Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 15:11

Dans le texte « Déni de réalité » mis en ligne le 5 décembre, je soulignais la contre-vérité flagrante relative à la soi-disant « coupure en deux »  du territoire du futur éventuel état palestinien et à la non moins soi-disant impossibilité pour cet état (qui n’en est pas un …) d’avoir un territoire contiguë.

Le mensonge (n’ayons pas peur des mots …) a été colporté par toute la presse française. Le New York Times, lui aussi a fait des gorges chaudes sur le sujet.

En revanche, personne n’a eu le courage de traduire le discours de Khaled Meshal à Gaza, discours dans lequel il crie la vérité du Hamas : libérer la Palestine toute entière et dire clairement aux « sionistes » de préparer leurs passeports …

Mais le New York Times qui traverse une crise financière doublée d’une autre, plus grave, de crédibilité, vient de faire amende honorable : si l’article incendiaire était à la une, il vient de publier – au milieu du journal … deux corrections, les voilà :

                          Capture-d-ecran-2012-12-12-a-14.35.50.jpg 

Les deux corrections, disent implicitement qu’un autre mensonge avait été proféré : il ne s’agit pas de constructions dans la zone E1 mais de … planification ! Elle a commencé en 2006 …

Mieux vaut tard que jamais … Mais pour ce qui est du Monde, le Figaro, Libé et, en particulier de l’AFP comme pour les chancelleries européennes – circulez il n’y a rien à voir !

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 12:39

Depuis plus d’une semaine, depuis que l’ONU a octroyé aux Palestiniens le statut d’état non membre mais observateur (à qui exactement ? Organisation de la Libération de la Palestine « observateur » depuis 1974 ? Autorité Palestinienne créée par les accords d’Oslo  de 1993 ? à Ramallah – Cisjordanie ? au Hamas – gouvernant Gaza depuis un « coup d’état sanglant » contre les frères du Fatah ?) les chancelleries du monde libre n’arrêtent pas de se sentir concernées.  Et, pour ne pas rester inactives, condamner une autorisation de continuer les opérations de planification pour 3.000 appartements dans une zone adjacente à Jérusalem. Vous avez bien lu : « autorisation pour continuer les opérations de planification »  qui ont commencé en 2005 ! Et voilà que l’on convoque les ambassadeurs d’Israël à Paris, à Londres et même au Caire …

 

La raison majeure : si ces appartements sont construits « l’état palestinien (à créer) n’aura plus de contiguïté » Il suffit de regarder la carte de l’endroit pour comprendre l’inanité de la justification et, partant, l’absurdité de la position desdites chancelleries, conscientes comme elles devraient l’être, qu’il s’agit, en réalité, d’une nouvelle preuve du déni de réalité dans lequel le monde se trouve depuis que l’on a inventé la « solution des deux états ».

Sans-titre-1-copie-2.jpg

  

 En effet, si l’on regarde la carte on voit qu’entre Maale Adumim (point extrême de la zone E1) et la frontière (hypothétique …) du futur éventuel état palestinien il y a une distance de 15 km : la même qu’entre Tulkarem (point frontière du futur éventuel état palestinien avec Israël) et la mer. Pourtant, Israël dispose d’une contiguïté et on ne voit pas pourquoi ce ne serait pas la même chose pour le futur éventuel état palestinien. Dites : si nous pouvons voir et comprendre est-il possible que les chancelleries du monde l’ignore ?

 

Certainement pas. La réalité que l’on veut dénier c’est l’absurdité de la « solution de deux états ».

 

Procédons comme en math : considérons le problème résolu et vérifions si les hypothèses de départ sont cohérentes avec la solution trouvée.

 

Acceptons (pourquoi on ne l’accepterait pas ?) qu’il y a trois étapes pour les trois cercles concentriques qui doivent contribuer à implémenter la solution « deux états ».

 

-       1ère étape : les négociateurs israéliens et palestiniens arrivent (ce n’est jamais arrivé …) à définir un jeu de paramètres acceptables pour eux pour mettre en place la solution « deux états » ; oublions pour l’instant que les négociateurs palestiniens ne peuvent parler qu’au nom d’une moitié de leur « peuple » car l’autre moitié, par la voix de ses représentants élus (Gaza, Hamas) ne leur a donné aucun mandat (pire, ils ont fait savoir qu’ils sont contre …) ; une fois lesdits paramètres définis il faudrait que les négociateurs annoncent, urbi et orbi, la « couleur » : supposons (à l’encontre de tout ce qui s’est passé en 2000 ou en 2008 – Barak/Clinton/Arafat et Olmert/Abbas) que les négociateurs palestiniens prennent leur courage à deux mains et présentent à leur « peuple » les résultats de la négociation : pas de problème pour l’étendue du territoire mais … pas de Jérusalem, ni droit au retour des quatre (ou cinq) générations de réfugiés, état démilitarisé, etc., ;

-       2ème étape : tous les irrédentistes, du côté palestinien, qui sont contre toute solution car voués à la disparition totale d’Israël, feront campagne pour interdire toute velléité de continuer dans la voie de la « négociation » ; non seulement les factions palestiniennes (Hamas, Jihad Islamique, FPLP et autres) mais aussi le Hezbollah et, surtout, le pays qui vise s’assurer de l’hégémonie du Proche Orient et de l’éradication d’Israël, l’Iran ; suffisamment d’acteurs pour que l’avenir des résultats de la négociation (1ère étape) se trouve sous le signe de l’interrogation ;

-       3ème étape : les dirigeants palestiniens et israéliens qui sont arrivés à un accord tiennent bon (1ère étape -s’ils sont encore en vie …) et décident de soumettre au référendum la « solution à deux états » - forte probabilité pour une réponse positive du côté israélien, totalement impossible à supputer la même chose du côté palestinien car, par de là les aspects « séculiers » il reste l’aspect religieux : impossibilité existentielle pour la majorité des palestiniens musulmans d’accepter la présence d’un état juif sur le territoire qui leur a été légué par Allah …

 

On comprend, les trois « cercles concentriques » (négociateurs, acteurs d’influence et masses populaires), du plus petit périmètre au plus grand, ne laissent, logiquement, aucune chance à la réalisation d’une solution « à deux états ».

 

On revient donc (comme en math …) au départ, pour dire que, vu que les hypothèses sont fausses, la solution « deux états » n’en est pas une. Qu’importe,  depuis des dizaines d’années le monde entier s’évertue à vouloir la faire ingurgiter à Israël qui, pour des raisons plus ou moins évidentes, fait semblant de l’accepter sachant pertinemment qu’elle ne verra jamais jour. Alors … planifier de nouvelles constructions ou, même, les faire (en accord avec ce à quoi les Etats Unis ont acquiescé comme contrepartie à l’évacuation de Gaza … mais cela c’est une autre  histoire …) cela ne changera rien à l’avenir.

 

En revanche, ce qui pourrait changer - à supposer qu’à l’encontre de la réalité telle que perçue aujourd’hui on crée quand même un nouvel état – c’est la sécurité de l’état juif et, partant, la durée de son existence.

 

Continuons à croire que la solution est plausible. Comme on a cru en 2005 quand Israël a évacué Gaza. Ce qui s’est passé à Gaza c’est que les « terroristes méchants » (Hamas – avec qui on ne veut pas discuter car il est voué à la destruction d’Israël) ont pris le pas sur les « bons terroristes » (le Fatah qui, tout en faisant semblant d’accepter l’existence d’Israël participe à la « résistance » - vocable commode pour éviter celui de terrorisme). Et la conclusion, six ans après, on l’a vue au moment de la « dernière guerre à Gaza :

 

20121124_MAM497.png
 

disposant de fusées (plus ou moins artisanales …) avec un rayon d’action jusqu’à  85 km le Hamas et ses associés ont montré pouvoir tenir sous leur feu plus de 2 millions de citoyens d’Israël (juifs et/ou arabes). Etat palestinien – les loups sont devenus agneaux (au moins pour un temps) mais … comme à Gaza, chassez le naturel il revient au galop … les agneaux se transforment de nouveaux en loups et, cette fois-ci, avec de fusées d’un rayon d’action de moitié, les 4 autres millions de citoyens israéliens peuvent se trouver sous le feu des voisins pacifiques et civilisés comme les suisses le sont pour la France ou l’Allemagne … Des rampes de fusées à Naplouse et à Jenin en sont suffisantes et Jérusalem, Tel Aviv et Haifa n’ont qu’a bien se tenir.

 

Qui peut croire qu’Israël fera un jour le pari d’admettre que les loups se sont transformés, définitivement, en agneaux ? Si cela était vrai on l’aurait observé depuis 1.400 ans depuis que l’islam a été apporté au monde …

 

Fusees-WB.jpg

 

Alors, toutes les jérémiades relatives à la sécurité d’Israël (« non-négociable » pour la France ou l’Allemagne ou « assurée par les Etats Unique en cas d’attaque », etc.,)  doivent être prises pour ce qu’elles sont : des somnifères pour endormir Israël et laisser le monde (déjà endormi) rêver paisiblement à une paix éternelle exempte de conflits et … surtout de la présence incommode d’Israël.

 

Chers lecteurs,

 

Si quelqu’un parmi vous trouve une erreur de logique dans ce qui précède ou, une erreur tout court, faites-le moi savoir. Comme vous avez à coeur de me faire savoir, presque toujours, ce sur quoi vous êtes d’accord et ce sur quoi vous ne l’êtes pas.

 

Mais si la logique de l’exposé passe la rampe … faites-le savoir au monde entier et, surtout, aux chancelleries des pays -sois-disant- amis d’Israël.

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2012 7 02 /12 /décembre /2012 08:50

 

Du Nord au Sud et de l’Est en Ouest le monde entier, émerveillé, enfin satisfait, salue l’événement du siècle : l’ONU a accordé le statut d’état non membre, mais observateur, à la « Palestine ». Etat ? Palestine ? Vous pouvez  bien chercher il n’y a jamais eu ni un état ni, encore moins, un qui s’appellerait « Palestine » mais, où irions-nous si on s’arrêtait à ce genre de peccadilles …

 

C’est à l’Assemblée Générale de l’ONU que 138 états (dont environ 100 faisant partie des « non alignés » et 56 d’entre eux de l'Organisation de Coopération Islamique) ont approuvé la résolution présentée par Son Excellence Daffa-Alla Elhag Ali Osman, ambassadeur du Soudan : pays dont le président est recherché par Interpol sur mandat de la Cour Pénale Internationale pour le génocide perpétué au Darfour. A tout seigneur tout honneur, il fallait bien que le représentant d’un assassin propose à la « communauté internationale » d’accorder un statut rehaussé au plan international à ceux qui ont apporté au bonheur du monde les rapts d’avions, les homicides par explosion et -par ricochet- les dépenses faramineuses pour assurer la protection de tous les aéroports du monde …

 

Et l’Assemblée Générale de l’ONU a pris sa décision. Remarquez, il n’y a eu que 138 voix pour, soit 38 de moins que les 176 voix par lesquelles le même pays, le Soudan, a été élu à la commission des droits de l’homme … Mais souvenons-nous du mot d’Abba Eban « Si l’Algérie proposait une résolution selon laquelle la terre est plate et qu’Israël en était responsable, elle va être adoptée avec 164 voix pour (dont celle de la France … ajout MB), 13 voix contre et 26 abstentions » Bien vu, le résultat complet cette semaine a été 138 pour, 9 contre et 41 abstentions.

 

Pour justifier la candidature à ce nouveau statut, le Président de l’Autorité Palestinienne -président dont le mandat a fini en 2009, ne disposant d’aucune autorité sur la moitié du « territoire » auquel on a donné un nouveau statut- a utilisé (par delà les sempiternelles accusations éculées de « racisme, agression, apartheid » proférées à l’adresse d’Israël) un argument massif qui constitue aussi un acte d’accusation contre Israël. « Israël occupe la terre palestinienne depuis 65 ans, il faut rendre justice au peuple palestinien »

 

Vous avez bien compris, ce ne sont pas les territoires qui sont disputés depuis la guerre de 1967 (provoquée par des états arabes et perdue par les mêmes) qui sont en cause mais la totalité de ce que le mandat accordé par la Société des Nations à l’Angleterre appelait « Palestine ».

 

Se souvient-on ? Déclaration Balfour, Société des Nations, partage du territoire de 1947 pour créer deux états « un, juif et l’autre arabe » ? Le lendemain de la proclamation de l’Etat Juif, 7 armées arabes ont essayé d’éradiquer le nouvel état (Monsieur Ahmadinejad n’était pas encore né …) et de « tuer les juifs » éventuellement les jeter à la mer … Et de là jusqu’à cette semaine, les arabes n’ont jamais cessé d’essayer : 7 guerres, 2 intifadas, 4 conflits armés, 12.100 roquettes tirées sur des populations civiles, 170 homicides par explosion et quelques 23.000 soldats (et personnels de sécurités) morts – voilà le tribut payé par Israël pour assurer son existence au milieu de ses voisins pacifiques et civilisés tels que leur religion, l’islam, leur apprend à être.

 

Certes, pour survivre Israël a dû transformer, de fond en comble, le mode de vie de tous ceux qui s’y sont installés ou qui y sont nés. Naturellement, les bonnes âmes lui reprochent un certain « militarisme » : le prix à payer pour passer de la photo de gauche à celle de droite :

 

Transformation.jpg 

En un mot comme en cent, depuis 1947 à aucun moment les pays arabes (nonobstant les traités de paix avec l’Egypte et la Jordanie, nonobstant « l’initiative arabe ») n’ont accepté l’existence de l’Etat Juif dans le territoire qu’Allah à légué à ses adeptes (après quelques conquêtes sanguinaires mais … là encore, des peccadilles …).

Quant à l’essence du vote de l’ONU, il n’est pas difficile de la supputer : délégitimer Israël, faire en sorte qu’il n’y ait pas de négociation pour la création de l’état palestinien (un des trois NON de Khartoum, 1967 ?). Ce qui est surprenant ce n’est pas que la France s’est abaissée en votant pour, ce qui est surprenant c’est que l’Angleterre s’est abstenue. Explication : on a demandé aux palestiniens de s’engager (a) à reprendre les négociations interrompues de leur fait depuis plus de quatre ans et (b) de s’interdire de faire appel à la Cour Internationale de Justice, par exemple, avant d’avoir un accord de paix avec Israël. Que les palestiniens aient refusé cela n’a pas été suffisant pour un pays comme la France (mais ce n’est pas les seul en Europe …) pour comprendre ce qui adviendra.

Mais les conséquences du vote à l’ONU ne sont pas sans importance :

-    les accords d’Oslo deviennent caducs car ils prévoyaient qu’aucune partie n’essayera de changer l’état des territoires disputés jusqu’à un règlement final ; ces accords portaient aussi, comme garants, les signatures de l’Union Européenne et de la France - l’on peut comprendre le peu de cas qu’Israël fera à l’avenir de toute garantie proposé par les mêmes ;

-    procédant à l’abrogation de fait des accords d’Oslo les palestiniens dégagent, par là même, Israël de ses obligations ; quelque soit l’avenir, si négociation il y a elle ne pourra qu’être plus difficile car … « un gentlemen agreement suppose l’existence de deux gentlemen »

-    le « président Abbas » n’ayant pas été autorisé par le « gouvernement légal » de Gaza (issu d’élections perdues par sa faction, le Fatah) vient de créer les conditions d’existence de trois états : les territoires disputés (Cisjordanie), Gaza et Israël ; la séparation de la Cisjordanie et du Gaza est aujourd’hui inscrite dans le marbre fissuré par les agissements contreproductifs des palestiniens et de leurs sponsors ; et dès lors si « l’état palestinien » comporte Gaza, toute attaque venant de là-bas serait de la responsabilité de Monsieur Abbas (qui, pourtant, n’a pas le droit d’y mettre ses pieds !).

 

Last but not least : il y a 20 ans, devant une manœuvre identique des palestiniens, James Baker, Secrétaire d’Etat a fait une déclaration publique : « Si, d’aventure, l’ONU change le statut des palestiniens, je proposerai au Président (BUSH 1) d’arrêter avec effet immédiat toute contribution des Etats Unis à l’UNRWA, à l’ONU et au palestiniens » On n’en a plus parlé pendant 20 ans … jusqu’à BHO qui, ne faisant pas la même chose, s’est rendu en réalité complice de la décision prise par l’ONU tout en faisant dire le contraire.

Alors ? Rien ne changera. M. Abbas (l'auteur d’une thèse de doctorat, à Moscou, niant l’existence de la Shoah) n’a jamais, en réalité, voulu arriver à un accord final avec Israël. Comme, d’ailleurs, le terroriste corrompu Arafat, son patron pendant des années. Auraient-ils voulu un accord ils auraient pu l’avoir depuis 2000 (paramètres Clinton) ou depuis 2008 (offre Olmert). Ils ne veulent pas négocier car ils espèrent, avec l’aide de la communauté internationale (qui a toujours tellement aimé les juifs qu’elle a voulu les tenir au chaud dans les fours crématoires de l’Europe …), obtenir tous ce qu’ils souhaitent : la disparition de l’état juif, le remplacement des israéliens (juifs de surcroît) par 5 millions de descendants des 650.000 palestiniens ayant fui (ou ayant été expulsés, selon la narrative que l’on veut bien choisir) dont les statut exorbitant, sans équivalent au monde, de « réfugiés de père en fils, sans distinction de génération » leur a été accordé par la même communauté internationale miséricordieuse quand il s’agit de faire du mal aux juifs …

Rien ne changera. Plus de 40.000 morts en Syrie, nombre augmentant en moyenne de 150/200 tous les jours. On ne veut même pas réaliser le racisme implicite de l’attitude de la « communauté internationale » : des musulmans qui tuent des musulmans, c’est leur culture … »

Mais, naturellement, dès qu’un palestinien utilisé par ses frères du Hamas comme bouclier humain est mort, la presse mondiale met l’événement en première page, tout le monde commence à demander à Israël de ne pas réagir d’une manière « disproportionnée » et les épigones de Monsieur Goldstone taillent leurs crayons pour préparer un nouveau rapport sur les atroces crimes contre l’humanité de la soldatesque israélienne …

Morts-2012.jpg 

Et la même « communauté internationale » qui voudrait faire admettre aux juifs d’Israël qu’en parlant aux arabes et en faisant preuve de générosité (concessions …) les choses s’arrangeront …

Mais les sujets de préoccupation des chancelleries des grandes nations sont autrement plus importantes : on a encore approuvé la construction de nouveaux appartements à Jérusalem … ce qui doit être condamné, illico, impérativement, car cela fait retarder la conclusion du conflit israélo-palestinien. On croit rêver, non, ainsi va le monde …

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 12:02

 

 

Au bout de quelques jours, les questions se faisant d’autant plus nombreuses que mon silence se prolongeait … le moment est venu pour répondre à la question majeure : guerre à Gaza et après ?

 

1.     Prologue – depuis le début de l’année « l’entité terroriste » connue sous le nom de « Gaza », contrôlée par le Hamas (succursale des Frères Musulmans qui, avec l’appui de BHO, sont devenus les maîtres de l’Egypte), a tiré plus de 1.100 fusées (plus ou moins artisanales) sur le territoire d’Israël. Et au cours de la deuxième semaine de novembre seulement plus de 350. Après de multiples avertissements, que le silence assourdissant de la « communauté internationale » n’a pas enregistré, Israël a décidé de mettre fin à la vie d’un terroriste (« commandant militaire » du Hamas) et lancer une opération de représailles.

2.     Constat – préparé à en découdre (selon certains ayant souhaité la conflagration) Hamas a tiré sur Israël plus de 1.500 fusées dont quelques unes en direction de Tel Aviv et/ou Jérusalem en provoquant la mort de six israéliens. Ils ont eu en échange 160 morts dont 92 "combattants", 1.500 sites détruits, 19 chefs terroristes éliminés, 980 rampes de tirs de roquettes détruites, 30 centres de commandement de premier ordre détruits, 140 tunnels de contrebande d'armes (entre Gaza et la pays frère, l’Egypte) détruits, 66 tunnels utilisés pour des activités terroristes détruits,  42 salles d'opération et bases du Hamas détruites, 26 sites utilisés pour la fabrication et le stockage d'armes détruits et des dizaines de rampes et de sites de lancement de roquettes à longue portée détruites aussi. Après huit jours de représailles l’aviation israélienne manquait de cibles … 

Sans-titre-1-copie-1.jpg

Ajoutez à cela que l’arsenal de fusées (fournies, pour l’essentiel, par l’Iran) a été réduit au moins de moitié ( sinon de deux tiers) et vous aurez, comme moi, du mal à comprendre pourquoi le Hamas et ses sponsors (mais aussi une bonne partie de la gauche mondiale via les média qu’elle contrôle) crie victoire ! Vous aurez aussi du mal à comprendre pourquoi on considère que Gaza est une « prison à ciel ouvert » ou sévit une « crise humanitaire » et dont la population souffre à cause de « l’occupation israélienne » quand on voit l'arsenal dont on disposait et les infrastructures nécessaires pour l'utiliser.

3.      Crier « victoire » - il y a 45 ans, dans une guerre provoquée par Nasser qui voulait (déjà …) détruire Israël et qui n’a duré que six jours, ce pays a mis en pièces les armées de l’Egypte, la Jordanie et la Syrie. L’Egypte a perdu le Sinaï (territoire trois fois plus grand que celui d’Israël), la Jordanie a perdu la Cisjordanie (annexée, sans reconnaissance internationale, après la guerre de 1948) et la Syrie a perdu le plateau du Golan (occupé, en partie, par ses armées en 1948). Qu’importe … les pays arabes ont crié victoire et on édicté les trois NON de Khartoum : non à la paix, non à la reconnaissance d’Israël, non à des négociations avec.

Il y a 39 ans, dans une guerre, de nouveau provoquée par l’Egypte et la Syrie, après des jours d’angoisse quand la survie d’Israël était sous le signe de l'interrogation, l’armée de ce pays se trouvait en territoire égyptien à 101 km du Caire et dans le Nord à 60 km de Damas. Qu’importe … les pays arabes ont crié victoire et fêtent l’événement depuis.

Il y a 30 ans, dans une guerre provoquée par les bandes d’Arafat qui avait transformé le Liban en « terre de résistance », l’armée d’Israël est arrivée à Beyrouth, a laissé la France sauver Arafat et ses bandes en les transférant en Tunisie mais pendant 19 ans le Nord d’Israël n’a plus été attaqué. Qu’importe … le Hezbollah (et les pays arabes à sa suite) ont crié victoire quand Israël, fort des promesses de l’ONU, de la France et d’autres « pays responsables » s’est retiré du Liban.

Il y a six ans, dans une guerre (mal conduite) provoquée par le Hezbollah au Liban, on a vu Israël détruire toutes les fusées à longue portée fournies par l’Iran à son supplétif dans la première heure de la guerre et, grosso modo, un quart des infrastructures libanaises (avec une préférence marquée pour celles appartenant au Hezbollah). Qu’importe … le Hezbollah (et les pays arabes à sa suite) ont appelé la guerre « la divine victoire » s’auto convainquant qu’Israël avait perdu la guerre.

Alors … entendre le Hamas (et tous ceux qui le soutiennent y compris ceux qui le font par haine d’Israël, en particulier et des juifs, en général) qu’il a remporté une victoire contre Israël il y a deux semaines

 « Les Arabes n'ont jamais admis leurs défaites dans les guerres avec Israël et la cause palestinienne est devenue plus compliquée. Et maintenant, avec le Printemps Arabe sans fin, le monde arabe n'a pas le temps de s’occuper des réfugiés palestiniens ou de la cause palestinienne, parce que de nombreux Arabes sont des réfugiés eux-mêmes et se trouvent sous les attaques constantes de la part de leurs propres forces armées. Des Syriens quittent leur propre pays, non pas parce que des avions israéliens lancent des bombes sur eux. C'est l'armée de l'air syrienne, qui fait tomber les bombes. Et maintenant, des irakiens musulmans arabes, les cerveaux les plus intelligents, quittent l'Irak. Au Yémen, la tragédie humaine la plus triste du monde est écrite par les Yéménites. En Egypte, les gens du Sinaï sont oubliés….  «  Enfin, si la plupart des pays arabes sont dans un tel désarroi, qu'est-il arrivé à l'ennemi juré des arabes (Israël)? Israël dispose maintenant de capacités de recherche les plus avancées, des meilleures universités du monde et des infrastructures de pointe. Beaucoup d'Arabes ne savent pas que l'espérance de vie des Palestiniens vivant en Israël est beaucoup plus longue que dans de nombreux pays arabes et qu’ils jouissent d’une liberté  politique et sociale bien meilleure que celle de beaucoup de leurs frères arabes. Même les Palestiniens vivant sous occupation israélienne en Cisjordanie ……….. bénéficient de davantage de droits politiques et sociaux que certains endroits dans le monde arabe. N'était-ce pas un israélo-palestinien l'un des juges qui ont envoyé un ancien président israélien en prison ?... Le printemps arabe a montré au monde que les Palestiniens sont plus heureux et en meilleure situation que leurs frères arabes qui se sont battus pour les libérer des Israéliens. Maintenant, il est temps d'arrêter la haine et les guerres et de commencer à créer des conditions de vie meilleure pour les générations futures arabes. » (Abdulatif Al-Mulhim, Amiral, Marine Royale Saoudienne, http://www.arabnews.com/home), 17 octobre 2012).

En un mot comme en cent, chaque fois que des guerres (toutes provoquées par ceux qui ne voudront jamais admettre l’existence d’un état juif dans le territoire du wakf légué à eux par Allah …) non seulement la paix s’éloigne mais le monde arabe revient, un peu plus, dans les ténèbres du sous-développement dont la cause principale est l’emprise de l’islam.

4.       Le cercle vicieux – Le dernier épisode, « guerre à Gaza » est un parfait résumé de ce  qui se passe d’habitude :

-  un acteur arabe (pays ou entité terroriste comme le Hamas ou le Hezbollah) faisant preuve d’une amnésie remarquable, croit que le moment est venu pour « vaincre » Israël (ou lui faire perdre encore un peu de son standing  international car nonobstant le résultat … Israël sera condamné ..) et agit jusqu’au seuil où la riposte israélienne devient inévitable ;

-  Israël sort victorieux de l’épreuve, dont la durée n’a été déterminée que par le temps nécessaire pour la « communauté internationale » de demander à Israël de ne pas agir d’une manière « disproportionnée » et de sponsoriser un « cessez-le-feu »

-  le monde arabe déclare urbi et orbi qu’Israël a été vaincu et instille cette vérité de circonstance dans les cerveaux des « masses arabes » disponibles à croire que l’ennemi a été vaincu.

            Et le cycle se répète à satiété …

5.    La suite – Ce qui devait arrivé est arrivé : « le printemps arabe » tellement applaudi par tous les gens de bien du monde (accessoirement par tous ceux qui vouent Israël à la disparition) se transforme, non pas en « hiver » mais en cauchemar. Des islamistes prennent le gouvernail dans les pays les plus évolués (Tunisie, Egypte), une guerre ayant fait plus de 40.000 morts a lieu en Syrie (aucune manif de la Bastille à la République … mais au lendemain du cessez-le feu à Gaza regardez « les musulmans qui tuent des musulmans ») et ceux qui pourraient la gagner avec l’aide de l’Occident éclairé sont des « barbus » pires que les islamistes du Caire ou de Tunis …, bref, on se trouvera avec une rive Sud de la Méditerranée entièrement entre les mains de ceux dont l’ambition est de transformer l’Europe (Eurabia c’est dépassé …) en dar-al-islam (territoire islamisé) quitte à passer, si nécessaire par l’étape « dar-al-harb » (territoire de conquête par la guerre).

ZZ5BDAF505-copie-1.jpg

oooooo

Pendant ce temps … la crise économique sévit en Europe mais on continue de transférer plus de 500 milliards d’euros annuellement aux pays du golfe (pour leur pétrole) dont une partie est utilisée pour construire des mosquées en France, en Italie et ailleurs et/ou pour assurer que les « militants » de tous poils (musulmans ..) n’arrêtent pas de montrer au monde l’avenir heureux dont il disposera quand la charia sera la loi universelle : la promesse d’Allah ne souffre pas de ne pas être réalisée.

Sans-titre-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 22:17

 

 

40.000 morts en Syrie, le vieux Alep détruit par les bombes (non pas d’Israël mais de l’aviation syrienne), les attentats suicides en Irak et Pakistan, le sous-développement de 83 millions d’égyptiens et … 1.400 fusées tirées par les « militants » du Hamas sur le territoire d’Israël. Plus d’un million d’israéliens dont la vie n’a plus rien de normal – même si, jusqu’ici le nombre de morts est inférieur à une demi-douzaine. Un million d’israéliens ? Au prorata des populations cela représente 13 millions de français : notre pays accepterait-il (quelques fussent les raisons indiquées par ses ennemis éventuels) d’être abreuvé de plus de 1.500 fusées sans réagir ? Se souvient-on de la destruction des ravisseurs maliens preneurs d’otages en plein désert sub-saharien ?


Le monde arabe a dépensé en pure perte des centaines de milliards d’euros et a perdu des dizaines de milliers de vies innocentes en provoquant et en perdant des guerres contre Israël, qu'ils estimaient être leur ennemi juré, un ennemi dont l'existence ils n'ont jamais reconnu. Le monde arabe a beaucoup d'ennemis, et Israël aurait dû être au bas de la liste. Les vrais ennemis du monde arabe sont la corruption, le manque d’éducation, l’espérance de vie inférieure d’un tiers à celle des pays développés, le manque de liberté, le manque de respect pour la vie et, enfin, les dictateurs qui ont utilisé le conflit israélo-arabe pour oppresser leurs propres peuples.


Pourquoi Hamas a-t-il décidé de lancer un nouvel affrontement avec Israël ? Trois théories ont cours : (a) diversion demandé par l’Iran par rapport à ce qui se passe en Syrie, (b) démontrer qu’il est le principal acteur de la confrontation israélo-palestinienne (en affaiblissant encore un peu si cela est possible … Mahmoud Abbas), (c) capitaliser sa proximité avec les Frères Musulmans en train de prendre le contrôle des pays arabes (modérés …) suite au « printemps arabe » Frères Musulmans, nouveaux amis de M. Obama dont le principal est M. Erdogan … Entendant ce dernier parler « d’Israël état terroriste qui provoquera un bain de sang au Proche Orient », entendant M. Morsi -partenaire de M. Obama pour l’édification d’un nouveau Proche Orient- dire « amen » au prêche d’un imam demandant aux fidèles de tuer les juifs et de libérer Jérusalem … le Hamas s’est senti en mesure de faire un pas de plus vers la destruction de l’Etat d’Israël.


Mais quelque soit la théorie, une chose est claire : voué à l’éradication d’Israël et à la destruction de juifs, le Hamas ne peut pas rester longtemps inactif car d’autres groupes se créent pour être encore plus irrédentistes que lui-même. Et comme chaque mort palestinien est un élément d’actif utilisé pour créer de la sympathie et pour vilipender Israël, allons-y ! Le Hamas, à l’heure actuelle, doit souhaiter plus que toute autre chose une opération terrestre d’Israël qui, sans doute, fera plus de morts qu’actuellement et donnera la possibilité de mettre au pilori, encore un peu plus, l’assassin israélien. Un exemple parlant plus que tout autres : ils ont tirés des fusées sur Jérusalem. Jérusalem ? 40% de la population est musulmane mais si on s’arrêtait à ce genre de considérations il n’y aurait plus de raison de ne pas tuer en Irak, en Syrie, au Pakistan ou partout en Afrique.


Hamas à tiré 1.600 fusées (elles ne sont plus artisanales …) en huit jours sur le territoire israélien. Le Secrétaire Général des Nations Unis, Monsieur Fabius et d’autres coryphées de la diplomatie mondiale engagent Israël à ne pas réagir d’une manière « disproportionnée » Même Monsieur Poutine qui voulait « pourchasser les Tchétchènes jusque dans les chiottes »: quelle galéjade …


Israël, fort des enseignements de la guerre à Gaza, détruit avec de « frappes chirurgicales » les objectifs militaires du Hamas en évitant, autant que faire se peut, les victimes civiles. Sur les 108 morts enregistrés à l’heure actuelle, presque tous sont des « combattants » du Hamas (ou du Jihad Islamique) tués les armes à la main ou ayant fait l’objet de destruction ciblée : commandants des divers secteurs, spécialistes des fusées ou des enlèvements, autant dire les ennemis que chaque armée combat quand il s’agit d’une guerre. Naturellement, la presse internationale (pourquoi ?) les transforme tous en « victimes innocentes » et montrent partout l’enfant qui a été blessé dans un bombardement. Avez-vous vu le pas de tir de fusées installé à 5 mètres d’une mosquée ? Avez-vous vu le pas de tir pour fusées Fajr-5 (80 km de rayon d’action et une charge d’explosif de 175 kg) installé à 10 mètres du principal hôpital de Gaza ? Saviez-vous que le centre du renseignement militaire du Hamas se trouvait (bombardé depuis …) dans l’immeuble de l’Agence France Presse ? Qui n’en savait rien ? Une agence de presse ?

Mosquee---pas-de-tir.jpg

Pas-de-tir-de-fusees-Fajr-5.png

Certes, la «rue arabe» s'enflamme, certes on saute de joie et on distribue de douceurs quand une fusée arrive (presque) à Tel Aviv. Mais … regardez les titres de quelques articles dans la presse arabe : Kuwaiti Columnist « Hamas is A Terrorist Organization », Saudi Columnist « Hamas's Rockets Give Israel An Excuse To Attack Gaza », « Violence Is Not The Answer, Considering Israel's Superior Strength » (Al-Ayam – Autorité Palestinienne) et ce que d’aucuns veulent occulter -"Gaza Is A Pawn On Iran's Chessboard".

Et les litanies habituelles recommencent à être entendues : « faut parler au Hamas », « Hamas est un partenaire de la problématique israélo-palestinienne », « tous ses membres ne sont pas des extrémistes », « comme le Hezbollah, ce n’est pas seulement une organisation militaire » et autres ejusdem farinae … Parler au Hamas ? Regardez comme ils parlent, eux, à leur propre peuple : six gaziotes soupçonnés d’informer Israël, assassinés en pleine rue. Ensuite une joyeuse escouade de jeunes motards traversant la ville avec le cadavre d’un des « traîtres ».

 Assassinat-d-un-tra-tre.png

Parler de quoi ? La charte du Hamas dit « le Mouvement de la Résistance Islamique aspire à réaliser la promesse d'Allah, peu importe combien de temps cela prendra. Le Prophète, Allah et la paix soient sur ​​lui, dit : «L'heure du jugement ne viendra pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs et les tuer. Alors que les Juifs se cachent derrière les arbres et les pierres, chaque arbre et chaque pierre dira:" Oh musulman, serviteur d'Allah oh, il y a un Juif derrière moi, viens le tuer ", à l'exception de l'arbre Gharqad, car il est l'arbre des Juifs." (Sahih Muslim, Livre 41) »

Personne n’ignore l’impossibilité existentielle pour les musulmans d’accepter qu’une parcelle de la terre d’Allah appartienne à des infidèles, juifs de surcroit. Mais personne ne veut accorder aux juifs israéliens des circonstances atténuantes pour tout ce qu’ils sont obligés de faire pour exister.

Jusqu’à quand ? Selon Golda Meïr « jusqu’au moment où ils aimeront leurs enfants plus qu’ils nous haïssent ». Autant dire … ad vitam aeternam

oooo

Sous la pression de Monsieur Obama, sous la pression de l’Union Européenne, à l’encontre de ses propres intérêts, Israël accepte un cessez-le-feu ce soir à 21h00. Depuis, 22 fusées sont tirées contre Israël et le Hamas, avec l’Egypte + tous les états musulmans glosent sur « l’échec d’Israël et du sionisme ». Dans deux mois cela va recommencer … et tant que l’on ne coupera pas «la tête du serpent » rien ne changera.

 

 









Partager cet article

Repost0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 19:01

 

 

Les extraits publiés hier ont provoqués un essaim de questions du genre « la désinformation a un caractère général, pourquoi pensez-vous qu’elle est particulière au sujet islam/Israël », « c’est l’affaire des caricatures qui recommence », « n’est-ce-pas l’attitude ambiguë des Etats Unis qui provoque ce genre de prurits » ?

 

Il faut, donc, assurer le service de la garantie.

 

Tout d’abord, commençons par rappeler que l’islam est une religion de paix mais … si on n’est pas d’accord on risque d’avoir la tête coupée …

 

Désinformation car, avant même de voir le fameux clip anti-islam tous les commentateurs, forts de la lecture d’une dépêche de l’AFP (bravo la France …) ont pris comme argent comptant le fait que le créateur du clip était non seulement américain mais, tant pis pour lui, juif « autoproclamé israélien ». Et quand la baudruche s’est dégonflée on n’a pas trouvé bon de revenir (sauf en petites lettres en cinquième page des gazettes …) sur l’information, la démentir et faire un « mea culpa ».

 

Désinformation car, goulument, les médias français exploitaient ce qui, d’évidence, allait devenir une nouvelle affaire des « caricatures ». A la différence (importante) que le dessinateur qui a provoqué l’émoi des masses musulmanes était danois et chrétien tandis que maintenant on avait un américain juif et israélien de surcroît. La cible rêvée, comme elle n’existait pas il fallait bien l’inventer.

 

Désinformation car on disposait déjà d’un document (ignoble) produit, c’est à ne pas y croire, par l’Ambassade des Etats Unis au Caire. Voilà la traduction :

 

« L'Ambassade des Etats-Unis au Caire condamne les efforts continus déployés par des individus malavisés à blesser les sentiments religieux des musulmans - comme nous condamnons les efforts visant à offenser les croyants de toutes les religions. Aujourd'hui, le 11e anniversaire du Septembre 11, 2001 des attaques terroristes contre les États-Unis, les Américains rendent hommage à nos patriotes et ceux qui servent notre nation comme la réponse appropriée aux ennemis de la démocratie. Le respect des croyances religieuses est une pierre angulaire de la démocratie américaine. Nous rejetons fermement les mesures prises par ceux qui abusent du droit universel à la liberté d'expression pour blesser les convictions religieuses d'autrui.»

L’Administration de Barak Hussein Obama condamnait le créateur du clip pendant que des partisans des Frères Musulmans égyptiens (amis et partenaires politiques du même BHO) envahissaient le territoire de l’Ambassade en espérant obtenir le même résultat qu’à Benghazi … La chronologie des évènements montre clairement que les dépêches d’agence (AP en particulier) étaient parfaitement connues aux médias français quand ils laissaient se propager une fausse information qui, dans d’autres temps, aurait conduit à de pogromes. Une information digne des Protocoles des Sages du Sion.

Jusqu’ici, je crois que l’on trouve suffisamment de matière pour dire que la chose est entendue : ce n’est pas par hasard que l’égyptien copte auteur du clip s’est métamorphosé en israélien-juif, ce n’est pas par hasard que les médias français se sont roués comme « des morts de faim » sur l’information, tout en la sachant fausse.

Mais, le communiqué de l’Ambassade des E-U au Caire (c’est vrai, annulé par le Département d’Etat dans l’après-midi et ne figurant plus parmi les tweeters de l’Ambassade …) montre jusqu’où les Etats Unis sont prêts à aller pour brosser dans le sens du poil les masses musulmanes et leurs dirigeants. En effet, l'attitude de l'administration Obama envers le monde arabe, depuis le discours de BHO au Caire en juin 2009, est une attitude d'équivalence morale qui a posé comme postulat une fausse symétrie entre l'Holocauste et les griefs palestiniens à l’encontre d’Israël. A partir du moment où dans un discours fondateur cette (fausse, ignoble, lourde de conséquences) attitude a été érigée en concept politique il n’y a plus aucun obstacle à identifier les israéliens/juifs qui sont responsables des malheurs des palestiniens comme étant les égaux des allemands nazis. Et puisqu’il faut défendre les palestiniens, musulmans (bien sûr car il n’y a presque plus de chrétiens dans les « territoires palestiniens » …) il est normal que les Etats Unis se repentissent chaque fois quand ils ont l’occasion. C’est ce qu’ils ont fait cette fois-ci encore. On aurait pu penser que compte tenu du fait que la haine contre les religions non-musulmanes, notamment le judaïsme, fait partie du discours dominant dans le mondes arabo-musulman et en particulier dans les médias d’état de l’Egypte, il n'y a aucune raison pour les États-Unis de présenter des excuses pour les actions d’américains quelconques (fussent-ils égyptiens coptes …) mais d’évidence on s’est trompé. Mais n’oublions pas ce qui a mis le feu au poudres : dire que le prophète était pédophile. Question de sémantique, peut-être, mais le Coran nous apprend quand-même qu’il a pris comme épouse une fillette de 6 ans …

Ce qui est remarquable, cependant, c’est que toutes les tentatives de BHO pour améliorer l’acceptation des E-U dans le monde arabo-musulman se sont soldées par un échec cuisant. Sa politique « arabe » est en ruines. Aucun président avant lui n’a tant essayé de conquérir le monde arabe en lui disant (au Caire) « je suis un des vôtres ». « Il s’est mis clairement du côté des révolutions « démocratiques » en abandonnant, certes, des dictateurs comme Moubarak mais qui étaient « nos salauds ». Il n’a pas hésité a snobé les alliés proches tels que Israël, l'Arabie saoudite ou l'armée égyptienne. Et maintenant les sociétés libérées se retournent contre le pays qui a contribué à ce qu’elles voient le jour. L'anti-américanisme dans le monde arabe a augmenté à des niveaux supérieurs à ceux de l'ère Bush. C'est un résultat amer pour Obama. » (Die Welt 13.09 .12)

Reste le troisième type de question « est-ce l’affaire des caricatures qui recommence » ?

Oui, et de deux manières différentes. En réalité la fameuse affaire ne s’est jamais arrêtée. Ce qu’elle a fait, par delà les attitudes (presque solitaires) d’un Charlie Hebdo en France, a été de rendre la libre expression, pilier des états de droit démocratiques, un peu moins libre. Pour ne pas « stigmatiser », pour ne pas « humilier », pour que « l’autre ne soit pas rejeté » - le tout se référant à l’islam et à ses ouailles (les roms on peut les expulser …) la société française, dans presque toutes ses catégories socio-professionnelles, a assimilé une autocensure censée nous prémunir contre la revanche des divers islamo-fascistes. Ce qui fait que tous ceux qui n’ont à la bouche que la défense de la libre expression quand il s’agit de pisser sur Jésus ou de faire rire au sujet des victimes de l’Holocauste se taisent. Regardez les unes » de la presse française et vous comprendrez que ce dont il s’agit n’est pas la peur mais la complicité induite par la lâcheté. L’affaire des caricatures continue d’une autre manière aussi : si pour les caricatures le politiquement correct était de dire « certes, nous défendons la liberté d’expression mais … Jylland-Posten (le journal qui les a publiées) a exagéré … » eh bien, pour le clip attribué, allons-y, à Israël et aux juifs en général (car, n’est-ce-pas, c’est eux qui commandent en Amérique) c’est beaucoup plus simple : le juif, de plus s’il est israélien, est celui qui empêche le monde de tourner. Comme il empêche que la paix règne au Proche Orient. Paranoïa ? Comme disait l’autre, ce n’est pas parce qu’on est paranoïaque qu’on n’est pas persécuté …

oooooooo

Le printemps arabe s’est transformé (c’était parfaitement prévisible) en hiver et la démocratie, tellement louée par tous les médias français, en prise de pouvoir par des islamistes plus ou moins « modérés » mais dont l’objectif, non caché, répété à longueur de journée, de toutes les manières possibles, est l’instauration du califat et l’imposition de la sharia.

Cela étant, ne nous trompons pas : quand la haine fait rage contre un pays considéré comme le symbole de la liberté, lorsque brûler des drapeaux américains, vandaliser leurs ambassades et assassiner leurs diplomates est permis, dans le silence assourdissant de tous les médias il s'agit d'une attaque contre l'Occident, et pas seulement contre l’Amérique. Que BHO soit responsable d’en arriver là, aucun doute.

Mais de ce côté de la Méditerranée, en Eurabia, les « laveurs des cerveaux » qui pullulent dans les médias et qui réussissent à influencer les politiques nationales préparent (qu’ils le veuillent ou pas) la transformation de nos pays, volens-nolens, en dâr al-islâm. En espérant d’échapper ainsi à la phase dâr al-harb.

Alors … les clips vidéo, les caricatures quelle importance ! Demain on s’occupera du gaz de schiste …

 

 

 

 

2.00.jpg

 

 


Partager cet article

Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 10:52


N'est-il pas curieux que le sens soit toujours le même ?

 

Toutes les radios, télés et journaux de France et de Navarre n'ont pas arrêté de reprendre (sous diverses formes) la dépêche initiale de l'Agence Française de Presse :

 

AFP:

 

Le film à l'origine des manifestations et attaques anti-américaines, mardi en Egypte et en Libye, est signé par un Israélo-américain qui décrit l'islam comme un "cancer", selon le Wall Street Journal.

 

L’ambassadeur, âgé de 52 ans, a péri en même temps que trois autres fonctionnaires américains dans l’attaque du consulat de Benghazi par des manifestants armés. Les assaillants protestaient contre un film jugé insultant pour l'islam, "Innocence of Muslims" ("L'Innocence des musulmans"), produit et réalisé par un promoteur immobilier israélo-américain.

 

Le Figaro :

 

Sam Bacile, si c'est son vrai nom, présenté comme un agent immobilier en Californie, «Juif israélien» autoproclamé, âgé de 52 ou 56 ans selon les sources, aurait disparu de la circulation mardi, craignant pour sa vie. D'après le Wall Street Journal, il aurait convaincu «une centaine de donateurs juifs» de lui allouer 5 millions de dollars pour tourner cette pochade. Réalisée en trois mois durant l'été 2011, elle aurait mobilisé 65 comédiens et 45 techniciens.

 

Libé :

 

Les proches de l'auteur présumé du film anti-islam le disent bouleversé, tandis que les acteurs qu'il a dirigés l'accusent de les avoir manipulés.

 

Ensuite ... enquête de Associated Presse :

AP.jpg

 

Sam Bacile, Israeli Jew,' May Actually Be Nakoula Basseley Nakoula, Coptic Christian

suite à quoi AFP se réveille :

 

Des documents judiciaires dont l’AFP a eu copie confirment que Nakoula Basseley Nakoula a été condamné à 21 mois de prison en 2010 pour escroquerie bancaire et qu’il résidait à Cerritos, dans la banlieue sud de Los Angeles.

 

mais, entre temps, "la rue arabe" s'est mise en marche contre l'Amérique, Israël et le juifs ... 

 

Désinformation ?

 

Regardez l'extrait du Point  et la manière dont la dépêche AFP ("le lycéen était en désaccord sur le contenu d'un cours qui portait sur la religion") a été mise en page et dites-vous bien que l'élève n'était ni chrétien ni juif et que la religion était (élémentaire, Dr Watson, n'est-ce pas ?) ..... :

 

 

AFP-toujours---jpg

 

 

 

 


Partager cet article

Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 15:11

 

Supposons que vous avez eu la patience de suivre la dernière prestation de notre Président, prestation destinée à faire croire aux français qu’il y a un pilote dans l’avion et que l’aéroport de destination est connu. Et que le voyage se passera dans des conditions de justice totale entourées du patriotisme légendaire du peuple français. Supposons.

 

Commençons par la fin. D’ici deux ans, en 2014, le Président aura redressé la France. Pour ceux qui, comme nous, assistent depuis plus de trente années au déclin industriel du pays (sur fond de déclin culturel induit par le « multiculturalisme » béni par la gauche …), qui n’ont pas vu un seul budget en équilibre depuis mais qui ont vu le pays dégringoler vers un état de sous-développement agrémenté d’une augmentation constante (devenue insupportable) de populations assistées dont la contribution majeure n’a été que l’augmentation des naissances, pour nous tous, il s’agit d’une galéjade. Soyons justes, il a promis de revenir à l’équilibre des comptes annuels mais, certes, il n’a pipé mot de la dette faramineuse de plus de 1.700 milliards d’euros (sauriez-vous écrire ce montant en francs ?).

 

Pour redresser le pays, une recette simple : augmenter les impôts et taxes diverses et les justifier par le besoin naturel de justice et l’expression d’un patriotisme exhumé des archives de la gauche. Justice et patriotisme, voilà les deux mamelles du Président (si l’on peut dire ainsi …). Et pour faire sérieux il a détaillé ce qui sera trouvé, où : la vieille recette des syndicalistes français « faut prendre l’argent là où il est ». 10 milliards d’ici, 10 milliards de là et puisqu’il faut arriver à plus de 30 milliards pour tenir le critère de Maastricht on prendra encore 10 milliards en 2013 d’ailleurs, sous entendu l’Etat … Pauvre de lui : la croissance de 2012 n’étant pas celle espérée et celle de 2013 rabotée de moitié, ce n’est pas 30 milliards mais, probablement, 40 qui seront nécessaires pour tenir la promesse. Naturellement, un flou artistique pour les (éventuelles) réductions des dépenses.

 

Pourtant, depuis des lustres, on sait que c’est là où il faut porter le fer (rouge …). Un bref aperçu de ce que la France dépense maintenant et qui pourrait être mis en cause :

 

  • les dépenses de fonctionnement = 160 milliards d’euros ; l’ancien gouvernement réduisait le nombre de fonctionnaires tous les ans d’environ 5.000 mais … l’augmentation des salaires effaçait la réduction de la dépense ! Le Président nous a dit « pas un euro de plus pour les dépenses de l’état en 2013 par rapport à 2012 » tout en maintenant les effectifs à l’identique - d’évidence il s’agit d’une contrevérité patente ;

  • le budget de la formation, en grande partie maîtrisé par les syndicats (ou des entités directement ou indirectement liées aux syndicats) soit environ 25 milliards d’euros est (comme l’indemnisation des « intermittents du spectacle ») caractérisé par des détournements massifs ;

  • les dépenses « sociales » de la France dépassent aujourd’hui 600 milliards d’euros – aucune évaluation n’est faite quant à leur efficacité économique selon la Cour des Comptes ; les deux grandes idées de notre Président s’appellent « emploi d’avenir » et « contrat de génération » ; pour la première catégorie il s’agit, ni moins, ni plus d’emplois du secteur public soi-disant pour des « jeunes en difficulté » en oubliant les deux effets pervers : (a) quand le chômage des jeunes dépasse 25% les premiers candidats à ces emplois « assistés » seront les plus « diplômés », donc pas les « djeunes » des banlieues défavorisées, (b) les emplois offerts n’auront de qualification possible que dans le secteur public – constitution d’un réservoir pour augmenter le nombre de fonctionnaires à terme ! Quant aux « contrats de génération » il faut ne jamais avoir travaillé dans une entreprise du secteur marchand pour imaginer, comme du temps de l’introduction des 35 heures, qu’à part des effets d’annonce, ce système pourrait produire des emplois. Mais … ceux qui les tenteront bénéficieront d’une réduction des charges sociales !

  • L’Etat a un budget annuel de 350 Milliards d’euros : quelle famille, devant des difficultés graves (et sans avoir la possibilité de vivre à crédit) ne peut faire 5/10% d’économies sur ses dépenses en attendant mieux ? Sauf l’état français qui, par la voix du Président annonce que l’état fera des économies de 2 ,7% !

 

Mais, pour nous montrer combien il est capable de « montrer le cap et fixer le rythme » notre Président insiste sur deux choses : la priorité à l’éducation, cause majeure de sa présidence et rendez-vous en 2014 quand on pourra dire « on vit mieux qu’en 2012 ». Soit.

 

Pour ce qui est du rendez-vous ce que l’on sait pour l’instant c’est qu’avec une croissance nulle en 2013 (voir le FMI) on risque, peut-être, de se trouver en récession en 2014. Laissons cette promesse de côté, on sait que demain on rase gratis …

 

Pour ce qui est de la grande cause, l’éducation, regardons la chose d’un peu plus près.

 

L’Institut Thomas More (suffisamment connu pour ne pas avoir à détailler ses références …) vient de publier une comparaison concernant les dépenses pour l’éducation primaire et secondaire de l’Allemagne et de la France. Elle mérite que l’on s’y arrête :

 

Comparaison-France---Allemagne.jpg

 

Commençons par constater que les places de l’Allemagne et de la France dans le classement PISA (OCDE) en 2009 étaient pratiquement équivalentes. Malheureusement, en trois années la France (2012) a perdu 5 places par rapport à l’Allemagne en sciences (24ème vs 19ème). Mais ce qui ressort de la comparaison (chiffres 2009, ils sont encore moins avantageux en 2012 …) c’est que :

 

  • le nombre moyen d’élèves /enseignant est de 14,8 pour la France et de 15,3 pour l’Allemagne ; pourtant, on nous dit qu’en France il n’y a pas assez d’enseignants – c’est peut-être vrai car Claude Allègre avait constaté (en 1997 !) qu’il y a avait en permanence 12% des enseignants absents soit environ 100.000 !

  • le nombre d’établissements est inférieur en Allemagne de presque 50% - on peut imaginer les économies sur tous les plans par rapport à la France ;

  • avec une dépense par élève inférieure de 15% la rémunération des enseignants allemands est supérieure de 50 % à celles de leurs collègues français !

 

Il y aurait, à la lecture de cette comparaison comme un soupçon quant à la véracité des hypothèses faites par notre Président pour justifier sa décision d’embaucher encore 60.000 enseignants pendant son mandat. Certes, on sait que le million d’enseignants français (primaire, secondaire et supérieur) est le terreau du bien être de la gauche et que cela se paye. Mais, convenons-en, le vrai problème du système d’éducation français, cassé à coups de marteaux idéologiques depuis mai 68, système en autogestion (les syndicats de gauche y faisant la loi), système qui produit, bon an, mal an, plus de 100.000 analphabètes (26% des écoliers entrant en sixième ne savent pas lire ou calculer …), n’est ni le nombre d’enseignants ni « le manque de moyens ». Le mal est ailleurs, pas besoin de sortir de Saint Cyr pour s’en rendre compte.

 

Quo vadis ? Les sondeurs sondent … Après la prestation du Président, 79,3 % des gens qui écoutent Radio Luxembourg, 79% des lecteurs du Parisien, 81 % de ceux qui écoutent ou regardent BFM-TV et 86,7% des lecteurs du Figaro n’ont pas trouvé convaincant notre Président. Deux remarques : les pourcentages dépassent le double de ceux qui n’on pas voté pour lui et … l’enquête n’a pas pris en considération les lecteurs de l’Huma … mais ils en disent long sur la confiance que le pays accorde à des gens qui ont passé leur temps à critiquer tout ce qui a été fait pendant les dix dernières années et quand ils sont arrivés au pouvoir …. ils sont partis en vacances pour revenir, bien bronzés, pour nous dire qu’ils on fait un programme pour les deux années à venir!

 

Redresser la France en deux ans ? N’importe quoi. Pendant ces deux années on appauvrira encore le pays car tant que la moitié des foyers fiscaux sont exemptés de payer quoi que ce soit (mais on parlera de patriotisme aux autres …) détruisant ainsi le lien entre le citoyen et la société, tant qu’il y aura dans le pays plus de 4 millions d’assistés et plus de 2 millions de personnes émargeant aux budgets d’associations (presque, exclusivement de gauche …) tant qu’il y aura 12% d’absents permanents à l’Education Nationale ou le tiers des employés de certaines entreprises (voir les services piste et/ou bagages de l’Aéroport de Paris) qui se portent pales pendant le ramadan mais prennent leurs vacances ensuite … tant que le service de la dette absorbe le total de l’impôt sur le revenu …

 

Bon courage Monsieur le Président normal, nous nous verrons en 2014. Quand vous nous direz que l’héritage de Nicolas et les circonstances ont fait que …

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 12:42

 

 

Qu’à cela ne tienne, nos gouvernants n’ont à la bouche que les mots qui portent … juste, justice, effort juste, reprendre ce qui a été donné injustement, redressement dans la justice, rétablir la justice fiscale, bref, ils ont pour viatique les formules qui, selon eux, parlent encore au « peuple ».

 

Et peu importe qu’ils sachent parfaitement, que tout ce verbiage n’a que le mérite de faire passer les pilules amères qu’ils seront obligés d’administrer au « peuple » s’ils ne veulent pas faire s’abattre sur lui les sept plaies de l’économie moderne. Chômage structurel endémique, coût du travail supérieur à la concurrence sur les marchés prioritaires, population jeune non formée, état providence en cessation de paiements, balance commerciale déficitaire, endettement hors capacité de remboursement, incapacité absolue d’un retournement économique et financier.

 

On devrait prendre chacun des éléments mentionnés et démontrer que la France n’a aucune chance de les corriger. Il suffit de réfléchir quelques minutes pour le comprendre. Mais, si on n’occulte pas ce dont il est question on est taxé de « déclinologue », mot d’infamie, s’il en est.

 

Les socialistes qui nous gouvernent (on devrait se souvenir qu’ils ont gagné les élections avec les voix des « quartiers » ou avec une partie de celles de Marine, c’est selon mais … c’est !) montrent, pour l’instant, avec force, deux lignes d’action : défaire l’essentiel des changements introduits par l’ancienne présidence et respecter les promesses (absurdes) faites pendant la campagne électorale pour la présidentielle.

 

Défaire les changements économiques essentiels des cinq dernières années.

 

Première mesure – revenir sur une partie de la reforme des retraites en la justifiant et par son caractère « juste » (ceux qui on commencé à travailler tôt) et par son coût supposé minime mais qui de 400 millions € annoncés au départ se trouve maintenant (Jean-Marc Ayrault, Assemblée Nationale) évalué à 1 milliard d'euros la première année, puis de 2 la suivante, et jusqu'à 5 en 2017 soit au moins 15 Milliards $ pour la législature ! Mais c’est une mesure « juste », n’est-ce pas ? Et puisqu’elle est juste, pour la financer on va augmenter les cotisations de tout le monde -surtout des entreprises- et peut leur chaut si cela augmentera encore le coût du travail et que l’effet sera divergent par rapport à ce qu’ils veulent obtenir par ailleurs : « le redressement productif » …

 

Deuxième mesure – revenir sur les avantages donnés à 8/9 millions de gens pour ce qui est des heures supplémentaires. Par delà la volonté farouche d’effacer ce que l’ancienne majorité avait fait, d’évidence le substrat idéologique de cette décision est le même que celui qui les a conduit à instaurer les 35 heures : faire travailler moins tout le monde pour pouvoir « partager » le travail (et, selon eux, faire embaucher du personnel …). Regardez-les : aucun de ceux qui sont à l’origine des 35 heures ou de la suppression des avantages liés aux heures supplémentaires n’a jamais, vraiment jamais gagné un sou autrement qu’en émargeant au budget de l’état. Aucun d’entre eux n’a connu la vie réelle des entreprises ni les contraintes économiques auxquelles ces dernières sont soumises sur les marchés non protégés. Mais cette décision à caractère idéologique les fait réduire le pouvoir d’achat d’une partie de la population : si l’on admet qu’en moyenne les populations en cause gagnaient env. 150 €/mois avec les heures supplémentaires, c’est une ponction de plus de 2.000 € dans l’année à laquelle on doit s’attendre. Plus l’augmentation annoncée de la CSG … plus le fait de faire des heures supplémentaires soumises aux charges sociales et fiscalisées sera nocif et pour les salariés et pour les entreprises …

Mais le « redressement dans la justice » ne peut être envisagé sans rendre gorge au riches … Tranches d’impôt majorées, contribution « exceptionnelle » de 75% : cette dernière, présentée comme « temporaire » est annoncée aujourd’hui comme « temporaire jusqu’à la fin du désendettement » (J. Cahuzac, Assemblée Nationale). Endettement qui se monte à plus de 1.800 Milliards d’euros tandis que la taxe ne devrait produire que « quelques centaines de millions annuellement » mais dont l’aspect « moral » est essentiel et mis en avant … On fera quelques exceptions pour les artistes proches du pouvoir ou autres catégories … ce qui nous rappelle l’exclusion des oeuvres d'art de l’ISF par Monsieur Fabius, le plus jeune premier ministre que Mitterrand a « donné à la France »

 

Il est impossible que l’actuel ministre des finances qui a enseigné à Sciences Po (en alternance avec l’actuel président de la république …) ne connaisse pas la « courbe de Laffer » : elle dit clairement (vérifié depuis des lustres dans toutes les économies transparentes des pays ayant choisi « l’économie de marché »)  que les recettes fiscales d’un pays qui peuvent augmenter en augmentant le taux d’imposition décroissent dès que ce taux dépasse un certain niveau considéré comme optimal.

Laffer.jpg

 

 

Ce que les tenants de l’économie « libérale » ont tendance à faire c’est de réduire les taux d’imposition dans une zone acceptable et cohérente avec les besoins de l’état (flèche bleue). Ce que nos gouvernants socialistes sont en train de faire, par idéologie, c’est de suivre la flèche rouge. En faisant semblant d’oublier que depuis la Grèce antique on sait que « prendre aux riches pour donner aux pauvres fait que les riches sont un peu moins riches mais que les pauvres ne sont pas moins pauvres… » (Aristote). Mais cela ne les empêche pas de vouloir faire du « Robin des Bois » en étant sûrs que cela plaira au peuple …

Le programme de F. Hollande -puisqu’il a été élu c’est qu’il a été approuvé par la majorité, n’est-ce-pas- fait fi de l’histoire de l’état providence installé dans notre pays à partir de 1945 (bien avant sa « théorisation » par la social-démocratie allemande …). Rappelez-vous ses principales étapes (tableau, ci-après). Mais rappelez-vous aussi que (Pierre Rosanvallon, La crise de l’Etat-Providence) trois crises ont eu raison des fondements de ce système qui a pu se développer uniquement pendant « les trente glorieuses » : « fin de la forte croissance remettant en cause le financement de l’Etat, la prise en charge sociale et économique des victimes des récessions accroissant ses dépenses1, les impôts (et taxes) touchant une part toujours croissante de la population et devenant de plus en plus impopulaires »La sanction est évidente : l’État ne parvient pas à résoudre les problèmes socio-économiques comme il semblait y parvenir auparavant. Le chômage augmente, la mobilité sociale diminue. La théorie économique remet en cause le compromis keynésien et l’efficacité de l’État. Enfin il subit une crise de légitimité. L’opacité des dépenses publiques suscite des questions quant à l’utilisation de la solidarité nationale (1)

 

Année

Mesure(s)

1945

création des comités d’entreprise dans les sociétés de plus de 100 salariés et mise en place de la sécurité sociale (par ordonnance)

1950

Institution du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG)

1956

3 semaines de congés payés - création du minimum vieillesse

1958

Lois sur l’assurance chômage et création de l’UNEDIC et de l’Assedic

1973

Indemnisation du chômage à 90 % du salaire brut pendant un an.

1982

5 semaines de congés payés.

1983

Retraite à taux plein à 60 ans

1988

Création du Revenu Minimum d’Insertion (RMI)

1999

Création de la Couverture maladie universelle (CMU)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce que les socialistes ont fait, à partir de la première présidence Mitterrand, cela a été entretenu ensuite par tous les gouvernements, de droite et de gauche : vivre à crédit en faisant appel à l’endettement. Regardez l’évolution de la dette (graphique ci-après) et vous constaterez que les socialistes ont été les premiers à faire « exploser » la dette : de 20% du PIB elle grimpé à plus de 50% du PIB en 1995 (avec un PIB presque trois fois supérieur …). Depuis on n’a fait que faire prospérer la dette car personne n’a eu le courage d’en mettre le holà. Et nous sommes aujourd’hui à, presque, 90% du PIB et les socialistes, à l’encontre de la Cour des Comptes font le procès de l’augmentation de la dette pendant les années de la présidence Sarkozy …

filename.jpg

 

 

Mais voilà nos socialistes revenus au pouvoir. La frénésie des dépenses recommence bien que l’on paye tribut au « politiquement correct » et on parle d’efforts, de réduction des dépenses et autre fariboles. S’ils avaient voulu, réellement, faire œuvre de salubrité publique ils auraient commencé par s’attaquer, par exemple, aux vraies causes des dérives de l’UNEDIC : les intermittents du spectacle (270.000 personnes) ont fait accumuler un déficit de 9 Milliards d’euros tandis que plus de 20 millions de salariés actifs étaient à l’équilibre. Faisant court, les intermittents, en 2011 ont cotisé pour 232 Millions d’euros et ont reçu des indemnités de 1,3 Milliards d’euros ! Mais … ils votent (presque ) tous, comme un seul homme, pour les socialistes …

 

Ce qui nous attend ? Chômage structurel endémique, coût du travail supérieur à la concurrence sur les marchés prioritaires, population jeune non formée, état providence en cessation de paiements, balance commerciale déficitaire, endettement hors capacité de remboursement, incapacité absolue d’un retournement économique et financier. Autant dire des lendemains qui ne chanteront pas. Sauf pour ceux qui nous gouvernent, convaincus comme ils sont qu’en prenant aux riches les pauvres seront contents. Et s’ils ne le sont pas on leur jettera en pâture la famille Peugeot …

 

1 Sans parler du déferlement de l’immigration consommatrice de richesses non produites ni des effets de la « mondialisation ».

Partager cet article

Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 16:23

 

Quand ils ont pris le pouvoir … ils ont promis

le bonheur à tout le globe terrestre, et maintenant …

ce sont les conditions objectives qui … empêchent d’aller de l’avant …

Les popes aussi, c’était le diable qui les empêchait de grimper au paradis …

A. Platonov, Tchevengour, 1929

 

Les dés sont jetés, la gauche est de nouveau au pouvoir. Oubliés les 14 années de « stagnation » des septennats de François Mitterand, oubliés les effets de la retraite à 60 ans, de l’augmentation d’un million de fonctionnaires et, corrélativement, de la dette du pays … On recommence …

 

Et voilà l’annonce d’un gouvernement dont les ministères ont des libellés semblant sortir de l’écriture automatique de Soupault et Breton … Jugez-en : égalité des territoires, redressement productif, économie sociale et solidaire, travail et dialogue social … Quant au Ministère de l’Education Nationale il aura comme tâche « la refondation de la communauté éducative » et pour ce faire on le confie à un agrégé de philosophie : il aura à assurer, comme par le passé, la cogestion de plus d’un million de fonctionnaires avec les syndicats corporatifs qui y font la pluie et le beau temps depuis 50 ans. Ce n’est pas eux qui l’avaient détruite, « la communauté éducative » ?

 

Un gouvernement avec 34 ministres : l’Allemagne en compte 8 mais on ne va pas commencer à prendre exemple sur eux … C’est vrai, promesse de campagne oblige, leurs émoluments seront rabotés de 30% ceci fait 25 ministres « équivalents » avec ceux du passé.

 

La gauche ? Un agrégé de philosophie en charge du plus grand budget de l’état (suivi de celui du service de la dette ...). Un agrégé de philosophie pour développer les métiers manuels, l’apprentissage et négocier avec des syndicats qui ont toujours obtenus ce qu’ils ont voulu : on croit rêver. Mais non, on ne rêve pas : il va présider à l’embauche de 60.000 enseignants. Tout au long de sa campagne l’actuel président de la République a menti quant au coût de cette mesure en la chiffrant à 2,5 Milliards d’euros quant elle coûtera sur le quinquennat trois fois plus, 7,5 Milliards d’euros. Mais pour se rendre compte de l’absurdité de la chose souvenons-nous qu’un fonctionnaire embauché à 25 ans sera rémunéré (carrière et retraite, supposons une espérance de vie de 80 ans) pendant 55 ans soit un total de 60.000 x 55 = 3.300.000 années de rémunération cumulée (sans compter les pensions de réversion …). Avec le coût actuel (salaire + charges = 50.000 €/an, moyenne) la France s’engage à une dépense d’au moins … 1.650 Milliards d’euros … autant que la dette du pays cumulée depuis trente années ! Et pourquoi faire ?

 

Regardez l’évolution des effectifs élèves, étudiants et enseignants depuis 30 ans …


Les-illusioniste.png

Ce que le graphique montre c’est que sur trente années le nombre total « d’enseignés » a augmenté de 4,5% tandis que le nombre « d’enseignants » a augmenté de 19,7% et que le ratio « enseignés /enseignant » a baissé de 13%. Cela au coût d’un doublement de la dépense intérieure pour l’éducation : 68 milliards d’euros en 1990 et 135 milliards en 2010 (prix courants). Par ailleurs, le coût par élève a augmenté de 1990 à 2010 de 5.540 € à 8.150 €.

 

Alors, pourquoi les 60.000 enseignants nouveaux ? Le constat : l’enseignement ne remplit plus les fonctions d’antan (éducation citoyenne, ascenseur social, etc.,). C’est un problème mais … cela a été toujours le cas pour les socialistes, si l’on veut résoudre un problème il faut plus de moyens et donc … embaucher du personnel.

 

Bon, on a maintenant un gouvernement. Et les médias du pays se pâment devant « l’aventure de FH », devant le fait que « toutes les sensibilités » (du parti socialiste …) sont représentées au gouvernement et ne tarissent pas d’éloges au sujet de chaque membre du nouveau gouvernement. Vous vous souvenez ? C’était NS qui contrôlait les médias du pays …

 

Allez, ne soyons pas sectaires. Puisqu’il s’agit du sort du pays, contre mauvaise fortune il faut faire bon cœur et donc espérer qu’ils réussiront là où, depuis plus de trente années, personne n’a réussi : désindustrialisation, destruction du système d’enseignement, vie à crédit qui ont été les résultats des politiques de droite et surtout de gauche.

 

Comment faire pour changer le cours des choses ? Tout d’abord, on ne devrait pas recommencer ce qui a été fait en 1981. Mais, la gauche de la gauche qui se veut premier artisan de la victoire de FH , comme le sieur Montebourg, clament à tous vents qu’il faut prendre le contrôle des banques et déposséder  les « patrons voyous » qui licencient pour faire des profits … Mais ils avaient déjà fait cela : ils avaient nationalisé la moitié de l'économie française et la totalité du secteur bancaire en 1981 en oubliant, au départ qu’il fallait indemniser les actionnaires ce qui a coûté à la nation des milles et des cents. 
Ils ont « contrôlé» le Crédit Lyonnais tellement bien qu’ils l’ont mis en faillite et que cela a coûté plus de 140 Milliards de francs à la nation. Ils ont dévalué 3 fois le franc - un record, en deux ans.
Ensuite, ils ont créé 400.000 "emplois" jeunes pendant que Jospin était premier ministre et ils annoncent qu’ils recommenceront en voulant créer 300.000 emplois jeunes. 
Ils ont inventé les 35 heures ce qui est devenu un handicap systémique pour l’économie de la France et ils ont ensuite essayé de corriger le tir avec des aides versées par l'état aux entreprises. Ce faisant, en subventionnant la perte de compétitivité des entreprises françaises ils ont accéléré leur descente vers la disparition mais … ils ont protesté contre les délocalisations … ! 
Allons, bon, ce n’est pas avec des illuminés dont le seul viatique pendant une année de campagne électorale a été « bouter Sarkozy hors de l’Elysée » que l’on réussira à redresser le pays.

Sans doute FH sait cela. Et tout ce qu’il a trouvé, pendant la campagne électorale, a été l’annonce de changer le cours des choses en Europe et de « renégocier » les derniers traités pour y inscrire « la croissance ». Mais, le jour même de son intronisation, en conférence de presse avec Mme Merkel il a mis de l’eau dans son vin … il ne renégociera rien mais … il voudrait ajouter un addendum au traité concernant la discipline budgétaire. Soit. Mais croire qu’il convaincra les autres 26 états de suivre la voie française de vivre à crédit c’est une gageure ! Les autres savent « qu’il y a deux voies pour conquérir et soumettre un pays. Une c’est par l’épée. L’autre c’est par la dette » John Adams, 1826.



Partager cet article

Repost0

Articles Récents

Liens