Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

25 février 2006 6 25 /02 /février /2006 20:02

La confusion des esprits

D’un côté, ceux qui pensent que l’assassinat du jeune Ilan est un acte à connotation antisémite, d’une autre côté, tous ceux qui -directement ou indirectement, insidieusement ou sournoisement- pensent le contraire et, avec de plus en plus de force demandent que l’on attende les résultats de l’enquête. Entre temps, on souligne que l’on parle tellement beaucoup d’un « juif français » pour des raisons qui restent à dévoiler tandis que l’on ne parle pas autant quant c’est un « français breton ou chtimi » qui est victime.

 

Le président d’un état membre de l’ONU appelle à l’éradication d’un autre état qui acquiert ainsi le privilège d’être le seul auquel on conteste le droit d’être ou celui de devoir justifier ses raisons pour continuer d’exister.

Le gendarme international auquel on a confié la mission de surveiller, détecter et amener devant le Conseil de Sécurité de l’ONU tout état qui transgresserait les obligations qu’il aurait contracté pour éviter la prolifération nucléaire, fait tout ce qu’il peut pour éviter cela mais suggère que l’on règle le problème de l’Iran en demandant à Israël de renoncer à son armement nucléaire présupposé.

Trois faits qui, en apparence, n’ont rien à voir entre eux. Vraiment ? En réalité, le fil d’Ariane est visible pour tous sauf pour ceux qui ne veulent pas voir.

 Tout d’abord, l’incident « Ilan » aurait pu intervenir dans n’importe quel pays en Europe. La vulgate dominante identifiant maintenant les juifs (riches, bien sûr) à Israël qui persécute, spolie et tue les pauvres (cette fois-ci les palestiniens) il n’est pas anormal que la confusion s’installe dans les têtes les plus vides ou disponibles pour les causes les plus douteuses. Ce qui est différent chez nous c’est que la victime, cette fois-ci, est un « juif français ». On n’entend personne dire que c’est un « français juif » qui a été assassiné, l’inversion n’est certainement pas innocente, du bas peuple jusqu’aux élites qui façonnent notre mode de vie, d’expression et de pensée. On souligne ainsi à satiété qu’il s’agit d’un élément étranger au corps national. Et personne, non plus, pour expliquer que si « on parle tant parce que juif » c’est qu’en vérité, dans le subconscient de beaucoup (de tous ?) tuer un juif après la Shoah n’est plus la même chose qu’auparavant. Des pogromes contre les juifs il y eu légion : les premiers du temps de l’occupation romane de la Palestine et une suite ininterrompue depuis, pratiquement, dans tous les pays de l’Europe. Il s’agissait de tuer des juifs individuellement, la Shoah a fait novation en cela que l’Europe a chargé son bras armé -les nazis allemands- pour faire disparaître les juifs en tant que peuple de tout le continent. L’entreprise ayant partiellement échoué, depuis, tout meurtre d’un juif vient rappeler l’Europe à sa triste histoire et, volens nolens, on parle plus que pour toute autre victime. On devrait le regretter, on devrait l’expliquer.  

 En appelant à l’éradication d’Israël le président iranien n’a certainement pas surpris les chancelleries occidentales. Cela fait presque trente ans que cet objectif est inscrit sur le frontispice de la république islamique. Ce qui a surpris c’est qu’il l’ait dit, urbi et orbi. Un ambassadeur français a pu parler à Londres de ce « pays de merde » sans que cela appelle de la part du Quai une autre sanction que de l’élever au titre prestigieux d’Ambassadeur de France. Toutes les extrêmes gauches européennes comme toutes les gauches extrêmes du continent prônent la construction d’un « état binational », euphémisme qui cache à peine le souhait de voir disparaître Israël. Mais qui est utilisé parce qu’Israël est un « pays raciste, où règne l’apartheid ». Et pour couronner le tout, voilà que le peuple palestinien, d’une manière démocratique, élit le parti dont le but affiché est double, faire disparaître Israël et instaurer la charia en Palestine. Faire disparaître Israël ne devrait pas inquiéter beaucoup un José Bové chez nous ou le Maire de Londres (suspendu pour propos antisémites, tout socialiste bon teint qu’il est). Mais, la charia ne leur pose de problème aucun ? Et de l’Ouest en Est de l’Europe, du Nord au Sud, on s’évertue à expliquer que le choix des palestiniens  s’explique par la corruption, le népotisme et l’inaction des précédents gouvernants (dirigés par Y. Arafat, qui a eu droit au moment de sa mort à des marques réservées aux chefs d’états). Qui aura le courage de dire un jour que s’il s’agissait de la propreté des rues, de l’enseignement, d’instaurer la loi et l’ordre, de la création d’une économie propre, bref d’avoir un état … cela aurait pu être fait et en 1948 et en 1977 et en 2000 (pour ne prendre que ces trois occasions ratées). Non, le choix démocratique du peuple palestinien s’est fait en faveur de ceux qui veulent détruire Israël. Mais Israël devrait continuer à accepter que des palestiniens viennent y travailler et de les aider par d’autres moyens. De les aider à acquérir ce qu’il faut pour qu’ils puissent la détruire. Il ne faut surtout pas le dire, il faut attendre, voir peut-être Hamas changera, continuer à leur verser les centaines de millions d’euros et … les inviter au Kremlin.

 La fameuse communauté internationale se préoccupe depuis quelques années, avec le succès que l’on connaît, de retarder l’accession à la bombe atomique du régime des mollahs en Iran. Une pantomime sans fin qui n’amuse plus personne se déroule en silence : la Russie et son mercantilisme irresponsable allié à la volonté de récupérer son statut de superpuissance en utilisant le Proche et le Moyen Orient comme champ d’opposition aux Etats-Unis, la Chine dont les besoins d’énergie ne peuvent pas être satisfaits sans la participation de l’Iran, l’Europe (en particulier l’Allemagne premier exportateur vers l’Iran et la France qui a favorisé l’installation de Total en Iran allant à l’encontre des sanctions édictées par les Etats-Unis) qui apaise, temporise, donne la préférence à la « voie diplomatique » apeurée comme elle est de la possibilité d’une reprise des attentats terroristes iraniens sur le continent. La France en sait quelque chose.

 

 Pendant ce temps, le chef l’organisation qui est chargée de surveiller, contrôler et -éventuellement amener aux sanctions- tout un chacun qui tricherait avec les traités de non prolifération (ce que l’Iran a fait pendant 18 ans …), Prix Nobel de la Paix de surcroît, va tranquillement en Israël pour dire à ce pays qu’il devrait renoncer à son armement nucléaire supposé. Au seul pays au monde dont l’existence est mise en cause par un pays qui essaye d’accéder au nucléaire militaire. Quelle dérision.

 Dérision ? Certainement pas. Confusion des esprits, oui. Permanence de la haine du juif, oui. Souhait de sa disparition en tant qu’être, peuple, nation, sans doute. Voilà ce qui lie les trois faits évoqués et voilà pourquoi.

 

 

 

Et on parlera de la paranoïa juive quand on saura que l’auteur de ces lignes est juif.

 

 

 

Repost 0
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 16:12

La Russie et le Hamas

 

 

Il n’a pas fallu une semaine pour que la Russie -membre du Quartette déclarant à Londres que rien ne sera fait avec le Hamas tant qu’il ne changera pas sa Charte pour reconnaître le droit a l’existence d’Israël, renoncer à la violence et épouser les accords préalables- par la voie de M. Poutine change la donne. Il vient d’annoncer sans fioritures aucunes que la Russie n’a pas considéré le Hamas comme organisation terroriste et qu’il se propose d’inviter ses dirigeants à Moscou.

 

M Poutine a utilisé comme argument majeur l’élection démocratique par laquelle le peuple palestinien a donné la majorité au Hamas. Et qu’il faut respecter. Comme la Russie a respecté l’élection démocratique de Hitler avec lequel elle a eu d’excellentes relations (y compris en lui livrant des communistes allemands) en signant, juste avant que la guerre ne se déclenche, le fameux Pacte Molotov – Ribbentrop.

 

Ce point d’histoire rappelé, que veut la Russie  ?

 

La Russie , après s’être refaite une santé avec l’aide massive de l’Europe et des Etats-Unis (report de dettes, démembrement d’armes nucléaires obsolètes et dangereuses payé par les Etats-Unis, complicité vis-à-vis de sa guerre en Tchétchénie, etc.,) a pris la décision stratégique de récupérer son statut de deuxième puissance mondiale sans laquelle rien ne puisse être fait. Premier champ d’action (car agir en Afrique a été ruineux et sans résultats, agir en Asie  serait se mettre sur le chemin de la Chine et l’Amérique Latine semble trop versatile avec des dictateurs fantasques ou de démocrates obsessionnellement anti-américains) : le Proche et le Moyen Orient. Voilà la Russie allié aux régimes terroristes de l’Iran et de la Syrie , il était normal que la victoire du Hamas ajoute un maillon à la chaîne en cours de constitution.

 

Si l’on regarde les choses ainsi, la décision de l’Europe de laisser la Russie maître de l’enrichissement de l’uranium d’Iran est, pour dire le moins, inepte ou irresponsable, le cumul pouvant s’imposer. Pas seulement parce que rien ne prouve qu’elle ne donnera pas ce qu’il faut aux iraniens pour faire leur bombe. Surtout parce que l’on ne peut pas croire qu’elle ne voit pas, comme tout le monde, que la justification iranienne (besoin de sources d’énergie complémentaire) ne présente aucun caractère d’urgence pour au moins encore 100 ans compte tenu de ses ressources de gaz et de pétrole. Mais prendre la position qu’elle a prise, fournir des batteries de missiles (défensives) pour interdire toute attaque contre les centres nucléaires iraniens (connus ou secrets) présente un avantage évident : on s’oppose aux Etats Uns et on s’allie les « masses arabes ». Accessoirement, on espère atténuer le support musulman aux Tchétchènes. Le fait que dans toutes se diatribes (et posters) le Hamas s’identifie aux ennemis des Russes en Tchétchénie n’a pas l’air de gêner M. Poutine car, probablement, l’effet espéré est justement le contraire. Parler de transparence, clarté morale et éthique dans ses conditions est un exercice futile et sans intérêt. Il doit s’agir de Real Politik, essayons de voir plus clair.

 

Il y a deux ans, Novaya Gazeta a publié un essai appelé la « Forteresse Russie, » mis à sa disposition, il semblerait, par une fuite en provenance du Kremlin. L'auteur anonyme mais, semble-t-il une des intellectuels de haut vol actuels, soulignait que si la Russie voulait se développer plus rapidement que le reste du monde (pour rattraper son retard), elle devrait le faire à l’abri d’un mur de protection. Le mur n’aurait qu’une porte contrôlée par une agence spéciale qui déciderait ce qui pouvait entrer et sortir. Le corollaire évident était la re-nationalisation des secteurs essentiels pour le développement de la Russie.

 

D’un autre côté, c’est un fait patent que l’essentiel de la croissance économique russe est fondée à plus de deux tiers sur les revenus des secteurs gaziers et pétroliers (plus ceux de la vente de matière premières ou de produits de première transformation). La proportion équivalente pour l’Arabie Saoudite est de 93 %. A la lumière de ce qui précède, les manoeuvres du Kremlin, couronnées de succès, pour s’assurer du contrôle de Gazprom et par son intermédiaire du contrôle des deux autres géants pétroliers (Yukos et Sibneft) font comprendre que quelque chose de fondamental est en train de changer dans la stratégie russe, que ce changement soit relatif à la sphère économique ou à celle politique ou de préférence aux deux. En effet, pendant les vingt dernières années les quantités de pétrole découvertes sont significativement plus faibles que celles consommées. De plus, la demande vient de territoires éloignés des sources d’exploitation où, de plus, on a besoin d’investissements plus lourds pour obtenir les mêmes quantités. Et parce que la demande de cette ressource précieuse se développera, selon certains, de plus de 40% d'ici 2025, la prospérité économique du monde demandera beaucoup plus d’énergie venant d’autres sources.

 

 Energies fossiles, non renouvelables, probablement en fort épuisement dans les vingt/cinquante ans à venir, leur contrôle est essentiel à court terme mais il est non moins essentiel de s’occuper de leur remplacement.

 

Deuxième corde à l’arc russe : l’énergie nucléaire civile. La communauté internationale s’est polarisée, à juste titre, sur les efforts évidents de l’Iran pour acquérir une capacité nucléaire militaire. Ce faisant, personne ne s’occupe du réacteur nucléaire de Bushehr, construit par les russes, pour générer de l’électricité. Ni de ceux de Tienwan (Chine) ou Kundankulam (Inde). Pourtant, les deux derniers pays sont crédités d’un besoin cumulé de 50 à 100 îlots nucléaires de 1.000 Mégawatts pour les cinquante années à venir. C’est dire que la Russie prépare la relève des énergies fossiles et son positionnement comme acteur incontournable du futur marché mondial de l’énergie.

 

Energies fossiles, énergie nucléaire, la Russie devient une grande puissance non pas sur le fondement de ses armes de destruction massive mais sur le contrôle, tant qu’à faire mondial, de la distribution de l’élément essentiel pour toute activité économique. Le récent conflit avec l’Ukraine n’a probablement été que le test d’un algorithme de décision visant à faire croire que c’était la dérive démocratique de ce pays qui était en jeu. En réalité, on a montré à ceux qui devraient voir et comprendre qu’il est beaucoup plus facile de tourner un robinet que d’envoyer des fusées même (dernière déclaration de M. Poutine) si elles peuvent pénétrer tout système d’anti-missiles.

 

L’Europe qui, au moment du premier choc pétrolier de 1970, n’a pas voulu suivre la suggestion de Reagan de ne pas accepter le « deal » soviétique « du gaz contre des pipelines » se trouve aujourd’hui prisonnière du gaz russe. L’Allemagne (38 % de sa consommation), l’Italie (30 %), la France (26%), la Grèce (82%), l’Autriche (74%) sont, naturellement portées à faire attention à la manière dont elles s’opposeraient aux ambitions géopolitiques de la Russie. Quant à la Turquie , dépendante à 62 % du gaz russe et à plus de 20 % du gaz iranien, il est légitime de s’interroger si la candeur avec laquelle elle observe le concubinage russo-iranien pour le nucléaire n’y trouve pas son origine. Comme d’emboîter le pas de la Russie pour légitimer le Hamas.

 

Se présenter comme un fournisseur fiable, comme la Russie le fait est certes une bonne chose, faire comprendre que l’activité économique de l’Europe dépend de la Russie , c’est mieux quand on veut être admis à l’Organisation Mondiale du Commerce et devenir membre de plein droit du G8.

 

La vulgate dominante attribue l’opposition de Poutine aux desseins américains aux aspirations de la Russie de continuer de jouer le rôle d’une superpuissance après l’effondrement de l'Union Soviétique et de favoriser une politique étrangère non seulement indépendante de Washington mais opposée à elle.

 

Les terroristes de Hamas ne sont pas les amis de Poutine. Seulement son régime est devenu un complice incontournable des programmes nucléaires iraniens. La Russie continue de lui transférer des technologies sophistiquées, en dépit des menaces génocidaires du président de ce pays contre Israël. Et le cocasse est que l’Iran, qui ne fait aucune confiance à la Russie , ne souhaite pas que l’enrichissement de son uranium soit fait par elle plus probablement pour des raisons civiles que militaires … Mai le Hamas est ami (d’aucuns le considèrent stipendié par) de l’Iran. Et les amis de mes amis sont, même si on les prend avec des pincettes, mes amis.

 

 

La vision géopolitique probable de la Russie au plan de la disponibilité d’énergie s’accompagne, aujourd’hui par des actions irresponsables concernant le « baril de poudre » du Proche Orient. En légitimant le Hamas, Poutine est en train d’y jeter des allumettes allumées.

 

 

Et l’Europe n’en peut mais car …avant que le tout dernier pipeline entre en service en 2010 elle sera sur le point d'une crise énergétique. Les dépôts en Mer du Nord qui fournissent à l'Europe du gaz s'approcheront de l'épuisement. La production se réduit en Norvège et aussi bien en Grande-Bretagne. La Russie de Poutine constituerait, donc, le salut du vieux monde.

 

Tout cela n’a rien à voir avec les soucis existentiels d’Israël dont la Russie et Poutine se soucient comme d’une guigne. Voilà la boucle bouclée : après avoir clamé haut et fort qu’elle n’aura pas à faire au Hamas tant qu’il ne changera pas, après l’avoir menacé d’isolation, la communauté internationale est en train d’isoler Israël. Cela prendra une semaine ou deux, la Russie y veillera et les raisons sont loin d’être celles que l’on pense.

 

 

Repost 0
11 février 2006 6 11 /02 /février /2006 17:35

Hamas a gagné, Hamas gagnera !

 

Il n’a pas fallu une semaine pour que la Russie -membre du Quartette déclarant à Londres que rien ne sera fait avec le Hamas tant qu’il ne changera pas sa Charte pour reconnaître le droit a l’existence d’Israël, renoncer à la violence et épouser les accords préalables- par la voie de M. Poutine change la donne. Il vient d’annoncer sans fioritures aucunes que la Russie n’a pas considéré le Hamas comme organisation terroriste et qu’il se propose d’inviter ses dirigeants à Moscou. Vingt-quatre heures après la France lui emboîte le pas déclarant que l’initiative russe lui convient.

 

M Poutine a utilisé comme argument majeur l’élection démocratique par laquelle le peuple palestinien a donné la majorité au Hamas. Et qu’il faut respecter. Comme la Russie a respecté l’élection démocratique de Hitler avec lequel elle a eu d’excellentes relations (y compris en lui livrant des communistes allemands) en signant, juste avant que la guerre ne se déclenche, le fameux Pacte Molotov – Ribbentrop.

 

Ce point d’histoire rappelé, que veut la Russie  ?

 

La Russie , après s’être refaite une santé avec l’aide massive de l’Europe et des Etats-Unis (report de dettes, démembrement d’armes nucléaires payé par les Etats-Unis, complicité vis-à-vis de sa guerre en Tchétchénie, etc.,) a pris la décision stratégique de récupérer son statut de deuxième puissance mondiale sans laquelle rien ne puisse être fait. Premier champ d’action (car agir en Afrique a été ruineux et sans résultats, agir en Asie  serait se mettre sur le chemin de la Chine et l’Amérique Latine semble trop versatile avec des dictateurs fantasques ou de démocrates obsessionnellement anti-américains) : le Proche et le Moyen Orient. Voilà la Russie allié aux régimes terroristes de l’Iran et de la Syrie , il était normal que la victoire du Hamas ajoute un maillon à la chaîne en cours de constitution.

 

Si l’on regarde les choses ainsi, la décision de l’Europe de laisser la Russie maître de l’enrichissement de l’uranium d’Iran est, pour dire le moins, inepte ou irresponsable, le cumul pouvant s’imposer. Pas seulement parce que rien ne prouve qu’elle ne donnera pas ce qu’il faut aux iraniens pour faire leur bombe. Surtout parce que l’on ne peut pas croire qu’elle ne voit pas, comme tout le monde, que la justification iranienne (besoin de sources d’énergie complémentaire) ne présente aucun caractère d’urgence pour au moins encore 100 ans compte tenu de ses ressources de gaz et de pétrole. Mais prendre la position qu’elle a prise, fournir des batteries de missiles (défensives) pour interdire toute attaque contre les centres nucléaires iraniens (connus ou secrets) présente un avantage évident : on s’oppose aux Etats Uns et on s’allie les « masses arabes ». Accessoirement, on espère atténuer le support musulman aux Tchétchènes. Le fait que dans toutes se diatribes (et posters) le Hamas s’identifie aux ennemis des Russes en Tchétchénie n’a pas l’air de gêner M. Poutine car, probablement, l’effet espéré est justement le contraire. Parler de transparence, clarté morale et éthique dans ses conditions est un exercice futile et sans intérêt.

 

Donc le Hamas n’est pas une organisation terroriste. L’Iran n’a jamais stipendié le Hezbollah au Liban ni le Jihad Islamique en Palestine ni des soldats d’Al Qaeda. Et la Syrie n’est pas liée à ce qui se passe au Liban depuis un an ni aux organisations terroristes palestiniennes.

Le Hamas veut simplement détruire Israël comme le président de l’Iran le souhaite aussi. Rien, jusqu’ici ne vient montrer une velléité de changement, au contraire. Ce n’est pas, cependant, une raison suffisante pour mettre en danger une approche stratégique, donc le Hamas viendra voir M. Poutine au Kremlin comme Yasser Arafat allait voir M. Brejnev. Ou comme M. Abbas qui a fait ses études à Moscou où il a obtenu un Doctorat avec une thèse niant l’existence de l’Holocauste.

Mais la  ? Que fait-elle dans cette galère ? A-t-elle si vite pris peur face aux menaces des masses musulmanes qui expriment spontanément leur colère pour la publication par Charlie Hebdo des caricatures connues ? A peine deux semaines après que son Président menaçait les états voyous ou les organisations terroristes de notre feu nucléaire ? Naturellement, elle emboîte le pas de la Russie sans accord préalable de ses partenaires européens. On peut parier que l’effet produit sur les Danois ou les Norvégiens laissé seuls devant les populaces musulmanes de loin ou d’Europe laissera des traces. Pauvres Danois, pauvres Norvégiens … Eux qui ont été les premiers à souhaiter (en Norvège) et décider (au Danemark) le boycottage de produits israéliens …Quelle dérision !

Dérision ? Regardez Hébron, en Cisjordanie : par décision du Conseil de Sécurité, prise à la demande de l’Autorité Palestinienne, une force internationale y stationne, elle est censée défendre les palestiniens de la soldatesque israélienne. Viennent les caricatures et l’armée israélienne doit défendre la force internationale de la populace excitée par le Hamas et le Jihad Islamique…

 

Voilà la boucle bouclée : après avoir clamé haut et fort qu’elle n’aura pas à faire au Hamas tant qu’il ne changera pas, après l’avoir menacé d’isolation, la communauté internationale est en train d’isoler Israël. Cela prendra une semaine ou deux, la Russie et son alliée, la France , y veilleront.

 

Repost 0
9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 16:34

Ils vont tuer les juifs et les caricaturistes.

 

Pourquoi les caricaturistes ?

 

 

Les grands esprits de l’Occident libre, laïque et respectueux des droits de l’homme s’évertuent, qui à demander des excuses, qui à crier à la provocation, qui à rejeter toute idée de « guerre des civilisations » pour calmer les manifestations spontanées engendrées par les « caricatures ». De l’autre côté, le « Guide Suprême » (institution essentielle du démocratique Iran) a livré son explication : tout cela n’est qu’un complot sioniste. Et la Charte du Hamas (vous savez, l’organisation sociale et honnête qui vient remplacer le Fatah dont l’Europe ne s’est aperçue qu’il était corrompu que douze ans après Oslo …) prêche non seulement la destruction d’Israël (on s’en accommodera …) mais tuer les juifs ce qui est politiquement incorrect.

Faut-il que l’on soit sourd et aveugle pour ne pas voir, entendre et comprendre qu’une nouvelle forme d’antisémitisme a gagné le monde, répandu par l’islam (bien sûr, on dira tout de suite qu’il s’agit de celui « extrémiste » non pas de celui « modéré »).

Dans le temps jadis l’Eglise dont l’enseignement antisémite était prépondérant offrait aux « bons » juifs une porte de sortie : la conversion. Et elle persécutait les autres sans pour autant (sauf cas extrêmes et rares) les tuer. L’antisémitisme éclairé suggérait comme solution l’assimilation. La novation apportée par le nazisme a été qu’il a souhaité (et mis en application) la destruction de tous les juifs : il n’y avait plus de bons ou de mauvais, il fallait tous les tuer. Après la deuxième guerre mondiale, sous la domination intellectuelle de gauches diverses, l’Europe a offert une nouvelle porte de sortie pour aux juifs : devenir antisioniste. Il n’y a pas de solution de continuité  entre les diverses variantes, ce à quoi on assiste aujourd’hui c’est simplement l’identification d’Israël  comme juif des nations. Il fallait ajouter un codicille, c’est chose faite depuis que le président (démocratiquement élu) d’Iran prône « l’éradication » de l’entité sioniste. Au vu et au su de tous qui, pour donner le change, ont l’air de s’émouvoir comme devant une découverte.

Même Kofi Annan s’est ému. A croire qu’il ne se souvenait plus de la déclaration de son représentant personnel en Irak qualifiant Israël comme « le grand poison dans la région. ». Au moins les pays arabes laissent passer et l’Egypte (premier pays à avoir signé un accord de paix avec Israël) fait écrire Al-Gumhuriya (quotidien du gouvernement, sans doute libre d’écrire ce qu’il souhaite) « c'est les juifs, avec leurs mains cachées et dégoûtantes, qui sont derrière tous les ennuis, désastres et catastrophes dans le monde » comprenant, naturellement, les attaques du 11 septembre et les attentats de Madrid.

D’où est-il parti ce nouvel antisémitisme ? Regardons un peu les pays arabes. La Syrie , la Libye et l’Iran se trouvent sous la botte de régimes radicaux (cléricaux au pas). L’Arabie Saoudite et l’Egypte (le deuxième reçoit bon an, mal an, 2 Milliards de $ d’aide des Etats-Unis), principaux alliés de l’Amérique au Moyen Orient,  propagent des idées extrémistes même si eux paraissent modérés. Au Maghreb les régimes en place sont, peu ou prou, les otages des islamistes.

Quelque soit l’état arabe l’opposition principale est constituée par des obédiences islamistes radicales : les Frères Musulmans en Egypte ou en Syrie, le FIS en Algérie, etc., etc., Et vient s’ajouter le Hamas en Palestine, qui dans sa charte indique qu’il s’agit de la branche palestinienne des Frères Musulmans. Tout ce beau monde se réclame d’une lecture identique du Coran, pour simplifier, « tuer le juif où qu’il se trouve ».

Dès lors, ces régimes ou leurs oppositions ne cherchent pas des solutions négociées au conflit Israélo-arabe. Et il est vain de leur demander de le faire comme il est vain de demander au Hamas de reconnaître Israël. Il est vain puisque par delà « la terre » ce
qu’ils ne peuvent accepter c’est « le juif ». Changer cela veut dire veut dire renoncer à ce que le Coran demande aux musulmans : conquête du monde, islamisation, charia. Vaste programme.

Et on arrive aux caricatures. Le fait que les masses musulmanes, dont on ne savait pas qu’elles lisaient les journaux confidentiels danois (Jyssland-Posten est distribué uniquement par abonnement …) se sont mises en marche parce que l’on a caricaturé le Prophète pouvait rester un évènement sans lendemain. En revanche, ce qui perdurera c’est « le complot juif ». Piétiner des drapeaux danois (au fait, a-t-on remarqué qu’il y a une croix dessus ? Ce n’est pas blasphématoire pour les musulmans tellement respectueux des autres religions ?), c’est bien, mais rappeler que derrière tout cela se trouve le juif c’est encore mieux. Et l’année dernière, le site internet du Centre de Presse Internationale appartenant a l'Autorité Palestinienne a publié une série de caricatures : une d'entre elles, montre Ariel Sharon égorger avec un couteau de boucher un nourrisson palestinien. Certes, Ariel Sharon n’est pas un prophète. Il est simplement juif et en tant que tel concentre sur lui tous les pêchés d’Israël …

 

Caricatures ? Se souvient-on du reportage filmé par un journaliste italien pendant le lynchage de deux réservistes israéliens dans un poste de police palestinien ? Se souvient-on des militants du Hamas posant pour des journalistes et photographes en faisant semblant de jouer au football avec ce qu'ils affirmaient être des restes de soldats israéliens tués en 2004 à Gaza ? Rien de cela n’a été de nature à émouvoir les masses arabes. Ni l’assassinat filmé du journaliste Daniel Pearl (car juif) ni l’égorgement d’un sous-traitant américain en Irak (juif lui aussi).

 

Le négociateurs des accords d'Oslo (et ceux qui les ont applaudi) pensaient qu'Israël devait prendre le "risque de la paix" en donnant quelque chose de tangible (cession de territoires) pour quelque chose d'intangible, la promesse d'Arafat de ne plus utiliser la violence pour faire avancer les (en très grande partie) justes revendications nationales palestiniennes. Depuis 1993 (Oslo) il y a eu plus de morts israéliens suite aux attentats que pendant les 45 ans précédents d'existence de l'Etat d'Israël. Pendant ces mêmes années la question rituelle quand on soulignait que le régime d’Arafat n’avait ni foi ni loi, la question à caractère rhétorique était « qui gouvernera alors les Palestiniens ?  Ce sera le chaos »  Aujourd’hui on a la réponse, le peuple palestinien l’a donnée démocratiquement, le Hamas. Dont les deux objectifs prioritaires sont la destruction d’Israël et l’instauration de la charia en Palestine. Non pas l’éducation des enfants ou la création d’une économie non dépendante d’Israël ou, tout simplement, le nettoyage des rues de Ramallah ou des champs d’ordures de Gaza.

Donc, l’ennemi est le juif. Eh oui ! Il faut prendre la réalité telle qu’elle est. Il faut admettre que la « minorité agissante » que représentent aujourd’hui les terroristes islamiques n’est que le sommet de l’iceberg qui menace le vaisseau mondial. Il faut croire cette minorité quand elle dit qu’il s’agit d’une guerre de religion comme on aurait dû croire et prendre au sérieux  Mein Kampf ...

 

 

Guerre de religion affichée et, logiquement, prenant comme première cible  « les juifs », le christianisme ne venant qu’en suite …

 

De plus prendre les juifs pour cible n’a rien de fortuit -et d’une certaine manière rien à voir avec ce qui se passe au Proche Orient ; en effet, la seule religion à laquelle l’Islam pouvait s’opposer à ses débuts était le judaïsme : le tronc commun historique ne pouvait que devenir un handicap, il fallait (il faut) le détruire. Et comment ne pas comprendre que le discours d’un Bachir el Assad, Président d’une République héréditaire, au moment d’accéder au siège de membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, devant un Pape Jean-Paul II éberlué,  devait être pris au premier degré, comme l’expression des convictions d’un musulman évolué (éduqué dans les meilleurs écoles d’Angleterre, médecin de formation, qui devrait afficher un degré d’intelligence relativement élevé) : « les juifs sont de traîtres, ils ont trahi et tué Jésus comme ils ont essayé de trahir et tuer Mahomet, ils n’ont pas de place dans le concert des nations ». L’Occident s’est habitué à croire que le conflit proche-oriental est un conflit national ce qui a culminé par la fameuse formule « la paix contre la terre » qui a pu prendre le pas, pendant longtemps sur la réalité. Sans vouloir remarquer qu’il s’agissait d’une guerre de religions. Et l’Occident est en train de perdre la perdre comme les Etats Unis ont perdu (heureusement) leur guerre du Vietnam : dans la tête de leurs citoyens, non pas sur le champ de bataille.

 

 

Le spectre du terrorisme islamique (il faut appeler un chat, un chat) traverse l’Europe et le monde entier. Pourtant on oublie que s’il y a un milliard de musulmans il en reste cinq qui ne le sont pas … Le fer de lance de ces cinq milliards d’hommes et de femmes ne peut être que le monde occidental. Pourtant, par lâcheté (simplifions – Munich), par incapacité de s’organiser -cinquante années après la deuxième guerre mondiale l’Europe est toujours désunie, on trouve toujours les raisons de regarder ailleurs : économiques-pétrole, éthiques- la pauvreté du monde.

 

 

 Pourquoi les esprits éclairés du monde occidental se taisent-ils et laissent la scène uniquement à de journalistes pour moitié incompétents et pour moitié aveuglés par leur haine du monde libre, haine héritée de leur appartenance aux mouvements anarcho-trotskystes des années 60 et 70 ? S’agissant d’une guerre de religion, si nous voulons que les enfants de nos enfants vivent dans un monde comme celui que nous avons connu, il faut que l’Occident fasse ce qu’Israël fait : parler clair, se battre pour sa survie, ne pas céder aux sirènes de l’abandon.

 

 

Citer Nietzsche s’avère approprié car ce dont il s’agit (et que les esprits nobles occidentaux acceptent sans rechigner) c’est d’une « nation » qui nous exècre : « la nation arabe dont l’antisémitisme date de toujours et qui ne pourra cesser avant que le monde soit, par elle, conquis. »   

 

Repost 0
5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 14:19

 

Un silence assourdissant

 

250.000 morts en Algérie pour avoir empêché le FIS d'arriver, démocratiquement, au pouvoir, 50.000 morts sous nos yeux au Darfour, des milliers de morts (chrétiens) au Nigeria (musulman), le monde musulman, pas du tout affecté, ne s'est mis en marche que pour les douze caricatures publiés par un quotidien danois. Car blasphématoire par rapport au Prophète.

 

Laissons les spécialistes débattre de la question existentielle « a-t-on le droit de peindre ou dessiner l'image du Prophète ». Observons qu'il n'est que le représentant d'Allah sur terre et qu'a ce titre il a épousé les querelles de ses semblables qu'ils soient coreligionnaires ou infidèles. Pour ceux qui veulent s'en convaincre il suffit de visiter le site 1. Simplement, on se souviendra qu'il a passé au fil de l'épée des tribus entiers et que le feu et le sang ne le rebutaient pas pour laisser au monde de ses héritiers trois possibilités : la conversion, la dhimmitude ou la mort. L'islam, comme tout le monde le sait, est une religion de paix et d'amour.

 

Les ambassades du Danemark et de la Norvège , livrées par les autorités syriennes à la populace, ont brûlé à Damas. A Gaza, où le Hamas règne en maître depuis que, démocratiquement, le peuple les a choisi pour réaliser les deux objectifs majeurs (destruction d'Israël et instauration de la charia) les bureaux de l'Union Européenne ont été saccagés et fermés. Ce qui n'empêche pas les "responsables" d'attendre que l'Europe continue à verser sa manne, 500 Millions d'euros par an. Ni la Commission de Bruxelles de se taire.

 

Pendant ce temps, un silence assourdissant se répand sur l'Europe des droits de l'homme et de l'état de droit, qu'elle soit officielle ou représentante de la "société civile". L'officielle  se tait. Que l'on brûle des ambassades de ses Etats membres n'a pas l'heur de l'émouvoir. Les "grands" (France, Allemagne, Italie, Pologne) se taisent et l'Angleterre par la voix de son ministre des affaires étrangères (celui qui depuis trois ans participe à l'apaisement de l'Iran en lui donnant le temps d'enrichir son uranium), par une pirouette, renvoi dos-à-dos les islamistes et les caricaturistes ...

 

A partir du moment où l'Europe n'a pas eu le courage d'inscrire dans le préambule de sa constitution avortée qu'elle est héritière d'un système de valeurs judéo-chrétiennes (ou simplement chrétiennes) la messe était dite (sic!). L'Europe acceptait, ipso facto, une transition vers une société qui, directement ou indirectement, allait vivre sous la contrainte de la charia. Quant à la Turquie , dont la laïcité est garantie par l'armée, acceptée en Europe elle nous ouvrait un nouvel horizon existentiel ! Avec l'espoir, toutefois, que les armées européennes procèdent de la même manière.

 

Naturellement, on trouvera rapidement que ... si le conflit israélo-arabe était réglé tout serait différent. Mais, comme d'un côté, Israël n'a pas vocation suicidaire et, d'un autre côté, le monde arabo-musulman veut sa disparition, il faudrait trouver une solution. Finale, si possible.

 

Et voilà le nouveau président de l'Iran (lui aussi choisi démocratiquement par quinze ou vingt millions d'iraniens) qui propose à l'Europe une solution simple : vous accordez un territoire aux juifs d'Israël qui y seront transférés illico. L'Europe n'a pas, vraiment, pris la mesure de l'intérêt de cette solution. En regardant les choses sans passion, on devrait remarquer qu'après avoir essayé d'annihiler "la race juive" avec le concours de son bras armé - l'Allemagne nazie - l'Europe a perdu au change : après la shoah les juifs sont partis (un million ?) et on a accepté l'arrivée de 8 - 9 - 10 millions de musulmans. Le bilan reste à faire pour savoir s’il est positif : regardons la contribution au monde moderne des quelques millions de juifs en Israël et des populations musulmanes en Europe. De plus, les juifs n'imposaient pas -directement ou indirectement- leur "loi » tandis que la charia attend au coin de la rue.

 

Bref, si l'Europe qui au lieu de continuer à verser sa manne sur des populations qui l'exècre (Gaza par exemple) ou à l'intérieur de ses frontières sur des populations dont la "victimisation" est le fer de lance pour la conquête de droits, accepte la proposition
iranienne ...elle serait doublement gagnante. Le seul hic vient du fait qu'Israël ne l'entend pas de cette oreille. Mais, cela, ce n'est pas nouveau, c'est toujours les juifs qui empêchent le monde de tourner en rond ... D'ici à apprendre que le caricaturiste danois était juif ...

 

Sic transit gloria mundi ... Et quand la peste (rouge, brune ou verte) commence, on commence toujours avec les juifs. Ou les caricaturistes ! Le cumul n'étant pas interdit, les amis danois le constatent.

 

 

Akhbar al-Khalij, January 29, 2006 (Bahrain)

 
La caricature indique que la controverse liée à la publication des caricatures est le résultat de la pénétration du Sionisme au Danemark : le fromage danois a donc la forme de l'Etoile de David et, dès lors, on appelle à son boycott.


1. http://info2us.dk/muhammed/

 

Repost 0
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 12:00

Les démissions de l’Occident

Quelques caricatures du Prophète et voici l’Occident demander des excuses aux régimes respectueux des croyances des autres : l’Arabie Saoudite, la Libye et, bien sûr, la Syrie ! Pendant ce temps, on construit à Rome, pas loin du Vatican, la plus grande mosquée d’Europe tandis qu’arriver avec une Bible à Ryad peut conduire un musulman à la mort pour apostasie. Ici on crie à la provocation, là au blasphème, tandis que les gauches multiples regardent ailleurs. En attendant que de Londres à Paris, des Pays Bas au Danemark, les territoires où l’Etat-hôte n’a plus le droit d’entrer autrement qu’avec des cars de police ou des voitures de pompier, se mettent en marche pour demander justice contre l’humiliation.

Quelle pantalonnade … Les héritiers des Lumières, les Etats Nations où la séparation du religieux et du civil existe depuis des lustres, les pays où l’humour a toujours eu le dernier mot, partout on se prosterne devant les fatwas du monde musulman et on proteste de sa bonne foi en regrettant que le « sacré » fût transgressé par des caricaturistes danois ! Et quand un journal français fait de même, les voix françaises autorisées des musulmans modérées crient à la provocation et le directeur du journal est licencié sur le champ. On dirait que l’on a oublié la fatwa condamnant Salman Rushdie à la mort.

Comment est-on arrivé là ? De démission en démission, le monde dans lequel nous vivons montre être prêt à toutes compromissions pour apaiser le monstre. Peu d’entre nous se souviennent d’une prophétie d’André Malraux (faite à la suite de celle connue de tous « le vingt-et-unième siècle sera religieux ») : « l’explosion musulmane au vingt-et-unième siècle dépassera celles du communisme et du nazisme du vingtième siècle ». Nous y voilà, quo vadis ?

Notre pays, fort de sa laïcité gravée sur tous les frontons républicains, pensait être à l’abri de la déferlante islamique en érigeant au rang de dogme sa politique arabe, son bouclier pendant les quarante dernières années. Qui se souvient encore des « marchés » passés par nos « Services » avec les terroristes palestiniens ou avec les iraniens au chantage desquels on a succombé chaque fois qu’il était nécessaire ? Qui se souvient des agents de police français tués par des « diplomates » iraniens à Paris ? Et plus loin encore, qui se souvient des militaires français tués dans un attentat à Beyrouth ou de l’Ambassadeur Delaporte assassiné par les syriens ? Personne ne s’en souvient, sauf les commanditaires des actes évoqués qui, eux, ont appris et compris que nous céderons toujours pour ne pas avoir à subir pire. Le deuxième bouclier, subconsciemment, se voulait être la présence de 4, 5 ou 6 millions de gens originaires des pays du Maghreb. Dont une partie sifflent la Marseillaise, « niquent la France » et contribuent au mal être du pays qui n’en peut mais. Et qui déclare (au Wall Street Journal, pendant les émeutes de novembre) « nous avons immigré en France à la maternité de la ville »

Nous avons aussi pensé que s’opposer à la guerre en Irak, admonester ceux qui en Europe ne pensent pas comme nous, crier à tue-tête « Bush-Sharon, assassins » protégerait notre société laïque et libérale car « ceux d’en face » comprendront que nous sommes de leur côté, d’une certaine manière. Et quand on s’est attaqué à l’Espagne, un peuple fier a tout de suite tourné casaque et le pays a retiré ses troupes d’Irak, ce que les assassins lui demandaient. Voilà comment nous sommes arrivés là.

Les deux grandes querelles actuelles, la bombe pour l’Iran et le Hamas, librement choisi par tout un peuple, les deux demandant avec force l’éradication de l’entité sioniste, qu’en faisons-nous ? Pour l’Iran, on a réussi à temporiser et leur donner deux années pendant lesquelles il faut être naïf que de croire qu’ils sont restés sans rien faire (après un programme caché car illégal déroulé sur 18 ans …). Et le Hamas ? Qui s’est opposé (comme pour le Hezbollah libanais) pendant des années à ce qu’il figure sur la liste des organisations terroristes ? La France. La France qui forte de sa position de pilier de l’Europe lui a imposé une de ligne de conduite finalement acceptée par les autres, volens-nolens.

L’Europe qui ne peut plus, maintenant, ignorer les fondements du Hamas tels que gravés dans le marbre de sa charte dont les articles abondent en références antisémites puisées, nommément, dans Les Protocoles des Sages de Sion. Mais, dit-on, la charte de l’OLP aussi inscrivait la destruction d’Israël parmi ses objectifs, elle a changé en reconnaissant Israël. Deux observations : premièrement, à l’encontre des mensonges répétées qui ne deviennent pas des vérités pour autant, la Charte de l’OLP n’a pas été modifiée et, deuxièmement, la charte du Hamas a une filiation religieuse s’inscrivant dans le droit fil de la « doctrine » selon laquelle pas un pouce de territoire appartenant au Dar-el-Islam ne peut être cédé ou gouverné par des infidèles.

Arrivés là, que faire ? Se confondre en excuses auprès des tyrans et potentats orientaux en leur expliquant que, voyez- vous, cela n’engage que la responsabilité de la presse qui chez nous est libre. Un porte-parole du Quai d’Orsay est obligé à s’abaisser pour donner des explications, en service commandé, certes, mais appartenant à un service dont les compromissions vis-à-vis de l’Irak de Saddam ou d’autres monarchies arabes éclairées sont sans nombre. Le Quai d’Orsay, fer de lance de notre politique arabe, foyer de tous les « anti » américains ou israéliens ou tout simplement juifs. Quelle dérision.

Et sur ce fond nauséabond notre Jupiter décrète que nous pourrions utiliser des frappes nucléaires contre des états voyous ou utilisant des terroristes pour affirmer leur puissance. Faut-il que l’on soit arrivé à la conclusion que la déferlante terroriste (eh, oui, islamique) risque de nous submerger, à court ou moyen terme, pour dire cela. Aurait dit Bush la moitié du tiers que des millions auraient défilé dans les villes européennes pour le houspiller. Serait-on en train de comprendre ce qui se passe avec Israël depuis des années et des années ?

Israël dont les grandes et moins grandes puissances s’évertuent à lui reconnaître « le droit à l’existence » comme si ce pays, le seul entre les 191 enregistrés à l’ONU avait besoin de la bénédiction des autres pour exister … Et que fait-on avec ceux qui lui conteste le droit de vivre ? Bon, écoutez, on va voir ce qui se passe pendant deux ou trois mois, voir si le Hamas revient à des meilleurs sentiments, s’il met un peu d’eau dans son vin (sic !). Qui nous dit cela ? L’ineffable Javier Solana qui allait à Gaza demander conseil au Scheik Yassine, se souvient-on de la photo où il écoute, (religieusement) « le guide » sur son fauteuil roulant ?

Eh bien, voilà, l’Europe laïque doit maintenant avaler la couleuvre Hamas. Car, ne nous trompons pas, on va trouver les raisons d’espérer, de s’arranger, de regarder ailleurs et … d’attendre l’inévitable tout en versant notre écot de quelques centaines de millions d’euros au peuple palestinien qui, démocratiquement, s’est doté d’un nouveau fer de lance dans sa quête de la destruction d’Israël. En paraphrasant Churchill, on devrait dire « l’Europe avait à choisir entre la dignité et la soumission, elle a choisi la soumission et elle a eu l’indignité ».

Depuis Oslo, pendant une quinzaine d’années, presque, le tissu de la société civile palestinienne a été déchiré par une bande de corrompus, devenant ingouvernable, avec des villes sans loi ni ordre mais ayant disposé de toute la manne que l’Europe pouvait leur verser. Ce que le Fatah a réussi avec l'Intifada c'est d'avoir crée, avec une politique constante, un peuple de pauvres. Europe complice de ce qui se passait sous ses yeux, incapable de réagir par peur de représailles de natures diverses mais ayant l’origine au Proche Orient ou dans ses propres territoires. Aujourd’hui on dit que le gouvernement, sans foi ni loi, par le Fatah est la cause unique du choix du Hamas : où est le Commissaire Chris Patten qui disait que l’Europe avait besoin d’une enquête sur l’utilisation des fonds versés à Autorité Palestinienne « comme d’un trou dans sa tête » ?

Quelle plaisanterie … Pendant les années d’après Oslo, il y a eu plus de morts en Israël par attentats que pendant les 45 années précédentes tandis que l’Europe et le reste du monde versaient aux palestiniens plus de 15 milliards d’euros. Pourquoi faire ? Pour choisir, aujourd’hui, démocratiquement, le Hamas dont les buts sont connus. Ne faudrait-il pas que l’Europe comprenne que tant que ce peuple ne se sera pas désintoxiqué de la rage de détruire Israël il ne pourra ni jouir d’une liberté totale ni vivre une vie décente ? Certes, pour cela il faudrait que le Coran subisse un aggiornamento fondamental : tant que les musulmans se considèrent nation ouverte sur un territoire sans fin et dont l'obligation sacrée est de combattre l'infidèle ("tuer le juif où qu'il se cache") on peut toujours vivre avec l'illusion d'un changement. Vaste programme …

Surtout quand le mouvement islamique (que d’aucuns appellent « radical ») procède d’une stratégie s’appuyant sur, d’un côté, l’interdiction de changer quoi que ce soit dans les pays arabes et, d’un autre côté, la volonté de dominer des régions entières (l’Iran), voire, le monde (les mouvements jihadistes). Comme les pestes brunes ou rouges au vingtième siècle.

Caricatures – Iran et sa bombe – Hamas choisi par le peuple palestinien – intolérance islamique vis-à-vis des pays qui ont accueilli, malheureusement, à bras ouverts des populations s’y réclamant, la chaîne des démissions européennes est ininterrompue. La bonne nouvelle ? La fin s’approche à grands pas. Entre 2025 et 2050 plus du quart de la population européenne imposera, directement ou indirectement, sa loi, la charia, au reste. Et nous vivrons heureux la dhimmitude qui nous sera accordée, à moins que l’on ait fait de nous jusque-là des sujets du Prophète.

Repost 0
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 21:18
Hamas, inscrit sur la liste des organisations terroristes par l’Europe, accède au pouvoir par une voie démocratique prônée par les démocraties occidentales pressées qu’elles sont à démontrer que l’islam est soluble dans la démocratie. L’Algérie, il y a quelques années, craignant le pire, a interdit au FIS une accession au pouvoir ce qui lui a coûté quelques 250.000 morts.
 
Et voilà nos gouvernants, la main sur le cœur, jurant qu’il n’auront rien à faire avec une Autorité Palestinienne sous la coupe du Hamas tant que cette organisation ne renoncera pas à son but ultime -la destruction d’Israël, ne renoncera pas à la violence et au terrorisme et ne fera pas siens les accords signé jadis par les palestiniens et les israéliens.
 
Mais de qui se moque-t-on ? Comment peut-on dire que les élections se sont déroulées démocratiquement et ne pas admettre que le résultat traduit la volonté des participants ? Comment peut-on  demander à ceux qui ont choisi le Hamas, donc la volonté de liquider Israël, de renoncer à ce qui était en filigrane l’essentiel du message ?
 
Et alors, on nous sort du chapeau la grande explication : les électeurs ont voulu se venger des treize années pendant lesquelles le Fatah de Yasser Arafat n’a fait montre que de corruption, népotisme et incurie amenant la société palestinienne à la ruine. Naturellement, il s’agit des mêmes qui se sont opposés par tous les moyens possible à faire des enquêtes pour savoir où allaient les centaines de millions d’euros que l’Europe leur accorde tous les ans. En fait, le Fatah de Yasser Arafat (on se souvient, celui auquel la France a rendu des honneurs de chef d’état …) s’est révélé inutile et malfaisant car son nationalisme n’a conduit qu’à la destruction du tissus de la société civile vicié comme il était par la corruption généralisée que l’Europe -premier bailleur de fonds pour les palestiniens- a tolérée pendant des années aveuglée comme elle était (est) par son indifférence au sort d’Israël. Le Fatah d’Arafat n’était pas un mouvement nationaliste, ce n’était qu’un gang à la dévotion d’un chef adoubé par toute la gauche mondiale bien pensante fort qu’il était de sa haine contre Israël.
 
Les spécialistes des contorsions dialectiques vont nous expliquer que vu qu’il ne faut pas laisser le peuple palestinien tomber dans le désespoir il faut espérer que le Hamas mettra de l’eau dans son vin et qu’une fois au pouvoir, ben, ils s’amenderont. Les mêmes espoirs formulé pour Hitler en son temps, pour les prises de pouvoir communistes ensuite ou, tout dernièrement, pour les ayatollahs en Iran (en oubliant au passage les talibans …). Dialectique ? Où est la logique dans tout cela ? Ne doit-on pas laisser un peuple choisir son destin ? Si les palestiniens ont choisi le Hamas et ses buts ultimes connus et répétés à satiété depuis quelques jours, eh bien il ne faut pas les contrarier. Non plus les aider.
 
Au fait, pourquoi c’est l’Europe et les Etats-Unis qui doivent, depuis plus de cinquante ans, faire vivre des millions de descendants des 650.000 (ou 750.000) habitants de la Palestine historique qui l’on quittée à la création d’Israël ? Pourquoi pas les frères arabes qui ont tiré des revenus du pétrole de trillions et des trillions de dollars ? Faut-il se souvenir qu’à la fin de la deuxième guerre mondiale l’Europe a vu 50 millions de réfugiés déplacés mais intégrés dans les pays d’accueil dont ils n’étaient liés en rien. Sauf par la volonté commune d’une vie meilleure créée par soi-même et non pas mendiée à la communauté internationale. Tel n’a pas été le cas pour les réfugiés palestiniens, il fallait se souvenir, en permanence, que les responsables de leurs souffrances étaient juifs !
 
Et maintenant ?
 
La France, premier pays musulman au Nord de la Méditerranée, disposant de trois partis trotskistes d’extrême gauche (record mondial) est sérieusement embêtée. Après avoir diabolisé Israël et Sharon (celui de « Bush, Sharon, assassins ») elle se trouve maintenant, elle, laïque, devant des islamistes qui prennent le pouvoir. Pas seulement la France officielle : les Bové, Laguiller et autres Krivine, les communistes et les alter-mondialistes du Monde Diplomatique, comment vont-ils s’accommoder de l’instauration de la charia en Palestine ?
 
Il n’y a aucune raison pour le Hamas (ou pour le peuple palestinien) de changer leurs buts ultimes. Ils veulent la disparition d’Israël, ils n’y renonceront pas surtout au moment où fiat irruption sur l’échiquier mondial un nouveau président iranien qui tranquillement appelle à l’éradication de l’entité sioniste et attend impatiemment la fin du cycle d’enrichissement de son uranium … Mais Israël semble avoir réussi à faire comprendre à l’Europe qu’il n’avait pas une vocation suicidaire marquée. Ce qui conduit à une constatation simple : les palestiniens (selon le mot d’Abba Eban) n’ont pas raté l’occasion de rater une occasion.
 
A qui peut-on faire croire qu’ils veulent un Etat ? S’ils l’avaient voulu les occasions étaient légion : en 1948, au moment de la paix israélo-égyptienne, à Camp David en 2000. En réalité, ce qu’ils veulent c’est la disparition d’Israël, c’est non pas deux états pour deux peuples mais deux états pour un peuple.
 
La conséquence est limpide : rien ne se passera pendant les dix ou vingt années à venir ou jusqu’au moment où la jobardise européenne alliée au mercantilisme russe et à l’indifférence planétaire chinoise auront donné la bombe à l’Iran. Ce jour-là (ou tout juste auparavant) le monde découvrira avec effroi que faute d’avoir mis le holà quand cela était possible il sera en train de basculer dans l’horreur finale. Comme la solution …
Repost 0
31 décembre 2005 6 31 /12 /décembre /2005 23:50

Tartuffe(s) –

 

commentaires sur la  politique arabe de la France

 

 

Dans un de se premiers prêches en rentrant à Téhéran, l’Ayatollah Khomeiny annonçait que « la destruction du régime sioniste de Tel Aviv » allait constituer une tâche primordiale pour le nouvel Iran.

 

Vingt-six ans après, le nouveau Président de ce pays musulman, proclame que « Israël doit être rayé de la carte ».

 

Le Pape et Kofi Annan, le Conseil de Sécurité de l’ONU, les gouvernements de la moitié de la planète, dans le silence naturel des pays arabo-musulmans, crient au scandale et, la main sur leur cœur, jurent que ce genre de diatribe est totalement inadmissible. 

 

Comment peut-on croire que pendant ces vingt-six dernières années tout ceux qui protestent aujourd’hui ont ignoré ce qui constituait non seulement une ambition religieuse maquillée en géopolitique mais, aussi, un fonds de commerce exploité chaque fois que l’occasion se présentait ? Les chancelleries, les services, les analystes, les politologues, les commentateurs des radios et des télévisions, personne ne savait ? Deux planètes -Hezbollah et Hamas- gravitant autour d’un soleil -l’Iran- personne n’avait rien remarqué ? Personne n’avait lu le préambule de la Charte du Hamas : « Israël existe et continuera d’exister jusqu’au moment où l’Islam le fera disparaître comme il a fait disparaître d’autres » ? Personne ne savait que le Hezbollah se destine « à la libération de toute la Palestine et l’instauration d’un Etat Islamique ?

 

Que Tony Blair déclare que « c’est inadmissible », que George W. Bush rappelle que l’Iran, comme la Syrie , sont des « Etats voyous », rien de plus normal, ils sont dans leur rôle. Mais la France  ? Jacques Chirac, si prompt à manifester sa présence sur tous les fronts, se tait et le Premier Ministre écrit, en catimini, au Président du CRIF ( ?!) pour lui dire son indignation !

 

La France. Le traumatisme de la deuxième Guerre Mondiale. La France , honteusement vaincue et collaborant avec le vainqueur, voyait son salut venir du monde anglo-saxon. Par delà les quolibets réciproques (Churchill – De Gaulle – Roosevelt) celui qui a incarné l’honneur de ce vieux pays, De Gaulle, n’a jamais pu admettre que pour une deuxième fois notre pays soit sauvé par les Etats-Unis. Deux pays affichant leur vocation universelle, messianique, au regard de l’évolution des sociétés, rivales dans l’influence que leurs deux révolutions fondatrices ont toujours essayé d’avoir sur les destinées du monde devaient, logiquement, arriver à une confrontation.

 

Le mérite historique de De Gaulle a été de comprendre que la France après avoir été sauvée deux fois dans le même siècle par l’Amérique, ne pouvait que devenir -à terme- son vassal. De Gaulle ne pouvait pas accepter une telle perspective. Faire pièce au géant américain devenait une ardente obligation pour celui qui se voulait, à lui seul, l’incarnation du pays.

 

Alternative pour une alliance globale. Nourri à l’école de Metternich et de sa Real Politik, De Gaulle ne pouvait orienter son choix pour la création d’une alliance globale que vers deux blocs de consistance différente : le bloc soviétique et celui des pays arabes. Chacun d’entre eux comprenait plusieurs centaines de millions d’individus et disposait d’énormes ressources minérales qui, d’évidence, devaient être mobilisées s’il s’agissait de contrer les ambitions mondiales de l’Amérique. Car pour De Gaulle l’avenir était défini par l’insoutenable prétention de l’Amérique de vouloir dominer le monde. Ayant un moment caressé le rêve d’un hinterland africain suivant la décolonisation, il avait compris (avant tout le monde) que ce continent n’allait pas beaucoup compter dans le développement mondial.

 

Mais le concept de « l’Europe de l’Atlantique à l’Oural » ne semblait pas enthousiasmer les peuples d’Europe, dont un tiers vivaient sous la botte soviétique. De plus, en vrai nationaliste modèle 19ème siècle, De Gaulle était convaincu que le bloc soviétique allait se déliter devenant la proie des intérêts allemands, britanniques et, bien sûr, américains. La France de De Gaulle devait, inéluctablement, se rapprocher du monde arabo-musulman. Sans vision commune, sans institutions pouvant lui assurer une unité d’action, figé dans des schémas précoloniaux et mortifié par la création d’Israël, l'ensemble des quelques dizaines de pays arabo-musulmans offraient à De Gaulle un champ d’investissement illimité. Prendre sa tête s’était se doter de ce qui était nécessaire pour s’opposer à l’Amérique : le nombre et les ressources. La « politique arabe de la France  » était née, elle allait servir de Weltanschauungau pays pendant plus de cinquante années.

 

Trop souvent on a cru que la France ne poursuivait que des intérêts économiques en courtisant les pays arabes. C’est faire injure à la capacité de réflexion de ses gouvernants, qu’ils soient de droite ou de gauche. La vision géopolitique de De Gaulle est devenue bien commun pour les élites qui ont gouverné le pays depuis qu’il a  « quitté les affaires ». Armer jusqu‘aux dents l’Arabie Saoudite, doter l’Irak d’un réacteur nucléaire pouvant produire du plutonium pour un éventuel armement nucléaire, assurer  la formation d’armées et marines entières, s’opposer mollement aux mouvements terroristes islamiques, tout ce que la France a montré comme sollicitude pour le monde arabe n’avait (n’a) qu’une seule raison : être à la tête  de l’opposition à l’Amérique.

 

Pour y parvenir la France avait (a) besoin de la neutralité ou de l’incapacité d’agir du reste de l’Europe. De Gaulle avait accepté le Marché Commun non seulement parce qu’il donnait au agriculteurs français les moyens d’une survie largement financée par les autres pays mais parce qu’il pouvait ainsi contrôler tout mouvement réel d’unité du continent, forte que la France est de sa capacité nucléaire et de son siège au Conseil de Sécurité de l’ONU. Force est de reconnaître que la France a réussi à bloquer une marche rapide de  l’Europe vers son développement, soucieuse comme elle était (est) du risque  d'une éventuelle association de ce bloc aux destinées de l’Amérique.

 

Le prix à payer. Ce n’est pas par hasard que la France a pris la tête du « front de la paix » en s’opposant aux Etats-Unis au moment de la guerre en Irak. Ce n’est pas un hasard non plus qu’elle a apostrophé d’une manière méprisante ceux qui, en Europe, font plus confiance aux Etats-Unis qu’à la Russie , l’Allemagne et la France dont les agissements à partir de 1939 n’ont pas laissé que de bons souvenirs … Mais le vrai prix que la France paye (et veut imposer de payer à l’Europe) c’est sa transformation en premier pays musulman au Nord de la Méditerranée. Accepter la Turquie en Europe, comme J. Chirac le prône n’est que l’aboutissement de la vision géopolitique de la France léguée par son dernier visionnaire, Charles de Gaulle.

 

Familier des fausses analyses et des mauvaises décisions (voir la dissolution de 2002),
J. Chirac sera celui qui, sans le vouloir, aura mis en danger une vision géopolitique héritée du gaullisme : le NON que le peuple français a prononcé au referendum  traduit non seulement l’opposition (constante depuis 1957) de la gauche communisante et de la droite souverainiste à l’Europe mais aussi, confusément, la certitude que si on laisse faire, les mosquées seront, bientôt, plus nombreuses en Europe que les églises.

 

Devant la sortie, oh combien normale, d’un Président iranien qui ne fait que rappeler les buts de son pays (et d’une partie du monde arabo-musulman) la France se tait. Elle donne le change, actuellement, en jouant partie commune avec les Etats-Unis pour « punir » la Syrie  : on aimerait être certain que les relations plus qu’amicales ayant existé entre Hariri et J. Chirac n’en sont pour rien. On aimerait aussi être certain que sa présence dans la troïka qui essaye de retarder la marche inéluctable de l’Iran vers la bombe n’a pas comme objectif de contrôler une réaction qui pourrait nuire à ses intérêts géopolitiques et économiques (Total a été le premier « major » à contourner l’embargo américain sur les investissements pétrolier en Iran).

 

La France se tait. Comme elle s’est tue pendant des années en s’opposant à l’inscription du Hamas sur la liste des organisations terroristes. Comme elle s’oppose, encore aujourd’hui, à faire de même avec le Hezbollah : pourtant, où a-t-on vu un « parti politique de gouvernement » disposer d’une armée équipée, selon ses dires, de plus de 12.000 missiles ?

 

Iran, Hezbollah, Hamas : dans l’ordre, les trois avec le même objectif, la destruction d’Israël. Les tartuffes qui parlent, les tartuffes qui se taisent, la France qui suit cahin-caha sa politique arabe.

Repost 0
31 décembre 2005 6 31 /12 /décembre /2005 23:30

Le 27 octobre, dans une échauffourée à Clichy sous Bois, deux gamins pensaient échapper à un contrôle de police en se réfugiant dans un poste de transformation de l’EDF : ils sont morts électrocutés.  Un prétexte, comme un autre, pour voir les banlieues de Paris, d’abord, s’enflammer et l’incendie se propager vers plusieurs villes de France.

 

Ensuite, des bandes de « jeunes » musulmans, nord-africains, noirs, ont tenu le haut du pavé, s’affrontant aux forces de l’ordre et détruisant ce que, en réalité,  ils haïssent : les écoles, les salles de spectacle et des symboles de la société moderne. En particulier les voitures des habitants des quartiers qu’ils semblent vouloir contrôler (les « zones de non droit »).

 

De Londres à Paris, des Pays Bas au Danemark, le découpage de territoires où l’Etat-hôte n’a plus le droit d’entrer autrement qu’avec des cars de police ou des voitures de pompier, est en marche.

 

Et la vulgate dominante s’empresse de justifier ce qui se passe : humiliations, pauvreté, racisme seraient les causes uniques de la non intégration de la … deuxième et de la troisième génération de populations d’origine maghrébine !

 

 

Mais la pauvreté n’est pas l’apanage exclusif de ces populations. Depuis le début du 20ème siècle, les polonais venus descendre dans les mines de charbon, les italiens fuyant la crise en Italie pour être maçons en France, les espagnols et les portugais, d’abord hommes à tout faire ensuite entrepreneurs, les vietnamiens et les chinois ont tous connu la pauvreté, la misère et difficulté de s’intégrer. Mais ils ont presque tous réussi car deux facteurs d’intégration, au moins, jouaient pleinement leur rôle : l’église et l’école. L’injection massive de populations non intégrables car musulmanes (devenir laïque confine à l’apostasie et, à ce titre est condamnable par la mort dans les pays « progressistes » comme l’Arabie Saoudite  ou l’Iran) en Europe est en train de faire de la France le premier pays musulman au Nord de la Méditerranée. Confusément , par delà les griefs contre ses gouvernants, le peuple français a dit non au projet de constitution européenne aussi parce que l’on sentait qu’un jour il y aura plus de mosquées que d’églises dans ce beau pays de France.

 

 

Intégrer des populations qui n’en veulent pas (ou qui ne le peuvent pas à cause de leur attachement aux fondements d’une religion dont les trois piliers sont la conquête du monde, le prosélytisme et la charia – qui exclut une moitié de l’humanité des droits de l’autre moitié, car femmes) a conduit et conduira à l’échec de toute politique d’intégration. Et ce n’est pas les incantations des élites bien pensantes qui sont prêtes à jurer que, si, le « modèle français » (ou hollandais ou anglais …) marche, qui feront que l’on verra dans les années à venir l’intégration de ces populations et de ses descendants comme on a vu celle des polonais, des italiens, des espagnols et d’autres vietnamiens et chinois. Pour ne pas parler des populations de l’Europe de l’Est, dernières à arriver en Europe de l’Ouest, certes pour vivre dans des sociétés riches mais, certes aussi, pour s’insérer dans le tissu vivant de ces pays. Apprendre la langue, penser « français », ne pas se replier sur une « communauté d’origine », s’exposer aux différences de l’autre, ces immigrés de dernière date n’ont lésiné devant aucun effort pour qu’eux ou leurs enfants deviennent des français à part entière. Et la pauvreté -la belle affaire- ils l’ont connue, eux qui n’ont eu ni RMI, ni CMU ni des allocations familiales pour des familles à quatre femmes et  quinze enfants …

 


Et s’il y a une responsabilité des pays-hôtes elle est, sans aucun doute, liée à l’irresponsabilité des mêmes élites qui ont introduit, comme un cheval de Troie, le « multiculturalisme ». Et  on a assisté, impuissants, au rejet de la culture dominante par celles minoritaires, quand il ne s’est agit de lui imposer les limitations propres à des cultures ou religions dont la conception du monde retarde de plusieurs siècles par rapport à l’héritage des Lumières.

 


Nos sociétés se trouvent confrontées à des populations qui ne se sentent, d’aucune manière, solidaires du destin de l’Europe et qui pratiquant la « victimisation » transfèrent leur incapacité d’être sur nous ne faisant que demander constamment « encore quelque chose » pour les faire sortir de leur état de misère.

 

 

Deux conclusions s’imposent : la première, aucune solution ne peut être trouvée pour faire face à un problème insoluble et, la deuxième, qu’à cela ne plaise aux tenants des thèses de l’avant-garde multiculturelle, nous sommes bien devant les prémices d’une guerre de civilisations. Le seul exemple dans l’histoire de l’humanité où l’Islam, en tant qu’organisateur de la vie sociale, a été vaincu est celui d’Atatürk, en Turquie. Et le garant du régime laïc est l’armée turque … Leçon à méditer, surtout pour ceux qui ont prôné, comme Jacques Chirac, familier des fausses analyses et décisions, l’entrée de la Turquie en Europe.

 



Repost 0

Articles Récents

Liens