Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 18:10

 

Au fil des jours. Qui passent et ne se ressemblent pas… Prenons quelques minutes pour en regarder quelques-uns de plus près.

D’abord les palestiniens. Toujours eux, dernière cause d’une gauche complice de l’invasion islamiste de l’Europe. J’entends, déjà, les vociférations de certains de mes lecteurs.

Convenons, pour simplifier, que les Arabes vivant en Palestine ont subi une expulsion en 1948.  Tout comme des dizaines de millions dans le monde, y compris des Juifs. Ces arabes, transformés depuis le milieu des années 60 en « peuple palestinien »  sont les seuls au monde qui ont adopté, maintenu et imposé à la « communauté internationale » avec l’aide de leurs « frères arabes » (une vingtaine d’États, presque 400 millions d’habitants disposant de territoires de plus de 13 millions de km2 et d’un PNB 2014 de plus de 3.150 milliards de dollars –sans compter encore quelques douzaines d’États musulmans)  une éthique de rejet, d'auto-victimisation, de souffrance et de mort. Parmi leurs grands apports au bonheur de l’humanité ont peut énumérer les détournements d’avions, les homicides suicides, la prise d’otages, pour n’en rappeler que quelques-uns. Depuis 70 ans, depuis la renaissance d’Israël, ce qu’ils appellent « la Nakba » n'est pas seulement un souvenir. C'est leur identité, leur fierté, le seul accomplissement collectif de toute leur vie. Une partie d’entre eux vivent sous le contrôle de l’Autorité Palestinienne, en Cisjordanie et disposent d’une autonomie pratique que les adversaires d’Israël ne veulent pas lui reconnaître. Certes, il y a occupation. Mais… allez à Jérusalem, allez à Jéricho, allez même à Jenin et vous rencontrerez les gens qui s’occupent du bonheur de leurs familles, de l’éducation de leurs enfants et qui laissent à leurs dirigeants (corrompus, selon une majorité d’entre eux) le rôle de défenseurs de la « cause palestinienne » qui est en quête de reconnaissance mondiale pour que l’on leur donne un État. Et puis, il y a une autre partie qui vit sous le talon de fer d’un suppôt des Frères Musulmans allié à l’Iran et qui, ne pouvant pas se révolter contre leur oppresseur transfèrent leurs frustrations, accompagnées de la haine atavique des juifs de l’islam contre Israël. On vient récemment voir ce que cela peut donner : des hordes de jeunes et moins jeunes qui s’attaquent aux barrières qui sont la frontière d’un État souverain. Mais plus le nombre de morts, car il y en a eu, est grand, plus l’oppresseur Hamas est victorieux car cela fait agir la « communauté internationale » contre Israël. Et peut chaut au monde que 80% des morts (50 sur 62) étaient des membres des milices du Hamas…

70 ans pendant lesquels rejetant toutes les offres pour la fin d’un conflit vieux de 100 ans  ils se sont mis, de plus en plus, à l’extérieur d’un territoire de confort qui aurait pu leur apporter la réalisation d’une partie de leurs espoirs. En cela ils ont eu comme complices non seulement leurs « frères arabes » mais aussi (surtout ?) les puissances européennes heureuses d’avoir trouvé une échappatoire à leur pêché collectif, la Shoah. Car quoi de plus simple pour se faire pardonner le passé que de dériver vers les anciennes victimes sa condamnation : ces anciennes victimes maltraitent les pauvres palestiniens. Et il se trouve un dictateur au petit pied, le nouveau sultan d’une Turquie qui avance à grand pas vers son passé d’il y a cent ans, qui accuse Israël, « pays pire que les nazis » d’un « génocide » car il y a eu à Gaza 62 morts. Pourtant, il condamne de tout son pouvoir, ceux qui parlent du génocide d’un million et demi d’arméniens liquidés par la soldatesque turque. Qu’à cela ne tienne, aucun dirigeant européen ne fait même pas semblant de lui en tenir rigueur. Realpolitik, sans doute…

Aucun dirigeant de l’Europe de l’Ouest ne veut voir la réalité induite par ce à quoi on assiste : l’invasion de l’Europe par une population exogène d’une culture totalement différente de celle dite « judéo-chrétienne » et qui, ouvertement, instaure sur des territoires en cours de conquête, leur mode de vie, leur religion et leur « Weltanschauung ». Il serait bon de se souvenir que de 727, quand Charles Martel a arrêté la progression de l’islam en Europe, et jusqu’à l’exclusion des musulmans d’Espagne en 1492, il a fallu plus de 700 ans pour éviter à l’Europe sa disparition.  A une époque où le politiquement correct n’existait pas, où la « générosité » pour les nécessiteux n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, où les étrangers étaient les bienvenus à condition qu’ils deviennent des indigènes. A une époque où toutes les cultures ne se valaient pas et où les billevesées inventées par des élites reproduisant l’aristocratie ancienne n’avaient pas cours. Autant dire que si l’on ne veut pas voir l’actualité en face un jour, l’Europe sera ce que sont Bruxelles et Mollenboek aujourd’hui.

Les palestiniens ? La Turquie ? L’islam en Europe ? Tout se tient (et vice-versa…). Mais il faut ajouter la gauche. Cette gauche qui n’a rien compris à l’évolution du monde, dont le cerveau est resté congelé à l’apprentissage du marxisme et de la lutte des classes, cette gauche qui en France a réussi la performance d’avoir jusqu’à trois partis trotskistes. Cette gauche qui, à défaut de causes plus méritantes, s’est rabattue sur ce qui était disponible : la haine du « capitalisme », la haine des juifs (déguisée en haine d’Israël) et la haine de « l’impérialisme américain ».

On croit rêver quand on constate que la France est devenue une grande SNCF : depuis plus de deux mois une bonne moitié du pays ne travaille pas ou ne peut pas travailler, et la gauche (syndicale, partis d’opposition, associations diverses) s’évertue à être contre tout ce que le gouvernement de M. Macron se propose de faire. En partie, parce qu’elle le considère illégitime car élu contre Madame Le Pen. Nonobstant le fait qu’il essaye de faire (ce qui est rare…) ce qu’il s’est engagé de faire pendant sa campagne électorale. Et nos concitoyens d’origine musulmane votent à 90% pour elle à toutes les élections. Cette gauche qui n’a de mots que pour la « démocratie » et « la liberté » clame partout que ce dont il est question c’est de réaliser « un rapport de forces » pour empêcher le gouvernement de faire ce pourquoi il a été élu…

Et tout est bon : y compris de porter des panneaux de la Gare de l’Est à la Place de la Nation affichant M. Macron en officier allemand :

Et pour faire bonne mesure regardez attentivement son brassard sur le bras droit (agrandissez l’image) : oui, vous avez bien vu, il s’agit du drapeau d’Israël. Président des riches, imposant l’ordre allemand, assujetti aux juifs…

Et on s’étonne de ce qu’une enquête d’opinion (IFOP, 1007 répondants, méthode des quota, marge d’erreur +/- 3%) vient de trouver dans ce beau pays de France : http://www.ifop.com/media/poll/4038-1-study_file.pdf

Comme on s’étonne que plus de 50.000 français juifs aient quitté la douce France pendant les dix dernières années.

L’Europe avait assassiné 6 millions de juifs et est en train de les remplacer par une « diversité » plus nombreuse. On peut comprendre pourquoi dans les actes de baptême de l’Union Européenne on a refusé d’inscrire une référence à sa culture d’origine judéo-chrétienne…

        

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens