mandat François Mitterrand) «nous avons plus de 28.000 lois et… nul n’est censé ignorer la loi» … On ne veut pas voir ce qu’est écrit sur les murs… alors on fait des lois et on croit (ou on veut faire croire) que tout ira bien ! Mais tout n’ira pas bien car un «grand philosophe» explique la situation actuelle de notre pays : … il me semble irresponsable de prendre la responsabilité d’assumer comme vérité de la liberté française la propagation à l’infini de caricatures danoises. Et il ajoute, concernant l’assassinat ignoble de Samuel Paty «le plus dangereux est que deux France se dissocient et s’opposent» E. Morin – Le Monde 20.11.2020. Un grand philosophe… dans le pays de Descartes et de Pascal, de Montaigne, Montesquieu et Diderot, d’Henri Bergson et d’Ernest Renan on devrait se garder d’appeler «philosophe» un Edgard Morin… Car il n’est qu’un agitateur, au départ communiste, ensuite gauchiste et maintenant articulant les propos des islamo-gauchistes qui, entre autres, ne veulent rien plus que la séparation de la France en deux parties : la leur et l’autre.

Et l’Europe ? Et Erdogan ? Et la bellicosité de la Russie ? Et la mainmise de la Chine sur un morceau d’Afrique ? Et le changement de paradigme au Proche Orient ou des pays arabes font la paix avec Israël sans tenir compte du véto des palestiniens ? Et le changement d’administration aux Etats Unis – vous vous en souvenez ? Ceux qui arrivent (Kerry…) on nous disait que le transfert de l’Ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem en 2017 allait conduire à une violence sans nom… elle a conduit à la paix avec de pays arabes en 2020…

Je n’envie pas notre Président, il a tant à faire que… s’occuper des masques des tests et autres ejusdem farinae il devrait laisser la tâche à d’autres !

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 20:51

Des lecteurs du blog (un nombre qui mérite attention) ont trouvé que les deux derniers textes mis sur le blog semblaient afficher une préférence en faveur de D. Trump. Je me targue d’être - dans mes écrits - aussi détaché que possible de mes préférences et les rendre factuellement corrects. En seize ans d’existence du blog je n’ai dénombré que deux cas où une information était erronée. C’est dire, vu ce que Cassio… (Yago - Othello, Shakespeare) disait «Réputation, réputation, réputation! Oh, j'ai perdu ma réputation! J'ai perdu la partie immortelle de moi-même, et ce qui reste.... » je me sens dans l’obligation de justifier ce que j’ai écrit.

Allons-y. Il se trouve qu’aux Etats Unis un candidat est considéré élu soit quand tous les états, individuellement, le certifient, soit quand un des deux candidats le «concède» soit quand tous les litiges (jusqu’à la Cour Suprême) sont résolus.

Quelle est la situation le 10.11.20 ? Tout d’abord, aucun Gouverneur n’a certifié que J. Biden a gagné l’élection dans son état. Naturellement, si 100% des inscrits ont voté, si le résultat est favorable à un candidat, le Gouverneur va le certifier et ledit candidat peut en tenir compte. Et tout aussi naturellement si suffisamment d’états sont gagnés par le même et que la somme des électeurs idoines dépasse le chiffre fatidique de 270, ledit candidat dispose d’une présomption forte d’avoir gagné l’élection. Présomption, car les grands électeurs ne se réunissent que le 14 décembre pour élire le Président. Jusque-là, dans le cas qui nous occupe, en tout état de cause, J. Biden n’est ni Président ni Président-élu. Il le sera du 14 décembre jusqu’au 20 janvier quand il deviendra Président s’il est oint par le Collège Électoral et… un juge de la Cour Suprême.

Une première conclusion s’impose : J. Biden, pour l’instant, usurpe un titre qui ne peut pas lui être reconnu, il s’agit d’une imposture. Que ce soit les chaînes de TV qui l’on fait roi… cela ne vaut rien, pour l’instant. De plus, son concurrent ne lui a pas «concédé» pour l’instant et un grand nombre de litiges attendent leur solution par la justice (y compris la Cour Suprême).

Alors ? Eh bien regardons les cartes conçues par everylegalvote.com :

Le 10.11.20 :

trois couleurs - états gagnés (en attente de certification) – rouge, DT – bleu - JB et rose - indéterminés (pas 100% et/ou litiges) ; actuellement, le nombre de possibles électeurs de DT (219) dépasse celui de JB (212).

Mais alors, sur quelle base a-t-on décidé que JB a gagné l’élection ? Sur la base de données qui montreraient cela – données que la campagne de DT considère comme frauduleuses/erronées et qui font l’objet de moult litiges :

C’est comme si les chaînes TV avaient considéré que la résolution des litiges s’est faite en faveur de JB et qu’il disposerait de 304 électeurs soit beaucoup plus que les 270 nécessaires. On doit admettre (il ne s’agit pas d’une vue partisane) qu’il s’agit d’une hypothèse et non pas d’une certitude. En clair, encore, JB n’est toujours pas ni Président, ni Président-élu tant qu’un nombre suffisant de litiges jugés en sa faveur ne lui donnent plus de  270  électeurs.      J. Biden, pour l’instant, usurpe un titre qui ne peut pas lui être reconnu, il s’agit d’une imposture.

Naturellement, on doit regarder ce qui se passerait si l’hypothèse prise en charge pour JB l’est pour DT :

A quelques voix près DT dépasserait le nombre de JB et gagnerait lui aussi !

Arrivés là, je suis obligé de me poser les questions qui suivent :

  1. les cartes évoquées correspondent-elles à la réalité ?
  2. si la réponse à  la première question est OUI, comment se fait-il qu’une pléthore de chefs d’état ont déjà congratulé J. Biden ? Étaient-ils à ce point pressés de tourner la page DT ?
  3. si la réponse pour la première question est OUI de quel droit JB se déclare-t-il «Président-élu» et installe la fiction d’un «bureau du Président-élu» ? D’évidence, il s’agit, pour l’instant, de l’usurpation d’un titre qui ne peut pas lui être reconnu, il s’agit d’une imposture.

ooooooo

Réputation, Réputation… L’ai-je bien défendu ?

Avouons que ce qui est le plus abscons c’est l’attitude des chefs d’état qui on congratulé JB et qui ont commencé à discuter de choses et d’autres avec JB. On se souvient qu’il y a trois ans le Général Flynn, choisi par DT comme National Security Adviser a fait l’objet d’une enquête du FBI. Et qui, depuis, s’est trouvé condamné par un juge démocrate -enquête commencée en vertu d’une loi (Logan, jamais utilisée, considérée non constitutionnelle, interdisant à des personnes non mandatés de prendre contact avec des autorités étrangères). Rien à dire  ?

Voilà, je veux croire que mes électeurs à l’origine de ce texte comprendront que ma préférence pour l’un ou l’autre des candidats (j’en ai une, bien sur) n’a pas empoisonné l’analyse qui précède. Et que, pour les besoins de la cause, il m’est parfaitement indifférent si l’un ou l’autre des candidats gagne l’élection.

Mais ce qui ne m’est pas indifférent c’est le fait que le soi-disant Président-élu avait assuré le monde entier qu’il attendra avant de se proclamer vainqueur, un peu de temps… Regardez (HORN News 11.11.2020) :

«Lors du débat à Cleveland, Chris Wallace de Fox News a directement demandé à Biden s'il souhaitait vivement que les Américains attendent que les résultats officiels soient certifiés. «Exhorterez-vous vos partisans à rester calmes pendant le décompte des voix, et vous engagez-vous à ne pas déclarer la victoire tant que les élections ne seront pas certifiées de manière indépendanteDemanda Wallace. "Oui," répondit Biden. «Et voici l’accord. Nous compterons tous les bulletins de vote. Comme vous l’avez souligné, certains de ces scrutins dans certains États ne peuvent même pas être ouverts avant le jour du scrutin, et s’il y a des milliers de bulletins de vote, il faudra du temps pour le faire», Cela n'a pas empêché J. Biden d'aller de l'avant après avoir reçu l’adoubement de médias grand public comme CNN, NSMC ou FOX NEWS.» (https://www.c-span.org/video/?c4921714/user-clip-wait-till-votes-independently-certified).

 

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2020 7 08 /11 /novembre /2020 17:04

Les chaînes de TV américaines ont proclamé la victoire de J. Biden. Et tous ceux qui espéraient, sans trop y croire, que D. Trump allait perdre, se sont précipités, comme un seul homme, pour congratuler J. Biden (montrant, implicitement, avec quel espoir ils attendaient la nouvelle et qu’ils n’allaient pas regretter le passé).

Il se trouve qu’aux Etats Unis un candidat est considéré élu soit quand tous les états, individuellement, le certifient, soit quand un des deux candidats le « concède » soit quand tous les litiges (jusqu’à la Cour Suprême) sont résolus.

En clair, comme le comptage des voix était en cours, hier encore, aucun état n’a certifié le résultat en faveur de J. Biden. D’un autre côté, des litiges sans nombre ayant été présentés à la justice (la Cour Suprême étant, déjà, intervenue pour un état important - par le nombre de grands électeurs - avec une injonction valide pour tous les états) on ne pouvait pas - on ne devait pas - considérer l’élection comme terminée avec un vainqueur qui ne l’était pas encore. On doit se souvenir qu’en 2000 le litige entre G. Bush et A. Gore à mis 36 jours pour être résolu avec une décision de la Cour Suprême.

Mais… cette fois-ci il s’agissait de D. Trump. 75,196 millions d’électeurs ont voté pour J. Biden, 71,803 millions pour D. Trump. Ce que ces chiffres disent c’est que la «base» de D.T (nombre d’électeurs en 2016) a été augmentée ( !) nonobstant le matraquage impressionnant auquel elle a eu à faire face. Les 72 millions de D. Trump pouvaient espérer que les résultats finaux allaient faire gagner leur candidat car plusieurs états donnaient des signes en ce sens. A condition que les lois et règles concernant le vote et le comptage fussent respectées. Sans prendre parti, il me semble que c’eut été le minimum que les 147 millions d’électeurs pouvaient réclamer. Mais tous ceux qui étaient contre D. Trump, et en premier lieu, toutes les chaînes de TV, piaffaient d’impatience. Ce qui devait arriver, arriva, J. Biden a été proclamé vainqueur par les chaînes de TV. Si la TV le dit…

Car… cette fois-ci il s’agissait de D. Trump. Des lors, dès que des résultats partiels (en bonne partie contestés, comptage non fini – par exemple, seulement 90% en Arizona) laissaient croire à la victoire de J. Biden le ban et l’arrière-ban de ses détracteurs, la cohorte «d’alliés» des pays du monde, se sont précipités pour congratuler le vainqueur. Le premier de tous, J. Trudeau pour le Canada. Des exceptions notables, une en partie qui mérite d’être signalée : Le Président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a estimé samedi qu'il était trop tôt pour féliciter Joe Biden, dont la victoire face à Donald Trump a été annoncée par les médias américains.

«Nous allons attendre que toutes les questions légales soient résolues. Nous ne voulons pas être imprudents. Nous ne souhaitons pas agir à la légère et voulons être respectueux de l'autodétermination des peuples et des droits d'autrui. Nous n'avons aucun litige avec ni l'un ni l'autre des deux candidats. C'est un sujet humain, il faut faire preuve de décence et de prudence politique avant de prendre position sur ce qui s'est passé» (Sputnik France 08.11.20). Une once de décence, elle mérite d’être mentionnée. On trouve aussi, en Europe, quelques pays qui ont choisi la même attitude (Pologne, Hongrie, etc.,). Mais pas la France, pas l’Allemagne même pas l’Angleterre.

Pourquoi ? Certes, les désagréments de la politique de D. Trump ont beaucoup contrariés ses alliés.

« Nous avons une liste et vous ne travaillerez plus jamais si vous avez aidé Trump » La menace a été lancée par la chroniqueuse du Washington Post Jennifer Rubin, qui menace explicitement d’empêcher tout républicain de travailler «s’il fait des allégations de fraude sans fondement». (PJ-Media 06.11.20). A l’aune de cet extrait on pourrait se demander si les dirigeants de l’Europe ne pensent pas qu’ils seront mieux lotis avec J. Biden et, qu’en conséquence, il faut faire allégeance aussi rapidement que possible. Ce qui va, d’évidence, à l’encontre de ce que devrait être fait, en Europe surtout : dépendre de moins en moins des Etats Unis (position de notre Président), assurer de plus en plus sa défense (à l’intérieur du territoire couvert et dans les régions limitrophes d’où viennent les menaces les plus probables – la Méditerranée en premier lieu).

Il est fortement probable que le résultat final soit celui connu aujourd’hui. Soit parce que D. Trump va concéder, soit parce que les litiges ne se règleront pas en sa faveur. Et tous ceux qui, aux Etats Unis, se sont opposés pendant quatre longues années à ce qu’il était et ce qu’il faisait, auront, finalement, obtenu ce qu’ils souhaitaient. N’oublions pas… une enquête sur une hypothétique collusion avec la Russie, un « impeachment » qui n’en fût pas un… d’énormes quantités d’argent dépensés pour le vaincre : « Bloomberg a dépensé plus de 100 millions de dollars en Floride, en Ohio et au Texas pour battre Trump. Il a échoué. Une situation similaire s'est produite dans le Kentucky, où les groupes démocrates ont dépensé environ 100 millions de dollars pour tenter de vaincre le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell (R-KY), mais ont perdu. Un autre groupe démocrate a dépensé 100 millions de $ pour battre Lindsay Graham en Caroline du Sud (sénateur, allié de D. Trump)» (Daily Wire 04.11.20). Plus de 300 millions de $ à des endroits où ceux qui voulaient le battre ne l’ont pas réussi. Combien là où ils ont réussi ?

Il est fortement probable, aussi, que le combat d’arrière-garde (litiges, procès, Cour Suprême) ne donnera rien. Ce qui est tout aussi probable c’est que cette élection, à nulle autre pareille, restera dans l’histoire des Etats Unis comme exemple de ce qu’il ne faudra jamais refaire. Pour des tas de raisons mais surtout parce que - grosso modo- la moitié de la population des Etats Unis se trouvant dépossédée du résultat de ses espoirs assignera cela à la responsabilité de ceux qui ont laissé faire (ou ont fait) : erreurs de comptage, fraudes, manque de contrôle bipartisan au comptage des voix, achat de voix (donations/paiements pour que des détenus puissent voter) Dieu sait quoi encore.

Mais cela restera dans l’histoire des États Unis - si le Sénat est majoritairement démocrate - car disposant de la Présidence et des deux Chambres, il est fort probable que les Démocrates feront ce qu’ils avaient indiqué vouloir faire : transformer Porto Rico et le District de Columbia (Washington où D. Trump a obtenu 5% des voix !) en le 51-ème et 52-ème états et ajouter 4 sénateurs démocrates au Sénat actuel : assurance coulée dans du béton que les républicains n’auront plus jamais la majorité ! Et, comme ils en ont la volonté, augmenter le nombre des membres de la Cour Suprême pour lui donner une majorité démocrate pour… l’éternité.

Mais cela restera dans l’histoire des Etats Unis, fort probablement, aussi parce que la nouvelle Administration reviendra aux politiques, domestique et étrangère, qui ont prévalu pendant les 40 années avant le mandat de       D. Trump. Années marquées par des guerres sans nombre, par des traités de marchands de dupes (climat, Iran, Proche Orient, Chine, Turquie, j’en passe et des meilleurs). On se souviendra que pendant les quatre années de D. Trump on n’a commencé aucune nouvelle guerre. Quelle importance…

Alea jacta est, si l’on pense au bonheur des américains il faut souhaiter que la nouvelle Administration réussisse (mieux que la précédente) à éradiquer la Covid-19 et ses effets, reproduire le progrès impressionnant de l’économie américaine (PIB 33% supérieur à celui de l’année dernière pendant le 3ème trimestre 2020) et les succès en politique étrangère (Israël-Pays arabes, Serbie-Kossovo, obliger l‘Europe à contribuer à sa défense par l’OTAN, freiner la Corée du Nord, etc.,). Vaste programme…

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2020 3 04 /11 /novembre /2020 19:26

Flash back – nous sommes lundi soir, la veille du jour des élections aux States. 12 organismes de sondage assurent, tous, que J. Biden devance D.Trump de 10% dans le vote national et qu’il a 89,5% de chances de gagner l’élection. On se souvient, en 2016, la veille du jour des élections,  on créditait H. Clinton de 95% de chances pour gagner l’élection présidentielle. Plus près de nous, une enquête d’opinion trouvait que 80,5% de la population de l’Europe souhaitait l’élection de J. Biden.

Si on fait confiance au Wall Street Journal, aujourd’hui à 12h00, on constate (sur 87% des votes comptés) :

et si l’on regarde les principaux états où D. Trump semble être le gagnant on comprend qu’il arrive à 280 voix des grands électeurs, au moins, et qu’il vient de gagner, probablement, l’élection.

On devrait respirer un grand coup et … essayer de comprendre ce qui se passe. Car, pendant les quatre dernières années,       D. Trump a eu à subir :

  1. une enquête (28 avocats, 40 agents FBI, trois ans) concernant sa supposée collusion avec la Russie de M. Poutine,
  2. une procédure de «impeachment» pour une supposée intervention auprès de l‘Ukraine pour provoquer des dommages majeurs à J. Biden,
  3. une «persécution» constante des médias (selon étude Harvard, 92% des médias n’ont publié que des textes négatifs concernant D. Trump),
  4. l’essentiel des universités, centres cinéma (Hollywood) ont pris une fortement attitude négative concernant D. Trump,

bref, sans exagération aucune, il a eu contre lui tout ce qui comptait aux Etats Unis : les grandes banques, l'essentiel des médias, les GAFA (Bezos-Amazon-Washington Post), Twitter, l'éducation, les sports, les universités qui comptent, les artistes les plus renommés, ...Y a-t-il une explication ?

 Naturellement, c’est un faisceau d’indices concordants qui pourraient expliquer le probable résultat :

  1. la «révolte» des «déplorables» (des moins que rien … épithète utilisé par H. Clinton pour appeler les supporters de D. Trump),
  2. la (très importante) dérive du parti démocrate vers une gauche trop à gauche
  3. l’apparence de JB pendant la campagne pour l’élection (vieillard cacochyme, englué dans un magma de corruption qui se fait jour, manipulé par Bernie Sanders, socialiste -et fier de l’être- et attendu par  la jeune garde démocrate -significativement plus à gauche que ce que le parti affichait naguère- pour virer à gauche toutes et qui, s’il cassait sa pipe pendant les 4 prochaines années, allait laisser sa place à Kamala Harris, -la sénatrice la plus à gauche du Sénat américain…)
  4.  le fait qu’en 2016 on a voté, surtout, contre H. Clinton tandis que maintenant on a voté pour D. Trump (son traitement unfair pendant quatre années et les résultats -impressionnants- de sa politique économique et étrangère (avant l’arrivée du virus).

Que devons-nous comprendre du probable résultat de l’élection américaine ?

Tout d’abord, que l’élection de D. Trump en 2016 (et encore plus aujourd’hui) n’est pas un accident de l’histoire. Qu’elle venait (vient) compenser, en partie, le mouvement du pendule mondial en faveur du «mondialisme», «droit homisme», «juridisme» et autres ismes … Qu’elle venait (vient) corriger la propension des élites gouvernantes de s’occuper moins que de raison des «laissés pour compte» principales variables d’ajustement pour quelque crise que ce soit. Qu’elle venait (vient) pour rappeler aux peuples et à leurs gouvernants que les nations, les religions (et leurs guerres) existent et qu’elles souhaitent perdurer. Qu’elle venait (vient) aussi pour rappeler que des guerres sans fin n’ont aucun résultat autre que de faire le bonheur des vendeurs d’armes (individus ou sociétés ou états).

Et si nous ne comprenons rien de ce qui se passe de l’autre côté de la grande mare, si nous nous laissons porter par la vague actuelle d’irresponsabilité des états européens (immigration, modèle social, juridisme empêchant les nations d’exercer leurs droits souverains, complicité avec les ennemis les plus dangereux de l’humanité -Iran, Turquie- et nonchalance vis-à-vis des régimes autoritaires -Russie, Chine-) quand nous nous réveillerons  … il sera trop tard. Nous ne serons plus nous, mais des sujets d’un monde différent, fût-il commandé par une religion prosélytique ou par un autoritarisme à côté du quel «1984 de G.Orwell» ne sera qu’un descriptif d’école maternelle.

ooooo

J’ai commencé avec un Flash back, il serait normal que je continue avec un Fast Forward

Les résultats, état par état, aux States vont prendre du temps pour être connus. C’est le résultat de l’addition de l’existence du virus et de la décision du parti démocrate de conseiller ses électeurs à voter par anticipation et/ou à envoyer leurs bulletins par la poste. Les deux étaient sensés de donner un avantage au parti démocrate. Le pari ne semble pas avoir été gagné mais … les résultats de beaucoup d’états ne sont pas disponibles et, qui plus est, pourraient être sujets à des fraudes. Il s’ensuit que ce qui semble maintenant définitif, ne le soit pas !

Suivez, donc, si vous en avez le loisir, ce que les gazettes et autres TV nous racontent, cela pourra prendre quelques semaines et … un appel à la Cour Suprême fait par un ou l’autre des impétrants pour être départagés.

Mais pour l’instant … D.Trump semble avoir gagné son élection et si je me suis trompé pour le résultat je ne crois pas que ce soit le cas pour l’analyse.

 

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents

Liens