Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:22

 

 

 

 

Sauf pour François Hollande dont le « Moi, Président … » a réussi à convaincre une petite majorité de français (surtout venant de la « diversité » et du FN) de voter pour lui dans la cadre du référendum anti-Sarkozy.

 

Que s’est-il passé depuis que la gauche est revenue au pouvoir ? Passons sur les premiers mois pendant lesquelles on n’a eu de hâte que pour « détricoter » ce que l’ancienne majorité avait construit. Heures supplémentaires (huit millions de salariés affectés), TVA « sociale » annulée (mais sera remplacée par une TVA augmentée …), 30 Milliards d’euros d’impôts nouveaux en 2012 (dont 20 milliards pesant sur les entreprises mais … 20 milliards d’euros en « crédit-impôt » pour 2013 aux mêmes entreprises …), retour à 60 ans pour la retraite de certaines catégories, « faire payer les riches » (une taxe de 75% retoquée par le Conseil constitutionnel, annoncée ensuite comme « seulement » 66% , menacée d’être de nouveau retoquée, annoncée ensuite comme « seulement 49, 8% et … rendue définitive à 75% à payer par les entreprises pour les salariés touchant plus de 1,0 M€ annuellement), la suppression des tribunaux correctionnels pour adolescents de 16 à 18 ans (dont l’essentiel des « clients » viennent de la « diversité » …) j’arrête d’égrener la longue litanie de tout ce que, pour des raisons uniquement idéologiques, la gauche à infligé au pays. Je sais, comme il s’agit d’une gauche intrinsèquement morale et qui ne peut que contribuer au progrès de la société, on s’est précipité à légiférer le « mariage pour tous avec droit à l’adoption » en attendant la PMA …

 

Une gauche morale. La transformation de la République n’est pas encore visible car … on nomme toujours ses copains dans les postes les plus visibles (et certains les mieux rémunérés) : l’ami Jouyet à la nouvelle Banque pour le Développement Industriel et pour lui trouver une occupation … « l’ex » comme vice-présidente de la même banque, le Directeur Général du CNET l’actuel Directeur de Cabinet de M. Montbourg, la liste est longue … En fait, le « spoils system » existant aux States est depuis longtemps adopté en France. Mais … il s’agit, somme toute, de nominations subalternes. Mais quand il s’agit d’un ministre …

 

Cette gauche morale (et moralisatrice) qui a voulu propulser à la fonction suprême d’un état disposant de l’arme nucléaire un monstre obsédé sexuel n’a eu aucune difficulté à nommer en charge des impôts un des siens qui fraudait le fisc … Car, qui peut croire que l’on ne connaissait pas le pédigrée de M. Cahuzac ? Un enregistrement vieux de 15 ans créait un « un faisceau convergent d'indices » qui ne pouvait pas ne pas retenir l’attention de celui qui nommait les ministres : François Hollande était-il naïf ? irresponsable ? coupable ?

 

Le cumul n’étant pas interdit, il est naïf, irresponsable et coupable. Qui peut croire que FH (ou les services qui auraient dû le lui faire savoir) ne connaissait pas la réputation (relativement) sulfureuse du sieur Cahuzac (conseil au Ministère de la Santé et bénéficiaire des largesses des laboratoires pharmaceutiques, exploitant d’une clinique dont tous les clients savaient qu’ils avaient à payer deux tiers en chèque et un tiers en espèces, qui avec ses maigres émoluments s’est acheté un appartement Avenue de Breteuil, etc., etc.,). Il a nommé ministre du budget M. Cahuzac car c’était quelqu’un de sa garde rapprochée (un de ses camarades de l’ENA, député de l’Oise était, est, le meilleur ami du sieur Cahuzac …). Alors qui peut croire que les « services » du pays pouvaient ignorer ce que Mediapart à sorti le 4 décembre 2012 ou le coup de fil à l’Elysée d’un ancien député du Lot le 15 décembre ? La France, par son président, est devenue la risée de l’Europe : un président auquel on peut mentir pendant quatre mois et qui n’a ensuite que deux lignes de défense – « je ne savais pas, il m’a menti » et « d’autres affaires sont apparues pendant l’ancien gouvernement ». Pour ce qui est de la deuxième justification … « Moi, Président … » annonçait, urbi et orbi, qu’avec lui les choses seront différentes. Et une petite majorité, et beaucoup de nos amis, l’ont cru. N’est-ce pas Renée ? 

 

La gauche morale dont son chef de file clamait devant le peuple disposé toujours à faire chuter une Bastille, que « la finance est mon ennemi » ne voyait aucune raison de ne pas bénéficier des largesses des « trois mousquetaires » nouveaux propriétaires du Monde (l’étendard de la morale publique, le livre de chevet de « l’intelligentsia » nationale) dont un a fait sa fortune initiale dans les sex shops, un autre en « exploitant » son partenaire sexuel pendant des dizaines d’années et le troisième, banquier, bénéficiant de toutes les introductions nécessaires pour obtenir des missions bien rémunérées.

 

Et François Hollande prenait comme trésorier de sa campagne un ami de 30 ans sans savoir que ledit ami disposait de deux sociétés dans un paradis fiscal … François Hollande était-il naïf ? Irresponsable ? coupable ? Le cumul n’étant pas interdit, il est naïf, irresponsable et coupable. Et la ligne de défense est simple comme bonjour « je ne savais rien de ses affaires » tandis que le compère en cause (énarque, ancien inspecteur des finances) se répand dans les studios de télévision pour dire « ce n’est pas moi, c’est mes partenaires chinois et … je n’ai retiré aucun avantage fiscal » Prendre les gens pour des idiots c’est l’apanage de cette élite de gauche dont l’arrogance n’a pas de limites. N’est-ce pas René ?

 

Mais, par delà les hommes (on n’arrête pas de tresser des lauriers à M. Cahuzac – compétent, sérieux, souffrant le martyre, « dévasté » moralement ou à M. Plenel – dont le mérite principal a été uniquement de rendre publique ce qui lui avait été transmis par le détenteur du fameux enregistrement et, qui, en bon ancien « trotzcard » a tiré à boulets rouges contre cette société qu’il aurait tant voulu changer comme ses maîtres à penser lui ont appris quand il était jeune …), ce qui est important c’est ce que la gauche est en train de faire.

 

Nommer aux leviers politiques et économiques ses « copains et coquins » (Mitterrand) sans se soucier du fait que l’on conduit ainsi le pays à la ruine. On ne pourra pas très longtemps faire du « prendre aux riches » une politique d’avenir quand il y aura de moins en moins de riches ! Affaiblir d’une manière constante la position de la France en Europe (jusqu’ici il n’a rien obtenu de ce qu’il avait promis pendant sa campagne), ridiculiser le pays par les positions prises qui ne sont que l’expression de l’ignorance de l’économie de marché qui n’est plus compatible avec « l’état providence » auteur principal de la destruction économique de la France (et d’autres pays de l’Europe), bref, il suffit de lire la presse allemande, anglaise, suisse et … même belge pour voir ce que notre « flanby » national a réussi ; le Général doit se retourner dans sa tombe …). N’est-ce pas André ?

 

Qu’importe, « Moi, président » dont le premier journal lu le matin est l’Equipe a « fixé un cap » et nous y conduit. L’Equipe ? Cela ne te dit rien, Michel, toi qui prenait (prend) Nicolas pour un inculte ?

 

Que faire ? Regardez-les : le sieur Montbourg et sa marinière, M. Peillon et sa reforme de quatre jours et demi, Mme Taubira et sa détermination à conduire des changements qui font que nous ne vivrons pas dans le pays que nous avons connu dans notre jeunesse, Marisol Tourraine et son « nouveau contour de l’hôpital public » (détruire ce qui a été fait pendant le quinquennat précédant pour arrêter l’hémorragie économique).

 

Ah, oui j’oubliais : le Mali. Preuve que notre président sait prendre des décisions. Il a commencé une guerre contre des terroristes islamistes qui étaient en train de conquérir le Mali et menacer comme cela l’approvisionnement en uranium de notre pays (centrales nucléaires et force de frappe) s’ils arrivaient à prendre le contrôle du Niger. Mais … idéologie oblige, essayez de trouver dans ses discours ou dans les interventions de son ministre des affaires étrangères, l’ineffable sieur Fabius, le mot « islamiste » : les 4 ou 6 millions de musulmans de France et de Navarre dont 90% des votants ont voté pour lui pourraient le lui reprocher. Combattre un ennemi dont on ne donne pas son nom, curieux, n’est-ce pas ?

 

A tout pêcheur miséricorde … Mais pas pour François Hollande, pas pour la gauche la plus bête du monde, à peine … pour ceux qui on voté pour eux, nos amis en particulier.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by martin - dans France
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens