Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

16 janvier 2019 3 16 /01 /janvier /2019 09:20

 

Depuis neuf samedis de suite (en attendant le dixième) de 300.000 à 30.000 Gilets Jaunes ont martyrisé le pays soit par leur actions directes soit par le rôle de catalyseur pour les groupes barbares d’extrême droite, d’extrême gauche et d’ailleurs. Des commerces ruinés, des déprédations pas toujours compensées par les assurances, des destructions frisant la souillure de monuments historiques. Et un gouvernement - sous l’autorité non partagée - du Président de la République qui se voulait « Jupiter, maître des horloges » Certes, nous sommes en Cinquième République, considérée comme un exemple de monarchie démocratique. Mais avec le dernier Président élu… le régime est en train de devenir « autoritaire ». Pas encore comme en Russie mais…

Et tout Jupiter qu’il se veut, notre Président a présidé un gouvernement constamment en retard d’une réponse aux actions des factieux qui, après avoir encaissé les « miettes » distribuées pour les faire taire (quand même quelques 12 milliards d’euros…) sont arrivés à contester l’ordre établi du pays : «Macron démission»  référendum d’initiative citoyenne, faire payer les riches, la panoplie entière des derniers trotskistes, M. Mélenchon annonçant la révolution).

Et Jupiter a tranché : pour arrêter la révolte (expression de colères accumulées depuis des lustres) il vient de proposer au peuple un débat large et national. Remarquez, c’est original. Ce n’est pas du niveau de Marie-Antoinette mais c’est tout comme. Vous n’arrivez pas à joindre les deux bouts ? Venez débattre pour (je cite) « transformer les colères en solutions ». Une lettre aux français résume quelques dizaines de questions proposées au « libre débat ». Il y  aurait  quoi dire de chacune d’entre elles. Pour ne pas ennuyer le lecteur j’en ai choisi trois.

1. Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ?  Suivez-moi. Le débat est organisé par la CNDP (Conseil National du Débat Public) dont vous ignoriez, sans doute l’existence. Et bien, sachez que notre République dispose de 26 Agences, Commissions, Conseils et Hautes Autorités qui doivent faire tout ce que les plus de 5 millions de fonctionnaires ne peuvent pas faire.

Et, naturellement, chaque structure évoquée dispose d’un Président dont le salaire  annuel peut aller jusqu’à 240.000 €.

Lesdites structures vont coûter en 2019 à la Nation 427 millions d’euros, soit 15 % de plus qu’en 2018 (370 millions). Puisqu’il faut faire des économies …

Ancien Ministre (à Bercy) notre Jupiter a-t-il besoin, vraiment, de l’avis des Gilets Jaunes (et du reste de la population) pour décider la liquidation de ces Agences, Conseils, Commissions… toutes gérées par des Enarques distingués, certains sortis de la même promotion que la sienne ?

2. Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ? Suivez-moi. Quand 58% des foyers  fiscaux ne payent pas d’impôt (IRPP)  et quand 1% des foyers payent 25% du total collecté et 10% des foyers payent 70% du total collecté… rendre l’impôt plus juste veut dire faire payer un impôt aux 58% des foyers ! Provocation ? Non, ce n’est pas une provocation. Une des raisons de l’apparition des Gilets Jaunes et de leurs revendications économiques  se trouve dans l’irresponsabilité de deux citoyens sur trois vis-à-vis de l’Etat, bien commun, pour lequel ils ne payent rien. Ne rien payer en impôt sur le revenu veut dire qu’il y a solution de continuité entre le citoyen et la communauté. Alors, les entendre vouloir plus de ceci et plus de cela tout en réduisant les impôts (qu’ils ne payent pas) veut dire en clair confisquer un peu plus des revenus des riches ou de ce qu’ils appellent maintenant « les plus aisés ». Et d’après les mesures prises récemment les plus aisés commencent à 2000-2500 €/mois.

Ancien Ministre (à Bercy) notre Jupiter a-t-il besoin, vraiment, de l’avis des Gilets Jaunes (et du reste de la population) pour dire au pays que la seule manière possible pour réduire les impôts est la réduction du nombre de fonctionnaires employés par l’État et les collectivités locales ?

 

3.Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? Suivez-moi. Depuis le premier mandat de M. Mitterrand on vante les mérites de la décentralisation. Et depuis 40 ans tous les gouvernements, de droite et de gauche ont « décentralisé ». En réalité, on a créé des structures intermédiaires (communauté de communes, intercommunales, attributions pléthoriques et superposées département-région, communautés de régions) qui au lieu de décentraliser ont centralisé les pouvoirs chaque fois à l’échelon supérieur. Tant et si bien que le nombre de fonctionnaires de l’Etat Central n’a pas diminué mais… la fonction territoriale compte aujourd’hui pas loin de 2 millions de fonctionnaires. Tout cela a culminé avec la fusion de certaines régions (pendant le mandat de F. Hollande, quand M. Macron était à Bercy…) ce qui a conduit à des dysfonctionnements coûteux  qui n’ont aucune chance d’être résorbés.

Ancien Ministre (à Bercy) notre Jupiter a-t-il besoin, vraiment, de l’avis des Gilets Jaunes (et du reste de la population) pour dire au pays que la seule façon possible de réduire les impôts est la réduction du nombre de fonctionnaires employés par l’État et les collectivités locales ?

Résumons. Le pays (M. Macron) se trouve devant trois types de revendications *: (a) de gauche, (augmenter le SMIG, réduire  l’âge de départ à la retraite plus toute une liste de demandes « légitimes »), (b) de droite, (diminuer les impôts et les taxes pour les petites entreprises,  réduire/arrêter l’immigration illégale, utiliser les moyens légaux pour assurer l’autorité de l’Etat), (c) déraisonnables – payer  le tout  par endettement .

Endettement ? De l’élection de M. Macron (T2-2017) à aujourd’hui (T4-18) l'endettement de la France a augmenté, peu ou prou, de 90 milliards d’euros à environ 2.350 milliards d’euros. Soit, peu ou prou  100% du PIB français, sans compter la dette pour la retraite de fonctionnaires (8-900 milliards d’euros). Vous avez dit  augmenter l’endettement ?

 

Et Jupiter nous dit que ce qu’il veut faire c’est de redonner à la France  son lustre ancien et sa position dans le monde. Et qu’a-t-il pour le faire ? Un chômage endémique qui se trouve toujours entre 9 et 10% et qui ponctionne sérieusement les comptes de la nation, une dette pharamineuse et des citoyens qui ne croient plus un mot de ce que les gouvernants leur disent. La France, après avoir perdu une position il y a trois ans déjà, est aujourd’hui la 6ème économie du monde. Standard Chartered (UK) vient de publier ses projections pour 2030 : nous ne serons plus parmi  les 10 premières économies …

ooooo

Mais  le blog… géopolitique… Pendant qu’il  ne sait  pas comment s’en sortir en France, Jupiter fait feu de tout  bois pour sauver, avec Mme Merkel  (qui veut sauver le business allemand) et Mme Mogherini (pièce maîtresse de l’anti-américanisme en Europe) ce qui reste de l’accord JCPOA (Iran) que les États Unis ont abandonné.  Cela tombe bien, on vient d’avoir l’Étude d’éminents spécialistes (entre  autres, David Albright, premier interrogateur des scientifiques nucléaires iraniens et Olli Heinonen – qui avait identifié  A. Q. Khan, le « proliférateur » - Libye, Iran, Syrie, Corée du Nord. Que nous disent-ils (The Amad Puzzle - The Shahid Boroujerdi Project for Production of Uranium Metal & Nuclear Weapons Components 11.01.19) ? « Les informations sur une installation du Projet 110 inconnue à ce jour mettent en lumière l’immense valeur des archives nucléaires saisies par Israël pour combler les pièces manquantes du puzzle que constitue le programme d’armes nucléaires de l’Iran.... La construction de ce site signifie que le programme d'armement nucléaire de l'Iran a effectivement progressé plus loin que l'évaluation de l'AIEA à la fin de 2015, juste avant la mise en œuvre du Plan d'action global commun (JCPOA), lorsqu'elle affirmait qu'une série d'activités pertinentes pour le développement d’un engin explosif nucléaire « n’a pas dépassé les études de faisabilité et scientifiques, ni l’acquisition de certaines compétences et capacités techniques pertinentes ». L’existence et les projets de ce site sont en contradiction flagrante avec cette évaluation. Un morceau manquant du puzzle AMAD (nom de code du programme nucléaire iranien) est identifié. Autant dire que des hypothèses essentielles sur lesquelles reposait le JCPOA et que  M. Obama a bien voulu prendre en charge (et certifier aux autres Etats comme valides) reposaient, en fait, sur un manque d’information …

Pas mal… Si un jour les iraniens ont « la bombe » ils devront remercier l’Europe  et… M. Macron. Car M. Obama avait déjà reçu son Prix Nobel  quand il a commencé son mandat. Vamos con Dios

*(PE.Gobry,https://www.commentarymagazine.com/articles/yellow-rise-paris/ 12.18)

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens