Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 16:54

 

 

 

"Il est certain que dans certaines parties du monde nous pouvons observer un peuple particulier, séparé des autres peuples du monde, et il est appelé le Peuple juif. Ce peuple remonte non seulement à une antiquité remarquable, mais il a aussi persisté pendant une durée longue et singulière… Car alors que les Peuples de Grèce et d’Italie, de Sparte, d’Athènes et de Rome et d’autres venus bien plus tard, ont disparu depuis si longtemps, celui-là existe encore, malgré les efforts de nombreux rois si puissants, qui ont essayé des centaines de fois de les effacer, comme leurs historiens en attestent, et comme on peut facilement en juger par l’ordre naturel des choses sur de si longues périodes. Ils ont cependant toujours été préservés, et leur préservation était prédite… Ma rencontre avec ce peuple me stupéfie…”  Blaise Pascal

 

Israël, antisémitisme, jihad mondial, trois cercles concentriques comme les ronds dans l’eau quand on y jette des pierres.


Sanctionnée par la communauté internationale il y a 60 ans, la renaissance d’Israël (« Etat Juif » selon la résolution 181 de l’ONU) est, avec quelques petites interruptions, sanctionnée aussi comme un « fait colonial » auquel les musulmans du monde entier accordent plus d’importance qu’à leur propre sort dans les 56 pays dont ils sont les citoyens. Le sceau de l’infamie, «fait colonial» appliqué à ce pays a conduit les gauches du monde entier à lui vouer une haine irrépressible alimentée aussi par ses réussites économiques, technologique et culturelle. La preuve que l’institution Nobel est une institution juive, écrivait un journaliste égyptien ? Un Nobel sur cinq est juif (ou israélien) et ils ne sont de par le monde que 12 ou 13 millions soit 0,2% de population mondiale tandis que les musulmans qui sont 1,5 Milliard soit 25 % de la population mondiale n’ont que deux prix Nobel … »

 

Depuis le partage de la Palestine [après l’escroquerie anglaise qui en a détaché 78 % du territoire (en créant de toutes pièces le « Royaume Hachémite » - la Jordanie) pour lequel la Société des Nations leur a donné mandat pour administrer] ce pays eu à faire face à plusieurs guerres destinées à l’anéantir. Il a cependant eu suffisamment d’attraits pour faire venir des juifs du monde entier tant et si bien qu’il a vu sa population multipliée par dix depuis sa renaissance. Et le texte de Blaise Pascal du 17ème siècle n’a pas pris une ride quand on regarde ce que ce pays a réussi à faire pendant soixante ans. Le contraste est d’autant plus important quand on se réfère non pas à la population mondiale mais à celle de ses voisins, arabes et musulmans. Mais ce qui devait arriver, est arrivé. D’un côté, l’impossibilité existentielle pour les musulmans d’accepter sur un territoire (ne fût-il que 1% des superficies occupées par les états du Moyen Orient) qui leur est destiné par Allah, un corps étranger, juif de surcroît. D’un autre côté, suivant en cela le concept occidental «c’est le pauvre qui a raison», les masses musulmanes ne peuvent accepter la marche inéluctable, car divergente, d’Israël vers les attributs d’une société post industrielle quand leurs pays s’enfoncent dans le sous-développement, l’analphabétisme et/ou les attributs des sociétés théocratiques dont une partie ne peuvent être caractérisées que par le vocable «islamo fasciste».

 

Le Moyen Orient est aujourd’hui dominé, depuis la disparition de l’Union Soviétique, par une guerre froide qui, comme du temps de la domination russo-américaine du monde, produit de temps à autre des poussées de fièvre qui se transforment en guerres chaudes. Ce qui est remarquable c’est que ces guerres n’ont pas comme but, comme toutes les guerres du passé, l’accaparation de nouveaux territoires pour s’adjuger des « espaces vitaux » (voir l’Allemagne  à la fin des années 30 du dernier siècle). Ce qu’elles ont en commun et ce qui alimente la guerre froide qui s’y déroule c’est la volonté des arabes et des musulmans de voir disparaître Israël. Les preuves implicites ou explicites sont évidentes : aucune implantation israélienne n’existait avant la guerre de 1967 en Cisjordanie ou à Gaza, pourtant, l’Organisation de la Libération de la Palestine s’est créée pour faire disparaître Israël et ses populations du lieu géographique de leur existence. Plus proche de nous, le désengagement d’Israël de Gaza n’a eu comme résultat que la création d’une entité vouée à la disparition de l’Etat Juif. Enfin, on a pensé depuis une quinzaine d’années (Accords d’Oslo) que, moyennant reconnaissance réciproque et l’utilisation de la formule « la terre contre la paix » que le conflit israélo-arabe était soluble. Il n’en a rien été, les choses sont allées de mal en pire pour arriver à ce que l’on sait aujourd’hui, claironné par les palestiniens et les pays arabes « nous ne reconnaîtront jamais Israël comme Etat Juif ». La pierre jetée par la communauté internationale dans les eaux troubles du Proche Orient, Israël, premier cercle, les vaguelettes recréent et alimentent le deuxième cercle, l’antisémitisme mondial.

 

L’Europe tout d’abord. D’aucuns ont essayé de souligner les fondements judéo-chrétiens de son évolution. Terre de civilisation chrétienne, l’Europe n’a pas eu le courage de l’affirmer, d’un côté, par crainte d’être considérée comme « philosémite » et d’un autre côté, par crainte du monde musulman. Monde dans le sens large mais aussi, monde, s’y trouvant à l’intérieur de ses frontières. Certes, la vulgate de gauche, héritière de Lumières, ayant toujours à cœur de s’opposer à tout ce qui peut paraître d’ordre religieux a eu son influence aussi. Mais, il paraît difficile de nier que l’histoire propre de l’Europe et les tribulations des juifs sur son territoire n’ont dû jouer aussi. De l’expulsion des juifs en Angleterre au 13ème siècle (le Roi Edouard) à celle de France (Philippe le Bel, 14ème siècle) ou des Principautés Allemandes et jusqu’à la « solution finale » mise en place par l’Allemagne pour son compte, l’Europe ne s’est jamais faite à l’idée que ce peuple constituait un (le ?) ferment de son évolution. La haine du juif a perduré depuis les premiers siècles de l’histoire de l’Europe et, d’une manière presque naturelle, a pris comme relais la haine d’Israël. Pays qui réussit dans un environnement qui se ruine (surpopulation, élimination de la moitié de leur humanité -les femmes- du monde créateur et productif, etc.,), le « juif riche » par rapport à « l’arabe pauvre », le choix a été vite fait, quelque soit le sujet, quelles que fussent les circonstances, Israël a tort. Et on se comporte avec ce pays en conséquence. Mais il n’y a pas que l’Europe. Les derniers en date, les Etats Unis qui englués en Irak (ils ont voulu y apporter la démocratie …) ou, pour le compte des européens surtout, en Afghanistan, ont crié « Eureka » : il suffit de s’en prendre à Israël pour obtenir les bonnes grâces des arabes et des musulmans. Et on voit le président du pays le plus puissant du monde faire du « micro management » en voulant décider pour Israël à quel endroit ses citoyens ont le droit de construire de nouvelles maisons. D’ici à leur proposer de vivre dans des ghettos … Oui, la politique actuelle des Etats Unis (ne parlons pas de l’Europe) est une politique marquée par un antisémitisme larvé mais qui essaye de se dédouaner en s’en prenant à Israël. Ce n’est pas nouveau, la majorité des thuriféraires de l’antisémitisme proteste de sa bonne foi en expliquant qu’elle est uniquement antisioniste ou qu’elle critique la politique de l’Etat d’Israël. Deux preuves explicites pour la nouvelle administration américaine : la médaille du mérite civile (la plus grande distinction civile américaine) accordée à une anti-israélienne notoire (anti-américaine de surcroît …), Mary Robinson qui a dirigé l’infâme « Durban 1 » en tant que présidente du Conseil pour les Droits de l’Homme de l’ONU et accepté l’explosion de haine antisémite s’y étant manifestée ; ensuite, l’abstention de nommer un responsable de l’observateur américain d’actes antisémites depuis plus de sept mois. L’Europe (surtout celle Occidentale), les Etats Unis, une partie de l’Amérique Latine (surtout les pays en train de « construire le socialisme » comme le Venezuela), la Russie (bien que plus d’un million de russes -mais juifs-  vivent en Israël), bref, le monde judéo-chrétien s’est joint à l’antisémitisme arabo-musulman pour considérer que le premier obstacle à la paix mondiale est constitué par Israël. Pays des juifs. Voilà le deuxième cercle, il n’y a aucune raison de croire que la disparition du premier pourrait faire disparaître le deuxième …

 

Ceux qui veulent ignorer l’interdépendance du premier et du deuxième cercle le font, souvent, parce qu’ils veulent ignorer le troisième cercle : le jihad mondial. Désespères par le constat qu’un milliard et demi de musulmans ne peuvent rien faire d’autre que de tuer quelques américains en Irak, des européens en Afghanistan ou quelque juifs en Israël, les minorités agissantes musulmanes (pas plus de 7% du total, selon des enquêtes d’opinion mais ... cela fait quand même une centaine de millions ...), ceux que l’on appelle les « extrémistes » sont partis à la conquête du monde. Quand le même président américain déclare, par delà la stupidité de l’affirmation « les Etats Unis sont un des plus grands pays musulmans du monde » si on se réfère à ce jour, on devrait voir le monde en marche : 2 millions de musulmans aux Etats Unis aujourd’hui, ils verront leur nombre multiplié par 10 dans les 20 années à venir. En France, en 1975 on comptait quelques 700.000 musulmans (330.000 algériens, 260.000 marocains, pour l’essentiel) : trente ans après la fourchette allait de 5 à 8 millions et tout montre que dans la décennie 2020/2030 les populations en question friseront le seuil de 25% du total. Le jihad mondial n’est pas uniquement dans les actes terroristes, il est dans la conquête du monde par les ventres des femmes musulmanes (pour paraphraser Boumediene, 1974). Mais pour conquérir les pays de culture judéo-chrétienne il faut s’attaquer d’abord à des objectifs qui rencontrent l’adhésion de la culture dominante. L’antisémitisme est le cheval de Troie utilisé par les conquérants islamiques car il fait partie intégrante de ce que les populations ayant subi le lavage des cerveaux des gauches diverses (et de certaines droites) depuis des dizaines d’années (pour ne pas dire depuis des siècles ...) admettent facilement en y apportant leur adhésion : la haine du juif. Bat Ye’or : « La relation de l’Europe à Israël, du christianisme au judaïsme, ne se limite pas au niveau géostratégique, elle établit le lien ontologique et la sève de toute la spiritualité européenne. C’est ce lien et cette spiritualité qui se décomposent, se délitent dans Eurabia où le culte de la mort d’Israël, porté par la palestinité assure le triomphe de l’idéologie jihadiste de la haine ». Mais pour n’importe quelle grande marche on doit commencer par faire un premier pas : détruire Israël est une ardente obligation pour le jihad mondial. Et si, d’aventure, un pays musulman acquiert la bombe, il faut être sourd et aveugle pour ne pas comprendre qu’elle sera utilisée contre Israël. De ce point de vue, vivre avec un Iran nucléaire -ce à quoi le monde occidental, les Etats Unis à leur tête semblent se résigner- ne peut être que le reflet de l’essence du troisième cercle de la haine. Sans imaginer que si Israël disparaît c’est l’Europe qui aura, la première, sa tête sur le billot. L’Europe, en réalité l’Eurabia (Bat Ye’or) et pour ses populations non musulmanes ce sera la fin des temps car peu probable que les lendemains chanteront encore ...

 

Ces trois cercles de la haine, leur commun dénominateur étant Israël, augmentent leurs superficies de jour en jour. Dans l’indifférence mondiale pour les millions des victimes des musulmans en Afrique ou en Asie, ayant comme seul objectif d’apaiser la bête pour retarder le moment quand elle nous détruira, l’Occident a pris sa décision : sacrifier Israël sur l’autel de la civilisation euro musulmane à venir, processus qui s’accélère avec la nouvelle Weltanschauung promue par une administration américaine dont le président apostat semble bien cacher son jeu. Encore que ...

 

BHO s'inclinant (?!) devant la Roi de l'Arabie Saoudite

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by martin
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens